Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2016

A la découverte des Cotswolds

A la découverte des Cotswolds

cotswolds,mois anglais,bibury,bourton-on-the water,bampton

 

Je vous retrouve ce soir avec un billet autour de mon excursion d'une journée dans la campagne anglaise.

Au mois de février dernier, j'ai découvert la série des Agatha Raisin en compagnie de mes copinautes Titine et Emjy. Et ce premier tome m'a donné envie de me promener sur les traces de cette héroïne désopilante.

Aussi, au mois de mai, lors de notre séjour londonien, ma mère et moi avons opté pour une balade dans les Cotswolds.

Notre première étape a été le très joli village de Bibury qui a hébergé un temps le peintre William Morris. Nous avons eu l'occasion  d'admirer ses cottages et de déambuler le long de la rivière Coln. Paysages idylliques et dépaysement garanti! Je vous laisse juger avec ces quelques clichés...

P1040261.JPG

 

P1040268.JPG

P1040274.JPG

P1040285.JPG

Puis, notre chemin nous a menées vers Bourton-on-the Water, surnommée "la Venise des Cotswolds" en raison de ses nombreux ponts. Une fois encore, nous nous sommes émerveillées devant la beauté des lieux et devant cette ambiance "so british".

P1040294.JPG

P1040293.JPG

P1040307.JPG

P1040306.JPG

P1040313.JPG

Direction ensuite le village de Bampton, une localité que beaucoup d'entre vous ont déjà eu l'occasion de regarder sur petit écran. En effet, il a servi de lieu de tournage pour la série Downton Abbey. On retrouve ainsi l'église et la maison de Mrs Crawley. Le tour est vite fait mais pour les fans comme moi, c'est un plaisir d'arpenter ces artères, à la recherche de Mary, Branson, Carson et les autres.

P1040315.JPG

P1040317.JPG

P1040322.JPG

P1040327.JPG

P1040338.JPG

Bref, vous l'aurez compris: les Cotswolds constituent la destination idéale pour ceux qui veulent s'évader de la capitale et tomber encore plus sous le charme de l'Angleterre.

Billet dans le cadre du mois anglais organisé par Lou et Cryssilda.

logo mois anglais.jpg

 NB: Toutes les photos ont été prises par moi, à l'exception, bien entendu, de la carte et du logo.

31/05/2016

Le mois anglais 2016

Le mois anglais 2016

mois anglais 2016, myloubook, culture anglaise, littérature anglaise

Comme chaque année, au mois de juin, se déroule le mois anglais. L'occasion pour tous de fêter la culture anglaise sous toutes ses formes: littérature, cinéma, musées, peinture, musique, gastronomie...

Et comme, chaque année, de nombreuses lectures communes sont organisées:

Un roman qui se passe à Londres : 1er juin

(Vieilles) dames indignes ou indignées – Willa Marsh, Mary Wesley, Nancy Mitford, Barbara Pym, Agatha Christie, Elizabeth Taylor, Stella Gibbons… : 3 juin

Meurtre à l’anglaise (ou plus prosaïquement Polars anglais) : 5 juin

Autour de Jane Austen (romans, adaptations, biographies, austeneries…) : 7 juin

Campagne anglaise (lectures ou films se déroulant principalement à la campagne ou dans de petits villages anglais, photos de voyage…) : 9 juin

Auteurs anglais d’origine étrangère : 11 juin

Connie Willis, “Sans parler du chien” : 13 juin

Victoriens anglais (Les soeurs Brontë, Wilkie Collins, Dickens, Gaskell, George Eliot, Thackeray, Trollope…) : 15 juin

Sherlock Holmes, l’original et les produits dérivés (les titres/films mettant en avant Arthur Conan Doyle rentrent aussi dans cette LC): 17 juin

Rois et Reines d’Angleterre : 19 juin

Un écrivain contemporain au choix : 20 juin

Angela Huth : 21 juin

George Orwell : 23 juin

Théâtre anglais, tous siècles confondus (Shakespeare, Elisabéthains, Tom Stoppard, Nell Leyshon…) : 25 juin

Anita Brookner : 27 juin

Agatha Christie : 28 juin

Littérature enfantine ou adulescente ou adaptations sur grand et petit écran (Winnie, Beatrix Potter, Paddington Bear, Gruffalo, Neil Gaiman, Harry Potter, Roald Dahl, Mary Poppins…) : 29 juin

Je ne sais pas encore quel programme je vais suivre (j'ai toujours les yeux plus gros que le ventre!) mais je publierai des billets autour de deux lectures qui ont marqué mon mois de mai: Les jonquilles de Green Park de Jérôme Attal et le Célibataire de Stella Gibbons.

Si vous souhaitez rejoindre cette aventure, n'hésitez pas à vous inscrire chez Lou ou Cryssilda.

Vivement demain!

 

26/05/2016

Quoi qu'il arrive de Laura Barnett

Quoi qu'il arrive

de

Laura Barnett

quoi qu'il arive,laura barnett,les escales,littérature anglaise,roman d'amour,schéma narratif étonnant

"Cela commence ainsi.

Une femme attend sur un quai de gare, tenant sa valise d'une main et de l'autre un mouchoir jaune avec lequel elle se tamponne le visage. La peau veinée de bleu autour de ses yeux est humide, et la fumée âcre de la locomotive la prend à la gorge.

Personne n'est venu agiter son mouchoir pour lui dire adieu-elle l'a interdit, malgré les larmes de sa mère et malgré les siennes en ce moment- et pourtant elle se met sur la pointe des pieds pour scruter la masse grouillante des chapeaux et des renards."

Tout débute sur le quai d'une gare à Vienne en 1938. Myriam est une jeune femme célibataire qui a décidé de fuir son pays pour des raisons politiques mais aussi plus personnelles. En effet, elle est enceinte et veut garder son enfant, malgré l'abandon du géniteur. Sur ce quai, elle fait la connaissance de Jakob. Lors de leur périple vers l'Angleterre, ils tombent amoureux. Et, quelques mois plus tard, naît Eva.

On retrouve cette dernière 20 ans plus tard sur les routes de Cambridge.

Version 1: Afin d'éviter un petit chien, Eva fait une embardée et son vélo roule sur un clou. Jim, un étudiant lui propose de l'aider à réparer sa crevaison. Elle accepte...Et ils entament une relation amoureuse.

Version 2: Sur le même chemin, Eva croise Jim. Mais aucun incident ne les rapproche et chacun poursuit le cours de son existence.

Version 3: Eva et Jim se rencontrent, entament une idylle...Toutefois, un élément perturbateur vient mettre un terme à leur histoire.

Trois hypothèses de départ pour trois variations autour de l'amour que l'auteur déroule de 1958 à 2014.

quoi qu'il arive,laura barnett,les escales,littérature anglaise,roman d'amour,schéma narratif étonnant

Parmi les récentes publications des Escales, j'avais remarqué ce titre dont le schéma narratif m'attirait énormément. En effet, je n'avais jamais encore eu l'occasion de lire un roman qui entrecroisait ainsi trois intrigues différentes autour d'un même couple. Je craignais, cependant, que cette idée ne tienne pas forcément toutes ses promesses et se révèle décevante.

Il n'en a rien été. Au contraire...Avec Eva et Jim, Laura Barnett interroge les notions de destin et hasard. Elle explore tous les tours qu'auraient pu prendre leurs existences selon leurs décisions à tel ou tel moment. Afin de plus souligner les différences entre leurs itinéraires, elle situe chaque chapitre de ses trois versions exactement à la même date. Sans que cela ne somme jamais faux.

De même, elle évite l'écueil qui guette souvent un ouvrage qui entremêle trois histoires: aucune des variantes ne l'emporte sur l'autre en termes d'intérêt.  A chaque fois, elle nous livre un tableau de l'amour, sous toutes ses formes: amour conjugal soumis à l'érosion du temps et des sentiments, amour impossible, amour platonique, amour-passion...Elle met également en scène des protagonistes qui ne sont jamais tout à fait les mêmes. Ils évoluent en fonction des choix de Jim et Eva. Et, imperceptiblement, les trois trajectoires s'écartent de plus en plus. Au lecteur de juger quelle version il préfère.

Une des autres qualités de cet ouvrage réside dans la radioscopie d'une génération, entre 20 et 70 ans. Ceux nés juste avant la seconde guerre mondiale qui ont assisté et participé à toutes les évolutions de cette fin de siècle (mouvement hippie, crise...) Ceux qui ont su s'adapter ou ceux qui ont renoncé à leurs ambitions...

Quoi qu'il arrive, outre sa construction originale et sa fine analyse psychologique des ressorts de l'âme humaine et des tourments amoureux, offre aussi une réflexion sur l'art et sur le lien profond qu'il entretient avec la vie. Jim a un don pour la peinture, Eva pour l'écriture. Selon les versions et les routes qu'ils empruntent aux carrefours de leurs multiples rencontres, leurs rapports à la création vont être bouleversés. Tour à tour, ils ont du succès, renoncent à leurs ambitions...et parfois, cela peut avoir un impact sur l'amour qui les lie. Art moteur, Art/bonheur, Art/malheur, Art/Amour, Art/Solitude, Art/Renoncement...constituent autant de pistes explorées.

Dans une des variantes, l'auteur nous propose même une mise en abyme où Jim, peintre reconnu, exécute un triptyque.

"Le sujet du tableau, c'est la multitude des chemins que l'on n'emprunte pas, la multitude de vies que l'on ne vit pas. Il l'a appelé Quoi qu'il arrive"

Bref, vous l'aurez compris: malgré quelques longueurs, j'ai beaucoup apprécié ce roman, à la fois intelligent, fouillé et sensible. Et je vous en recommande la découverte, surtout si comme moi, il vous arrive de vous poser cette question: Et si?

Les Escales, 2016, 461 pages

Billet dans le cadre du challenge A year in England de Martine et du challenge Un pavé par mois de Bianca

quoi qu'il arive,laura barnett,les escales,littérature anglaise,roman d'amour,schéma narratif étonnant  quoi qu'il arive,laura barnett,les escales,littérature anglaise,roman d'amour,schéma narratif étonnant