Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2016

Les mots entre mes mains de Guinevere Glasfurd

Les Mots entre mes mains

de

Guinevere Glasfurd

mots entre mes mains.jpeg

"Amsterdam, 1635

Je fais le tour de sa chambre à tout petits pas. Ce que je cherche n'est pas là. Son horloge, ses documents, le verre où il range ses plumes sont envolés, disparus. Si j'ai déjà vu cette pièce vide sans m'en alarmer, aujourd'hui, cela ne fait que raviver ma douleur. Ce n'est ni de l'argent ni un souvenir que j'espère trouver; ce sont des mots, un billet écrit de sa main. Il n'y a rien. Il est parti sans prendre congé et a emporté toutes ses affaires avec lui."

Helena Jans van der Strom officie comme servante d'un libraire anglais. Très vite, elle se démarque de ses comparses par ses capacités intellectuelles et apprend seule à lire et écrire. C'est ainsi qu'elle se fait remarquer par le philosophe René Descartes, venu séjourner chez son maître. Bientôt, une idylle entre ces deux êtres qu tout sépare, débute...Mais les obstacles sont nombreux...Et leur relation pourrait leur coûter très cher...

guinevereglasfurd.jpg

Je n'avais pas du tout entendu parler de ce roman avant que Préludes ne le propose sur Netgalley. Et j'ai été immédiatement attirée par la couverture et le sujet.

Pour écrire son premier ouvrage, Guinevere Glasfuld s'est inspirée de faits réels: Descartes et Helena ont bien entretenu une relation. Mais, comme il ne reste que peu de documents sur cet amour, elle a pu s'accorder un certain nombre de libertés et remplir les blancs elle-même.

On suit ainsi les deux amants des balbutiements de leur attachement en 1634 à la mort du philosophe en 1650 à Stockholm. L'occasion pour le lecteur de se plonger dans les Provinces-Unies de cette époque et d'en apprendre plus tant sur le quotidien que sur l'effervescence intellectuelle de certains milieux.

Tout nous est raconté par les yeux de cette domestique pas comme les autres. A la fois, elle remplit ses fonctions et nous livre une description très intéressante de la vie de "ceux d'en bas". Et, en même temps, grâce à ses facultés hors normes, elle nous dépeint (sans que cela ne sonne jamais faux) la genèse du Discours de la Méthode et les nombreux débats en cours chez les lettrés du 17ème siècle.

Cette partie m'a vraiment plu. Tout comme je me suis intéressée au destin de cette femme et à sa lutte pour se débarrasser du joug qui pesait sur elle. Que ce soit par un attachement condamné. Ou que ce soit par sa volonté de publier elle-même des œuvres.

Les pages se tournent toutes seules, on ne s'ennuie jamais une seconde et on ressort de ce livre en ayant l'impression d'avoir appris beaucoup de choses sur l'existence de Descartes et sur cette période de l'histoire.

Néanmoins, j'ai été gênée par la trop grande ressemblance avec la Jeune fille à la perle de Tracy Chevalier.  En effet, j'ai trouvé que Griet et Helena avaient beaucoup de points communs, ne serait-ce que par leur caractère, la relation qu'elles tissent avec deux génies, leur curiosité intellectuelle...

Bref, vous l'aurez compris: si vous cherchez un roman historique à la fois bien documenté et plaisant à lire, Les Mots entre les mains est pour vous.

Merci à Préludes et à Netgalley pour cette incursion dans les Provinces-Unies du 17ème siècle!

Billet dans le cadre du challenge A year in England de Titine.

challenge a year in england.jpg

 

 

28/08/2016

Agatha Raisin tome 2 : Remède de cheval

Agatha Raisin tome 2: Remède de cheval

de

MC Beaton

agatha raisin remède de cheval.jpg

"Agatha Raisin débarqua à l'aéroport d'Heathrow, bronzée à l'extérieur et rouge de honte l'intérieur. Comme elle se sentait stupide en poussant son chariot de valises en direction de sa sortie."

Après avoir pourchassé en vain James Lacey, son ténébreux voisin lors de vacances ratées aux Bahamas, Agatha Raisin retrouve le calme de son cottage des Costwolds.

Mais le petit village de Carsely est en ébullition, suite à l'arrivée d'un nouveau vétérinaire, le séduisant Paul Bladen. Comme toutes ses voisines, notre héroïne succombe aux charmes de ce nouveau parti. Qui ne semble pas indifférent en retour...

Malheureusement, le lendemain de leur premier rendez-vous, le praticien succombe à une injection de tranquillisant, destinée à un cheval.

Pour Agatha, il s'agit bien d'un meurtre. Et cette conviction est partagée par James Lacey. Tous deux décident donc de mener une enquête informelle.

Et s'ils avaient raison?

"N'allez pas trop remuer la vase, vous pourriez provoquer un véritable assassinat."

agatha raisin 2.jpg

Alors que le premier tome, Agatha Raisin et la quiche fatale, constituait plus un tome d'installation, tant pour le lecteur que pour la fraîche retraitée (tourisme dans les Costwolds, introduction aux us et coutumes  de Carsely, participation à la vie locale...), ce nouveau cru nous plonge d'emblée dans le quotidien de la bourgade. Comme si nous ne l'avions jamais quittée! Et quel plaisir que ces retrouvailles!

MC Beaton possède un talent indéniable pour transformer les situations les plus triviales en scènes de comédie et pour créer une galerie de personnages à la fois pittoresques et savoureux.

Autour de l'héroïne, plus déchaînée et amoureuse que jamais, évoluent ainsi James Lacey, le colonel pas si vieux garçon que cela; Billy Wong, le policier aux sages sentences; Mrs Boxby, la femme du pasteur, pince-sans-rires, Freda Huntigton, la veuve fatale...Sans oublier tous ceux qui épient les moindres faits et gestes de leurs concitoyens.

En effet, tout se sait à Carsely. Ou tout se suppute. Et la moindre nouveauté est disséquée pendant des heures.

"On ne croirait jamais, quand on traverse en voiture ces jolis villages de Costwolds que les portes apparentes de leurs vieux cottages puissent abriter autant de colère, de terreur et de passion."

Même si, selon moi, la qualité principale de la série des Agatha Raisin réside dans leurs portraits pleins d'humour et de justesse et dans leur atmosphère so british, il ne faut pas pour autant sous-estimer leur aspect policier.

Certes, l'intrigue sert souvent de prétexte pour faire interagir les protagonistes. Néanmoins, elle est très bien ficelée. Comme Agatha et James, le lecteur va de fausse piste en fausse piste. Avant de découvrir dans les ultimes chapitres la clef du mystère.

Bref, vous l'aurez compris: si vous cherchez un roman policier anglais drôle, ce livre est fait pour vous!!!A déguster sans modération à l'heure du thé!

Un grand merci à Aurore et aux éditions Albin Michel pour ce très bon moment de lecture!

Editions Albin Michel, 2016, 265 pages

Billet dans le cadre du challenge A year in England, organisé par ma copinaute Titine.

agatha raisin,remède de cheval,tome 2,albin michel,mc beaton,roman policier,roman policier anglais,humour,enquêtes,costwolds,challenge a year in england

 

 

 

25/04/2016

Pomfret Towers de Angela Thirkell

Pomfret Towers

de

Angela Thirkell

pomfret towers,angela thirkell,virago modern classics,challenge a year in england,littérature anglaise

"Nutfield is quite the most delightful town in that part of England. Most of the land round it is owned by families who have remained rich enough not to be obliged to sell their estates, so the speculative builder has been kept at bay and the town is very little larger than it was in the eighteenth century."

Alice Barton est une jeune fille timide et effacée. Un jour, elle est conviée avec son frère à un week-end à Pomfret Towers, la demeure des ducs de Pomfret. Elle va devoir là-bas lier connaissance avec de nombreux inconnus et cette perspective l'effraie au plus haut point.

Elle est loin de se douter que ces deux jours vont changer radicalement son existence, ainsi que celle de ses plus proches...

pomfret towers,angela thirkell,virago modern classics,challenge a year in england,littérature anglaise

J'ai découvert Angela Thirkell sur la blogosphère anglaise et j'ai eu envie de me lancer dans son œuvre (malheureusement, pas encore traduite en France. Même si j'ai appris par Emjy (décidément, une mine de connaissance) que les Editions Charleston allaient sortir les Fraises sauvages)

Dès les premières pages, j'ai été happée dans cette lecture "so british". Quel plaisir de me retrouver au milieu de ces personnalités si différentes dans ce manoir de Pomfret à la fin des années 30!

On suit plus particulièrement les aventures d'Alice et de plusieurs jeunes gens qui gravitent autour d'elle. Coup de foudres amicaux, chassés-croisés amoureux, déceptions sentimentales sont au programme. Et on se régale à assister à toutes ces péripéties.

Mais résumer ce roman à sa simple dimension sentimentale serait une grossière erreur. En effet, Pomfret Towers consiste également en une étude de la société aisée anglaise. Nobles, artistes, architectes constituent autant de classes décortiquées par la plume caustique d'Angela Thirkell.

Elle propose notamment plusieurs visions de la condition artistique: celle du peintre maudit incarné par le jeune Julian Rivers (une vraie tête à claques) et celles de la femme écrivain dont Mrs Rivers et Mrs Barton  représentent deux aspects bien antagonistes. Quand l'une parle de son Art avec un grand A, l'autre se fait discrète et se réfugie dans ses recherches historiques.

J'ai beaucoup ri aux descriptions des synopsis des romans de Mrs Rivers, des bluettes qui semblent refléter son existence fantasmée.

L'humour est sans cesse présent, que ce soit dans les situations (les fuites répétées de l'éditeur Mr Johns devant Mrs Rivers, les télégrammes qu'il invente...) ou dans les dialogues et descriptions.

De même, Angela Thirkell démontre un grand talent dans la construction narrative: elle arrive à entremêler habilement différentes intrigues, différents rebondissements sans jamais lasser son lecteur ni rendre les situations improbables. On s'amuse, on réfléchit, on espère que certaines idylles auront une conclusion heureuse...

J'ai aimé cette fin aussi. Qui sonne si juste et célèbre d'une certaine façon un des thèmes sous-jacents de cet ouvrage, à savoir les relations entre parents et enfants.

Bref, vous l'aurez compris: je me suis régalée avec cet ouvrage qui offre une très belle description, à la fois tendre et ironique d'une certaine société anglaise en 1938, et propose de jolies histoires d'amour. Je suis ravie de cette première immersion dans l’œuvre d'Angela Thirkell et je sais déjà que ce ne sera pas la dernière! Si, comme vous moi, vous aimez les atmosphères "so british", les séjours dans des manoirs..., alors précipitez vous sur cette série.

Virago Modern Classics, 298 pages

Billet dans le cadre du challenge A year in England

pomfret towers,angela thirkell,virago modern classics,challenge a year in england,littérature anglaise