Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2013

Au temps du roi Edouard de Vita Sackville-West

Au temps du roi Edouard

de

Vita Sackville-West

au temps.jpg

"Il était monté sur le toit, non seulement parce que c'était son passe-temps favori, mais parce qu'il n'avait pas d'autre moyen de fuir. Autrement, sa mère comptait sur lui pour recevoirà ses côtés, et les hommes se moquaient de lui et les femmes jouaient avec ses cheveux"

Angleterre, 1906: Sebastien est un Lord de 19 ans que la vie dans la haute société ennuie prodondément. Lors d'un week-end organisé par sa mère dans la propriété familiale de Chevron, il fait une rencontre décisive: celle de Leonard Anquetil, un aventurier solitaire qui lui démontre que sa vie est toute tracée. Il lui propose également de partir avec lui en expédition. Mais Sebastien décline l'invitation car il vient d'entamer une liaison amoureuse avec la meilleure amie de sa mère.

A t-il fait le bon choix? S'ensuivent cinq années déterminantes dans la vie du jeune homme.

vita.jpg

Au temps du roi Edouard fait partie des ouvrages les plus connus de Vita Sackville-West. Deux mois après sa publication, il a même atteint le chiffre phénoménal pour l'époque de 20 000 exemplaires vendus.

Il s'agit de la première oeuvre que je découvre de cette romancière. J'ai été immédiatement frappée par le portrait qu'elle dresse de lla haute société. Une haute société qui oscille sans cesse entre enfermement et frivolité. En effet, les gens doivent remplir le rôle attendu par leur titre, épouser une personne de leur rang...Mais en même temps, ils peuvent être infidèles, à condition que cela ne s'ébruite pas et que surtout les apparences soient sauvées.

Le destin de Sébastien, le héros que nous suivons pendant cinq ans, illustre à merveille ces principes. C'est d'ailleurs ce que lui rappelle Leonard Anquetil lors de leur entretien décisif du début du roman:

"Mon cher enfant, votre vie a été tracée le jour de votre naissance. Vous êtes allé dans une école préparatoire, puis à Eton, puis à Oxford; maintenant, vous entrerez dans les Gardes. Vous aurez beaucoup d'histoires d'amour, la plupart avec des femmes du monde mariées; vous fréquenterez les maisons dont on parle; vous aurez un rôle à la cour; vous porterez un uniforme blanc et rouge, qui vous ira très bien; vous serez courtisé et persécuté par toutes les mères de Londres [...]"

Sébastien refuse au début d'adhérer à ce plan préetabli. La scène où des toits de Chevron, il surplombe le domaine et sa vie est à cet égard très révélatrice. Mais bien vite, comme l'avait prévu Anquetil, il s'installe dans la routine d'un Lord.

Ainsi, Vita Sackville-West nous propose une vision fort pessimiste de la condition d'héritier dans l'Angleterre du début du 20ème siècle.

220px-Lady_Agnew_of_lochnaw_(John_Singer_Sargent).jpg

Cependant, elle n'épargne pas non plus les femmes de la haute-société qui doivent correspondre à l'image qu'on  attend d'elles. Elles contractent des mariages sans amour et une fois les héritiers assurés, prennent des amants. Du moment que leur mari ignore leurs égarements...S'il les découvre, elles peuvent subir l'opprobre d'un divorce et être à jamais bannies de leur classe sociale.

Face à cette décadence des moeurs incarnés par les liaisons entretenues par Lucy, la mère de Sébastien et sa meilleure amie, se dresse l'ultra-conservatisme de la bourgeoisie. Comme le rappelle Thérèse, la femme du docteur que croise notre héros, aucune relation extra-conjugale n'est tolérée dans son milieu.

La jeune génération se débat face à cette sclérose et à ce poids des convenances. Là où Sébastien se retrouve enfemé, sa soeur Viola, grâce à Anquetil, réussit à s'affranchir de son destin de jeune fille de bonne famille et à prendre un appartement toute seule dans Londres. De même, le fils du menuisier de Chevron refuse de reprendre le métier familial pour devenir mécanicien et vivre de sa passion.

Ces quelques notes de révolte insufflent un peu d'espoir. On sent que cette société de faux semblants va changer. Les pages finales de ce roman vont d'ailleurs dans ce sens.

J'aimerais également évoquer le style de Vita Sackville-West que j'ai trouvé très percutant. Son ironie n'épargne personne et rend les protagonistes très vivants.

Bref, vous l'aurez compris: une première découverte réussie de l'univers de cet écrivain. J'ai été frappée par le portrait qu'ele dresse de la haute-société à la veille de la Première Guerre Mondiale.

Le Livre de poche, 2012, 6,10 €, 253 pages

Billet dans le cadre d'une lecture commune avec Fanny, Bianca, Céline, Emmanuelle et Karine

Billet dans le cadre du mois anglais de Lou et Titine

Billet dans le cadre du challenge God save the livre 2013

 

vita sackville-west,au temps du roi edouard,livre de poche,haute société anglaise

vita sackville-west,au temps du roi edouard,livre de poche,haute société anglaise

Commentaires

Beau billet Claire, tu donnes un aperçu très exact et précis du récit, je suis sûre que ton billet va donner envie de lire Au temps du roi Edouard à celles qui ne le connaissent pas encore. Nous avons en tout cas le même ressenti sur l'histoire et la plume de Vita S-W

Écrit par : Bianca | 25/06/2013

Merci beaucoup Bianca!
Je pense que c'est moins un coup de cœur pour moi que pour toi.
Mais je suis ravie de cette première découverte du monde de Vita Sackville-West!
J'ai hâte de me plonger dans d'autres œuvres!

Écrit par : Claire | 26/06/2013

C'est un de mes coups de coeur de l'année. J'ai lu tous les autres romans de Vita sortis en français et celui-ci est dans mes préférés. Comme toi, j'ai adoré le portrait qu'elle fait de la haute société et de ses faux-semblants et la façon dont elle nous fait sentir que ce monde va chavirer. Je te conseille de poursuivre ta découverte de l'auteur avec "Toute passion abolie" qui est un vrai bijou.

Écrit par : Titine | 25/06/2013

Merci pour le conseil Titine! Je pense que je ne tarderai pas à me plonger dans Toute passion abolie, surtout que je l'ai dans ma PAL.
J'espère être aussi conquise que par ce titre.

Écrit par : Claire | 26/06/2013

Décidément ravie de voir que Vita Sackville-West est mieux connue et appréciée de jour en jour ! Même conseil que Titine : Toute passion abolie est un bijou d'ironie :)

Écrit par : Eliza | 25/06/2013

Je me rappelle encore du magnifique billet que tu avais fait sur cette œuvre Eliza!
Je note ta suggestion pour Toute passion abolie. Ce roman fait partie de ma PAL. Et je crois que devant vos avis enthousiastes, je ne vais pas tarder à le sortir.

Écrit par : Claire | 26/06/2013

Cette auteure semble faire des peintures très exactes de la haute société de l'époque ! Je le note dans un coin, ça pourrait me plaire s'il y a de l'ironie et des notes d'espoir !:-)

Écrit par : JainaXF | 26/06/2013

J'espère que cela te plaira.
Oui, elle fait de très belles peintures de la haute société de l'époque. Et l'espoir n'est jamais loin grâce à certains personnages qui essaient de se sortir de ce carcan des apparences.

Écrit par : Claire | 26/06/2013

Les commentaires sont fermés.