Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A la ligne de Joseph Ponthus

A la ligne

Feuillets d'usine

de

Joseph Ponthus

54433982_393424924816786_8600369498513473536_n.jpg

"En entrant à l'usine

Bien sûr j'imaginais

L'odeur

Le froid

Le transport de charges lourdes

La pénibilité

Les conditions de travail

La chaîne

L'esclavage moderne."

Ainsi débute A la ligne. Ce roman d'une puissance inouïe autour d'un ouvrier intérimaire qui embauche dans des conserveries de poissons et dans des abattoirs bretons.

Parce que dans son secteur, tout est bouché.

Parce qu'il lui faut des sous.

Dans cette complainte de l'usine, il nous livre tout: les gestes sans cesse répétés, les petits matins transis de froid, les charges qui rendent tout le corps douloureux, l'odeur, les pauses millimétrées, les week-end broyés, les membres amputés, les heures suspendues qui ne se rattrapent guère...Et la déshumanisation. Comme si chaque homme devenait machine.

Mais l'usine, c'est aussi ces bonbons offerts pour un retour, ces trajets en voiture pour permettre de travailler, ces clopes partagées dans le froid, ces chansons entonnées, ces solidarités muettes, ces peurs communiquées...Toute cette humanité qui jaillit même dans ces bouches de l'enfer agroalimentaire.

Outre cette humanité, ce qui sauve notre héros: c'est la culture. Claudel, Apollinaire, Trénet, Monte-Cristo....hantent ainsi chacune des étapes de ce parcours d'un intérimaire ordinaire. La culture comme unique voie d'échappatoire. L'écriture pour ne pas sombrer dans la folie de ce travail forcé.

Chacun de ses feuillets est habité par une multitude d'émotions: colère, angoisse, renoncement, désir, tristesse, fragilité, douleur...

Certains de ses chants, à l'infinie poésie de l'ordinaire et de l'extraordinaire, nous touchent profondément. Par leur sujet, par leur ton, par leur " il y a".

"J'ai écrit et volé deux heures à mon quotidien et à mon ménage.

Des heures à l'usine

Des textes et des heures

Comme autant de baisers volés

Comme autant de bonheur."

A la ligne se révèle donc une lecture-état des lieux, une lecture-révolte, une lecture-larmes, une lecture-solidarité. Bref, une lecture indispensable!

J'ai été ravie de la partager avec une Femme qui lit dont voici l'avis.

Éditions La Table Ronde, 2019, 266 pages

 

Écrire un commentaire

Optionnel