Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Honoré et moi de Titiou Lecoq

Honoré et moi

de

Titiou Lecoq

80007180_851034445426603_7242875733775745024_n.jpg

"Il y a deux tartes à la crème concernant Balzac: il buvait trop de café et sa mère était une mégère hystérique. Cette dernière affirmation rejoint une règle plus ou moins implicite en littérature qui veut que les écrivains aient soit une enfance heureuse, soit une mère méchante."

Tout commence par une visite de Titiou Lecoq à la maison de Balzac à Passy. Balzac, c'était cet écrivain qu'elle aimait tant dans son adolescence. Et, en entrant dans son bureau, elle est saisie d'une intense émotion. Comme si la solitude de ce forçat de l'écriture suintait des murs. Comme si elle percevait toutes ses désillusions et ses échecs.

Aussitôt, elle se passionne pour son destin. Il devient son obsession. Jusqu'à ce qu'elle se saisisse de ses recherches pour dresser le portrait de ce "loser magnifique".

Balzac avait trois buts dans son existence: être connu, être aimé et être riche.

C'est par l'angle de cette fortune qui ne cessait de se retirer que l'autrice a décidé d'aborder cette biographie.

J'ai aimé cette grille de lecture qui donne à voir un Balzac différent de celui campé par d'autres biographes comme Zweig. Comme si cette recherche de l'argent et du profit lui donnait une autre résonance.

De même, Titiou Lecoq propose une approche différente de certains mythes rattachés à la figure de cet auteur. A commencer par son rapport avec sa mère. Souvent représentée comme une génitrice castratrice et responsable de la ruine grandissante de son fils, elle devient autre au fil des chapitres. Et j'ai apprécié cette image renouvelée.

Une image parmi tant d'autres. Tant l'autrice tente de dépoussiérer la statue balzacienne. Et de montrer à quel point son sort peut se révéler le miroir du nôtre. Comme s'il devenait une sorte de grand frère.

Ce parti pris et le ton, parfois familier, ne peuvent pas plaire à tous. Mais j'ai adhéré à ce pacte narratif. Ces rapprochements avec l'essayiste ainsi que cette comparaison avec des hommes politiques modernes confèrent une incroyable modernité à cet homme de lettres.

Cet essai se lit comme un roman. Comme si Balzac devenait un des personnages de sa comédie humaine. Une sorte de Rastignac aux ambitions financières sans cesse rabrouées par des coups du sort successifs.

Un sens des affaires incertain. La malchance comme compagne fidèle. Des créanciers qui se font meute. Voilà tous les ingrédients réunis pour faire de la vie de Balzac une tragédie.

Une tragédie qui se lit de manière compulsive.

J'ai juste regretté que la perspective moderne comme ligne conductrice de ce récit se révèle un peu moins prégnante au milieu du livre.

Bref, vous l'aurez compris: malgré cette réserve, je ne peux que vous conseiller ce titre.

Merci au éditions de l'Iconoclaste pour cet envoi!

Editions de l'Iconoclaste, 2019, 294 pages

Commentaires

  • Je suis très curieuse de découvrir ce livre. Je n'ai malheureusement pas encore lu d'oeuvres de Titiou Lecoq mais je croise souvent son nom dans les médias alors il me tarde de voir ce qu'elle écrit.
    Balzac est une figure que j'aime tout particulièrement en plus. Je lis ses oeuvres mais je ne connais pas grand-chose de sa vie alors cette lecture serait un moyen d'y remédier. Merci pour la découverte ! :-))

Écrire un commentaire

Optionnel