Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2014

Leighton House

Leighton House

 

leighton house,londres,maison d'un peintre victorien,frédéric leighton,kensington

 

 Le week-end dernier, j'ai eu l'immense chance de passer trois jours à Londres, une ville que j'adore. L'occasion de visiter Windsor (je vous en reparlerai prochainement sur ce blog) et quelques sites tels que la maison du peintre Frédéric Leighton.

Ma première rencontre avec cet artiste remonte à la très belle exposition Désirs et voluptés à l'époque victorienne du musée Jacquemart-André. J'avais notamment admiré son tableau de la nymphe de la rivière Dargle.

 

leighton house,londres,maison d'un peintre victorien,frédéric leighton,kensington

 Crenaia, la nymphe de la rivière Dargle

Aussi, quand ma mère et moi avons découvert que sa maison transformée en musée se trouvait toute proche de notre hôtel et qu'elle était recommandée fortement par notre guide, nous n'avons pas hésité longtemps.

 

leighton house,londres,maison d'un peintre victorien,frédéric leighton,kensington

 Sir Frédéric Leighton

Sir Frédéric Leighton (1830-1896) est un artiste britannique, né à Scarborough dans une famille de docteurs. Son père était médecin, tout comme son grand-père qui avait exercé auprès de la famille royale russe. Une charge qui lui avait permis d'amasser une grande fortune.

La mauvaise santé de leur mère contraint notre peintre et sa famille à migrer sur le continent. Ainsi, ils habitent successivement en France, en Italie, en Allemagne. De cette éducation cosmopolite, Frédéric va conserver une prédisposition pour les langues étrangères et un goût affirmé pour les voyages.

Très jeune, son talent d'artiste est consacré. En effet, la reine Victoria achète une de ses premières toiles en 1855 et en 1878, il obtient la présidence de l'Académie royale des Arts.

On ne connaît que peu de choses sur sa vie privée. Beaucoup de suppositions ont été notamment émises quant à sa relation avec sa muse Dorothy Dene. Une relation qui aurait inspiré George Bernard Shaw pour son  Pygmalion.

 

leighton house,londres,maison d'un peintre victorien,frédéric leighton,kensington

Dorothy Dene

 En 1865, Frédéric acquiert un terrain pour construire la demeure de ses rêves dans le quartier de Kensington. Il en confie l'édification à un de ses amis architectes et ne cessera pendant les trente ans qui lui restent à vivre de remanier sa bâtisse.

Quand on entre, on est tout de suite frappés par la splendeur du hall arabe. Un hall bâti sur les plans de l'intérieur d'un palais anglo-normand du 12ème siècle et qui dessert toutes les pièces de réception. On visite ainsi la bibliothèque, la salle à manger, le salon et on retraverse à chaque fois ce hall.

 

leighton house,londres,maison d'un peintre victorien,frédéric leighton,kensington

Le hall arabe

 Chacune de ces pièces souligne le sens de l'esthétisme de l'ancien propriétaire. Par exemple, Leighton a décidé de la couleur du papier peint du salon en fonction des toiles de Corot qu'ils voulaient y accrocher. De même, le parquet prend des teintes rouges qui répondent harmonieusement à celles des murs de la salle à manger.

 

leighton house,londres,maison d'un peintre victorien,frédéric leighton,kensington

 Le hall Narcisse et l'escalier qui mène à l'étage

A l'étage, nous attendent la chambre relativement spartiate de l'artiste, un salon et un magnifique atelier. L'occasion de découvrir de nombreux portraits et sculptures et de mieux se rendre compte de la vie que devait mener cet homme au talent reconnu par l'ensemble de ses pairs et de la société victorienne.

Bref, vous l'aurez compris: j'ai été conquise par cette visite. Un instant hors du temps qui permet de remonter un siècle en arrière et d'admirer le goût de cet homme.

Pour plus d'informations sur ce musée, c'est par ici.

Et voici une vidéo pour vous donner une impression d'ensemble...


 

 

 

24/02/2014

Un peu de mon week-end à Budapest

Un week-end girly à Budapest en quelques mots

vacances 20132014 1847.JPG

 Détester le réveil qui sonne à 4h30 du matin mais se lever quand même enthousiaste/ Dans six heures, je serai à Budapest/L'arrivée en Hongrie/L'hôtel Gellert/S'installer et repartir directement à pied pour découvrir la ville/Une montée très dure/Se balader aux abords de la citadelle/Faire du shopping/Admirer le château et les églises avoisinantes/Le soleil tombe plus tôt et donne une lumière ambre à tous les monuments/ "Mes cheveux captent la lumière"/Se promener le long du Danube/Refaire le monde ensemble/Imaginer un avenir différent et espérer qu'il arrivera prochainement/Rire, toujours rire/Les bains Gellert/Se plonger dans des bassins d'eau chaude/Un sentiment de bien-être absolu/Un apéritif dans une chambre d'hôtel/Traverser le pont et se retrouver dans une ville à l'allure différente/La Grande Synagogue/Une crise de toux/Un saule pleureur aux feuilles mémoire/L'avenue Andrassy ou les Champs-Elysées de Budapest/La Maison de la Terreur/Être remuée par cette visite/Mieux réaliser ce que signifiait la dictature communiste/Être admirative de tous ces héros connus ou inconnus/La basilique Saint-Etienne/Prendre un thé chez Gerbeaud dans un décor très Belle-Epoque/Les ruin bars/Le parlement/Le parc Marguerite/Un sens de l'orientation défaillant / Une marche le long du périphérique qui donne l'impression d'être reparties plus de trente ans en arrière/Un des meilleurs hamburgers de ma vie/Le zoo/Les yeux émerveillés de Françoise devant les éléphants/Les bains en plein  air/La place des héros/Un dîner très sympa/Prolonger la soirée dans un bar underground où des lièvres en plâtre courent au plafond et où on passe Louis Armstrong comme musique d'ambiance/Un retour de nuit dans les rues de Budapest/"C'est plus animé qu'en journée"/Un dernier réveil dans la capitale hongroise/Une dernière marche le long du Danube/Des chaussures mémoire/Des photos, toujours des photos/Repartir déjà de cette cité si contrastée et qui ne peut laisser indifférent/Vivement le prochain voyage...