Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2017

Treize raisons

Treize raisons

une série Netflix de Brian Yorkey

13raisons2.jpg

"Salut, c'est Hannah. Hannah Baker. Eh oui! Pas la peine de régler...ce sur quoi tu écoutes ça. C'est moi en direct et en stéréo. Pas de remboursement, pas de bis et cette fois-ci, absolument pas de réclamations. "

Hannah Baker, une jeune lycéenne, s'est suicidée quelque temps auparavant. Clay Jensen, un de ses camarades de classe, semble avoir du mal à se remettre de sa mort. Un soir, il trouve devant sa porte une boîte à chaussures. A l'intérieur: 13 cassettes audio. Il se met à écouter la première et reconnaît la voix de la disparue.

"Mange un truc. Installe-toi.

Parce que je vais te raconter l'histoire de ma vie.

Plus précisément, pourquoi ma vie s'est arrêtée.

Et si tu écoutes cette cassette..., tu en es une des raisons. "

13 cassettes pour 13 raisons que nous allons découvrir en compagnie de Clay Jensen au fil de ces 13 épisodes.

reasons-why1.jpg

Cette nouvelle série Netflix, je l'attendais avec impatience. Parce que j'avais beaucoup apprécié le roman de Jay Asher dont elle est adaptée/Parce que j'étais curieuse aussi de voir comment ce sujet à la fois si douloureux et si nécessaire du harcèlement et de ses conséquences allait être traité sur petit écran.

En soi, le sujet du harcèlement au lycée n'est pas novateur. On le retrouve dans beaucoup de "teen movies" mais il y est plus souvent abordé de manière optimiste car les héros s'en sortent, après maintes péripéties.

Là, il n'en est rien. Dès les premières images, on assiste à la chronique d'une mort annoncée et au mécanisme implacable qui a conduit au décès d'Hannah Baker. Un peu comme dans une tragédie grecque où les personnages principaux tentent de s'affranchir de leur destin et échouent. Il en va de même pour notre protagoniste qui voit toutes ses portes de sortie se fermer les unes après les autres.

"Si ça s'était passé autrement, ça ne serait peut-être jamais arrivé"

Voici une question lancinante qui revient tout au long du visionnage, aussi bien chez le spectateur que chez ceux qui écoutent les cassettes, transformés en audience malgré eux. J'ai beaucoup aimé cette idée du double niveau d'écoute car elle nous permet encore plus de nous identifier aux autres qui ne sont pas forcément nous mais dont certaines lâchetés humaines peuvent faire miroir avec les nôtres (je n'évoque bien entendu que les raisons les moins "graves").

Cette assimilation peut donc jouer le rôle d'un électrochoc pour le public et servir le propos didactique de cette série, à savoir la lutte contre toutes les formes de harcèlement.

DoucePagaille-13-Reasons-Why-2.jpg

Mais il ne faut pas réduire Treize raisons à la nécessité de se battre et de porter secours à ceux qui sont plongés dans la solitude par des bourreaux ordinaires.

Non, cette série constitue également à une enquête. Une enquête sur tous les crimes qui ont pousséHannah Baker au suicide. A l'inverse du roman qui se concentrait sur le contenu des cassettes et l'impact sur Clay, la série permet de développer les interactions entre tous ceux concernés au premier plan et d'accroître le suspense. On pressent parfois la gravité de certains rebondissements mais on ne les devine jamais tout à fait.  On s'interroge aussi sur qui détient vraiment la vérité: Hannah? les autres? un peu des deux? De même, on mesure mieux l'impact du geste de l'héroïne et comment sont gérés la douleur et la culpabilité par son entourage.

J'ai bien aimé ce parti pris narratif, même si je dois avouer que je n'ai pas toujours été convaincue par la pertinence de certains ajouts. Je pense notamment à certaines scènes entre le directeur et le conseiller dans les toilettes ou celle entre un professeur et le même conseiller. Peut-être est-ce dû à la prestation de ces acteurs...Qui ne m'ont pas toujours semblé justes.

En revanche, le casting "adolescent" est incroyable. Tous, avec en tête Dylan Minette (Clay) et Katherine Langford (Hannah Baker), incarnent à merveille leurs personnages. J'ai également été bluffée par Kate Walsh, la mère d'Hannah qui aurait pu en faire trop dans le registre de la douleur mais demeure impeccable en femme broyée par le chagrin et minée par les doutes.

13-reasons-crop.jpg

Malgré sa tonalité profondément tragique, 13 raisons parvient à offrir de belles séquences, un peu comme si elles épousaient les battements du cœur d'Hannah, toujours sur le fil de l'espoir. Je fais notamment référence à celles entre Hannah et Clay, dans le cinéma où il travaille ou aux après-midis "chocolat" avec Jessica et Alex au Monet. On se laisse prendre nous aussi au jeu et on espère, malgré tout...Et la chute n'en est que plus terrible.

Bref, vous l'aurez compris: je ne peux que vous recommander cette série, sans faux-semblants, autour du harcèlement et qui parvient, malgré son sujet douloureux, à ménager quelques ilots de poésie.

13 raisons, Netflix, 2017, 13 épisodes


 

 

 

04/04/2017

This is us-Saison 1

This is us

Saison 1

this is us.jpg

"C'est un fait: un humain partage son anniversaire avec plus de 18 millions de personnes. Rien ne prouve que partager celui-ci crée des liens entre ces personnes. S'il y en a...Wikipedia ne les a pas encore découverts..."

C'est par ces quelques mots que débute une série qui marquera certainement mon année 2017!!!

En quelques plans, on fait la connaissance de Jack, Kevin, Randall et Kate qui ont la particularité d'être nés tous les quatre un 31 août.

Jack est heureusement marié à Rebecca qui doit accoucher de triplés; Kevin est un acteur de soap opera, enfermé dans un rôle qui ne lui convient plus; Kate lutte contre des problèmes de poids et semble s'oublier dans l'ombre de son frère...Quant à Randall, il est le père de deux enfants, mène une carrière professionnelle brillante et vient de retrouver la trace de son père biologique.

Quatre destins bien différents donc..Et pourtant...


Je n'en dirai pas plus sur l'histoire, de peur de gâcher les surprises de cette première saison.

Une des forces du scénario réside justement dans cette capacité à nous étonner en dessinant des liens inattendus.

A la manière d'un puzzle, tout prend sens. Un peu comme si l'existence de ces protagonistes formait une grande mosaïque sans cesse en évolution.

Jack, Kevin, Randall et Kate... Mais aussi Rebecca, William, le docteur K, Toby... s'animent devant nous, révèlent leurs joies, leurs peines, leurs doutes, leurs désirs, leurs failles. On ne peut d'ailleurs une fois encore que saluer le travail scénaristique qui a conduit à leur création. Alors que l'aspect choral aurait pu amener à un déséquilibre entre les personnages, il n'en est rien ici. En effet, chacun d'entre eux apporte sa pierre à l'édifice narratif et chacun se révèle attachant à sa manière.

Force de l'écriture donc...tant dans la genèse et l'évolution des héros que dans cette reconstruction et cette imbrication perpétuelles des moments clefs de leurs vies. Ainsi, certains scènes déjà entraperçues s'enrichissent en permanence. Un peu comme des tableaux repris sans cesse par un peintre pour leur donner la touche finale et jamais complètement achevés.

Force de l'écriture aussi dans la justesse des dialogues, dans ces phrases parfois d'apparence banales qui regorgent de sagesse et de beauté.

"J'aime penser que peut-être un jour, vous serez un vieillard comme moi...parlant à un jeune homme, lui expliquant comment vous avez pris le citron le plus acide que la vie ait à offrir pour en faire de la limonade."

This-Is-Us-McRaney-620x375.jpg

Cette scène entre le docteur K et Jack, qui revêt une importance capitale pour toute la série, fait partie de celles qui m'accompagneront longtemps. Comme beaucoup d'autres. Scènes de déclaration d'amour (comment ne pas rêver d'un mari comme Jack), scènes de bilan de vie (William, quel incroyable être!), scènes de partage familial (le judo), scènes de rencontres, scènes de pleurs...

This is us foisonne de pépites, de moments magiques qui sonnent tellement vrai et qui pourraient venir de nos propres existences. Car, forcément, Jack, Rebecca, William, Randall, Kevin, Kate, c'est un peu nous...Ils nous ressemblent ou ressemblent aux gens que l'on côtoie et leurs préoccupations ou leurs bonheurs font forcément écho aux nôtres.

La qualité du casting contribue à cet effet miroir et à cette affection quasi instantanée pour les rôles qu'ils incarnent. Tous sont extraordinaires, toujours dans le bon tempo. Comme s'ils étaient leurs personnages et non des acteurs.

Bref, vous l'aurez compris: ne passez pas à côté de This is us, cette série qui parle avec tellement de talent de la vie sous tous ses aspects et qui a été pour moi un immense coup de cœur! Vivement la saison 2!

 

 

 

coeur qui bat.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

30/10/2015

Mon Roi de Maiwenn

Mon Roi

un film de Maiwenn

mon roi.jpg

Après une grave chute de ski, Tony est admise dans un centre de rééducation.

Six semaines pour reconstruire ses ligaments...

Six semaines pour faire le point aussi sur sa relation passionnelle et tourmentée avec Giorgio...

Je n'ai pas encore eu l'occasion de vous le dire mais je suis une grande fan du travail de Maiwenn. Je trouve qu'elle se démarque dans le paysage cinématographique et parvient toujours à livrer des films à la fois touchants et percutants (mention spéciale bien entendu à Polisse)

Aussi, j'attendais avec impatience la sortie de Mon Roi au cinéma.

Et, autant vous le révéler tout de suite, j'ai quitté la salle, avec des sentiments partagés.

Je n'ai pas aimé le choix narratif opéré. En effet, deux chronologies s'entremêlent sans cesse: le temps de la rééducation dans ce centre, au milieu de ces autres accidentés de la vie, et le temps de l'amour fou et destructif.

Il est toujours difficile de réussir à trouver un équilibre entre deux parties et là, clairement, le passé a supplanté le présent.

Parce que certaines scènes dans l'établissement de soins m'ont paru surjouées ou too much (je fais notamment référence à celle de l'entretien avec la psy (genou/"je noue")

Parce que tous les patients parviennent à rester lumineux, drôles....Comme si la vie ne les avait pas frappés

Parce qu'on a parfois nettement l'impression que cette description du séjour en milieu hospitalier ne sert que de transition entre les scènes avec le Roi

Comme si le film, dans sa construction même, se faisait le miroir de la fascination exercée par cet homme..

Mon Roi, c'est Vincent Cassel. Dans un rôle écrit pour lui. Dans des séquences qu'il a pu improviser. La caméra tourne sans cesse autour de lui, épousant le regard amoureux de Tony. Et, comme l'héroïne, le spectateur ne peut être que sous le charme.

Époustouflé par la performance de cet acteur caméléon. Époustouflé aussi par le personnage qu'il incarne. Un grand séducteur, un homme capable du meilleur comme du pire, un escroc, un homme castrateur, un manipulateur...Qu'on adore et qu'on hait à la fois.

Un homme qui nous échappe....Dont on ne comprend jamais pleinement les fêlures. Car on ne le voit que par les yeux de Tony et comme elle, on ne parvient pas à saisir totalement sa substance.

Toutes les scènes où Vincent/le Roi est là sont d'une force et d'une justesse incroyable. A la fois drôles (donner son portable n'aura plus le même sens désormais pour moi), crues, tendres, dures, éprouvantes...

Et c'est là le regret justement: se dire que ce long métrage aurait pu être une réussite totale si Maiwenn n'avait gardé que ces instants.

Si elle avait pris le parti de ne se concentrer que sur Tony/Giorgio, Emmanuelle Bercot/Vincent Cassel...

Si elle avait juste fait le récit de cette passion, de cette dérive...

Bref, vous l'aurez compris: ce film, que je reverrai ne serait-ce que pour la performance  formidable des deux acteurs principaux, m'a laissé avec de nombreux regrets. Comme si Maiwenn avait gardé toutes les idées qu'elle voulait exposer, à la manière d'un brouillon, sans parvenir à enlever celles en trop.