Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2014

Le Général du Roi de Daphné du Maurier

Le Général du Roi

de

Daphné du Maurier

général du roi roman.gif

"Septembre 1653-Fin d'été-Les premiers vents frileux d'automne. Le soleil n'entre plus par la fenêtre de l'est, à mon réveil. Paresseux, il ne passe pas avant huit heures au-dessus de la colline. Un brouillard blanc cache souvent la baie jusqu'à midi, laissant derrière lui une haleine froide. La prairie ne sèche plus et bien après midi brille encore sous le soleil. De grosses gouttes d'eau pendent, immobiles, au bout des brins d'herbe. Je remarque les marées plus qu'auparavant. Elles s'allient au jour. Quand la mer se retire des marais, qu'apparaît peu à peu le sable dur et ridé; il me semble dans ma fantaisie, suivre le reflux; mes vieux rêves apparaissent au grand jour comme les coquillages et les pierres de la grève."

Honor Harris revient sur son passé et sur l'influence qu'a exercée la famille Grenville sur son destin.

C'est ainsi qu'on la retrouve en 1629, à 18 ans. Elle est alors une jeune fille issue de l'aristocratie anglaise, indépendante, entière, fière et farouche. Lors de son entrée dans le monde, elle rencontre Sir Richard Grenville, un soldat qui jouit d'une très mauvaise réputation et qui va immédiatement la fasciner. S'ensuit une cour dans l'arbre d'un jardin des Cornouailles....Honor et Richard en viennent même à se fiancer.

Mais un terrible événement les sépare pendant quinze ans....Et c'est la guerre civile qui les réunit.

daphné du maurier.jpeg

La semaine dernière, je vous parlais du Général du Roi, un téléfilm de Nina Companeez qui m'a fait passer un agréable moment et m'a surtout donné envie de me replonger dans le roman de Daphné du Maurier. Un roman que j'avais dévoré à l'adolescence et que j'ai de nouveau beaucoup aimé.

L'auteur a repris un schéma narratif assez classique: à la fin de sa vie, Honor Harris revient sur les évènements qui l'ont marquée et sur les rapports qu'elle a entretenus avec la famille Grenville.

En même temps, ce schéma se révèle très original quand on aborde les chapitres autour de la première et de la seconde guerre civile. Après quinze ans de séparation, notre héroïne revoit Richard, devenu le "général du Roi". Leur relation reprend et Honor se voit contrainte de guetter ses missives ou ses arrivées surprise. Par conséquent, on ne se retrouve jamais au cœur des batailles. Mais on éprouve les sentiments d'une femme qui attend des nouvelles du front et ne cesse d'avoir peur pour celui qu'elle aime. De plus, certaines scènes, à l'instar de celle de la visite des troupes ou des horreurs subies par les civils, se révèlent d'autant plus frappantes car elles sont évoquées par une néophyte.

Je me suis immédiatement attachée aux personnages. Alors que les premières pages avec Gartred me donnaient l'impression qu'ils pourraient parfois être trop manichéens, j'ai eu l'agréable surprise en avançant dans l'intrigue de voir que chacun d'entre eux présentait tant des qualités que des failles.

Néanmois, trois d'entre eux se détachent:

-Gartred Grenville: une femme forte qui essaie de profiter de son capital beauté pour s'élever dans la société et s'assurer un avenir stable. Même si ces choix matrimoniaux se révèlent toujours intéressés et peuvent susciter du dégoût, je n'ai pu m'empêcher de penser qu'elle symbolisait-certes la femme fatale, celle par qui le malheur arrive-mais aussi la femme noble du 17ème siècle contrainte de se marier par raison et sans cesse vendue au plus offrant par son père ou ses frères.

-Richard Grenville: le "Général du Roi", un homme brave, colérique, impatient, exigeant, infidèle, égoïste, vantard, doué d'un grand sens de la répartie...En somme, un personnage hors normes qui ne peut laisser indifférent...Un héros de roman comme il en existe peu.

-Honor Harris: une femme profondément libre qui, malgré sa situation, parvient à vivre son histoire d'amour. Dans une époque où ses comparses ne comptent pas, elle réussit également à donner des avis aux hommes de son entourage et à se faire entendre.

De même, j'ai trouvé l'intrigue très prenante. Au fil des pages, on est confrontés à de nombreux rebondissements. Jusqu'au dénouement final...Seul bémol: certaines scènes de guerre m'ont un peu lassée dans les derniers chapitres.

A bien des égards, le Général du Roi se révèle donc un roman surprenant: il met en scène une histoire d'amour atypique et il évoque la guerre et l'histoire par les yeux d'une femme doublement contrainte à l'inaction (par son statut et son état) mais qui, paradoxalement, influence certains épisodes charnières.

Bref, vous l'aurez compris. J'ai vraiment beaucoup aimé cet ouvrage que je vous recommande. Et je crois que 2014 sera placé sous le signe( entre autres) de Daphné du Maurier.

Si certains sont d'ailleurs intéressés par des lectures communes autour de ses œuvres, n'hésitez pas...

Albin Michel, 1947, 404 pages

Billet dans le cadre d'une lecture commune avec Shellbylee et du challenge God save the livre 2013.

général du roi, daphné du maurier, roman sur la guerre civile anglaise, roman historique, roman


 

 

Commentaires

Je veux le lire, je veux le lire !! Merci de ton billet :)

Écrit par : Eliza | 13/01/2014

Je suis ravie de t'avoir donné envie de le lire, Eliza. Je pense que tu vas aimer ce roman...

Écrit par : Claire | 15/01/2014

Je veux le lire aussi ! Très beau billet Claire, qui donne envie de découvrir ce titre.

Écrit par : Tasse de culture | 13/01/2014

Merci, Céline.
Ravie de t'avoir donné aussi envie de découvrir ce roman!J'espère que tu passeras un aussi bon moment que moi.

Écrit par : Claire | 15/01/2014

Je n'ai pas vu le téléfilm, je crois que j'ai bien fait, ça me donnera le plaisir de lire ce roman ! je n'ai plus de Daphné du Maurier dans ma PAL, j'avais juste Rebecca, il faudrait que j'investisse car tu te doutes qu'une lecture commune autour de cette auteure me tente beaucoup !

Écrit par : Bianca | 13/01/2014

Oui, tu as bien fait car le roman est bien entendu beaucoup plus réussi que l'adaptation qui vient d'en être faite.
Si tu es tentée par une LC autour de Daphné du Maurier, je te proposerai bien d'acheter Ma cousine Rachel car j'ai très envie de le relire (j'en garde un très bon souvenir!)

Écrit par : Claire | 15/01/2014

Mon cri sera le même qu'Eliza : je veux le lire ! Je veux le lire !!!

Écrit par : Titine | 13/01/2014

Je suis vraiment ravie d'avoir suscité une telle envie chez toi. J'espère qu'il te plaira autant qu'à moi.

Écrit par : Claire | 15/01/2014

Je l'ai dans ma PAL, acheté d'occasion je ne sais plus où... Une bonne affaire, j'ai toujours hâte de me plonger dans un Du Maurier !

Écrit par : Neph | 13/01/2014

Hâte de lire ton billet alors pour voir ce que tu en as pensé.
Je ne connais pas toute l’œuvre de Daphné du Maurier et je compte bien m'y replonger cette année. Mais j'ai passé à chaque fois un très bon moment. C'est en effet une valeur sûre.

Écrit par : Claire | 15/01/2014

J'aime beaucoup cette auteure ! Rebecca est d'ailleurs un de mes coups de cœur de l'année dernière !

Écrit par : sybille | 14/01/2014

Il faut décidément que je relise Rebecca. J'espère être aussi conquise que toi.

Écrit par : Claire | 15/01/2014

Bonjour Claire,
Excuse moi de ne te répondre que maintenant, je suis un peu en retard dans mes réponses.
J'ai lu ce livre il a une bonne vingtaine d'années et je me souviens qu'il m'avait beaucoup plu.
Bienvenue dans le challenge Daphné du Maurier, tu peux bien sûr y intégrer tes deux liens.
Si tu organises une lecture commune pour Ma cousine Rachel, je m' joindrai volontiers.

Écrit par : Soie | 16/01/2014

Pas encore lu celui-ci mais je compte bien lire toute l'oeuvre de Daphné du Maurier dont j'ai aimé tous les livres lus à ce jour.

Écrit par : Titine | 18/02/2014

Les commentaires sont fermés.