Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/07/2015

La Marque de Windfield de Ken Follett

La Marque de Windfield

de

Ken Follett

la-marque-de-windfield.jpg

"Le jour de la tragédie, les élèves du collège, de Windfield avaient été consignés dans leurs chambres. C'était un chaud samedi de mai: normalement, ils auraient passé l'après-midi sur le terrain sud, les uns jouant au cricket et d'autres les regardant à l'ombre, depuis la lisière de Bishop's Wood. Mais un crime avait été commis. On avait volé six souverains d'or dans le bureau de Mr. Offerton, le professeur de latin, et les soupçons pesaient sur tout l'établissement. Aucun élève n'avait le droit de sortir tant qu'on aurait pas pris le voleur."

Par une chaude journée de l'été 1866, Micky Miranda et son ami Edward Pilaster décident de braver les interdictions et d'aller se baigner dans une mare non loin de leur pensionnat. Ils retrouvent là-bas trois de leurs camarades, un peu plus jeunes qu'eux, et décident de les brutaliser.

Mais le jeu tourne mal...et un des petits décède. Cette noyade est-elle bien accidentelle ou dissimule t-'elle un lourd secret? Est-ce que chacun des témoins pourra s'affranchir de cette marque de Windfield?

ken follett.jpeg

C'est ce que nous allons découvrir au cours de cette fresque qui nous plonge dans la société victorienne de la fin du 19ème siècle, une société qui entremêle habilement affaires de pouvoir et d'argent, de débauche et de famille. Le tout derrière une façade de respectabilité.

Dès les premières pages, Ken Follet parvient à nous faire remonter le temps et à nous immerger dans cette Angleterre des années 1870-1890. En effet, il nous propose un tableau détaillé de la vie à cette époque. Autour de Micky, Edward et de son cousin Hugh, tous trois témoins du malheureux accident, gravite une galerie importante de personnages. Et chacun d'entre eux nous permet de mieux appréhender l'atmosphère de cette époque guindée et rigide.

Des grands fêtes de la noblesse aux réunions en salles des associés dans des établissements bancaires de la City, des réunions de famille aux champs de course....le lecteur se promène, observe, déduit. Chaque rouage de la société est ainsi décortiqué: grands bourgeois, filles de mauvaises vies, domestiques, parvenus....

La Marque de Windfield constitue donc un portrait foisonnant de cette ère victorienne où un faux pas peut tout faire perdre et où, derrière des règles très strictes, règne une certaine décadence (en témoignent les scènes dans les bordels)

De même, cette œuvre s'intéresse tout particulièrement au milieu des affaires londonien. Edward et Hugh appartiennent tous les deux aux Pilaster, une famille de grands banquiers de la City. Pendant plus de 20 ans, on observe donc leur évolution dans cette entreprise. L'occasion pour le lecteur de découvrir tous les métiers liés à cette activité et d'observer les risques de banqueroute. J'ai trouvé cette partie passionnante et extrêmement contemporaine. En effet, on se rend bien compte que les germes des grandes crises bancaires du 20ème siècle étaient déjà plantés vers 1885.

A cette reconstitution réussie se superposent également tous les ingrédients d'un bon roman populaire: des méchants machiavéliques et retors à souhait (Micky et Augusta), des rebondissements, des trahisons, des tentatives fructueuses ou infructueuses de chantage, des histoires d'amour contrariées, des scènes de lutte...Autant de péripéties et de dialogues qui maintiennent le lecteur en haleine. On ne s'ennuie jamais et c'est là un des tours de force de ce récit.

Certes, on pourrait regretter certains protagonistes trop manichéens (le pervers Micky face au parfait Hugh), certaines séquences trop "choc" (le combat des rats et du chien, la "tartine beurrée" lors de la scène masquée)...mais je me demande si ces effets de style ne sont pas là justement pour souligner encore plus les turpitudes des mœurs de cette bonne société victorienne.

Bref, vous l'aurez compris: même s'il ne brille pas par son écriture ou par sa profondeur d'analyse psychologique, j'ai dévoré ce roman historique. Et je vous le conseille fortement tant pour son intrigue haletante que pour son immersion dans le Londres du 19ème siècle. J'adorerais qu'il soit d'ailleurs un jour adapté au cinéma ou en mini-série.

Le Livre de Poche, 1994, 639 pages

Billet dans le cadre de A year in England de Martine, du Challenge un pavé par mois de Bianca et de mon défi personnel des 10 livres à sortir de ma PAL cet été.

 logo-a-year-in-england.jpg

 

 challenge un pavé par mois.jpg

 

 

 

 

 

 2754104710.jpg

 

 

Commentaires

Ton billet est tentant mais j'ai déjà plusieurs Ken Follett dans ma pal alors je commencerai déjà par les miens. N'oublie pas de déposer le lien chez moi je suis sur mon téléphone. Bises

Écrit par : bianca | 26/07/2015

Roman très efficace comme tu le soulignes bien: ça ne fait pas dans la dentelle et la nuance, mais ça se lit d'une traite et avec plaisir. Je crois l'avoir lu et chroniqué l'année dernière ou i ly a deux ans, et il ne m'en reste pas grand chose. Si ce n'est le souvenir d'avoir bien aime. C'est déjà pas mal!

Écrit par : choupynette | 26/07/2015

Je l'ai dans ma pile à lire depuis quelques mois. Je ne sais pas encore quand je le lirai mais j'espère bien passer un bon moment :)

Écrit par : Tasse de culture | 26/07/2015

La couverture m'attire beaucoup... ce qui est moins le cas du résumé. Pourtant je le note car je désire découvrir l'auteur

Écrit par : Le Salon des Lettres | 30/07/2015

On me l'a offert ! Je n'ai encore rien lu de K. Follet, j'espère qu'il me plaira autant que toi

Écrit par : maggie | 30/07/2015

"même s'il ne brille pas par son écriture ou par sa profondeur d'analyse psychologique" : c'est le cas des tous les romans de Ken Follett et c'est pourquoi je suis souvent déçue (je pense notamment à "La chute des géants"). Sachant cela, vu l'enthousiaste de ton billet et la période évoquée, je me laisserai peut-être tenter.

Écrit par : Mrs Figg | 04/08/2015

Je ne sais pas pourquoi je ne l'ai pas encore lu ! Forcément, ça viendra, il ne peut en être autrement !

Écrit par : Titine | 05/08/2015

Les commentaires sont fermés.