Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/10/2018

Joan Procter, la femme qui aimait les reptiles! de Patricia Valdez & Felicita Sala

Joan Procter, la femme qui aimait les reptiles!

de

Patricia Valdez,

illustré par Felicita Sala

44731935_1915902505385758_2791933002454663168_n.jpg

"En ce temps-là, les jupes étaient longues et, pour le goûter, les enfants prenaient le thé. Voici une petite fille du nom de Joan Procter qui s'amuse avec des invités tous sauf ordinaires.

Onduleux, couverts d'écailles, ils s'enroulent autour des tasses. Ils se faufilent derrière les biscuits.

Alors que les autres filles lisent des histoires de princesses et de dragons, Joan se plonge dans les traités parlant de lézards et de crocodiles. Pour elle, pas de poupée préférée, mais un lézard qui l'accompagne partout où elle va."

Depuis sa plus tendre enfance, Joan délaisse les amusements des jeunes filles de son âge. Plutôt que de participer aux fêtes et aux sorties, elle se réfugie au Muséum d'Histoire Naturelle de Londres. En compagnie du conservateur du département reptiles et poissons, elle passe des heures délicieuses à disserter des écailles de serpents. Aussi, tout naturellement, quand la Première guerre mondiale éclate, pour pallier au manque de personnel, elle rentre comme assistante du conservateur. Puis, elle le remplace à sa retraite.

En 1923, le directeur du zoo de Londres la contacte pour rénover l'antique pavillon des reptiles. Elle leur crée alors un espace dédié à leur confort et leur bonheur.

De plus, elle jouit d'une réputation internationale. Notamment en raison de ses connaissances et de ses compétences en matière de dragons de Komodo.

44699293_2142160289130414_4319274534562693120_n.jpg

Cet album, découvert grâce à ma libraire, s'inscrit dans la lignée des ouvrages récemment consacrés aux femmes pionnières qui ont fait sensiblement avancer leur domaine d'intérêt. Je fais notamment référence aux deux tomes des Culottées de Pénélope Bagieu et aux deux volumes des Histoires du soir pour filles rebelles.

Ici, Patricia Valdez retrace l'incroyable destin de Joan Procter, une scientifique et zoologiste du début du 20ème siècle. En quelques pages et quelques mots habilement choisis, elle parvient à nous faire comprendre les principaux traits de caractère de cette savante et ses principales réussites.

A la fin, une notice bibliographique vient compléter le récit. En la parcourant, j'ai encore plus réalisé la qualité du travail de synthèse opéré par l'autrice.

joan procter,la femme qui aimait les reptiles!,patricia valdez,felicita sala,cambourakis,femme,destin de femme,scientifique,reptile,album jeunesse,littérature jeunesse,dragon de komodo

Un des autres atouts de ce titre réside dans les illustrations délicieusement vintage de Felicita Sala. Je trouve qu'elles accompagnent à merveille le propos. Le choix des couleurs, les détails des écailles, la douceur de certains traits....: tout fait sens. Je suivrai d'ailleurs avec beaucoup d'intérêt le reste de ses créations (j'ai déjà repéré une œuvre autour de Mary Shelley et une autour de Pablo Neruda).

Les pages se tournent toutes seules: on apprend, on admire...Et voilà déjà venu le temps de la conclusion.

Bref, vous l'aurez compris: Joan Procter, la femme qui aimait les reptiles! rend un joli hommage à une femme injustement méconnue.

Editions Cambourakis, 2018

44691032_1959361797502367_4194529614632058880_n.jpg

 

 

12/07/2018

Gustave Eiffel et les âmes de fer de Flore Vesco

Gustave Eiffel et les âmes de fer

de

Flore Vesco

flore vesco,gustave eiffel et les âmes de fer,didier jeunesse,gustave eiffel,littérature jeunesse,roman pour adolescents

"Alliage du chapitre 1

32% de cuivre

18% d'étain

50% d'un bien étrange entretien d'embauche

Gustave Eiffel empoigna fortement le fer. Sa main était assurée. Il effectua une légère rotation pour assouplir son poignet et soupeser le métal. Il prit une profonde inspiration. Ses doigts se crispèrent. D'un geste vif, sans la moindre hésitation, il appuya la pointe métallique contre le col. Il détendit le bras de manière fluide, dans un mouvement imparable, presque instinctif."

En ce matin du 8 août 1855, Gustave Eiffel parcourt le journal, à la recherche d'un emploi. Ses yeux tombent sur une étrange petite annonce. Après avoir réussi à la déchiffrer, il se rend au rendez-vous fixé. Il est bien loin de se douter que ce choix va le faire intégrer la prestigieuse S.S.S.S.S.S, société super secrète des savants en sciences surnaturelles. Après une formation acharnée, le voilà lancé dans sa première mission: vérifier si un phénix va bien renaître de ses cendres, dans une usine métallurgique, à la périphérie de Paris. A l'enjeu de réussir ce défi et de justifier la confiance de Louis Pasteur se mêlent bien vite des intérêts plus personnels. Et si ses sentiments le mettaient en danger?

flore vesco,gustave eiffel et les âmes de fer,didier jeunesse,gustave eiffel,littérature jeunesse,roman pour adolescents

Vous avez sans doute remarqué que j'avais été beaucoup moins présente l'année dernière sur le blog. C'est pour cette raison que je ne vous avais pas parlé de Louis Pasteur contre les loup-garous. Ce roman avait été un véritable coup de cœur et j'avais hâte de retrouver la plume de Flore Vesco. Aussi, je me suis précipitée sur ce nouvel opus dès que j'ai pu me le procurer à la médiathèque.

Nous retrouvons les protagonistes de Louis Pasteur contre les loup-garous. Désormais trentenaires, Louis Pasteur et Constance font partie de la prestigieuse S.S.S.S.S.S. Ils continuent de lutter contre les êtres fantastiques et horrifiques qui menacent le monde. De plus, ils officient également en tant que formateurs de nouvelles recrues. J'ai beaucoup apprécié ce choix narratif. Il nous permet de les retrouver et de savoir ce qui leur est arrivé, après leurs palpitantes aventures. Mais plutôt que de proposer une suite de leurs exploits, ils sont érigés en modèles de courage et d'intelligence. Et ils servent de transmission. Ainsi, ils passent le flambeau à une nouvelle recrue.

Ce nouvel héros est loin d'être inconnu. En effet, il s'agit de Gustave Eiffel, aux balbutiements de sa carrière. Encore une fois, Flore Vesco démontre tout son talent à entremêler petite et grande histoire. Mais elle n'applique pas une recette classique où vraies personnalités croisent personnages de fiction. A sa préparation, elle rajoute des éléments fantastiques. Aux loup-garous de Louis Pasteur se succèdent les âmes de fer. Fantastique et historique réussissent à coexister de manière harmonieuse.

Au fil des pages, nous apprenons beaucoup de choses sur les conditions de vie des ouvriers, sur les dangers de l'industrialisation, sur la place des femmes, sur l'Exposition universelle de Paris, sur l'évolution de la science et sur les créations d'Alfred Nobel. Tous ces éléments pédagogiques s'imbriquent à merveille à l'intrigue, sans jamais l'alourdir.

A ce discours historique et sociétal se superposent de nombreux éléments fantastiques. Loup-garous, phénix et âmes de fer s'invitent dans les péripéties. Et permettent aux lecteurs de mener une réflexion sur les dangers de la science, sur les manipulations, sur les cobayes et sur le retournement éventuel des créatures contre leurs créateurs.

Comme pour De capes et de mots ou Louis Pasteur, la prose est brillante, l'histoire maîtrisée de bout en bout; les calembours se succèdent, les références aussi (Frankenstein...). Mais, alors que j'avais trouvé que  le vocabulaire servait toujours l'action dans Louis Pasteur, sans jamais la ralentir. Ici, j'ai parfois eu la sensation que le trop plein de beaux mots pouvait desservir le propos.

"L'oreille était assaillie par mille bruits discordants: partout on clouait, vissait, rivait, écrouissait, sciait, escapoulait, calorisait, rabotait, corroyait, étampait, décottait, corrodait, mazéait, grenaillait, ébrondait, dolait, dulcifiait, emboutissait, laminait, crampait, ébarbait, burinait, pilonnait, cinglait, brasait et brocardait."

Malgré ce léger bémol, je n'ai pas boudé mon plaisir. Les pages se sont tournées toutes seules, j'ai ri, je me suis attachée à Gustave et ses amis...Mon cœur a même palpité à certains rebondissements...

Bref, vous l'aurez compris: ce troisième titre de Flore Vesco constitue de nouveau une réussite. Vivement son prochain!

Didier Jeunesse, 2018, 221 pages

 

28/04/2018

Deux albums autour de l'enfance

Deux albums autour de l'enfance

Me voici de retour aujourd'hui avec un billet autour de deux albums jeunesse autour de l'enfance.

tout petit,maie sellier,illya green,casterman,littérature jeunesse,à pas de géant,anais lambert,editions des éléphants,enfant,découverte,curiosité,marcher,promenade,poésie,premiers pas,monde

Tout petit de Marie Sellier et Ilya Green

« Mon tout petit, mon tout petit plein de vie, sur cette terre, il y a bien plus grand que toi. »

« Mais il y a [aussi] plus petit que toi. »

tout petit,maie sellier,illya green,casterman,littérature jeunesse,à pas de géant,anais lambert,editions des éléphants,enfant,découverte,curiosité,marcher,promenade,poésie,premiers pas,monde

J’ai toujours aimé l’œuvre d’Ilya Green et quand j’ai vu qu’elle s’était alliée avec Marie Sellier pour réaliser cet album, je n’ai pas pu résister à la tentation.

Une maman s’adresse à son tout petit, pour le comparer à son entourage et pour lui montrer qu’il participe au monde et en constitue un des rouages.

J’ai beaucoup apprécié cette réflexion sur la place de l’enfant. Et, plus généralement, autour de l’idée que chacun, à son échelle, joue un rôle dans l’univers.

Le texte, réduit à l’essentiel, nous immerge, page après page, sous une vague d’infinie poésie. Et que dire des illustrations d’Ilya Green ? Une fois encore, elle démontre son grand talent. C’est doux, sensible et coloré.

Un album qui parlera aussi bien aux grands qu’aux petits et une jolie déclaration que je recommande à partir de l’âge de deux ans.

Casterman, 2018

CVT_Pas-de-geant_8037.jpg

Pas de géant d'Anaïs Lambert

Direction le jardin avec ce second album.

« Ce matin, je me suis préparé. Sans faire de bruit, je suis sorti. »

Un petit garçon sort, sans faire de bruit, dans son jardin.

Pas après pas, tout un monde fabuleux s’ouvre à lui. Scarabées, escargots, fourmis croisent son chemin. Et, emporté par le souffle de l’imagination, notre héros croit même suivre la course d’un ours ou enjamber des rivières et des forêts. Et si un géant se mettait à le poursuivre ?

a pas de geant.jpg

Voici un joli album sur les premières découvertes d’un enfant. Véritable ode à la curiosité et à l’imagination, cet ouvrage nous permet de suivre la première promenade solitaire d’un petit garçon. Pour accompagner le texte au ton résolument enfantin, l’autrice a opté pour des images à hauteur justement de gamin. Les couleurs et les détails de ce monde qui fourmille m'ont beaucoup plu.

En revanche, j’ai moins adhéré aux visages humains qui ne m’ont pas semblé assez ciselés par rapport au reste de l’environnement.

Malgré cette légère réserve, je vous recommande cette ballade au creux d’un jardin.

Les Editions des Eléphants, 2018