Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2012

Agnès Grey

Agnès Grey

Anne Brontë

Anne-Bronte-Agnes-Grey.jpg

"Toutes les histoires vraies portent avec elles une instruction, bien que dans quelques-unes le trésor soit difficile à trouver, et si mince en quantité, que le noyau sec et ridé ne vaut pas souvent la peine que l'on a eu à casser la noix"

Ainsi débute le récit d'Agnès Grey. Cette jeune femme, issue d'une famille désargentée, décide de devenir gouvernante pour soutenir les siens. Elle loue ainsi successivement ses services à deux familles, les Bloomfield et les Murray, qui ne reconnaissent pas à juste titre ses mérites. 

Anne_Bronte.jpg


Je venais juste de regarder l'adaptation par la BBC de The tenant of Wildfeld Hall, autre roman The-Tenant-of-Wildfell-Hall-B00005JOA0-L.jpgde cette écrivaine. Et j'ai eu envie de me lancer dans son premier opus paru en 1847, la même année que Jane Eyre et les Hauts de Hurlevent. 


Une des grandes qualités de cet ouvrage consiste dans la peinture qu'il dresse de la condition des femmes à l'époque victorienne. Comme l'auteure, l'héroïne a dû trouver un emploi de gouvernante pour aider sa famille. De cette façon, on découvre la place qu'occupaient ces employées dans les maisons, à la fois méprisées par leurs maîtres et les domestiques, et condamnées à une vie solitaire. Certaines scènes sont particulièrement frappantes telles que celle de la torture des oiseaux (largement autobiographique) et soulignent le peu de marge de manoeuvre laissée dans le processus éducatif.


Mais j'ai été beaucoup moins convaincue par ce roman que par le second ouvrage de l'écrivaine. C'est un peu comme s'il avait servi de brouillon à Anne Brontë, dans le sens où on peut y déceler les prémisses de la trame de La Recluse de Wildfeld Hall. En effet, une des élèves, Miss Murray fait un mariage malheureux avec un Lord qui se révèle très vite volage, porté sur la bouteille et la contraint à résider à la campagne, après la naissance de leur premier enfant. Or, l'échec de cette union et la position de faiblesse de la jeune épouse n'est pas sans rappeler un des ressorts de l'intrigue de la seconde oeuvre de fiction de l'auteure.

De plus, j'ai eu du mal à m'attacher au personnage principal. Je l'ai trouvée à maintes reprises trop moralisatrice, trop timorée et trop attentiste. 

La première partie m'a semblé également s'étirer en longueur. J'ai eu beaucoup de difficultés à trouver intéressant l'exposé des méthodes d'éducation, leur échec et les rebellions des enfants à la charge de Miss Grey. J'ai accéléré mon rythme de lecture au démarrage de l'idylle, bien que j'ai trouvé que ce flirt manquait de souffle.

Bref, vous l'aurez compris: Agnès Grey se révèle un livre intéressant sur la condition des femmes à l'époque victorienne mais il ne faut pas se laisser décourager par la lenteur de l'entame. 

Lu dans le cadre du challenge Au service de... , du challenge Victorien d'Arieste et du challenge les 100 livres à avoir lu au moins une fois de Bianca.

Gallimard, 2001, collection "L'imaginaire", 8,50 €

 

agnès grey,anne brontë,challenge au service de...,challenge victorien


logo-challenge-victorien.png

Challenge Au service de... (2).jpg