Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2013

La Princesse effacée de Alexandra de Broca

La Princesse effacée

de

Alexandra de Broca

la princesse effacée,alexandra de broca,madame royale,histoire de la révolution française,la famille royale pendant la révolution française

"Dans la moiteur d'une oppressante soirée de juin, alors que Paris et ses habitants s'endorment, un curieux cortège quitte par une porte latérale l'enceinte de l'ancien domaine des Templiers.

Aucun bruit de pas, d'armes ou de paroles ne vient perturber l'étrange procession qui s'avance lentement. Huit soldats, dirigés par un caporal, et une dizaine d'hommes en civil aux visages en partie masqués progressent serrés les uns contre les autres pour dissimuler le petit cercueil en bois clair qu'ils transportent"

Depuis la mort de son mari en 1786, Renée Chantereine s'est installée rue des Rosiers. Elle a noué des contacts avec le voisinage, notamment le citoyen Binet, petit-fils du célèbre perruquier de Louis XIV et le citoyen Robert qui travaille pour le Convention.

Ce dernier la sollicite d'ailleurs pour une mission de la plus haute importance en juillet 1795. Il est à la recherche d'une femme sans lien avec la royauté qui rendrait visite à la fille Capet. Renée accepte et rencontre pour la première fois au Temple Madame Royale.

"Une ombre grise se tient debout devant elle, les mains jointes dans le dos comme si elle attendait d'être suppliciée. Chantereine, à sa propre surprise, esquisse, pour la première fois de sa vie, une révérence presque au ras du sol et s'immobilise. Elle attend un geste, un ordre pour se relever. C'est un rire puissant, caverneux, affreux, qui l'oblige à affronter le regard de la prisonnière. Le râle est bien sorti de cette forme inerte où seuls les yeux affolés prennent vie en roulant sans cesse. Ce ricanement est haché de raclements de gorge incompréhensibles! Ce ne sont pas des paroles, mais des sons comparables à ceux d'un animal blessé."

Renée se retrouve ainsi face à une jeune femme de 16 ans qui a perdu tous ses proches et qui n'appartient quasiment plus au monde des vivants.

la princesse effacée,alexandra de broca,madame royale,histoire de la révolution française,la famille royale pendant la révolution française

La Tour du Temple vers 1795

J'avais remarqué cet ouvrage sur le beau blog de Bianca. Et j'ai été ravie de pouvoir l'emprunter rapidement dans la médiathèque que je fréquente.

Dès les premières pages, je me suis laissée emporter par ce roman qui permet de découvrir un personnage historique, généralement peu évoqué, à savoir Marie-Thérèse de France, surnommée Madame Royale, la fille aînée de Louis XVI et de Marie-Antoinette.

J'ai été frappée par l'état d'animalité dans lequel elle se trouve quand Renée fait sa connaissance pour la première fois. Elle vit dans le noir et surtout dans des conditions hygiéniques déplorables, dort sur une paillasse, n'a pas adressé la parole à quiconque depuis 13 mois- si on excepte les officiels... Et surtout elle ignore tout du sort de sa mère, de sa tante et de son frère.

Après l'avoir lavée, habillée confortablement, la citoyenne Chantereine doit lui apprendre ce qui est advenu des siens. Et se rend vite compte que le seul moyen de la sauver serait de la laisser dicter ses mémoires.

"Soit elle bascule dans la folie dans les prochaines heures, soit vous lui donnez une raison de se maintenir en vie avec ce témoignage"

Débutent alors des séances d'écriture autour des souvenirs de cette "princesse effacée". Tout oppose ses deux femmes: leur condition, leur destin, leurs manières...Néanmoins, elles vont nouer une relation profonde.

Dans cette première partie qui s'étend de juillet 1795 au 19 décembre 1795, deux niveaux de récit s'entremêlent donc: celui du retour à la vie de Marie-Thérèse et celui des évènements auxquels elle a assisté depuis son emprisonnement avec sa famille en août 1792.

J'ai beaucoup apprécié ce schéma narratif. Il permet de vivre de l'intérieur ce qu'a enduré la famille royale. On assiste ainsi aux premiers jours au Temple, à la séparation des fidèles (Mme de Lamballe suppliciée, la gouvernante Mme de Tourzel, le fidèle valet Hué), à la dégradation des conditions de vie, aux derniers jours du Roi, au départ du Dauphin, à celui de la Reine et de Mme Elizabeth....Mais aussi aux brimades quotidiennes, aux regards intrusifs et sales des gardes révolutionnaires, au silence qui s'installe, au combat mené pour survivre malgré tout...

Le 19 décembre 1795, Marie-Thérèse, après de longues tractations, est finalement confiée à son oncle, l'empereur d'Autriche. Les adieux sont déchirants.

la princesse effacée,alexandra de broca,madame royale,histoire de la révolution française,la famille royale pendant la révolution française

               Marie-Thérèse libérée du Temple

La seconde partie s'ouvre le 3 mai 1814 sur le retour de Louis XVIII et de Madame Royale. Alexandra de Broca imagine les retrouvailles entre cette dernière et Renée Chantereine (alors qu'on a perdu sa trace dans l'histoire en 1806).

Les deux femmes se rendent à Versailles et au Trianon. L'occasion pour la dauphine d'évoquer son mariage douloureux à l'impuissant duc d'Angoulême et surtout de reparler des derniers temps au château, de ceux aux Tuileries, de la fuite à Varennes...Pour finalement revenir sur la petite "Mousseline", que sa mère adorait.

Néanmoins, on ne peut s'empêcher de ressentir de la tristesse pour cette femme brisée par son passé.

"Je ne sais pas me libérer de mon passé et pourtant, sans lui, je ne suis rien"

On apprend aussi beaucoup de choses sur la fin de l'Ancien Régime, la Révolution française et le début de la Restauration. Sans jamais avoir l'impression d'être submergé par les informations.

Bref, vous l'aurez compris:  j'ai beaucoup aimé ce roman aux allures de biographie sur un personnage assez méconnu (le titre est à cet égard très bien choisi). Il se dévore et on en ressort avec la sensation d'en savoir plus sur ce tournant de l'histoire française.

Editions Points, 2010, 403 pages, 7,50 €

Commentaires

Je suis contente que ce roman t'ai plu aussi, tu en parles très bien et ton billet est vraiment excellent, tu as été particulièrement inspirée par Mousseline !

Écrit par : Bianca | 17/11/2013

Merci encore à toi Bianca de me l'avoir fait découvrir! J'ai vraiment passé un très bon moment!
Et merci également pour tes compliments sur ma critique. Cela fait toujours très plaisir.
A croire que la fille de Marie-Antoinette m'a inspirée..

Écrit par : Claire | 19/11/2013

C'est effectivement un très bon premier roman.

Écrit par : Jostein | 18/11/2013

Oui, c'est un très bon premier roman. J'espère qu'elle ne tardera pas à en faire d'autres..

Écrit par : Claire | 19/11/2013

Je l'ai emprunté également suite au billet de Bianca. Je devrais le lire très prochainement. J'espère aimer autant que vous !

Écrit par : Céline | 18/11/2013

J'espère que tu aimeras aussi autant que nous, Céline! J'attends avec impatience ton avis. Très bonne découverte dans tous les cas!

Écrit par : Claire | 19/11/2013

Je ne pense pas le lire mais j'ai aimé ce billet.

Écrit par : Syl. | 18/11/2013

Merci Syl! Peut-être que tu changeras d'avis sur ce roman...

Écrit par : Claire | 19/11/2013

J'ai repéré aussi l'avis de Bianca et en lisant ton propre avis, ça me conforte dans mon envie de lire ce roman !

Écrit par : sandy | 20/11/2013

Je l'ai repéré depuis longtemps, j'espère le lire très bientôt !

Écrit par : sybille | 20/11/2013

Comme je l'avais dit chez Bianca, ça me donne envie de découvrir les romans historiques. Mais j'aimerais commencer par quelque se passant avant la révolution. Aurais tu quelquechose en à me proposer :)?

Écrit par : Charlotte | 21/11/2013

Les commentaires sont fermés.