Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/11/2014

La Vie au bout des doigts

La Vie au bout des doigts

de

Orianne Charpentier

 

la vie au bout des doigts,orianne charpentier,scripto,gallimard,roman première guerre mondiale,héroïne féminine

 "La surveillante de nuit passa dans le dortoir, un sifflet aux lèvres et une lampe à la main. C'était une de ces lampes-tempêtes en cuivre, avec une bougie à l'intérieur qui brillait faiblement. La lumière était douce quand on ouvrait les yeux, mais les oreilles restaient douloureuses, toutes bourdonnantes encore du sifflement strident."

Mardi 11 novembre 1913, Guenièvre, 14 ans, n'arrive pas à s'acclimater au pensionnat dans lequel l'a placé sa grand-mère, après la mort de ses parents lors d'un accident du transsibérien. Pour oublier sa peine et les moqueries de ses congénères, elle se réfugie dans la nourriture pourtant peu ragoûtante.

Jusqu'au jour où elle fait la connaissance de Pauline, une "grande" qui entend la protéger et l'initier au monde moderne.

Puis,à Noël, les bouleversements surviennent dans la vie de notre héroïne. Chassée du pensionnat, elle reprend sa place dans le foyer de sa grand-mère et retrouve ses repères d'antan.

Mais ce bonheur n'est qu'éphémère. En effet, à l'été 1914, la guerre éclate et balaie tout sur son passage. Guenièvre, comme tout son entourage, va devoir faire face. Tout en continuant son apprentissage.

la vie au bout des doigts,orianne charpentier,scripto,gallimard,roman première guerre mondiale,héroïne féminine

J'avais entendu beaucoup de bien de ce roman. Aussi, je n'ai pas hésité longtemps quand il est arrivé dans ma médiathèque.

Comme dans le Choix d'Adélie de Catherine Cuenca dont je vous parlais le mois dernier, Orianne Charpentier a abordé les années 1913-1919 par le prisme féminin.

Mais, contrairement à Adélie, Guenièvre est une adolescente mal dans sa peau, sans réels objectifs et rejetée des autres. Sa différence l'effraie et elle n'entend pas l'exploiter, de peur de se démarquer.

Au fil des pages et des six années où nous suivons son itinéraire, on va la voir évoluer et s'affirmer de plus en plus. Comme sa grand-mère, notre héroïne possède un don. Celui de guérir miraculeusement les blessures. Elle manifeste aussi un talent pour pressentir le futur de certaines personnes qu'elle croise.

J'ai trouvé cette dimension fantastique assez intéressante, notamment en ce qui concerne l'analyse qu'elle suscite sur la place des guérisseurs et guérisseuses dans les campagnes françaises au début du vingtième siècle.

En effet, sans jamais alourdir l'intrigue ou donner l'impression de se livrer à un cours magistral, l'auteur parvient à brosser un tableau très fouillé de cette époque. Place des femmes, opinions et combats politiques (le pacifisme, l'Action française), milieux intellectuels et artistiques, avancées scientifiques, impact de la guerre à l'arrière, attente des nouvelles du front, fuite devant l'ennemi, vie à la campagne...constituent autant de sujets traités.

Et ce travail de reconstitution extrêmement poussé m'a bluffée. J'ai aimé en apprendre plus sur cette période et sur le climat qui y régnait.

De même, je me suis beaucoup attachée aux personnages imaginés par Orianne Charpentier. Que ce soient Guenièvre, Perpétue, la servante de sa grand-mère aux idées et prévisions farfelues (Henriette Pottier m'a bien fait rire), Petit Dan ou Edmond, ils se révèlent tous très vivants et intéressants.

J'ai également apprécié la construction de l'intrigue en deux parties: avant 1914 et pendant la guerre. On est en présence d'un narrateur omniscient qui se focalise sur la jeune fille dont on suit l'évolution. Néanmoins, il prend la liberté d'introduire des ruptures dans le récit (apartés de connivence avec le lecteur). De plus, même si la troisième personne du singulier prévaut, de temps en temps, le "je" s'impose. Notamment par le biais de lettres ou de journaux intimes. Une manière de donner encore plus de poids aux confidences des soldats chers à Guenièvre et aux femmes qui gravitent autour d'elle. Une manière aussi d'exprimer leur douleur et  l'horreur des combats.

Bref, vous l'aurez compris: j'ai été happée par ce roman dense, bien écrit, prenant, émouvant et je ne suis pas passée loin du coup de cœur.

Gallimard Jeunesse, collection Scripto, 2014, 411 pages

Billet dans le cadre du Challenge Première Guerre mondiale et Un pavé par mois.

la vie au bout des doigts,orianne charpentier,scripto,gallimard,roman première guerre mondiale,héroïne féminine

 

 la vie au bout des doigts,orianne charpentier,scripto,gallimard,roman première guerre mondiale,héroïne féminine

 

 

 

20/10/2014

Premier bilan du Challenge Première Guerre mondiale

Premier bilan du Challenge Première Guerre mondiale

challenge première guerre mondiale.jpg

Avant de relancer le challenge Au service de... en fin de semaine, je voulais dresser un premier bilan de l'autre challenge que j'organise autour de la Première Guerre mondiale.

Voilà presque six mois qu'il a débuté et voici le récapitulatif de vos billets. N'hésitez pas à me signaler tout lien manquant. 

Niveau Louis Pergaud:de 1 à 4 billets

Amosme

Billet de présentation

Mauvais genre de Chloé Cruchaudet

Eline

Billet de présentation

Niveau Charles Péguy: de 5 à 10 billets

Anne-Sophie (1/5-10)

Billet de présentation

Mauvais genre de Chloé Cruchaudet

Fanny (2/5-10)

Billet de présentation

Mauvais genre de Chloé Cruchaudet

The Crimson field

Ingrid (5/5-10)

Billet de présentation

Mon père est parti à la guerre de John Boyne

Une lettre de vous de Jessica Brockmole

Des vies derrière soi de Maxime Altero

Dernier été à Mayfair de Thérésa Revay

Les âmes grises de Philippe Claudel

Tia (1/5-10)

Billet de présentation

Mon père est parti à la guerre de John Boyne

Niveau Alain-Fournier: de 10 à 15 billets

Constance

Billet de présentation

Emilie et Fanny (1/10-15)

Billet de présentation

Ravages de Louisa Young

Lucie Chipounette (3/10-15)

La chute des géants de Ken Follett

Rendez-vous au chemin des dames de Yves Pinguilly

Frères de guerre de Catherine Cuenca

Niveau Guillaume Apollinaire: plus de 15 billets

Bianca (12/15 et +)

Billet de présentation

14 de Jean Echenoz

Par un matin d'automne de Robert Goddard

Les carnets de guerre de Victorien Mars de Maxence Fermine

La chambre des officiers de Marc Dugain

Les âmes grises de Philippe Claudel

Mes soeurs et moi de Judith Lennox

Bifteck de Martin Provost

Dernier été à Mayfair de Theresa Revay

Mauvais genre de Chloé Cruchaudet

1, rue des Petits pas de Nathalie Hug

11 novembre de Paul Dowswell

Le Choix d'Adélie de Catherine Cuenca

Céline (5/15 et +)

Billet de présentation

La chambre des officiers de Marc Dugain

La chute des géants de Ken Follett

Un long dimanche de fiançailles de Sébastien Japrisot

Au-revoir là haut de Pierre Lemaître

Les Croix de bois de Roland Dorgelès

Loucy (5/15 et +)

Billet de présentation

Mon père est parti à la guerre de John Boynes

14-18 une minute de silence pour nos arrière- grand-parents courageux de Thierry Dedieu

Léon et Louise de Alex Capus

Cote 512 de Thierry Bourcy

Mauvais genre de Chloé Cruchaudet

Natacha

Moi (5/15 et +)

Une lettre de vous de Jessica Brockmole

Les Croix de bois de Roland Dorgelès

Maisie Dobbs de Jacqueline Winspear

La Faute au midi de Jean-Yves Le Naour

Le Choix d'Adélie de Catherine Cuenca

Un bilan varié, de très belles invitations à découvrir de nouveaux romans, bandes dessinées ou séries...Laissez-vous tenter et n'hésitez pas si vous souhaitez vous joindre à nous.

 

09/10/2014

Le Choix d'Adélie

Le Choix d'Adélie

de

Catherine Cuenca

le choix d'adélie,catherine cuenca,roman première guerre mondiale,roman pour adolescents,roman historique,oskar editions

"Lyon, juin 1913,

Plongée dans sa lecture, Adélie essayait d'ignorer les appels répétés de sa mère."

En ce début d'été 1913, Adélie, une jeune fille de 17 ans, attend avec impatience les résultats de son baccalauréat. Elle espère l'obtenir et entamer des études de médecine pour devenir chirurgien.

Au grand dam de sa mère qui préférerait qu'elle trouve un bon parti et ne cesse de lui présenter d'éventuels prétendants.

Un dimanche midi, lors d'un déjeuner avec un nouveau collègue de son père et sa famille, Adélie fait la connaissance d'Antonin, un jeune homme de son âge qui partage les mêmes ambitions professionnelles.

Débute alors une idylle entre eux.

Mais au cours de l'année, leur relation se heurte à des obstacles et surtout, la Première Guerre mondiale éclate et les sépare...

Face à ce conflit, Adélie va devoir faire des choix...

le choix d'adélie,catherine cuenca,roman première guerre mondiale,roman pour adolescents,roman historique,oskar editions

J'ai immédiatement été attirée par le titre et par cette jeune infirmière en couverture. Aussi, j'ai été ravie quand ma copinaute Bianca a accepté de partager cette lecture commune avec moi.

Dès les premières pages, je suis tombée sous le charme de cette héroïne, à la fois ambitieuse et naïve, intelligente et courageuse...En dépit du choix narratif (style indirect), on s'attache à elle, on comprend ses émotions, ses tourments, ses doutes, ses souffrances...

Adélie ne nourrit pas les mêmes rêves que les autres jeunes femmes de son âge. En place d'un mari, elle espère obtenir un poste de chirurgien et est prête à tous les combats et tous les sacrifices pour parvenir à ce but. Et sa rencontre avec Antonin va la conforter dans ce but.

On la suit donc lors de ses premiers pas en amphi et on la voit essuyer, avec une comparse, le mépris de certains professeurs et de certains camarades. J'ai été particulièrement frappée par la première leçon d'anatomie où tout est fait pour les pousser dehors...

Ce roman pour adolescents s'attaque donc à une problématique que j'affectionne: celle de la place des femmes et de leurs droits. En ce début de 20ème siècle, rares sont celles qui peuvent exercer le métier qu'elles souhaitent. Et souvent pour atteindre le même rang que les hommes, elles doivent essuyer de nombreux refus et endurer de multiples épreuves. C'est le cas d'Adélie et de sa meilleure amie.

De même, la marge d'action pour une femme est assez limitée: soit elle se marie et peut prétendre à un certain respect, soit elle demeure célibataire et se retrouve souvent en butte aux critiques voire aux avances de l'autre sexe.

A ce thème fort, développé tout au long de l'intrigue, se superpose forcément celui de la Première Guerre mondiale et de son impact sur toute la génération des 18-25 ans. Celle qui nourrissait de nombreux espoirs et qui s'est retrouvée brisée. Mutilations physiques, blessures psychologiques, renoncements, séparations, deuils constituent autant de sujets abordés au fil des pages.

Petite et Grande histoire s'entremêlent. A la fin de la Belle époque correspond une rupture dans la vie d'Adélie et on sent bien que la guerre pourrait en entraîner de nombreuses autres.

J'ai accroché à cette intrigue classique, à ce magnifique portrait de femme mais j'ai été un peu déçue par le dénouement sans doute un peu trop convenu à mon goût. A mon sens, cette héroïne si libre et si brave aurait mérité un autre sort (ne vous inquiétez pas, je ne vous en dirai pas plus).

Bref, vous l'aurez compris: je vous recommande cette lecture et j'espère que vous serez aussi séduite que moi par cette protagoniste et par son destin.

Oskar Editions, 2013, 338 pages

Billet dans le cadre d'une lecture commune avec Bianca et dans le cadre du Challenge Première Guerre mondiale

le choix d'adélie,catherine cuenca,roman première guerre mondiale,roman pour adolescents,roman historique,oskar editions