Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

des romans policiers

  • Retrouve-moi de Lisa Gardner

    Retrouve-moi

    de

    Lisa Gardner

    retrouve-moi, lisa gardner, albin michel, look for me, dd warren, roman policier, littérature américaine, polar, thriller, boston, enquête, disparition

    "Une journée d'automne idéale. C'était louche. D. D Warren, enquêtrice de la police de Boston, le savait d'expérience: il faut toujours se méfier des journées idéales. Et pourtant, devant son fils Jack qui gloussait d'excitation en enfilant son sweat-shirt et son mari Alex, expert en scène de crime, qui souriait jusqu'aux oreilles en sortant un sac de toile L.L Bean du placard, difficile de ne pas se prendre au jeu."

     

    Un prologue comme un cauchemar où une jeune femme assiste au massacre de ses colocataires et peine à se remettre de ce traumatisme.

    Puis, retour dans un présent plus apaisé où l'héroïne enquêtrice savoure les prémices d'un dimanche bostonien aux allures de journée idéale. Au programme: cueillette de pommes et adoption d'un chien pour leur foyer. Mais bien vite, cette quiétude est brisée par un coup de fil. Quatre membres d'une même famille ont été sauvagement assassinés chez eux. Une des leurs semble avoir échappé à cette tuerie. Une adolescente de 16 ans. Victime ou coupable? Telle est une des nombreuses questions que vont se poser D.D Warren et son équipe dans une course contre la montre. 

    Mais ils ne sont pas les seuls à rechercher la jeune fille. En effet,  Flora et Sarah, deux membres d'un forum de soutien aux victimes de violence mènent leurs propres investigations.

    Et si ils n'arrivaient jamais à temps?

    Il s'agit du deuxième titre de Lisa Gardner que je découvre. Et ce qui me frappe comme pour la première fois, c'est le mécanisme narratif bien huilé qui lui permet de toujours demeurer dans une action soutenue et de tenir en haleine son lecteur. Un mécanisme qui s'appuie notamment sur la multiplicité de points de vue, sur un flash-back introductif fort et sur les extraits d'une rédaction de l'adolescente disparue. Autant de manières de faire avancer l'intrigue et de nous apporter des clés de compréhension sur les pourquoi de cette affaire et sur les implications de chacun des protagonistes.

    J'ai donc vite tourné les pages, happée par cette histoire. Et même si le dénouement se révèle cohérent avec l'ensemble, je dois confesser que j'aurais apprécié une autre issue.

    Outre le sens du rythme, un des autres atouts de l'autrice réside selon moi dans sa manière d'évoquer certains problèmes qui secouent la société américaine, comme ce déficit de structures d'accueil et de personnel d'encadrement pour les enfants enlevés à leurs parents provisoirement ou définitivement. Chapitre après chapitre, elle évoque ainsi la spirale de violence subie par certains des protagonistes. Une spirale qui fait froid dans le dos et qui lui permet de pointer tant les défaillances du système que la peine ressentie par certains des acteurs de ce même système face à leur aveuglement ou leur impuissance. 

    Et je crois que c'est ce que j'aime souvent dans un polar, cette dimension sociologique qui se superpose et qui donne à voir un peu du monde qui nous entoure. Même si j'aurais préféré que certains thèmes évoqués soient encore plus approfondis, je suis donc ressortie de ce page-turner avec la sensation d'avoir un peu appréhendé certains des sujets qui ébranlent les piliers du Boston way of life.

    Bref, vous l'aurez compris: une lecture efficace qui me donne envie de découvrir d'autres titres de Lisa Gardner.

    Un grand merci aux Editions Albin Michel pour l'envoi.

    Editions Albin Michel, 2021, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Cécile Deniard, 471 pages

  • Rendez-vous avec la ruse de Julia Chapman

    Rendez-vous avec la ruse

    de

    Julia Chapman

    IMG_20210123_203057_071.jpg

    "Stuart Lister avait décidé de faire preuve d'initiative. Mais, du coup, il allait mettre sa carrière en péril."

    J'aime donner rendez-vous à des personnages. Une ou deux fois par an. Et parmi ces retrouvailles les plus attendues, figurent celles avec Samson et Delilah.

    Je ne sais pas ce qui me plaît le plus dans leurs aventures. Leur village de Bruncliffe, dans le Yorkshire, entre soutien, ragots et paysages à couper le souffle? Leur chien Calimero?  Leurs enquêtes? Leur femme de ménage, personnage si pittoresque et drôle ? Leurs maladresses?  Leurs connexions avec l'adorable bande de la maison de retraite ?
    Ou serait-ce le thé brûlant et si fort qui semble être leur spécialité ?

    Je crois que pour moi, c'est un peu le mélange de tous ces ingrédients qui fait le charme de cette série policière où chaque tome permet d'avancer dans la connaissance des deux héros et de comprendre un peu mieux le mystère qui entoure le passé de Samson.

    Ici, nos deux détectives se retrouvent confrontés à une affaire d'adultère qui les emmène sur des terrains inattendus. Lors d'une partie de chasse bien loin des fastes d'antan.

    Une manière pour l'autrice de souligner l'évolution des grands domaines. Une manière aussi de montrer l'envers du décor de ces manoirs qui doivent sans cesse se réinventer pour continuer à exister.

    Comme à chaque fois, les pages se tournent toutes seules. Ponctuées de rires et de l'envie furieuse de me retrouver là bas sur ces sentiers verdoyants. Dans ce Yorkshire que j'aimerais tant découvrir. Et que j'ai admiré encore récemment dans la série All creatures great and small. J'ai d'ailleurs apprécié la référence de l'autrice au vétérinaire James Herriott. Un nom qu'elle a donné à son vétérinaire de Bruncliffe. Joli clin d'oeil à cet homme qui a marqué de son empreinte la région.

    Bref, vous l'aurez compris: une nouvelle rencontre réussie avec Samson et Delilah. Vivement la prochaine. Et si vous ne les connaissez pas encore, je ne peux que vous conseiller le premier tome des Détectives du Yorkshire. 

    Robert Laffont, la Bête noire, traduit de l'anglais par Dominique Haas et Stéphanie Leigniel, 416 pages

  • Famille parfaite de Lisa Gardner

    Famille parfaite

    de

    Lisa Gardner

    famille parfaite, touch & go, thriller, livre de poche, famille, apparences, lisa gardner, roman policier, roman policier américain, li

    "Voilà une chose que j'ai apprise quand j'avais onze ans: la douleur a un goût. La question, c'est de savoir celui qu'elle a pour vous."

    Les Denbe semblent former une famille modèle, à la fois heureuse et prospère.
    Pourtant, derrière cette façade parfaite, bien des secrets se dissimulent.
    Un soir, ils disparaissent tous les trois. Emportés par des assaillants.
    Une détective, le FBI et des policiers vont faire équipe pour les sauver.
    Le compte à rebours est lancé.
    Au jeu des apparences tous ont beaucoup à perdre.

    Après ma mini-panne de lecture au début du confinement, j'avais retrouvé mon rythme quasi habituel. Aussi, quand j'ai commencé à abandonner en plein milieu plusieurs livres, je me suis tournée vers une valeur sûre. Un roman policier. Souvent, ce genre me redonne une impulsion. Et encore une fois, la recette a fonctionné.

    Je n'avais encore jamais lu de Lisa Gardner et j'ai apprécié l'efficience de sa mécanique narrative. Cette façon d'entrecroiser plusieurs voix et d'osciller entre l'enquête et le kidnapping. Comme deux facettes d'un même récit qui pourraient, selon l'issue, ne jamais se rencontrer.

    Cette façon également de faire craqueler petit à petit l'aspect si lisse des Denbe. Comme autant d'entailles dans leur réputation.

    J'ai pris un peu de temps à m'habituer au style sans fioritures. Ces phrases resserrées à l'essentiel qui se concentrent sur l'action. Ce n'est pas ce que je préfère habituellement mais j'ai trouvé que dans ce cas-là, cela fonctionnait plutôt bien.

    Certains personnages m'ont paru un peu  caricaturaux. Mais d'autres m'ont convaincue. Par leurs zones de flou. Par leur manière d'évoluer dans leur existence. Par leurs doutes. Par leurs rêves brisés. Plus je tournais les pages, plus j'avais envie de savoir ce que l'autrice leur réservait comme sort.

    J'ai nourri quelques soupçons sur le ou les coupables dans le dernier tiers. Mon intuition était la bonne. Mais, pour autant, cela ne m'a pas gâchée la découverte. Seul vrai bémol: les rebondissements de la conclusion qui m'ont laissée dubitative.

    Le Livre de Poche, 2015, 571 pages