Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2013

La Maison du marais de Florence Warden

 

La Maison du Marais

de

Florence Warden

la maison du marais,florence warden,editions joelle losfeld,roman victorien

" "Cherche institutrice: personnes d'âge mûr s'abstenir"

Je m'empressai de découper l'annonce ainsi formulée que j'avais trouvée dans le Times. J'étais âgée de dix-huit ans: jusque-là, ma jeunesse m'avait empêchée de trouver une situation. Il se trouvait donc un sympathique employeur pour la considérer comme un avantage! J'écrivis à l'adresse indiquée et je joignis à ma réponse une photographie et la liste de mes titres et qualités. La semaine suivante, j'étais en route pour Geldham (Norfolk) pour y assurer, moyennant la somme de trente-cinq livres sterling par an, l'éducation d'"une fillette de six ans""

C'est ainsi que Violet Christie, une jeune institutrice de dix-huit ans, se retrouve à attendre à la station de Beaconsburgh son nouvel employeur, Mr Rayner. Comme la voiture de ce dernier a perdu une de ses roues, il a demandé à son voisin, le jeune Laurence Reade de l'accompagner.

Le voyage en dog-cart se déroule sans encombre et bien vite, les voilà arrivés aux Sureaux. Immédiatement, Miss Christie est sous le charme de cette "maison de brique à moitié couverte de lierre, entourée d'arbres, et qui s'[élève] sur le bord du chemin, près du marais". Mais son enthousiasme n'est pas partagé par Mr Reade qui compare tour à tour la demeure à un "cloaque"et"un "lazaret".

Avant de la quitter, il lui glisse également à l'oreille un étrange conseil "N'acceptez surtout pas une chambre qui soit proche de celle de Mrs Rayner".

Le soir même, Miss Christie est présentée au reste de la maisonnée. Elle se rend très vite compte qu'elle suscite l'hostilité de Mrs Rayner et de Sarah, la bonne.

Elle est également surprise par la présence de certains visiteurs étranges. Le danger rôde aux Sureaux...

la maison du marais,florence warden,editions joelle losfeld,roman victorien

J'ai repéré ce livre sur le blog de Bianca. Et à la lecture de son billet, j'ai eu envie de m'y plonger. Aussi, j'ai été ravie de le trouver dans la bibliothèque parisienne que je fréquente.

Florence Warden (1857-1929) est une auteure britannique. Après avoir suivi des études en Angleterre et en France, elle a a entamé une carrière au théâtre. La Maison du marais constitue sa première oeuvre.

Violet Christie, l'héroïne de ce roman, est une jeune femme qui désespère de trouver un emploi. Elle est donc ravie de se voir confier ce poste de gouvernante auprès d'Haidé, une petite fille de six ans.

Dès son arrivée, elle est confrontée à une maisonnée étrange. Autant Mr Rayner se révèle affable, brillant et cherche à nouer des liens avec son employée; autant sa femme est revêche, proche du mutisme et peu disposée à entretenir des rapports avec Violet. Cet antagonisme des caracatères se retrouve d'ailleurs dans tous les "couples". Les deux filles Rayner sont également l'opposé: Haidé, l'aînée peut être vue comme une petite fille gentille, souriante, polie. Mona, sa petite soeur, est perçue au contraire comme une sauvageonne qu'on laisse s'ébattre sans surveillance dans le parc. Enfin, les deux servantes: Jane/Sarah ne se ressemblent en rien. C'est comme si chaque élément positif ou apparamment positif devait toujours être contrebalancé.

Bien vite, l'institutrice réalise que le côté étrange des habitants des Sureaux n'est pas le seul élément inexplicable. Des questions lui viennent: où se trouve la chambre de Mr Rayner? Qui sont ces visiteurs étranges? Pourquoi Sarah la déteste tant? Pourquoi Mrs Rayner semble si émotive et déprimée?

Ainsi, on suit tous les évènements de cette intrigue à suspense par ses yeux. Ce choix narratif aurait pu se révéler parfait, si je n'avais pas été trop surprise par la naïveté de la protagoniste principale. En effet, le lecteur comprend assez vite les mystères que dissimulent la maison du marais et ses habitants. Aussi, tout le long du récit, je me demandais quand elle allait enfin découvrir la vérité.

Cet aspect m'a donc dérangé. Mais je reconnais un certain talent à Florence Warden pour reprendre les ingrédients classiques d'un roman gothique (héroïne innocente, mystères,atmosphère de plus en plus pesante, demeure inquiétante...).

Je crois d'ailleurs que les Sureaux, la fameuse maison du marais, est justement l'élément que j'ai préféré dans cet ouvrage. L'humidité qu'elle dégage accable ses habitants et les tue peu à peu. De plus, elle regorge de couloirs, de tours, de trappes où on s'attend toujours à croiser des "vilains" ou un "voile noir"

On sent en effet l'influence d'Ann Radcliffe dans cette oeuvre. Tout comme celle de Wilkie Collins.

Bref, vous l'aurez compris: une lecture en demi-teinte pour moi. J'ai trouvé que Florence Warden rendait un bel hommage au roman gothique. Mais j'ai eu beaucoup de mal à accrocher avec l'héroïne et les ficelles de l'intrigue m'ont paru par trop évidentes dès les premiers chapitres.

Editions Joëlle Losfeld, 2011, traduit de l'anglais par Alexandre du Terrail, 279 pages, 18,90 €

Lu dans le cadre du Challenge Au service de..., God save the livre édition 2013 et du challenge Victorien.

la maison du marais,florence warden,editions joelle losfeld,roman victorien

 

 

 

la maison du marais,florence warden,editions joelle losfeld,roman victorien

la maison du marais,florence warden,editions joelle losfeld,roman victorien

Commentaires

Dommage que tu n'ai pas aimé autant que moi mais je comprends ta déception. L'héroïne est en effet très naïve et on comprend très vite les mystères mais pour moi l'important n'était pas là et c'est pour ça que j'ai aimé.

Écrit par : Bianca | 18/02/2013

Pour une fois que nos avis divergent ;)
J'ai trouvé l'atmosphère et l'hommage réussi. Mais c'est vrai que j'aurais aimé une héroïne un peu plus forte. Et un mystère plus épais.

Écrit par : Claire | 20/02/2013

Je l'ai l'ai acheté dans l'espoir de retrouver justement l'univers de gothique, j'espère que je serai moins déçue...

Écrit par : maggie | 19/02/2013

Je pense que tu retrouveras dans ce roman l'atmosphère gothique.
C'est d'ailleurs ce que j'ai le plus apprécié dans ce roman.
Ma lecture se révèle en demi-teinte car j'ai moins accroché avec l'héroïne.
J'espère que tu seras plus conquise que moi et que ton avis rejoindra celui de Bianca.
Dis moi ce que tu en auras pensé!

Écrit par : Claire | 20/02/2013

J'ai lu plusieurs avis mitigés sur ce livre donc je ne l'ai pas acheté. Et comme ma bibliothèque ne l'a pas, je pense que je ne le découvrirai pas, ce qui ne semble pas être un grand drame d'après ce que je lis !

Écrit par : Shelbylee | 19/02/2013

Ce n'est que mon avis Shelbylee. Bianca, elle, a vraiment aimé.
Alors, si d'aventure, ton chemin croise ce roman ou que ta bibliothèque l'achète, on ne sait jamais...

Écrit par : Claire | 20/02/2013

Hum, je suis partagée du coup à la lecture de ton billet, mais quand même, l'influence de Wilkie Collins me fait pencher pour l'achat...

Écrit par : vivelaroseetlelilas | 19/02/2013

J'ai vu l'influence de Wilkie Collins (j'avais lu Pierre de lune et il m'a semblé la retrouver)
Mais peut-être que si tu es une grande amatrice de cet auteur, tu ne rejoindras pas mon avis...

Écrit par : Claire | 20/02/2013

J'ai bien ri en lisant: ""Cherche institutrice: personnes d'âge mûr s'abstenir"... Je ne m'attendais pas à ça! En fait, je dois t'avouer que tout ton billet me plait. Quand on parle de lecture gothique ou de Wilkie Collins, mes jambes vacillent. Si, en plus, il y a aussi du Ann Radcliffe dedans, je saute à pied joint dans les méandres de la soif livresque. Et ma PAL dépasse l'entendement...

Je lance un cri, un sos: qui veut bien me dire comment élargir le temps?

Écrit par : Emmanuelle | 19/02/2013

Je pense que Florence Warden a forcément été inspirée par Ann Radcliffe ou Wilkie Collins pour ce roman.
Après, c'est une lecture en demi-teinte mais je sais que Bianca a vraiment bien aimé. Alors, à toi de choisir...
Pour le début du roman, je pense que je me serai méfiée d'une telle annonce. En même temps, Mr Rayner explique les raisons qui l'ont poussé à écrire un tel texte. Tu verras...
J'adorerais aussi qu'on rallonge le temps pour moi de lecture! Ma PAL et mes envies ne cessent de s'accroître à la lecture de tous vos blogs!!!

Écrit par : Claire | 20/02/2013

Les commentaires sont fermés.