Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/01/2015

Swing à Berlin

Swing à Berlin

de

Christophe Lambert

swing à Berlin.jpg

"Berlin, 1936,

Wilhelm Dussander terminait son solo au piano quand il vit les hommes en noir entrer dans le club. Ils étaient cinq, vêtus de gabardines, avec casquettes et chapeaux enfoncés jusqu'aux sourcils. Ils conversaient entre eux en inspectant les lieux du regard. Tous portaient le sinistre brassard de la SS."

A Berlin, en 1936, certains membres du groupe de jazz, les Musician Harmonists, sont arrêtés en raison de leurs opinions politiques ou de leur judaïcité.

Puis, l'action se déplace en 1942, toujours dans la capitale allemande. Afin de soutenir le moral de la population, Goebbels a décidé de diffuser de nouveaux programmes "qui feront la part belle aux "musiques de danse fortement rythmées" mais dans un esprit typiquement germanique".

Pour accomplir cette mission, il recrute Wilhelm Dussander qui a jadis appartenu aux Musician Harmonists. Cet ancien jazzman se voit donc contraint de sillonner le pays entier à la recherche de jeunes talents susceptibles d'interpréter de "la musique de danse fortement rythmée".

Mais, même s'il a toujours refusé de se mêler de politique, pourra t-'il conserver son indépendance et ne pas se laisser influencer par tout ce qu'il découvre, au fil des castings, des répétitions et des concerts?

 

goldene sieben.jpg

Les Goldene Sieben

J'avais entendu du bien de ce roman sur la blogosphère. De même, Claire, une de mes collègues, l'avait lu et beaucoup apprécié. Aussi, je n'ai pas hésité longtemps avant de me lancer et j'ai dévoré cet ouvrage.

Pour l'écrire, Christophe Lambert s'est fortement documenté sur la période et s'est inspiré des Goebbels bands (tels que les Goldene Sieben) mais aussi de récits biographiques.

J'ai été immédiatement bluffée par le prologue. Un groupe de jazz est en train de jouer dans un club et quelques SS entrent dans la salle et en bloquent les issues. On sent la tension monter parmi les musiciens, surtout que certains d'entre eux peuvent être menacés par ces soldats (en raison de leur religion ou de leur engagement politique). Malgré tout, comme si leur vie en dépendait, ils continuent leur morceau...Plus la peur les gagne, plus les fausses notes s'accumulent. Jusqu'à la fin et le début des affrontements. Un coup de feu est tiré et... fondu au noir. Le lecteur n'en saura pas plus sur le sort réservé aux Musician Harmonists.

Après un bond dans le temps de six ans, on retrouve leur leader Wilhelm Dussander chargé d'une mission de formation d'un groupe de jazz (même si officiellement, le jazz est considéré comme de la musique "nègre", on lui demande de créer un groupe capable de jouer ce type de musique rebaptisée pour l'occasion). Accompagné d'un membre du parti, il sillonne ainsi le pays afin de dénicher de futurs talents.

Une opération loin d'être facile, tant son niveau d'exigence est élevé. Ce qui engendre des difficultés avec son "censeur" (et quelques scènes très drôles)

Finalement, quatre jeunes gens sont recrutés. Quatre profils différents: l'un vient de la rue, l'autre se révèle totalement embrigadé dans les jeunesses hitlériennes et fidèles aux idéaux aryens...

Un peu à la manière du professeur du Cercle des poètes disparus, Wilhelm va les initier au jazz...Mais cette aventure pédagogique va forcément avoir des répercussions humaines. Petit à petit, ces jeunes gens s'ouvrent à une culture qu'ils ne connaissaient pas, se confient, se débarrassent de leurs préjugés, apprennent à réfléchir autrement, évoluent...

De plus, leur changement rejaillit sur leur enseignant. Alors qu'il ne s'était encore engagé qu'une fois (et je vous laisse découvrir comment), il va se questionner sur son comportement citoyen.

Et, alors qu'il considérait que la politique n'était pas l'affaire des musiciens, il va entrer progressivement en révolte. Révolte contre l'ordre établi. Révolte contre sa passivité. Révolte contre le sort réservé à ceux que les théories aryennes condamnent (les Juifs, les handicapés, les homosexuels...)

Cette thématique de l'engagement de l'artiste et de l'entrée en résistance m'a vraiment passionnée.

De même, j'ai beaucoup apprécié la description de l'Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale. A la suite des musiciens, on sillonne ce pays, on côtoie plusieurs cercles de la société, plusieurs écoles de pensée également... Des couloirs du Ministère de la Propagande à l'imprimerie de Sophie et Hans Scholl, il y a évidemment tout un monde que le lecteur est amené à observer. Cette radioscopie m'a rappelé celle dans Seul à Berlin d'Hans Fallada (un roman très fort que je vous recommande si vous ne le connaissez pas encore et que l'auteur Christophe Lambert évoque justement dans sa postface).

J'aimerais également saluer l'écriture très cinématographique. Les scènes s'enchaînent, souvent fortes en émotions ou en tensions, et on est happés par le rythme. Et cette fin? Ah, cette fin, juste sublime, qui a failli me tirer quelques larmes...

Bref, vous l'aurez compris: j'ai été transportée par ce livre. Et je ne suis pas passée loin du coup de cœur (je crois que j'aurais aimé qu'il soit un tout petit peu plus long).

Bayard Jeunesse, 2012, 274 pages

En bonus, voici un extrait musical des Goldene Sieben.


 

 

03/05/2013

Une étrange histoire d'amour de Luigi Guarnieri

Une étrange histoire d'amour

de

Luigi Guarnieri

luigi guarnieri,une étrange histoire d'amour,actes sud,collection "lettres italiennes",roman sur la musique,roman italien,robert schumann,clara schumann,johannes brahms


"Ma Clara bien-aimée,

Je t'écris cette longue lettre de Vienne, de retour de tes funérailles. Tu m'excuseras si je t'écris même aujourd'hui, même si tu n'es plus là, même si malheureusement, tu m'as quitté pour toujours. Mais depuis le 30 septembre 1853, je t'ai écrit chaque jour, durant quarante-trois longues années-chaque jour, l'un après l'autre, sans exception, jamais-, même si plusieurs de ces lettres, je ne te les ai jamais envoyées. Tu es devenue une habitude irremplaçable, à laquelle je ne sais pas, et je ne tiens pas, à renoncer. [...] Car nous avions beau être éloignés l'un de l'autre durant des mois ou des années, il ne se passait pas un jour sans que je pense à toi"

Ainsi, débute ce roman. Johannes Brahms décide de prendre la plume le mercredi 27 mai 1896 pour tout confesser une dernière fois à la femme qu'il a aimée pendant quarantre-trois années.

 

luigi guarnieri,une étrange histoire d'amour,actes sud,collection "lettres italiennes",roman sur la musique,roman italien,robert schumann,clara schumann,johannes brahms

Johannes Brahms au moment de sa rencontre avec les Schumann

Luigi Guarnieri est un auteur italien. Il s'est notamment fait remarquer avec la parution de son roman La double vie de Vermeer. Ici, dans sa nouvelle oeuvre, il s'attelle à un célèbre trio amoureux, celui formé par les Schumann et Johannes Brahms.

Après avoir connu une enfance pauvre à Hambourg, Brahms s'est lancé dans la carrière de concertiste. Malheureusement, le succès peine à venir et quand il pousse la porte des Schumann, le 30 septembre 1853, il est encore un artiste méconnu.

 

luigi guarnieri,une étrange histoire d'amour,actes sud,collection "lettres italiennes",roman sur la musique,roman italien,robert schumann,clara schumann,johannes brahms

Clara Schumann au moment de sa rencontre avec Brahms

Au contraire du couple...Clara Schumann est une pianiste de talent renommée dans toute l'Europe. Son mari vit dans son ombre. Au point qu'à une fête donnée en l'honneur de la concertiste, un prince lui pose la question "Et vous, vous jouez de la musique?" Enervé, Schumann répond alors "Non, je joue de ma femme".

 

luigi guarnieri,une étrange histoire d'amour,actes sud,collection "lettres italiennes",roman sur la musique,roman italien,robert schumann,clara schumann,johannes brahms

Robert Schumann

Cette rencontre va marquer le début d'une relation très forte entre les trois. Brahms reste un mois auprès du couple. Un mois intense de compositions, de partages...Puis, il repart.

Il reviendra aider Clara quelques mois plus tard, début 1854, quand il deviendra nécessaire d'interner son mari, atteint de folie et qui venait de tenter de se suicider.

C'est cette très belle histoire d'amour et d'amitié que raconte cette oeuvre. Luigi Guarnieri a opté pour une narration épistolaire. En effet, on apprend tout par le biais d'une longue lettre adressée par Brahms à Clara, cinq jours après sa mort.

J'ai vraiment apprécié ce procédé narratif car il permet de mieux mesurer l'attachement de Brahms à cette femme et au souvenir de son mentor. Mais également de vivre de l'intérieur cette passion impossible. Et de ne pas ressentir d'ennui devant la multitude de détails biographiques que comporte cet ouvrage. Le "je" les justifie pleinement et permet au lecteur de ne jamais se lasser.

On a beaucoup glosé sur ce triangle amoureux. Les Schumann faisaient figure de couple modèle. Et justement, l'auteur choisit de démystifier leur relation. Ils avaient dû surmonter de nombreux obstacles pour se marier, avaient de nombreux enfants...Mais Robert supportait de moins en moins le succès de son épouse. Surtout que sa musique restait incomprise.

Aussi, l'arrivée du jeune Brahms a tout bouleversé. On a jamais vraiment su quelle était la nature de la relation entre Clara et le compositeur. Et j'ai beaucoup aimé l'hypothèse avancée par l'auteur...

Mais ce roman ne traite pas seulement de passion amoureuse. Il parle des choix qu'on fait dans la vie, des risques à prendre pour être heureux...

"La vie n'est pas un train: tu descends à une gare, et tu peux en prendre une autre. Non, ce n'est pas comme un train, mon amie-et maintenant, comme nous le savons tous les deux, on ne peut plus rien changer"

Bien évidemment, il place au coeur de l'intrigue la musique. La musique comme carrière de nos trois protagonistes principaux: on apprend ainsi les difficultés inhérentes aux métiers de concertiste et compositeur (argent, inspiration, succès, solitude...).

Mais la musique comme lien aussi: tant amical qu'amoureux.

"l'amour est-il autre chose qu'une musique jamais entendue?"

De même, Une étrange histoire d'amour permet d'appréhender le thème de la folie. Schumann souffre depuis quelque temps de problèmes auditifis. Il entendrait toujours la même note, voire un orchestre entier, ce qui l'empêcherait de composer. Et ce malaise va s'accroître dans les mois suivants la rencontre avec Brahms. Jusqu'au saut dans le Rhin et à l'internement définitif. Brahms lui rend visite et on découvre ainsi la vie dans les asiles. Malheureusement, cette folie va également toucher un des fils Schumann. Et là encore, Brahms se déplacera. L'occasion d'une scène très marquante...

 Même si Schumann disparaît très tôt, on sent que c'est son absence qui a joué un rôle primordial sur le destin de Brahms et Clara. A se demander si l'hypothèse avancée par Luigi Guarnieri ne correspond pas à la réalité...

Clara m'a tour à tour émue, énervée...Elle se montre tantôt passionnée, tantôt froide et calculatrice....

Mais celui qui m'a le plus touchée reste bien entendu le narrateur. Quel destin que celui connu par Brahms! Cet enfant pauvre qui jouait dans les bordels de Hambourg est devenu un musicien renommé de son vivant. Mais sa rencontre avec Clara l'a marqué à jamais. Et jamais, il n'a pu se consacrer pleinement à une autre femme ou une autre famille.

Cette magnifique histoire d'amour et de renoncement est soulignée par un très beau style.

Bref, vous l'aurez compris: je me suis laissée emporter par ce roman. Et je vous le recommande vivement!

Actes Sud, 2012, collection "Lettres italiennes", 218 pages, 21,80 €