Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

the frenchbooklover

  • Premiers bonheurs

    Premiers bonheurs

    de

    Véronique Joffre

    009528926.jpg

    Pour la médiathèque, je commande souvent avec une collègue les albums à destination des bébés. Et je crois que les albums qui me touchent le plus sont ceux qui se révèlent universels. Comme cette petite pépite.

    Un imagier-album autour des premiers bonheurs. Car il n'est jamais assez tôt pour apprendre à savourer ce que chaque journée réserve comme joies.

    Apparaître ou se cacher/ Prendre son premier bain ou se laisser flotter/ Sentir l'air frais ou le parfum des fleurs. Autant de déclinaisons à hauteur d'enfants qui célèbrent les premiers apprentissages, le partage ou l'autonomie, les découvertes incessantes, l'environnement qui s'agrandit.

    Sur une dizaine de doubles pages qui se répondent ou se complètent, se dessine ainsi une sorte d'inventaire des premiers bonheurs. Des mots simples accompagnés d'images douces et poétiques. Des mots qui peuvent être complétés à la lecture par toutes les expériences heureuses vécues par l'enfant jour après jour. Une belle manière de lui permettre de reconnaître et d'exprimer ce qu'il veut garder. Jolis souvenirs à emmagasiner.

    Bref, vous l'aurez compris : j'aime beaucoup cet ouvrage de Véronique Joffre et je ne peux que vous le conseiller dès la naissance pour placer le bonheur au cœur de l'éveil du tout petit. L'aspect cartonné et les pages résistantes se prêtent tout à fait à cet usage.

     

  • The Jane Austen society

    The Jane Austen society

    de

    Natalie Jenner

    IMG_20220416_074534_207.jpg

    J'aime les livres qui parlent de gens qui aiment les livres et qui en discutent entre eux, comme si les personnages des ouvrages mentionnées étaient de vraies personnes qui peuplaient non seulement leur imaginaire mais aussi leur vie.

    J'aime les livre qui parlent de Jane Austen. Car elle demeure une de mes autrices préférées depuis que j'ai découvert l'été de mes 12 ans Orgueil et préjugés. J'ai même réalisé un de mes rêves : aller dans sa demeure de Chawton, là où elle écrivait sur une minuscule table.

    Alors, forcément, je ne pouvais qu'aimer ce roman qui m'a été conseillé comme souvent par ma chère amie Aurélie.

    La première scène s'ouvre sur une rencontre. Celle entre une jeune Américaine venue sur les traces de son autrice fétiche et d'une jeune fermier de Chawton qui, en raison de la Grande Guerre, a dû renoncer à ses rêves pour aider sa mère. Quelques mots échangés et l'envie nichée au creux de la tête de ce héros de lire un jour Jane Austen.

    Les années passent. Et nous retrouvons le village de Chawton. Pendant la Seconde Guerre mondiale et juste après. Plusieurs personnages se croisent : un docteur, une insititutrice, la châtelaine, un fermier, une jeune élève prometteuse. Au fil des discussions et des séquences, nous comprenons et surtout ils comprennent leur amour commun pour Jane. Ce qui donne lieu à des conversations passionnantes pour la janéite que je suis (qui est la meilleure héroïne d'Emma ou d'Elizabeth Bennett ? A quel moment Mr Knightley a pris conscience de...?) Autant de questions que je pourrais soulever avec certaines de mes amies.

    Ces différents férus de Jane Austen vont donc se réunir. Pour sauver le cottage de Chawton et le transformer en lieu de pélerinage pour les visiteurs. Mais aussi parce que la littérature réunit et guérit. En effet, pour différentes raisons que nous allons découvrir, lire les a profondément aidés à certains moments de leur existence. Et bâtir ce projet en commun va avoir bien des répercussions sur leurs quotidiens.

    Même si cette idée principale des rencontres qui changent et de la littérature salut a déjà été plusieurs fois utilisée, je trouve qu'elle fonctionne très bien dans cette intrigue et avec le choix narratif de la multiplication des points de vue.

    On suit ainsi les pensées et les actions de plusieurs des protagonistes. Des pensées et des actions qui ne sont pas sans évoquer certaines trames austeniennes. Car comment ne pas reconnaître un soupçon de Persuasion ou un brin d'Emma dans certaines évolutions ? Sans oublier le fameux mauvais garçon toujours présent dans les romans de Jane, sorte de mélange entre Wickham, Willoughby ou Henry Crawford.

    Bref, vous l'aurez compris : un très joli voyage livresque, plein de déférence à Jane, de jolis basculements, d'amour de la littérature, de bibliothèques (ah ! Cette bibliothèque fabuleuse où on peut se perdre deux ans pour en faire l'inventaire) et de ce je ne sais quoi de charme british qui fait souvent toute la différence.

    Et maintenant, j'ai envie de relire tout Jane Austen et de me replonger dans tous les films qui lui sont dédiés.

    Orion, 2020, 306 pages

  • Boule de feu

    Boule de feu

    un film de Howard Hawks

    53176171_10218263837125107_8114749112701681664_n.jpg

    Huit professeurs sont réunis dans une maison de New York. Ils ont tous pour mission de rédiger une encyclopédie et suivent un rythme quasi militaire pour mener à bien leurs travaux. Jusqu'à ce que le professeur Bertram Poots, le linguiste et grammairien de l'équipe, réalise que son article sur l'argot n'est pas réaliste. Il décide de mener une enquête dans les rues de la ville et ses pas le portent un soir dans un nightclub où « Sugarpuss », une chanteuse interprète son tube « Drum Boogie ». Il lui propose de participer à des réunions sur l'évolution de l'argot. Elle le prend de haut.

    Mais, en l'espace de quelques minutes, sa situation change. On attend qu'elle témoigne contre son amant, un célèbre gangster. Et, pour échapper aux forces de l'ordre, elle va trouver refuge dans la demeure des encyclopédistes et révolutionner leur univers si bien ordonné.

    12182797_10208267930760992_877356601854370384_o.jpg

    Cette « screwball comedy » de 1941 fait partie de mes préférées. Je l'avais découverte à l'adolescence et j'avais tout de suite été sous le charme de Gary Cooper et de son personnage le professeur Poots qui découvre la vie et entre dans le bal des sentiments. Cette idée de la confrontation entre des protagonistes aux univers bien opposés tels que Poots, les encyclopédistes et la chanteuse (incarnée par Barbara Stanwyck) est un ressort souvent employé dans ce genre cinématographique. Il permet de nombreuses séquences où les différences font des étincelles. Avant que l'acceptation et d'autres liens ne se créent. A cette trame classique se superpose tout l'art de Billy Wilder qui sait instiller à son scénario une bonne dose d'humour et de surprise pour le rendre irrésistible.

    On ne peut s'empêcher d'ailleurs de retrouver dans son histoire des liens avec le conte de Blanche-Neige.

    Dans la manière dont la chanteuse est recueillie et protégée.

    Dans ces séquences où elle se trouve en haut de l'escalier et où tous la regardent.

    Dans la façon aussi dont elle bouleverse leur existence et lui insuffle de la fantaisie et de la joie (comme ce moment où elle introduit de la musique dans leur salle d'études)

    Dans cette transformation en prince charmant.

    Le duo principal se révèle juste parfait. Mais le charme de ce film tient aussi à tous ces êtres qui évoluent autour d'eux. A commencer par les professeurs. Il y a ceux qui se sont consacrés uniquement à leurs études, ceux qui ont aimé et perdu, ceux qui puisent dans des trésors d'ingéniosité pour faire tomber un cadre...Tous ont leurs caractéristiques et apportent tantôt une touche humoristique, tantôt un peu plus de nostalgie.

    Bref, vous l'aurez compris : ce long métrage d'Howard Hawks est une vraie réussite. Où chaque réplique est à sa place. Et où un sourire nous accompagne tout du long. Ponctué parfois de francs éclats de rire.