Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2014

Les Carnets de Cerise tome 1: Le zoo pétrifié

Les Carnets de Cerise

Tome 1: Le zoo pétrifié

de Joris Chamblain

illustré par Aurélie Neyret

les carnets de cerise,tome 1,le zoo pétrifié,joris chamblain,aurélie neyret,soleil productions,collection métamorphose

"Il était une fois....

Quand j'étais petite, je me suis fait la promesse que si un jour j'avais un journal intime, il commencerait comme ça. J'aime lire des histoires et mes préférées commencent toutes par "Il était une fois"

Alors, il était une fois...ben moi, Cerise! "

Cerise, dix ans et demi, rêve d'être romancière. Elle adore lire et écrire.

Son truc à elle "pour raconter des histoires, c'est d'observer les gens, imaginer leur vie, leurs secrets."

Justement, avec ses deux meilleures amies Line et Erica, elle a remarqué, du haut de leur cabane en forêt,  un "Monsieur Mystère" dont elle aimerait percer les énigmes.

les carnets de cerise,tome 1,le zoo pétrifié,joris chamblain,aurélie neyret,soleil productions,collection métamorphose

Aussi, un dimanche matin, elle ment à sa mère pour aller observer de plus près cet homme qui porte toujours de gros pots de peinture.

Avec Line et Erica, elles échafaudent diverses théories: tantôt il repeint un château ou une maison hantée, tantôt il libère des animaux dans la forêt....

Mais elles sont bien loin d'imaginer ce que dissimule réellement "Monsieur Mystère"...

Cela fait pas mal de temps que j'entends parler de cette bande dessinée sur la blogosphère. Aussi, quand elle est arrivée à la médiathèque, je n'ai pas tardé à l'emprunter.

A l'origine, Joris Chamblain avait écrit cette histoire pour une dessinatrice. Mais le projet n'a pas pu voir le jour. Aussi, il s'est mis en quête d'une autre illustratrice et son chemin a croisé celui d'Aurélie Neyret.

les carnets de cerise,tome 1,le zoo pétrifié,joris chamblain,aurélie neyret,soleil productions,collection métamorphose

J'ai été tout de suite séduite par ce début sous forme de journal intime. Les six premières pages sont consacrées à la présentation de Cerise, à son entourage, à ses rêves....Puis, ce récit à la première personne fait place à une narration sous forme de bande dessinée. Une narration qui n'empêche pas quelques incursions sous forme de notes ou de dessins de Cerise.

C'est ainsi qu'on suit notre héroïne lors de sa première enquête. Une enquête qui va lui permettre de découvrir l'existence d'un peintre animalier qui redonne vie à un zoo pétrifié.

J'ai beaucoup aimé cette explication si poétique pour définir les occupations de "Monsieur Mystère".

J'ai également adhéré au ton très frais, voire naïf et aux valeurs prônées dans cette histoire, telles que l'entraide, l'attention aux autres...

Et que dire des images d'Aurélie Neyret? Elles accompagnent à merveille le récit et donnent vie aux protagonistes et aux peintures de "Monsieur Mystère". De plus, les teintes utilisées confèrent une certaine nostalgie, tout à fait en adéquation avec ce qui est raconté.

Bref, vous l'aurez compris: une très belle bande dessinée jeunesse dont je vous recommande vivement la lecture. Il me tarde de me plonger dans le deuxième tome.

Soleil Productions, 2012, 15,95 €

24/03/2014

Leighton House

Leighton House

 

leighton house,londres,maison d'un peintre victorien,frédéric leighton,kensington

 

 Le week-end dernier, j'ai eu l'immense chance de passer trois jours à Londres, une ville que j'adore. L'occasion de visiter Windsor (je vous en reparlerai prochainement sur ce blog) et quelques sites tels que la maison du peintre Frédéric Leighton.

Ma première rencontre avec cet artiste remonte à la très belle exposition Désirs et voluptés à l'époque victorienne du musée Jacquemart-André. J'avais notamment admiré son tableau de la nymphe de la rivière Dargle.

 

leighton house,londres,maison d'un peintre victorien,frédéric leighton,kensington

 Crenaia, la nymphe de la rivière Dargle

Aussi, quand ma mère et moi avons découvert que sa maison transformée en musée se trouvait toute proche de notre hôtel et qu'elle était recommandée fortement par notre guide, nous n'avons pas hésité longtemps.

 

leighton house,londres,maison d'un peintre victorien,frédéric leighton,kensington

 Sir Frédéric Leighton

Sir Frédéric Leighton (1830-1896) est un artiste britannique, né à Scarborough dans une famille de docteurs. Son père était médecin, tout comme son grand-père qui avait exercé auprès de la famille royale russe. Une charge qui lui avait permis d'amasser une grande fortune.

La mauvaise santé de leur mère contraint notre peintre et sa famille à migrer sur le continent. Ainsi, ils habitent successivement en France, en Italie, en Allemagne. De cette éducation cosmopolite, Frédéric va conserver une prédisposition pour les langues étrangères et un goût affirmé pour les voyages.

Très jeune, son talent d'artiste est consacré. En effet, la reine Victoria achète une de ses premières toiles en 1855 et en 1878, il obtient la présidence de l'Académie royale des Arts.

On ne connaît que peu de choses sur sa vie privée. Beaucoup de suppositions ont été notamment émises quant à sa relation avec sa muse Dorothy Dene. Une relation qui aurait inspiré George Bernard Shaw pour son  Pygmalion.

 

leighton house,londres,maison d'un peintre victorien,frédéric leighton,kensington

Dorothy Dene

 En 1865, Frédéric acquiert un terrain pour construire la demeure de ses rêves dans le quartier de Kensington. Il en confie l'édification à un de ses amis architectes et ne cessera pendant les trente ans qui lui restent à vivre de remanier sa bâtisse.

Quand on entre, on est tout de suite frappés par la splendeur du hall arabe. Un hall bâti sur les plans de l'intérieur d'un palais anglo-normand du 12ème siècle et qui dessert toutes les pièces de réception. On visite ainsi la bibliothèque, la salle à manger, le salon et on retraverse à chaque fois ce hall.

 

leighton house,londres,maison d'un peintre victorien,frédéric leighton,kensington

Le hall arabe

 Chacune de ces pièces souligne le sens de l'esthétisme de l'ancien propriétaire. Par exemple, Leighton a décidé de la couleur du papier peint du salon en fonction des toiles de Corot qu'ils voulaient y accrocher. De même, le parquet prend des teintes rouges qui répondent harmonieusement à celles des murs de la salle à manger.

 

leighton house,londres,maison d'un peintre victorien,frédéric leighton,kensington

 Le hall Narcisse et l'escalier qui mène à l'étage

A l'étage, nous attendent la chambre relativement spartiate de l'artiste, un salon et un magnifique atelier. L'occasion de découvrir de nombreux portraits et sculptures et de mieux se rendre compte de la vie que devait mener cet homme au talent reconnu par l'ensemble de ses pairs et de la société victorienne.

Bref, vous l'aurez compris: j'ai été conquise par cette visite. Un instant hors du temps qui permet de remonter un siècle en arrière et d'admirer le goût de cet homme.

Pour plus d'informations sur ce musée, c'est par ici.

Et voici une vidéo pour vous donner une impression d'ensemble...


 

 

 

Parce que c'était nous de Mhairi McFarlane

Parce que c'était nous

de

Mhairi McFarlane

parce que c'était nous.jpg

"-Et merde! J'ai vraiment pas de bol...

-Quoi?

D'une tape, je chassai une guêpe particulièrement intrépide et obstinée de ma canette de Coca. Le visage dissimulé derrière sa main, Ben ne faisait qu'attirer encore plus l'attention sur lui."

Cela fait maintenant dix ans que Rachel et Ben, meilleurs amis à l'université, ne se sont pas vus. Alors qu'elle vient de rompre avec son fiancé et qu'elle traverse une crise existentielle, Rachel apprend que sa meilleure amie a aperçu Ben à la bibliothèque centrale de Manchester.

Rachel ne peut résister à la tentation et se rend sur les lieux. Provoquant ainsi le destin, elle renoue une relation amicale avec un Ben, devenu avocat et marié depuis deux ans à la superbe Olivia.

Mais bien vite, les sentiments de Rachel refont surface...Et compliquent tout.

mhairi.jpg

J'ai été immédiatement attirée par cette parution chez Milady. Et quand ma réservation est arrivée à la médiathèque, je me suis aussitôt plongée dedans.

L'histoire de Parce que c'était nous s'apparente à un bon scénario de comédie romantique. Jugez plutôt: deux meilleurs amis ne se sont pas donnés de nouvelles depuis dix ans et se retrouvent enfin. Même s'ils prétendent auprès de leur entourage ne jamais avoir été attirés l'un par l'autre, on éprouve des difficultés à les croire.

On suit le récit de leurs retrouvailles par les yeux de Rachel. A cet arc narratif contemporain s'entremêlent des flash back. Ainsi, on en apprend plus sur les trois ans que Rachel et Ben ont passé ensemble à l'université.

Autour de ces deux protagonistes que le destin rapproche gravite tout un ensemble de personnages secondaires assez attachants: les meilleurs amis, l'ex-fiancé un peu paumé...

Derrière cette histoire dont on anticipe et espère la fin se dissimule également tout un tas de réflexions autour de la trentaine, de l'état de célibataire ou du mariage. Notamment l'idée que finalement, on reste parfois avec notre conjoint/conjointe car on a pas le courage de se remettre à chercher.

Bref, vous l'aurez compris: ce roman, en dépit de quelques longueurs, se révèle une lecture agréable. Même si on se doute de ce qui va arriver, on suit avec beaucoup d'intérêt toutes les péripéties qui mènent à cet épilogue tant attendu.

Milady, 2013, 472 pages, 15,20 €

Billet dans le cadre du challenge God save the livre 2014.

Challenge-anglais.jpg