Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

roman policier

  • Huit crimes parfaits de Peter Swanson

    Huit crimes parfaits

    de

    Peter Swanson

    IMG_20210223_072945_599.jpg

    Pour vous faire connaître dans le monde des blogs il y a quinze années, vous avez passé des heures et des heures à peaufiner la liste des huit romans avec les crimes les plus parfaits.
    Puis, vous avez rangé dans un lointain coin de votre mémoire cette liste qui n'a jamais rencontré le succès escompté.
    Jusqu'à cet appel en plein blizzard d'une agente du FBI persuadée qu'un meurtrier s'inspire de votre liste pour tuer.

    Telle est la situation ubuesque que vit notre héros, Malcolm Kershaw, libraire spécialisé en livres policiers, aux abords de la quarantaine. Il va donc se métamorphoser en expert pour tenter de résoudre ce mystère et dissiper tout soupçon qui pourrait peser sur lui.
    Mais peut-on vraiment rivaliser avec l'auteur de crimes parfaits?

    Voici un roman ingénieux qui m'a tenue en haleine pendant toute une journée. Le genre de roman dont on veut absolument savoir la fin. Le genre de roman qui rend hommage aux maîtres du genre qui l'ont précédé.

    A la fois grâce au sujet même de l'intrigue et grâce aux mécanismes narratifs.

    Chaque chapitre nous permet ainsi de creuser un peu plus les pistes et de se perdre dans les méandres de l'histoire. Par un jeu de superpositions d'indices qui nous rapproche et nous éloigne sans cesse de la vérité. Comme dans tout bon whodunit où plane l'ombre d'Agatha Christie.

    Les rebondissements se multiplient, les chausse-trappes aussi. Les ombres du passé reviennent hanter et colorent en noir les nuits de notre héros et l'atmosphère.

    Et déjà voici la fin. Variation autour de maîtres du genre par un auteur dont je lirai avec plaisir d'autres titres.

    Bref, vous l'aurez compris: cet ouvrage se révèle un bon divertissement et un exercice de style habile. Et surtout, il donne envie de se replonger dans les classiques de la littérature policière et dans des films noirs. 

    Gallmeister, 2021, 352 pages, traduit de l'anglais par Christophe Cuq.

  • En attendant le jour de Michael Connelly

    En attendant le jour

    de

    Michael Connelly

    IMG_20210330_145825_285.jpg

    "Ballard et Jenkins montèrent à la maison d'El Centro Avenue peu avant minuit. C'était le premier appel du service. Il y avait déjà une voiture de patrouille garée devant, le long du trottoir, et Ballard reconnut les deux policiers en tenue. "

    Je ne sais pourquoi mais en mars, j'ai peu lu. Pourtant, j'ai ouvert de nombreux ouvrages mais à chaque fois, je ne pouvais dépasser quelques chapitres. Comme si le refuge des mots se refusait à moi.

    Et puis, hier, j'ai pris par hasard ce Michael Connelly et je me suis évadée dans les nuits de Los Angeles à la rencontre de l'inspectrice Renée Ballard. Et la magie a opéré.

    De Michael Connelly, je ne connaissais que le Poète dont je gardais le souvenir d'une intrigue retorse aux prises avec un redoutable tueur.  Et le souvenir aussi d'une atmosphère poisseuse.

    Cette atmosphère poisseuse, je l'ai très vite retrouvée. Dans ces rondes de nuit où certains flics dissimulent leurs bleus à l'âme. Problèmes de famille, d'alcool, rétrogradation: nombreuses sont les raisons qui les poussent à accepter ces horaires décalés. Et dans leurs tours de garde, ils croisent des affaires sordides sur lesquelles leurs regards s'arrêtent de moins en moins. Armures d'indifférence pour survivre à ces visions du pire.

    Dans ce paysage crépusculaire, l'inspectrice Renée Ballard détonne. Reléguée dans ce service en raison d'un problème avec son ancien chef et d'une trahison de son ex-coéquipier, elle lutte pour pouvoir mener ses enquêtes sans les redonner aux collègues de jour. Son attention va tout particulièrement se porter sur le tabassage d'un prostitué transsexuel et sur le meurtre d'une serveuse dans une fusillade en boite de nuit. Deux investigations distinctes qui vont solliciter toutes ses capacités et puiser sur ses réserves. Mais à trop jouer au cow boy solitaire ne risque t'elle pas de se perdre?

    Description de la ville des Anges la nuit, réflexion sur la condition de flic et de femme flic, portrait d'une héroïne pugnace, ce roman policier emprunte de nombreux chemins. Au fil des pages, on perçoit également toute la maîtrise de son auteur pour tirer petit à petit tous les fils de son intrigue et faire monter le suspense.  Une recette qui transforme vite ce titre en véritable page turner.

    Un page turner que j'ai refermé à regret ce matin. Je me suis d'ailleurs immédiatement précipitée en librairie pour acheter la suite des aventures de Renée Ballard.

    Traduit de l'anglais par Robert Pépin.

    Le Livre de Poche, 2019, 461 pages

  • Retrouve-moi de Lisa Gardner

    Retrouve-moi

    de

    Lisa Gardner

    retrouve-moi, lisa gardner, albin michel, look for me, dd warren, roman policier, littérature américaine, polar, thriller, boston, enquête, disparition

    "Une journée d'automne idéale. C'était louche. D. D Warren, enquêtrice de la police de Boston, le savait d'expérience: il faut toujours se méfier des journées idéales. Et pourtant, devant son fils Jack qui gloussait d'excitation en enfilant son sweat-shirt et son mari Alex, expert en scène de crime, qui souriait jusqu'aux oreilles en sortant un sac de toile L.L Bean du placard, difficile de ne pas se prendre au jeu."

     

    Un prologue comme un cauchemar où une jeune femme assiste au massacre de ses colocataires et peine à se remettre de ce traumatisme.

    Puis, retour dans un présent plus apaisé où l'héroïne enquêtrice savoure les prémices d'un dimanche bostonien aux allures de journée idéale. Au programme: cueillette de pommes et adoption d'un chien pour leur foyer. Mais bien vite, cette quiétude est brisée par un coup de fil. Quatre membres d'une même famille ont été sauvagement assassinés chez eux. Une des leurs semble avoir échappé à cette tuerie. Une adolescente de 16 ans. Victime ou coupable? Telle est une des nombreuses questions que vont se poser D.D Warren et son équipe dans une course contre la montre. 

    Mais ils ne sont pas les seuls à rechercher la jeune fille. En effet,  Flora et Sarah, deux membres d'un forum de soutien aux victimes de violence mènent leurs propres investigations.

    Et si ils n'arrivaient jamais à temps?

    Il s'agit du deuxième titre de Lisa Gardner que je découvre. Et ce qui me frappe comme pour la première fois, c'est le mécanisme narratif bien huilé qui lui permet de toujours demeurer dans une action soutenue et de tenir en haleine son lecteur. Un mécanisme qui s'appuie notamment sur la multiplicité de points de vue, sur un flash-back introductif fort et sur les extraits d'une rédaction de l'adolescente disparue. Autant de manières de faire avancer l'intrigue et de nous apporter des clés de compréhension sur les pourquoi de cette affaire et sur les implications de chacun des protagonistes.

    J'ai donc vite tourné les pages, happée par cette histoire. Et même si le dénouement se révèle cohérent avec l'ensemble, je dois confesser que j'aurais apprécié une autre issue.

    Outre le sens du rythme, un des autres atouts de l'autrice réside selon moi dans sa manière d'évoquer certains problèmes qui secouent la société américaine, comme ce déficit de structures d'accueil et de personnel d'encadrement pour les enfants enlevés à leurs parents provisoirement ou définitivement. Chapitre après chapitre, elle évoque ainsi la spirale de violence subie par certains des protagonistes. Une spirale qui fait froid dans le dos et qui lui permet de pointer tant les défaillances du système que la peine ressentie par certains des acteurs de ce même système face à leur aveuglement ou leur impuissance. 

    Et je crois que c'est ce que j'aime souvent dans un polar, cette dimension sociologique qui se superpose et qui donne à voir un peu du monde qui nous entoure. Même si j'aurais préféré que certains thèmes évoqués soient encore plus approfondis, je suis donc ressortie de ce page-turner avec la sensation d'avoir un peu appréhendé certains des sujets qui ébranlent les piliers du Boston way of life.

    Bref, vous l'aurez compris: une lecture efficace qui me donne envie de découvrir d'autres titres de Lisa Gardner.

    Un grand merci aux Editions Albin Michel pour l'envoi.

    Editions Albin Michel, 2021, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Cécile Deniard, 471 pages