Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2015

Marie-Antoinette, Carnet secret d'une Reine

Marie-Antoinette

Carnet secret d'une Reine

de

Benjamin Lacombe

marie antoinette.jpg

"Schönbrunn, 21 avril 1770,

Règlement à lire tous les soirs

Ce 21 avril, jour du départ. A votre réveil, vous ferez tout de suite, en vous levant, vos prières du matin à genoux et une petite lecture spirituelle, ne fût-ce même que d'un seul demi-quart d'heure, sans vous être occupée d'autre chose ou avoir parlé à personne d'autre"

Dans Marie-Antoinette, Carnet secret d'une reine, Benjamin Lacombe nous fait entrer dans l'univers de cette souveraine à la fois tant admirée et tant décriée. Entremêlant véritables lettres et extraits d'un journal intime fictif, il nous conte son destin. Un destin qu'il décline en quatre chapitres: la fin de l'enfance, les affres de l'amour, le théâtre de la vie et une révolution. Autant d'étapes qui nous entraînent des couloirs de Schönnbrun à ceux de la Conciergerie.

marie-antoinette-illustration.jpg

Je crois déjà avoir eu l'occasion de vous parler de la passion que j'entretenais, petite fille, pour Marie-Antoinette. J'avais découvert cette reine pendant les célébrations du bicentenaire en 1989 (j'avais à l'époque 6 ans) et j'avais aussitôt manifesté l'envie d'en savoir plus. Au fil des années, j'avais ainsi parcouru diverses biographies, les mémoires de sa femme de chambre, celles de son coiffeur...

Aussi, quand ce roman graphique est sorti en cette fin d'année, j'étais à la fois impatiente et anxieuse de le lire. Impatiente car je suis généralement très fan du travail de Benjamin Lacombe. Mais, en même temps, anxieuse car il s'attaquait à un des mythes de mon enfance.

Alors, ce magnifique objet, je l'ai posé, reposé, tourné, retourné...Pour finalement céder à la tentation.

D'emblée, on sent tout le travail d'investigation mené par l'auteur. Biographies, correspondance, mode de l'époque, tableaux, plans de Versailles et du Trianon...: tout semble avoir été disséqué par lui.

Et, en quelques 96 pages, accompagné de l'historienne Cécile Berly, il nous livre sa vision de cette Reine.

Forcément, il ne peut pas tout dire.

Forcément, il demeure certaines zones d'ombre.

Mais, par le choix des lettres et les extraits d'un journal intime inventé, il nous donne à voir l'essentiel.

Au ton toujours juste, sensible et émouvant de ce carnet secret s'allie la richesse graphique. J'ai été bluffée par les peintures, aquarelles, crayonnés... qui emplissent cet ouvrage.

Benjamin Lacombe invente, réinvente, détourne...Quel bouillonnement créatif! On admire, on observe, on cherche les références...alors que le destin tragique de Marie-Antoinette est en marche et que les tonalités se font de plus en plus sombres.

escarpolette fragonard.jpg

. L'escarpolette de Fragonard

marie antoinette 2.jpg

Et, celle de Benjamin Lacombe

Bref, vous l'aurez compris: j'ai été totalement séduite par ce magnifique ouvrage illustré et je ne saurais que vous en recommander la lecture.

coeur qui bat.gif

Soleil Productions, collection Métamorphose, 2014, 96 pages, 24,95 €


 

 

 

 

 

16/12/2013

Swinging Christmas

Swinging Christmas

de

Benjamin Lacombe

couv_SWING_DEF-2M.jpg

Alors que Noël se rapproche à grands pas et que je suis emportée par le tourbillon des derniers achats, j'ai eu envie de me plonger dans Swinging Christmas, un album de Benjamin Lacombe paru à la fin de l'année 2012.

Swinging-Christmas-3.jpg

"Robin a neuf ans, bientôt dix. Il vit à Plunulquicitumeurs, un village perdu dans les collines où il ne se passe jamais rien. Un village si vide et morne que Robin l'a rebaptisé ainsi"

A l'approche des fêtes de Noël, sa mère a pris pour habitude de confectionner des petits paniers pour les gens seuls ou dans le besoin. Robin est chargé de les livrer.

Un soir, elle lui demande de se rendre auprès de Bernard, qui habite dans un vieux manoir et fait peur à tous les enfants des alentours.

Mais, passée la première frayeur, une relation se noue entre ces deux personnages. Bernard transmet à Robin son amour des livres et du jazz.

swinging christmas,benjamin lacombe,olivia ruiz,album sur le plaisir de lire,amitié vieil homme-enfant,jazz

J'ai passé un bon moment en compagnie de cet ouvrage d'un auteur-illustrateur que j'aime tant.

Cet album au format d'un 33 tours évoque avec beaucoup de talent la transmission du plaisir de lire. Alors que Robin n'avait que peu de dispositions pour la lecture, Bernard va lui donner la recette pour surmonter son handicap.

"Pour lire, mon grand, il faut être détendu. Laisse les mots venir à toi sans les juger, sans te juger; laisse toi envahir sans crainte, comme tu as l'air de le faire si bien avec la musique."

Dans le vieux manoir, pendant deux ans, vont se succéder ainsi les découvertes de Gargantua, des Trois mousquetaires, du capitaine Fracasse, d'Alice, de Robinson Crusoé...

Le jeune garçon va également s'initier au jazz et entendre parler du grand amour de Bernard, une chanteuse prénommée Sol dont il a gardé tous les enregistrements. Un soleil dont il se languit toujours...

Swinging-Christmas-5.jpg

J'ai d'ailleurs regretté que cette idylle ne soit qu'esquissée. J'aurais aimé en savoir plus sur les deux amants...

Cette histoire d'amitié et de partage s'enrichit aussi de magnifiques illustrations. Une fois encore, j'ai été bluffée par le talent de ce dessinateur hors pair.

Je n'oublie pas de mentionner non plus le CD à la fin qui comprend quelques standards de jazz entonnés par Olivia Ruiz and the Red Orchestra et accompagne avec bonheur l'intrigue.

Bref, même si je n'ai pas eu un coup de cœur, je vous recommande ce joli album nostalgique de Benjamin Lacombe.

Et pour prolonger la magie, une vidéo qui vous permet de voyager au cœur de l'univers de Swinging Christmas...


09/09/2012

Ondine de Benjamin Lacombe

Ondine

Benjamin Lacombe

 

ondine benajmain lacombe.jpg


"Qui va là?"

Ainsi, Herr Hans de Ringstetten, après s'être perdu dans la forêt à la tombée de la nuit, aborde le vieil Ulrich. Ce dernier l'invite à se réchauffer dans sa chaumière et le présente à sa femme et surtout à sa fille Ondine.

Et dès la première recontre, le chevalier tombe sous le charme "Elle était d'une beauté si délicate que ses traits fins se noyaient dans l'éclat de sa peau. Ses longs cheveux roux flamboyaient sur ses épaules en d'élégantes ondulations. [Il] en resta bouche bée"

Très vite, une idylle se noue entre eux et ils se marient. Mais avant de lui appartenir, Ondine révèle son secret à son nouvel époux

"Je suis un esprit des eaux[...] Je suis née sans conscience et sans remords. Du plus loin que je m'en souvienne, je désire posséder une âme. Or, une vieille légende dit que si une des créatures des eaux parvient à se faire aimer d'un homme, elle reçoit en retour une âme humaine. [...] Mais cette âme que j'ai tant voulue pèse bien lourd aujourd'hui. Je mourrais de chagrin si tu me quittais"

Cette confession n'effraye en rien le jeune homme qui proteste de son amour et tous deux repartent vers leur nouvelle vie au château de Ringstetten.

Là-bas, les attend Ursule, l'ancienne prétendante jalouse du jeune homme, qui va tout faire pour les séparer...

Et la tragédie se met en marche...

benjamin_lacombe.jpg

D'Ondine, je ne connaissais que la légende germanique remaniée par Jean Giraudoux dans sa très belle pièce éponyme.

Aussi, lorsque j'ai vu que Benjamin Lacombe dont je suis avec intérêt le travail depuis le sublimeamants papillons.jpg album Les Amants papillons, s'était attelé à ce mythe, je n'ai pu résister à l'envie de me plonger dedans.

Et j'ai été entraînée dans un magnifique et ô combien funeste périple! Ce n'est pas tant le texte qui m'y a conduite que la qualité des illustrations.

J'ai beaucoup apprécié le recours aux couleurs froides qui m'ont permis d'entrer de plain-pied dans ce sombre récit. De cette façon, la chevelure rousse d'Ondine se détachait et soulignait sa différence.

Un des autres tours de force de cet auteur-illustateur est d'avoir su réutiliser un certain nombre d'influences telles que celle des Préraphaëlites (je n'ai pu m'empêcher, par exemple, de penser à l'Ophélie de Millais) et d'en avoir fait quelque chose de personnel.

ophélia de millais.jpg

Les calques qui émaillaient la narration m'ont également fortement impressionnée. Ses vagues et les silhouettes d'Ondine renforçaient l'aspect minéral et mettaient en évidence la toute-puissance de cet élément dans le déroulé de l'intrigue.

Bref, vous l'aurez compris: un bel album de Benjamin Lacombe qui permet de redécouvrir un mythe germanique!

Si vous souhaitez découvrir l'univers d'un des artistes les plus influents dans le domaine de l'illustration du moment, voici le lien de son blog.

Albin Michel Jeunesse, 2012, 19 €