Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2013

Et si Virginia Woolf ne s'était pas suicidée?

Le Jardin blanc

de

Stephanie Barron

jardin blanc.JPG

"Octobre 2008, Kent, Angleterre

Jo Bellamy engagea précautionneusement sa voiture de location dans le rond-point de Slip Road, anticipant de toutes les fibres de son corps l'horrible accident qui n'allait pas manquer de se produire. Comme il ne se produisait rien-par miracle ce tronçon circulaire de chaussée restait libre de chauffards britanniques en cette matinée de fin octobre-elle jeta un regard dans la mauvaise direction, jura à voix basse, puis guetta par-dessus son épaule gauche la première bretelle de sortie de ce cercle particulier de l'enfer"

Jo Bellamy, une Américaine de 34 ans, est en route pour Sissinghurst, la demeure de Vita Sackville-West. Elle a, en effet, été engagée par les Gray afin de recréer, dans leur propriété, le magnifique Jardin blanc de la romancière.

Elle espère également trouver dans cette demeure plus d'informations sur son grand-père qui y a travaillé dans sa jeunesse et visiblement, vécu un drame.

Dans une remise, elle découvre très vite un cahier qui lui aurait appartenu. Mais en l'ouvrant, elle ne reconnaît pas son écriture.

"N'eût été ce chant d'oiseau, elle aurait pu entrer dans l'eau ce jour-là. Elle cherchait des pierres pour lester ces poches, quelque chose de lourd, elle aurait pu les glisser dans ces bottes. [...]

L'oiseau ne s'envolait pas. Vie! chantait-il. Vita!

Elle s'abandonna au son pur et liquide, si différent du bourdonnement métallique des moteurs d'avion. Une grande paix se fit, qui emplit les prairies comme une eau transparente. Elle n'entendait plus les voix belliqueuses, accusatrices, vindicatrices. Elle ne sentait plus les traces de plomb sur les doigts de L. Ses propres chairs flasques. Le désespoir sans fond, lourd comme un cercueil.

Oui, songea-t-elle. Je dois aller voir Vita.

Et elle jeta les pierres de sa poche."

Après avoir parcouru quelques fragments de texte, Jo se demande si elle ne serait pas en présence d'un écrit inédit de Virginia Woolf. Un écrit débuté quelques jours après la date officielle de son suicide. Et si la célèbre romancière n'était pas morte le 28 mars 1941?

virginia woolf.jpg

Cela faisait quelque temps que j'avais remarqué ce roman sur la blogosphère. Aussi, quand ma mère l'a reçu en cadeau pour son anniversaire, je n'ai pas tardé à lui emprunter.

Je connaissais déjà Stephanie Barron pour ses romans policiers autour de Jane Austen (j'avais beaucoup aimé notamment Jane Austen et le révérend).

Virginia Woolf s'est suicidée le 28 mars 1941. Elle a rempli ses poches de pierre et s'est jetée dans la rivière l'Ouse, tout près Monk's House, sa maison de Rodmell. Elle avait laissé une lettre à son mari

" J'ai la certitude que je vais devenir folle : je sens que nous ne pourrons pas supporter encore une de ces périodes terribles. Je sens que je ne m'en remettrai pas cette fois-ci. Je commence à entendre des voix et ne peux pas me concentrer. Alors je fais ce qui semble être la meilleure chose à faire. Tu m'as donné le plus grand bonheur possible. Je ne peux plus lutter, je sais que je gâche ta vie, que sans moi tu pourrais travailler (...)"

Le 18 avril, son corps était retrouvé.

Stephanie Barron s'est servi de ces trois semaines de décalage entre le drame et la découverte du cadavre pour imaginer une autre alternative que le suicide du 28 mars 1941.

Tout commence avec Jo Bellamy, une Américaine de 34 ans bien déterminée à élucider les raisons du récent suicide de son grand-père. Dans les papiers retrouvés après son décès, il faisait mention d'une "Dame" et de Knole.

Elle entend profiter de la mission confiée par les Gray autour du Jardin blanc pour découvrir ce qui a poussé son grand-père à fuir cette région et à s'engager très jeune.

Ces efforts se révèlent très vite couronnés de succès. Elle découvre un cahier intitulé "cahier de Jock" mais comprend très vite qu'il ne s'agit pas vraiment de celui de son aïeul mais sans doute d'un inédit de Virginia Woolf.

Afin de vérifier son hypothèse, elle fait appel à Peter Llewellyn, un expert des anciens manuscrits à Sotheby's. Débute alors une course-poursuite d'Oxford à Cambridge, en passant par Charleston, Monk's House...pour tenter de trouver la fin de ce cahier et comprendre les derniers jours de la romancière.

J'ai vraiment apprécié cette partie de l'intrigue, dans la lignée de Possession d'AS Byatt. On suit ainsi Jo et Peter dans des lieux fascinants: la Bodléienne à Oxford, la maison des Woolf à Rodwell, celle de Vanessa Bell à Charleston..Cet itinéraire permet de mieux cerner la personnalité de Virginia Woolf et de ses proches. Et donne très envie d'en apprendre encore plus sur elle.

jardin blanc sis.jpg

Le Jardin blanc de Vita Sackville-West à Sissinghurst

charleston 2.jpg

Charleston's House, la maison de Vanessa Bell

monk's house.jpg

Monk's House, la maison des Woolf à Rodmell

A chaque étape, correspond une pièce du puzzle. Jusqu'au dénouement final...Un dénouement qui ne m'a pas convaincu. J'ai eu beaucoup de mal à croire à la thèse soulevée par Stephanie Barron.

De même, je n'ai pas perçu l'intérêt de certaines intrigues annexes: celle entre Jo et Gray, par exemple.

J'ai aussi trouvé que le style n'était pas toujours à la hauteur du sujet. Les passages du journal intime de Virginia m'ont paru très bien écrits. Mais certains dialogues entre universitaires ou certaines descriptions m'ont franchement déplu.

Bref, vous l'aurez compris: une lecture en demi-teinte pour moi. Même si j'ai dévoré ce roman, même si j'ai beaucoup apprécié cette visite des hauts lieux de la vie de Virginia Woolf (j'espère la faire prochainement en vrai), j'ai eu du mal à adhérer à certains effets de style ou au dénouement.

Editions du Nil, 2013, 406 pages, 21 €

 


Commentaires

Toutes ces photos donnent envie de se rendre sur les lieux et se balader dans ces jardins si beaux. La série sur Jane Austen m'intéresse mais ce livre pas du tout, je ne note pas !

Écrit par : Bianca | 09/09/2013

J'ai très envie de me balader dans ces lieux. Les jardins anglais sont toujours magnifiques et celui de Vita a l'air particulièrement exceptionnel.
Je comprends que le sujet puisse ne pas t'intéresser. En tout cas, je te recommande la série des enquêtes de Jane Austen.

Écrit par : Claire | 16/09/2013

Belles photos pour étayer ton billet !
Avis similaire... dommage, il y avait du potentiel.

Écrit par : Syl. | 09/09/2013

Merci pour les photos. J'aime bien aller regarder les lieux dont on parle dans un roman et partager mes découvertes.
Oui, c'est vrai qu'il y'avait du potentiel mais malheureusement, Stephanie Barron est un peu passée à côté.

Écrit par : Claire | 16/09/2013

C'est un roman que j'emprunterai volontiers à la médiathèque. J'espère que j'accrocherai plus aux intrigues annexes que toi.

Écrit par : Céline | 09/09/2013

J'espère aussi que tu accrocheras plus aux intrigues annexes.
C'est un roman intéressant, qui se lit vite mais dont certains éléments m'ont déçu.

Écrit par : Claire | 16/09/2013

Vraiment tentant !
Je me le note !

Écrit par : vivelaroseetlelilas | 09/09/2013

Tu me diras ce que tu en penses.

Écrit par : Claire | 16/09/2013

Oh dommage ! Je dois avouer que ce livre me tentait bien, mais les quelques objections me refroidissent un peu.


ps: j'adore la musique !

Écrit par : LCDJ | 11/09/2013

Comme toi, j'étais très tentée mais j'ai été déçue dans mes attentes. On en apprend plus sur Virginia Woolf et certains membres de son entourage mais certains éléments m'ont gênée.
La musique est extraite de la bande originale du film the hours. Je ne sais pas si tu l'as vu.

Écrit par : Claire | 16/09/2013

Les commentaires sont fermés.