Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

209 rue Saint Maur, Paris X. Autobiographie d'un immeuble de Ruth Zylberman

209 rue Saint-Maur, Paris Xème.
Autobiographie d'un immeuble

de

Ruth Zylberman

IMG_20210209_121722_400.jpg


J'aime déambuler dans les rues de Paris et observer les immeubles.
J'aime imaginer toutes les histoires qu'ils ont abritée ou abritent.
Mémoire palpable de ce qui a été ou de ce qui est.
Aussi, dès les premières lignes: "Les immeubles de Paris sont un peuple vivant", j'ai su que j'allais aimer ce document.


Ce livre s'intéresse à un immeuble bien particulier: celui du 209 rue Saint-Maur dont l'autrice va nous raconter l'évolution. A la fois document sociologique, récit historique, "architecture sensible de la mémoire", témoignage, cette œuvre se fait multiple et nous permet de suivre au plus près les recherches de Ruth Zylberman.

Des recherches marquées par des hasards incroyables.
Des recherches qui conduisent à des impasses. Comme pour ce petit Daniel.
Des recherches qui se chargent d'émotions au fil des déambulations et des rencontres.
Des recherches qui résonnent profondément chez celle qui nous raconte. Comme si un peu/beaucoup de sa vie s'entremêlait à celle de cet endroit à part.

Tout un pan de l'histoire de Paris se dévoile sous nos yeux. La Commune, la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale, les années 80, la gentifrication, le Bataclan.
Et, parfois, je me suis un peu perdue au milieu de ces êtres et de ces époques.

Avant de décrire sa passionnante démarche dans cet ouvrage, Ruth Zylberman avait réalisé un documentaire: les Enfants du 209 rue Saint-Maur, sur le destin des enfants de cette adresse pendant la Seconde Guerre mondiale. Je l'ai vu après avoir lu cette enquête. Il m'a souvent suscité des larmes. Mais, surtout, il m'a permis de réaliser à quel point son autrice avait su retranscrire les sentiments de chacun et les silences en leur donnant la même force que ses images.
Certaines scènes m'ont particulièrement touchée comme cette arrivée d'Henry au 209. Et sa foule de questions. Masques de son bouleversement.

Il est des livres qui épousent les trames des existences et celui-ci en fait partie. A la fois trajectoire d'un immeuble, de ses habitants et de son autrice.

Bref, vous l'aurez compris : une œuvre riche dont nous vous parlerons bientôt dans les @bibliomaniacs. 

Editions du Seuil/Arte Editions, 2020, 449 pages

Écrire un commentaire

Optionnel