Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2013

Jane Eyre de Charlotte Brontë

Jane Eyre

de

Charlotte Brontë

jane eyre,charlotte brontë

"Il était impossible de se promener ce jour-là. Le matin, nous avions erré pendant une heure dans le bosquet dépouillé de feuilles; mais, depuis le dîner (quand il n'y avait personne, Mme Reed dînait de bonne heure),le vent glacé d'hiver avait amené avec lui des nuages si sombres et une pluie si pénétrante, qu'on ne pouvait songer à aucune excursion"

Orpheline depuis son plus jeune âge, Jane Eyre a été recueillie par sa tante, la revêche Mme Reed. Cette dernière, ne la supportant plus, la place à l'orphelinat de Lowood. Les années passent...Jane grandit et se met à chercher un emploi de gouvernante. C'est ainsi que Mme Fairfax l'engage pour s'occuper de la jeune Adèle au manoir de Thornfield.

Jane se sent très vite chez elle là-bas. Quelques mois après son installation, elle fait la connaissance du propriétaire des lieux, le ténébreux Mr Rochester...

 

jane eyre,charlotte brontë

J'avais adoré Jane Eyre lorsque je l'ai lu la première fois, au début de mon adolescence. Depuis, j'ai regardé de nombreuses adaptations telles que celle avec Charlotte Gainsbourg ou la plus récente avec le très séduisant Michael Fassbender.

 

jane eyre,charlotte brontë

Aussi, quand Bianca m'a proposé une lecture commune, je me suis empressée d'accepter. Et je me suis replongée avec plaisir dans ce roman.

Dès les premières pages, j'ai été de nouveau frappée par le "je"narratif. Tout au long du parcours, on suit une héroïne qui s'exprime à la première personne et nous parle de sa vie. Ce schéma de narration confère un aspect très féministe à cette oeuvre, publiée en 1847, en pleine période victorienne.

Jane connaît une enfance très malheureuse, auprès des Reed. Elle a perdu ses parents alors qu'elle était bébé et a été confiée au frère de sa mère. Sur son lit de mort, ce dernier a fait jurer à sa femme de prendre soin de l'orpheline. Mme Reed s'est chargée d'elle avec réticence et la brime sans cesse. De même, elle est persécutée par ses cousins. Une crise de rebellion plus forte que les autres la conduit à être sévèrement punie. En effet, à dix ans, elle se retrouve enfermée dans la chambre rouge, celle où son oncle a rendu l'âme. Privée de lumière, elle commence à se raconter des histoires et croit voir des fantômes...Cette épreuve la rend même malade.

Quelque temps après, sa tante décide de la placer à l'orphelinat Lowood, dirigé par Mr Brocklehurst. Les conditions de vie sont épouvantables là-bas: on affame les enfants, le froid se fait en permanence ressentir...Et les épidémies sont courantes. L'une d'entre elles va d'ailleur coûter la vie à plusieurs pensionnaires.

Cette partie m'a énormément marquée. Elle témoigne de la pauvreté dans laquelle certains enfants pouvaient être élevés. Elle sonne d'autant plus juste que Charlotte Brontë a elle-même connu cette situation. En effet, à l'âge de huit ans, elle est entrée avec ses trois soeurs aînées dans un pensionnat pour enfants de membres du clergé peu fortunés. Tout comme à Lowood, la nourriture et l'hygiène étaient quasi inexistantes et deux des soeurs en ont même perdu la vie.

Suite à cette épidémie, l'infâme Mr Brocklehurst doit réviser ses méthodes d'éducation. Le sort de Jane et de ses comparses s'améliore. Les années passent et bientôt, Jane, si elle ne veut rester à Lowood, doit chercher un emploi. Elle passe une annonce et se retrouve ainsi gouvernante auprès de la jeune Adèle au manoir de Thornfield.

Les mois s'écoulent paisiblement...Et un jour, paraît au manoir Mr Rochester. Très vite, Jane et lui se rapprochent.

Bien entendu, c'est cette partie qui m'a le plus intéressée. J'ai beaucoup aimé les échanges entre ces deux protagonistes. A cet aspect romantique se superpose une pointe de mystère. En effet, dès son arrivée, Jane a remarqué l'étrange Grace Poole. Une femme à laquelle elle prête un rire dément

"Au moment où je passais, un éclat de rire vint frapper mes oreilles. C'était un rire étrange, clair, et n'indiquant nulle joie [...]le bruit cessa quelques instants; puis recommença plus fort[...] cette fois, c'était un accès bruyant qui semblait trouver un écho dans chacune des chambres solitaires"

Ce rire s'accompagne bien vite de déplacements étranges, d'un incendie inexpliqué...Tous ces éléments confèrent une tonalité gothique à ce roman.

Jane quitte un jour le manoir (je vous laisse découvrir pourquoi) et se retrouve chez Saint-John et ses soeurs. Une partie qui m'a profondément ennuyée et dont j'avais évacué le souvenir à la première lecture. Sans doute car je la trouvais beaucoup trop moraliste. J'en suis même venue à détester le personnage de Saint-John, ce parangon de vertu glacial.

Certains passages m'ont également semblé trop datés:

"Il aurait été impossible de trouver chez aucun fermier anglais des jeunes filles plus décentes, plus respectables, plus modestes et mieux élevées; et c'est beaucoup dire: car, après tout, les paysans anglais sont les mieux élevés, les plus polis et les plus dignes de toute l'Europe. J'ai vu depuis des paysannes françaises et allemandes; les meilleures m'ont paru ignorantes, grossières et stupides, comparées à mes enfants de Morton" (NB: les Français en prennent souvent pour leur grade)

Il n'en demeure pas moins que Jane Eyre, même s'il n'a pas été un coup de coeur, demeure un grande oeuvre pleine de romantisme échevelé (l'histoire du cri). Mais aussi un très beau portrait d'héroïne en quête de bonheur et d'indépendance. Et une description très réussie de la condition des femmes dans les années 1840 (le veuvage, la folie, la nécessité de travailler quand on est pauvre, l'importance de l'apparence physique...)

Bref, vous l'aurez compris: ce roman ne m'a pas transportée comme lors de ma première lecture. Mais mon coeur de midinette aime toujours autant l'histoire entre Jane et Rochester. Si seulement on ne passait pas autant de temps en compagnie de ce raseur de Saint-John Rivers...

Billet dans le cadre d'une lecture commune avec Bianca et des challenges des 100 livres à avoir lu, victorien, God save the livre 2013, des romans cultes, Au service de et la plume au féminin 2013.

 

Pocket, 2012, 760 pages, 3,90 €

jane eyre,charlotte brontë jane eyre,charlotte brontë









jane eyre,charlotte brontë jane eyre,charlotte brontë






jane eyre,charlotte brontë jane eyre,charlotte brontë











 


29/04/2013

Des clous dans le coeur de Danielle Thiéry

Des clous dans le coeur

de

Danielle Thiéry

des-clous-dans-le-coeur.jpg

"Rien n'avait changé dans le quartier depuis la dernière fois qu'il était venu là, si l'on exceptait la débauche de guirlandes festives avalées à la sortie de la place Félix-Faure, comme une queue de comète s'engouffrant dans la rue du Général-de-Gaulle."

Le commandant Maxime Revel de la PJ de Versailles n'a jamais pu tirer un trait sur une affaire irrésolue ,vieille de dix ans: celle du double meurtre du couple Porte.

"Il y'a des affaires qui te pourrissent la vie...elles restent en toi, plantées dans ton coeur comme un clou qu'un mauvais plaisant s'amuserait à manipuler"

Sans doute car cet assassinat a eu lieu le jour de la disparition de sa femme, Marieke. Une disparition jamais expliquée et qui pourrit sa santé et celle de sa fille de dix-sept ans.

Comme tous les ans, il décide de refaire un tour sur les lieux du crime. Après un entretien avec la buraliste, il est appelé par son équipe. Le chanteur Eddy Stark aurait été découvert mort dans sa villa à Marly.

L'enquête débute..Les disparitions s'enchaînent....

Thiery-Danielle.jpg

Danielle Thiéry est une ancienne commissaire divisionnaire (la première femme à avoir décroché ce grade en France). Elle s'est lancée dans l'écriture, tant de scenarii (Quai numéro 1) que de romans. Des clous dans le coeur a d'ailleurs décroché le prestigieux prix du Quai des orfèvres 2013.

Cela faisait quelque temps que je tournais autour de ce livre en raison de son titre. Aussi, quand il est arrivé dans ma médiathèque, je n'ai pas tardé à l'emprunter. Il a ainsi accompagné les dernières heures du marathon de printemps organisé par Arieste.

J'ai tout de suite accroché à l'univers proposé par l'auteur. Elle a su créer une galerie de personnages très attachants.

A commencer par le commandant Maxime Revel. Un homme plein de fêlures, aux nombreux "clous dans le coeur". Un homme qui n'a pas su rendre sa femme heureuse et qui, depuis sa disparition, se laisse aller à la dérive...Il fume comme un pompier, tousse affreusement, en vient même à cracher du sang...Et il ne sait pas faire face à ces ennuis de santé. Ni à ceux de sa fille qui sombre dans l'anorexie. Il ne trouve du réconfort que dans son travail.

Il est d'ailleurs très apprécié par son équipe. Plusieurs inspecteurs ont retenu mon attention, à commencer par Sonia et Lazare. Deux personnes aussi au bord de la rupture émotionnelle et qui vont s'entraider mutuellement. Comme souvent dans les romans ou les films policiers, ils sont totalement opposés mais fonctionnent très bien en tant que duo d'enquêteurs.

J'ai trouvé l'écriture de Danielle Thiéry très cinématographique: les chapitres s'enchaînent, les dialogues sont omniprésents, les descriptions font dans l'efficacité...

Ce style sert très bien l'intrigue et permet de visualiser chaque scène. Néanmoins, il atteint parfois ses limites. J'aurais aimé en apprendre un peu plus sur les personnages. Et surtout je n'ai pas accroché aux dernières lignes qui nous montrent l'évolution des protagonistes. Trop rapide.

On sent que l'auteur a travaillé dans la police. J'ai eu l'impression d'apprendre pas mal de choses sur le déroulé d'une enquête et sur l'atmosphère qui peut régner dans un commissariat.

En ce qui concerne l'intrigue policière elle-même, l'idée de réouvrir une enquête policière vieille de dix ans m'a semblé très bonne. A ce cas se rajoute la mort mystérieuse d'un chanteur. Les fils s'entremêlent...On se demande si tout n'est pas lié. Et finalement, tout s'éclaire à la fin...

Bref, vous l'aurez compris: un roman policier aux personnages attachants et à l'intrigue bien ficelée qui fait passer un bon moment.

Fayard, 2012, 395 pages, 8,90 €

Billet dans le cadre du challenge La plume au féminin 2013

 

challenge la plume au féminin.jpg


 

 

28/04/2013

Marathon de lecture du printemps du 27-28 avril-Bilan

Marathon de lecture du printemps du 27-28 avril

Bilan

marathon-de-lecture-de-printemps1.png

Merci tout d'abord à Arieste pour l'organisation de ce marathon! C'était le premier RAT auquel je participais et j'ai trouvé cela très sympa. Vivement la prochaine fois!

Entre hier (en mode libre) et aujourd'hui (en mode mini), voici le bilan de mes lectures:

-la fin du Guide à l'usage des jeunes femmes à bicyclette sur la route de la soie de Suzanne Joinson

guide-a-l-usage-des-jeunes-femmes-a-bicyclette-sur-la-route-de-la-soie.jpg

-Special Branch tome 3 de Roger Seiter & Hamo

special branch.jpg

-Seven Shakespeares tome 1 de Harold Sakuishi

seven-shakespeare-1-kaze.jpg

-La colère de Fantomas tome 1 de Olivier Bocquelet

colère de fantomas.jpg

-Rosalie Blum tome 1 & 2 de Camille Jourdy

rosalie 1.gif

-Proie idéale de Charlotte Bousquet

proie idéale.jpg

-Des clous dans le coeur de Danielle Thiéry

des-clous-dans-le-coeur.jpg

-une bonne partie de Jane Eyre de Charlotte Brontë

jane-eyre-charlotte-bronte.jpg

Bref, beaucoup de billets à venir!