Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2014

Une demoiselle comme il faut de Barbara Pym

Une demoiselle comme il faut

de

Barbara Pym

une demoiselle comme il faut.jpg

"Elles me regardent, pensa Rupert Stonebird, quand il vit les deux femmes qui descendaient la rue un peu trop lentement. Mais il est vrai que je les regarde aussi" décida-t-il, car en sa qualité d'anthropologue il savait que les hommes et les femmes s'observent parfois avec autant de méfiance que des animaux sauvages tapis dans les hautes herbes.

La situation n'avait rien de particulièrement inhabituel-un homme célibataire qui visitait la maison qu'il venait d'acheter et qui se demandait où il devait mettre ses meubles, et deux femmes-des sœurs peut-être-qui trahissaient un intérêt tout naturel pour l'homme, la maison ou les deux."

Dans une paroisse au Nord de Londres, deux célibataires viennent d'emménager: Rupert Stonebird, un trentenaire, anthropologue et Ianthe Broome, une trentenaire bibliothécaire. Tout le voisinage est en effervescence et souhaite faire la connaissance de ces nouveaux arrivants.

"Il y' avait toujours un rien d'excitation et d'incertitude dans le fait d'habiter une paroisse de Londres-on ne savait jamais qui on verrait arriver à l'église le dimanche"

Et si ces installations récentes avaient des répercussions sur leur vie à tous?

barbara_pym.jpg

Cela fait longtemps que ma mère me parlait de Barbara Pym. Mais je ne m'étais jamais lancée dans aucun de ses romans. Il a fallu un dimanche pluvieux pour que j'aie soudainement envie de me plonger dans ce titre que j'avais pioché dans la bibliothèque maternelle. J'ai dévoré cet ouvrage à l'abri sur mon canapé rouge avec une tasse de thé et je me suis sentie tout simplement bien.

Ce billet ne s'adresse pas à ceux qui n'apprécient que les livres aux intrigues compliquées et aux retournements de situations incessants. Ici, il s'agit plutôt d'observer l'impact de l'arrivée de Rupert et de Ianthe sur une petite paroisse londonienne. Au début, on a l'impression que rien ne se passe. Puis, d'infimes répercussions semblent avoir lieu et lentement, certaines existences évoluent.

L'atmosphère de ce roman est surannée. On ne sait pas situer exactement l'époque à laquelle l'action se tient. (les années 30?40?50?)

Néanmoins, on est transportés dans ce petit monde qui gravite autour du pasteur et de sa femme. Aucun héros ne se détache. Au contraire, on s'attache à toute une galerie de personnages dont on suit la vie au jour le jour, entre leur travail à la bibliothèque, les réunions paroissiales, les invitations à dîner...

Barbara Pym décrit avec beaucoup de tendresse et d'humour leur quotidien. On se moque gentiment de leur travers, on espère qu'ils vont voir leurs souhaits exaucer, on est émus par leurs maladresses....

Cet humour so british atteint d'ailleurs son apogée quand ils partent tous à Rome. Dans la Ville éternelle, tous leurs défauts se trouvent comme exacerbés.

Cette escapade italienne n'a pas été sans me rappeler Avec vue sur l'Arno d'EM Forster. Entre les pages, j'ai également repéré un autre titre: Avril enchanté d'Elizabeth von Arnim et je pense que je ne vais pas tarder à me l'acheter.

Bref, vous l'aurez compris: j'ai beaucoup apprécié ce roman doudou à l'humour so british. Si vous avez des titres à me conseiller de cet auteur, n'hésitez pas car j'aimerais beaucoup poursuivre mon exploration de son œuvre.

Editions 10/18, 332 pages

Billet dans le cadre du challenge God save the livre 2014

 

Challenge-anglais.jpg

 

11/02/2014

Très chère Sadie

Très chère Sadie

de

Sophie Kinsella

sophie kinsella,très chère sadie,roman de chik litt,roman avec un fantôme,pocket

"Mentir à ses parents, c'est agir pour leur bien. Une façon de les protéger. Prenez mes parents. S'ils étaient au courant de ma vie réelle et de l'état de mes finances/amours/impôts, ils auraient fait une crise cardiaque. Le médecin leur demanderait: "Vous avez subi un gros choc?" et ce serait ma faute. Aussi à peine sont-ils arrivés chez moi que je leurs sors des mensonges"

Depuis quelque temps, tout semble se détraquer dans la vie de Lara, une Londonienne de 27 ans. Non seulement elle vient de se faire plaquer par son fiancé mais son associée Nathalie a décidé de prendre un congé sabbatique alors que leur affaire bat de l'aile.

Rien ne s'arrange quand,lors de l'enterrement de Sadie, sa grand-tante de 105 ans, elle est abordée par une jeune fille sortie tout droit des années 20. Cette dernière se prétend être le fantôme de cette fameuse Sadie et lui demande de l'aider à chercher son sautoir.

Malgré ses réticences, Lara va se lancer dans une chasse au trésor.

sophie kinsella,très chère sadie,roman de chik litt,roman avec un fantôme,pocket

J'ai beaucoup aimé les premiers volets de la série des Confessions d'une accro du shopping et Les Petits secrets d'Emma. Et j'avais noté ce titre suite à un billet de Bianca.

Après avoir terminé le roman assez âpre de Chantal Thomas, j'ai eu besoin de légèreté et cet ouvrage m'a semblé très à propos. Je n'ai pas du tout regretté mon choix.

Lara se trouve à un croisement de vie: elle a été quittée et l'entreprise dans laquelle elle a investi toutes ses économies peine à trouver des clients. Alors qu'elle se rend à l'enterrement de sa grand-tante, elle tente de convaincre son oncle de l'engager dans sa chaîne de cafés. Mais elle essuie une rebuffade.

Heureusement, juste avant l'incinération de son aïeule, l'esprit de cette dernière fait irruption dans son existence. Et cette apparition va avoir un impact très bénéfique sur notre héroïne.

J'ai beaucoup aimé cet élément de l'intrigue et je n'ai pu m'empêcher d'y voir un hommage au Drôle de Noël de Scrooge où trois fantômes transforment la façon de penser du vieil avare.

Lara et Sadie forment un tandem très drôle. Sadie culpabilise sa petite nièce de ne jamais lui avoir rendu visite dans sa maison de retraite et parvient donc à lui dicter sa conduite. Ainsi, Lara doit inviter un inconnu devant une salle de réunion remplie, se rendre à leur premier rendez-vous dans une panoplie années 20, apprendre à danser le charleston...Autant de situations saugrenues qui font beaucoup rire le lecteur.

Tout en réussissant les défis que lui lance Sadie, Lara poursuit son enquête sur la disparition du sautoir. Une investigation qui va lui faire découvrir de nombreux secrets de famille. Même si je me doutais de la résolution de cette énigme, je me suis bien amusée à suivre les rebondissements.

Néanmoins, cette recherche du bijou de sa grand-tante n'en fait pas oublier les objectifs que s'est fixée notre jeune Londonienne de 27 ans. Comme dans tout roman de chick lit, elle tente de redonner un sens à sa vie tant amoureuse que professionnelle. On se doute bien de l'issue de cette aventure personnelle. Mais cela n'empêche pas de prendre beaucoup de plaisir à la voir apprendre de ses erreurs et faire enfin les bons choix.

Ce plaisir est décuplé grâce à la galerie de personnages secondaires imaginés par la Sophie Kinsella. En quelques mots, elle parvient à leur donner beaucoup de relief et à stigmatiser, tout en leur conférant un ressort comique, certains traits de caractères que l'on peut rencontrer au quotidien.

Sous ses dehors drôles, Très chère Sadie aborde également des problématiques importantes telles que l'abandon des personnes âgées ou le stress professionnel. Cette œuvre fait également réfléchir sur les relations familiales et amoureuses et sur les échecs que l'on peut rencontrer à cause d'un orgueil mal placé.

Bref, vous l'aurez compris: j'ai vraiment passé un très bon moment avec ce roman amusant, qui se lit d'une traite et sait parler avec légèreté des choses graves. Un très bon cru de Sophie Kinsella!

Editions Pocket, 2012, 541 pages, 7,60 €

Billet dans le cadre du challenge God save the livre 2014

sophie kinsella,très chère sadie,roman de chik litt,roman avec un fantôme,pocket

23/01/2014

Oscar Wilde et le mystère de Reading

Oscar Wilde et le mystère de Reading

de

Gyles Brandreth

gyles brandreth,oscar wilde et le mystère de reading,editions 1018,collection grands détectives,polar victorien,oscar wilde enquêteur

"Il était six heures du soir, mais le radieux soleil estival était encore très haut dans le ciel. Sur la terrasse du Café suisse, à l'ombre de l'auvent aux rayures bleues et blanches, assis sur une petite chaise face à une table ronde couverte d'une nappe à carreaux rouges et blancs, un homme corpulent tournait entre ses mains un verre vide. Il était là depuis une heure-deux, peut-être"

Après avoir été reconnu coupable de sept chefs d'accusation d'attentat à la pudeur et avoir purgé une peine de deux ans d'emprisonnement et de travaux forcés, Oscar Wilde s'est réfugié en France en 1897. Et plus exactement à Dieppe où il se fait appeler Sebastian Melmoth et où il vit chichement de la rentre accordée par son épouse.

Alors qu'il est à la terrasse d'un café, un certain Dr Quilp l'aborde et lui demande de lui raconter tout ce qu'il a vécu à la prison de Reading. Il est certain que s'ils couchent ensemble sur le papier les mémoires de l'écrivain déchu sur sa vie en prison, ils gagneront énormément d'argent.

Oscar Wilde accepte le marché et commence son récit...

gyles brandreth,oscar wilde et le mystère de reading,editions 1018,collection grands détectives,polar victorien,oscar wilde enquêteur

J'ai toujours été sous le charme de l'esprit d'Oscar Wilde. C'est pour cette raison que l'année dernière je m'étais plongée dans le crépusculaire Testament d'Oscar Wilde de Peter Ackroyd. Un roman dont la lecture m'avait pris beaucoup de temps. Aux flashbacks sur sa vie passée se succédaient des instantanés sur ses derniers jours à Paris. Un ouvrage bien éloigné de l'idée que je m'étais faite de lui.

J'imaginais un homme brillant, caustique, bon vivant et j'étais confrontée à un être las, brisé, abandonné et sans verve. Aussi, quand Adalana a parlé d'Oscar Wilde et le mystère de Reading sur son blog, j'ai eu immédiatement envie de le découvrir. J'avais beaucoup aimé les premiers opus de cette série mettant en scène l'écrivain transformé en détective. Et j'étais curieuse de voir si la vision de Gyles Brandreth  sur les dernières années de son existence rejoignait celle de Peter Ackroyd.

Dès les premières pages, on retrouve le poète dans son exil français. Il semble marqué par l'épreuve qu'il vient de traverser mais a gardé son esprit caustique. Un voyageur l'aborde et lui demande de parler de son expérience carcérale.

L'écrivain se laisse convaincre et remonte le fil de ses souvenirs. On le suit ainsi de sa condamnation à sa première incarcération et à son transfert dans la geôle de Reading.

Gyles Brandreth a su très bien ressusciter l'ambiance qui devait régner dans les prisons victoriennes. Chaque détenu était isolé et n'avait pas le droit de s'adresser à ses comparses, sous peine d'être battu. De même, il ne pouvait sortir de son cachot que vêtu d'un masque qui le dissimulait aux yeux des autres. Il perdait également son identité et devenait un simple matricule.

Dans les premiers chapitres, ce tableau des conditions inhumaines de détention prend le pas sur le reste de l'intrigue. On ne peut qu'être profondément bouleversé de ce qu'a pu endurer Oscar Wilde ou les autres condamnés.

Puis, une mort suspecte survient...Suivie d'une autre. Notre héros, connu pour son amitié avec Arthur Conan Doyle (il l'aurait inspiré pour le personnage de Mycroft Holmes) est sollicité. Néanmoins, son absence de liberté de mouvement, l'empêche de mener à bien son enquête. Les mois passent. Un coupable se désigne tout seul. Mais est-il le bon? N'aurait-on pas plutôt exécuté un innocent?

Contrairement aux autres tomes de la série, je me suis doutée de la résolution de l'énigme policière. Cependant, cela ne m'a pas empêché d'apprécier les rebondissements.

Bref, vous l'aurez compris: j'ai passé un bon moment en compagnie de ce polar victorien. Même si je n'ai pas retrouvé la verve et la qualité des énigmes des premiers opus, je me suis laissée emporter par le récit de ces deux années qui ont brisé un des plus grands esprits de son temps.

Editions 10/18, collection "Grands détectives", 401 pages

Billet dans les cadres des challenges 19ème siècle et God save the livre 2013

gyles brandreth,oscar wilde et le mystère de reading,editions 1018,collection grands détectives,polar victorien,oscar wilde enquêteur      

gyles brandreth,oscar wilde et le mystère de reading,editions 1018,collection grands détectives,polar victorien,oscar wilde enquêteur