Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/10/2014

La Porteuse de mots

La Porteuse de mots

de

Anne Pouget

La_Porteuse_de_mots-copy_small.jpg

"Paris, mai 1499

Pernelle se massa les épaules, ultime répit avant de se jeter dans la mêlée: malgré l'heure matinale, la fontaine de la Halle était assaillie de monde; ça chahutait, ça criait, ça se bousculait autant que dans une basse-cour à l'heure du grain."

En ce mois de mai 1499, Pernelle, une jeune fille de 13 ans, exerce le métier de porteuse d'eau. Elle contribue ainsi au mince pécule familial.

Mais ce matin-là, sa tournée va lui permettre de faire une rencontre déterminante. En effet, elle croise Enzo, un garçon italien venu étudier dans la capitale, et elle lui confie son ambition d'apprendre à lire. Et s'il le réalisait?

Mais rien n'est simple pour notre héroïne. Très vite, la maladie de son père et les accusations de sorcellerie à l'encontre de sa mère la poussent à grandir et à faire face à des responsabilités d'adultes.

Et, dans un tel contexte, comment trouver la force de poursuivre ses objectifs?

Place-de-greve-paris-vers-1500.JPG

J'avais remarqué ce roman dans un des billets de Bianca et tant la couverture que le titre m'avaient donné envie de m'y plonger. Aussi, je me suis lancée dans cette lecture commune avec ma copinaute.

J'ai tout de suite accroché au personnage de Pernelle. Cette héroïne a des rêves pleins la tête et elle se donne les moyens de les réaliser. Une manière pour Anne Pouget de parler d'un sujet qui me touche tout particulièrement, comme vous le savez déjà si vous suivez régulièrement mon blog, la place des femmes dans la société et dans l'histoire.

Dans ce Paris de la Renaissance, on en apprend plus sur les conditions de vie de la gent féminine. Pernelle, sa mère Richarde et Hermance: trois figures qui tentent de survivre mais surtout de mener à bien leurs passions. Or, ce n'est jamais facile et comme le rappelle le procès de Richarde, ce n'est jamais exempt de risques.

De même, cette réflexion sur la condition des femmes s'accompagne d'une description minutieuse de la vie dans la capitale à la fin du 15ème siècle. On se promène, des rives de la Seine où les ponts menacent de s'effondrer et où le spectre de la "grenouille" plane aux des ruelles de Notre-Dame. On voyage également à Venise. Tous ces itinéraires nous permettent de découvrir les coulisses des tribunaux parisiens, les boutiques de libraires, les premiers imprimeurs, la vie dans les collèges, le milieu étudiant...

On apprend donc beaucoup de choses au fil de ces 197 pages. Et justement c'est peut-être le tort qu'on pourrait faire à ce roman jeunesse: afin de nous amener à ce degré de connaissance, l'auteur a dû multiplier les ressorts de l'intrigue, jusqu'à la rendre quelque peu invraisemblable. On a du mal à croire qu'une jeune fille de cette catégorie sociale ait pu faire toutes ces rencontres (Erasme entre autres) et obtenir tous ces soutiens.

Mais cette apparence un peu trop "conte de fées" ne doit pas pour autant occulter les indéniables qualités de cet ouvrage: outre son encyclopédisme, La Porteuse de mots comporte de jolis personnages, à l'instar de Pernelle et de Rutebeuf, l'ami simple et au cœur d'or de la famille.

Et cette œuvre met également en lumière des personnes ayant réellement existé, tels que Barthélémy de Chassanée (un avocat spécialiste des procès d'animaux. L'occasion d'assister à des scènes très drôles de tribunal) ou Aldo Manunzio, cet imprimeur de génie qui a contribué à l'essor des idées humanistes.

Bref, vous l'aurez compris: j'ai passé un bon moment en compagnie de ce roman historique très documenté et qui nous permet une incursion dans l'univers si riche de la Renaissance.

Merci aux éditions Casterman pour cette découverte

Editions Casterman, 2014, 197 pages

Billet dans le cadre d'une LC avec Bianca

 

 

Commentaires

Comme souvent nous avons le même avis et les mêmes réserves sur cette lecture: un roman historique solide mais une intrigue peu vraisemblable

Écrit par : bianca | 16/10/2014

Oui, dommage que l'intrigue soit quelque peu invraisemblable car la trame historique se révèle vraiment très intéressante.

Écrit par : Claire | 21/10/2014

C'est dommage : l'ensemble est très alléchant mais l'aspect invraisemblable de l'intrigue me refroidit un peu. J'ai du mal avec les prétextes narratifs qui décrédibilisent l'histoire...

Écrit par : Lili | 17/10/2014

Oui, le bémol de ce livre réside dans la multiplication de ces aventures et de ces rencontres qui, toujours bien écrites et introduites, ne semblent pas vraisemblables, concernant une jeune fille de ce milieu. Dommage car la présentation de cette époque foisonnante est vraiment réussie. Et on passe un bon moment avec cet ouvrage.

Écrit par : Claire | 21/10/2014

Bonjour lectrices et blogueuses,

Merci pour l'intérêt que vous portez à mon livre. J'ai noté que l'histoire vous paraît peu vraisemblable. Il faut se replonger à l'époque : Paris est un village, on se parle, tout le monde se connaît, tout le monde a besoin de tout de le monde, tout le monde s'entraide, un peu comme nos campagnes d'il y a 50 ans... d'autant que les humanistes vont de ville en ville (comme Erasme) pour étudier en université, mais aussi pour étudier l'humain et être proche de lui. Il n'a pas "aidé" Pernelle plus que de raison : un adulte qui protège une enfant rouée de coups, un homme qui voyage à pied et qui en profite pour avoir un compagnon de voyage, etc. il ne fait que "rendre service", notion qui est peut-être oubliée aujourd'hui parce qu'on ne parle plus à son voisin de palier. Mais ce qui arrive à Pernelle est tout à fait vraisemblable,car nous sommes dans un Paris bouillonnant de nouveautés; un monde où l'on se bat au quotidien avec les armes que l'on a, simplement pour survivre. et heureusement que des femmes ont osé l'invraisemblable et les interdits pour elles-mêmes, mais aussi pour faire avancer la condition féminine, non ?
Merci pour vos commentaires et ce bel article en tout cas.
Bien cordialement
Anne Pouget

Écrit par : Pouget anne | 23/10/2014

Les commentaires sont fermés.