Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/06/2014

La Plume empoisonnée de Agatha Christie

La Plume empoisonnée

de

Agatha Christie

plume em.jpg

"Quand enfin on m'extirpa de ma gangue de plâtre, quand les médecins m'eurent tiraillé tout leur soûl, quand à force de cajoleries les infirmières m'eurent amené à remuer prudemment les membres et quand je fus écoeuré jusqu'à la nausée de les entendre me parler en bêtifiant comme si j'étais un nouveau-né dans ses langes, Marcus Kent me déclara qu'il fallait que j'aille m'installer à la campagne"

Après un grave accident, notre héros est contraint au repos complet. Son médecin lui conseille vivement de partir à la campagne. Accompagné de sa soeur Joanna, il s'établit donc à Lymstock dans un charmant cottage.

Cependant, bien vite, leur quiétude est troublée par un mystérieux corbeau qui prend tour à tour tous les habitants comme cible.

Jusqu'au jour où une des victimes se suicide. Mais a t-elle réellement mis fin à ses jours? Ne serait-on pas plutôt en présence d'un meurtre?

Notre héros décide de mener l'enquête...

Agatha_Christie.png

Pour ce mois anglais, j'avais envie de me replonger dans un Agatha Christie. J'ai donc opté pour cet opus de la série des Miss Marple que je ne connaissais pas.

Tout débute par l'installation d'un blessé et de sa sœur à la campagne, dans un cottage. Au fil des jours, ils s'habituent à leur existence à Lymstock, à leur voisinage si différent de celui qu'ils connaissent à Londres, au rituel du thé ou du bridge, aux cancans...

J'ai justement beaucoup apprécié cette partie d'introduction car je crois que c'est ce que je recherchais dans cette lecture: voyager dans l'Angleterre profonde. Le héros et sa sœur m'ont semblé des personnages attachants et j'ai apprécié les rencontres qu'ils faisaient. Tout comme l'ironie de la plume de la romancière.

Puis, rapidement, une première lettre est arrivée...Et une seconde...

"Une haine aveugle....Oui, une haine aveugle. Mais même un aveugle peut viser juste par hasard et vous atteindre au coeur"

Malgré l'accumulation de courrier anonyme, je n'ai jamais ressenti cette haine se développer. Et c'est là que le premier bémol de cet ouvrage m'est apparu. Cette attente insatisfaite s'explique sans doute par une comparaison inconsciente avec Le Corbeau, un film que j'adore et où le même phénomène survient.

Après le premier meurtre, j'ai commencé à m'ennuyer. Je ne me suis passionnée ni pour l'intrigue policière ni pour les histoires amoureuses connexes.

Même l'ironie de plus en plus prégnante et les références à certains opus précédents ("Dans les romans, quand un détective se déniche un collaborateur sur le terrain, ledit collaborateur est les trois quarts du temps un assassin") n'ont pas trouvé grâce à mes yeux.

Et que dire de l'absence de Miss Marple? J'avais choisi La Plume empoisonnée car je souhaitais suivre une de ses aventures et finalement, elle n'est arrivée que dans le dernier quart du texte. Certes, elle a joué le rôle de deus ex machina comme elle sait si bien le faire mais j'ai regretté de ne pas plus entendre ses comparaisons avec les gens qu'elle connaît, de la voir poser des questions apparemment innocentes...

Bref, vous l'aurez compris: je crois que c'est la première fois que je n'ai pas été conquise par un Agatha Christie. Mais je retenterai prochainement l'aventure avec un autre Miss Marple comme Un cadavre dans la bibliothèque.

Le Livre de Poche, 221 pages

Billet dans le cadre du mois anglais et du Challenge Agatha Christie chez George.

mois anglais.jpg

 

 challange-agatha-christie.jpg

10/04/2013

Le Major parlait trop

Le Major parlait trop

de

Agatha Christie

le-major-parlait-trop-74816-250-400.jpg

"-Prenez le Kenya, pérorait le major Palgrave. Et tous ces types qui déblatèrent sans y avoir jamais mis les pieds! Moi qui vous parle, j'y ai passé quatorze années-dont certaines comptent parmi les meilleures de ma vie...

La vieille Miss Marple dodelina de la tête.

Simple manifestation d'élémentaire courtoisie de sa part. Tandis que le major égrénait ses souvenirs somme toute fort dépourvus d'intérêt, elle-même suivait le cours paisible de ses propres pensées"

Après avoir souffet d'une pneumonie en hiver, Miss Marple s'est vue généreusement offrir par son neveu, l'écrivain Raymond West un séjour aux Antilles.

Elle loge dans une pension récemment reprise par un jeune couple, Tim et Molly Kendal. Parmi leurs hôtes, on retrouve un pasteur et sa soeur, un excentrique milliardaire, quatre amis mariés...Et le major Palgrave qui assome tous les autres avec ses histoires passées. L'une de ses préférées est celle d'un époux assassiin, adoptant toujours le même mode opératoire.

Il en parle à Miss Marple et souhaite lui montrer la photo de ce meurtrier.

"-Ca vous dirait de voir la photo d'un assassin?

Il allait la lui tendre lorsqu'il suspendit soudain son geste. [...]

-Bon Dieu...mais c'est...."

C'est ainsi que le major change brusquement de sujet de conversation.

Le lendemain, il est retrouvé mort, ayant succombé d'après les premières conclusions officielles à une crise d'hypertension.

Mais est-ce vraiment si simple? Le major n'aurait-il pas plutôt payé pour ses trop nombreux bavardages?

 

agatha_christie.jpg

Voici le troisième roman d'Agatha Christie que je parcours depuis le début de l'année 2013. Après le passionnant Le Train de 16h50, j'avais envie de retrouver Miss Marple.

 

le train de 16h50.jpg

Cette fois-ci, on la rejoint dans un univers bien éloigné de son petit village de St Mary Mead. Elle semble un peu perdue, loin de ses repères habituels. Néanmoins, très vite, son esprit vif reprend le dessus et elle commence à établir des liens entre les pensionnaires des Kendall et les gens qu'elle côtoie en Angleterre.

"Ce soir-là, pour la première fois, elle commença à se sentir un peu chez elle, dans son nouvel environnement...Jusqu'à présent, elle n'avait pu établir aucun de ces points de ressemblance qui lui sautaient habituellement aux yeux entre les gens qu'elle rencontrait et certaines de ses connaissances personnelles. Peut-être la gaieté des toilettes et leurs couleurs exotiques l'avaient-elles désorientée, mais elle sentait que bientôt, elle serait à même de faire d'intéressantes comparaisons."

Elle nous livre également, dès les premières pages, une leçon de savoir-vivre pleine d'ironie sur la manière de se comporter en présence de raseurs. J'ai vraiment beaucoup aimé cette scène introductive où on assiste aux interventions toujours bien senties de notre héroïne face aux discours du major Palgrave. Elle n'est jamais réellement attentive mais parvient à véhiculer une impression toute différente.

Malheureusement, c'est ce manque de concentration qui lui fait rater l'identité de la personne qui trouble tant l'officier à la retraite et l'empêche de montrer le cliché du meutrier dont il parlait.

Le lendemain, le major est retrouvé mort. Très vite, on conclue à une crise d'hypertension. Miss Marple ne partage pas cet avis et va commencer à instiller le doute dans l'esprit des autres résidents de la pension.

Elle décide d'ailleurs de mener sa propre enquête. Elle se fait donc passer pour une vieille femme insignifiante et tente de comprendre ce qu'il a pu advenir.

Sans elle, rien n'aurait été soupçonné ni découvert. Une nouvelle fois, Agatha Christie renforce sa légende de Némésis.

Néanmoins, je dois avouer que je n'ai pas été outre mesure convaincue par l'intrigue policière. J'ai assez vite compris qui était derrière les meurtres de la pension. De plus, certaines péripéties m'ont paru trop alambiquées. De même, j'ai pensé que l'auteur alourdissait parfois l'énigme d'intrigues secondaires moins intéressantes.

En revanche, comme d'habitude, j'ai beaucoup apprécié la galerie de personnages secondaires. Certes, on en remarque plus que d'autres. Mais ils sont tous bien campés. Et on ne peut s'empêcher de retrouver certains caractères similaires à ceux d'autres protagonistes de l'oeuvre d'Agatha Christie.

Un peu comme si cette dernière voulait souligner la justesse du raisonnement de son héroïne toujours à la recherche de ressemblances entre ceux qu'elle connaît et ceux qu'elles découvrent...

Bref, vous l'aurez compris: j'ai été moins enthousiaste à la lecture de cette aventure de Miss Marple. Sans doute en raison de la qualité de l'intrigue policière. Cependant, l'héroïne et les personnes qui gravitent autour d'elle m'ont fait passer un agréable moment. Je pense que je ne tarderai pas à me replonger dans de nouvelles enquêtes, peut-être en compagnie du cher détective belge...

Le Livre de Poche, 2009, 220 pages, 5,20 €

Lu dans le cadre des challenges Agatha Christie, God save the livre 2013 et La plume au féminin 2013

challange-agatha-christie.jpg Challenge-anglais.jpg

 

 

 

 

 

 

 

challenge la plume au féminin.jpg

27/02/2013

Le Train de 16h50

Le Train de 16h50

de

Agatha Christie

le train de 16h50.jpg

"Le souffle court, Mrs McGillicuddy trottinait le long du quai à la poursuite de son porteur. Mrs McGillicuddy était courtaude et replète, le porteur était grand et avançait à longues enjambées. S'il s'était chargé de la valise, Mrs McGillicuddy, qui venait de faire ses achats de Noël, croulait sous le poids d'une multitude de paquets. La lutte était donc inégale et Mrs McGillicudddy amorçait tout juste la ligne droite que déjà l'homme disparaissait, avalé par une courbe à l'autre extrémité du quai"

Le train démarre. Après un léger assoupissement, Mrs McGillicuddy se met à observer le paysage. Puis, elle remarque un train qui semble faire la course avec le sien. En observant de plus près, elle aperçoit, dans un compartiment, une femme étranglée par un homme brun. Elle avertit immédiatement le contrôleur, ainsi qu'à la station suivante le chef de gare.

Le voyage se poursuit. Mrs McGillicuddy est attendue dans le village de St Mary Mead où réside sa vieille amie Miss Marple.

"Oh, Jane! Je viens d'assister à un meutre"

Le lendemain matin, les deux vieilles demoiselles s'attendent à voir l'assassinat à la une des journaux. Mais rien...Elles alertent la police qui ne trouve pas de corps et pense que Mrs McGillicuddy a "exagéré la gravité [...] de la scène qu'elle a décrite"

Toutefois, Miss Marple ne se laisse pas décourager....Et elle débute, avec l'aide de Lucy Eyelesbarrow, une de ses jeunes connaissances, sa propre enquête.

 

Agatha_Christie.png

En voyant Bianca parler de la Dernière énigme, j'ai eu très envie de me plonger à mon tour dans un Agatha Christie. Adolescente, j'adorais cet auteur et j'avais dévoré plusieurs volumes des aventures du célèbre détective belge. Mais, autant j'avais une vraie prédilection pour Hercule Poirot, autant je n'étais pas du tout attirée par les intrigues mettant en scène Miss Marple. Je la trouvais trop envahissante, trop fouineuse...

Et ce roman m'a prouvé que j'avais tort. Je resterai toujours fidèle à Hercule mais je me permettrai quelques incursions dans l'univers de Jane.

J'ai trouvé le point de départ de l'intrigue très fort: un témoin assiste à un meutre commis dans un train, aucun corps n'est retrouvé et tout reste à trouver prouver.

Les premières démarches n'aboutissent à rien. L'amie de Miss Marple aurait-elle rêvé? Notre enquêtrice est certaine du contraire

"Posément, comme un général projetant une campagne [...], Miss Marple passa en revue les éléments, qui plaidaient en faveur d'une initiative de sa part , et ceux qui s'y opposaient. Dans la colonne des "pour", on relevait:

1. Ma longue expérience de la vie et de l'âme humaine

2.Sir Henry Clithering et son filleul (aujourd'hui à Scotland Yard si je ne m'abuse)

3. Le deuxième fils de mon neveu Raymond, David, qui travaille, j'en suis pratiquement certaine, dans les chemins de fer britanniques

4. Leonard, le fils de Griselda, qui est si calé en cartes géographiques"

Une fois son plan de bataille établi et ses premiers pions avancés, Miss Marple va rechercher l'aide d'un alliée. Elle la trouve en la personne de Lucy Eyelesbarrow, son ancienne garde-malade. Cette jeune femme se fait engager au manoir de Rutherford Hall comme gouvernante/cuisinière.

Ce domaine pourrait, en effet, abriter le corps mystérieusement volatilisé. Lucy se met donc en quête d'indices, observe attentivement ses employeurs...

Comme vous vous en doutez, cette persévérance va se révéler payante...Bien vite, Lucy découvre un cadavre. Et l'enquête officielle peut enfin démarrer. Reste à déterminer l'identité de la victime étranglée et bien entendu, du coupable.

Les investigations se poursuivent, les meurtres se multiplient, les fausses pistes s'enchaînent...Et la reine du crime se montre de nouveau à la hauteur de sa réputation. Jusqu'aux dernières pages, je n'ai pas soupçonné l'identité du meutrier.

J'ai beaucoup aimé l'idée de Miss Marple ayant besoin de quelqu'un pour la seconder. Le choix d'une jeune aide apporte un peu de piment, dans le sens où elle va faire tourner bien des têtes à Rutherford Hall. C'est d'ailleurs un des éléments que j'apprécie chez Agatha Christie: outre sa faculté à construire des intrigues incroyables, elle imagine de jolies histoires de coeur.

De plus, les personnages secondaires m'ont beaucoup intéressée. Certains de leurs défauts (la radinerie du père que l'on retrouve chez deux des rejetons) m'ont bien amusée.

Même si elle est sans doute moins présente que dans d'autres tomes, Miss Marple interagit avec eux, notamment lors d'une scène de thé où l'écrivain montre tout son talent pour décrire l'hypocrisie de la bonne société. Mais notre héroïne n'est pas dupe. Elle observe, comprend et analyse avec un grand discernement les relations entre chacun. Pour émettre ses jugements, elle a souvent recours aux comparaisons avec les habitants de son village (un tic qui m'agaçait au plus haut point quand j'étais adolescente mais qui m'a fait sourire à plusieurs reprises lors de cette lecture)

"Savez-vous à qui vous me faites penser? Au jeune Thomas Eade, le fils de mon directeur de banque. Il adore choquer son monde"

Bref, vous l'aurez compris: j'ai passé un très bon moment de lecture avec ce roman policier habilement construit et plein d'humour so british. Ce ne sera définitivement pas la dernière aventure de Miss Marple dans laquelle je me lancerai!

Le Livre de Poche, 2009, 254 pages, 5,20 €

Lu dans le cadre du challenge Au service de... et du challenge God save the livre 2013 d'Antoni.

 

Challenge Au service de... (2).jpg                                                

Challenge-anglais.jpg