Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2014

Les Autodafeurs tome 1: Mon frère est un gardien

Les Autodafeurs tome 1: Mon frère est un gardien

de

Marine Carteron

 

les autodafeurs,mon frère est un gardien,martine carteron,editions du rouergue,roman pour adolescents,auguste mars,césarine mars,aventures,secret

 

"5 heures du matin sur une petite route de campagne

Le choc a été très violent. Le camion a surgi de nulle part et a percuté la voiture de plein fouet avant de l'envoyer par-dessus les glissières de sécurité terminer sa course contre un grand chêne.

Elle a fait plus de cinq tonneaux avant de s'immobiliser et maintenant c'est une épave; la roue avant gauche tourne encore tandis que la fumée commence à s'échapper du capot éventré.

Suspendu la tête à l'envers dans l'habitacle détruit, l'homme sait qu'il va mourir. Cela fait plus d'un an qu'il redoute ce moment. Depuis le jour où il a surpris les plans des Autodafeurs, il a su qu'ils ne le laisseraient pas se mettre en travers de leur chemin."

L'homme qui vient de mourir dans cet accident de voiture est le père d'Auguste Mars, 14 ans.

Et ce même Auguste, on le retrouve justement dans une très mauvaise position en ce début de roman. La police, le juge pour mineurs et la quasi-totalité des habitants de sa ville le considèrent comme un dangereux délinquant, coupable de vol, incendie criminel, violences...

Or, il a une très bonne explication à fournir pour l'innocenter. Mais s'il la donne, il trahirait un secret vieux de vingt-cinq siècles et mettrait en danger la Confrérie.

Il choisit donc de ne rien en faire et c'est à nous, lecteur, qu'il raconte tous les évènements qui ont suivi le décès accidentel de son père.

Cependant, sa voix n'est pas la seule qui retentit entre ces pages. En effet, il partage la narration avec sa petite sœur, Césarine Mars, 7 ans et "artiste" (le nom que lui a donné Auguste quand il a entendu pour la première fois parler du syndrome d'Asperger dont elle souffre).

"Mais bon, pour que vous compreniez mieux comment j'en suis arrivé là, il faut que je reprenne depuis le début, c'est-à-dire, là où tout a commencé.

P.-S: Ce que mon frère a oublié de vous dire, c'est qu'il n'en serait jamais arrivé là s'il m'avait écoutée; donc, en plus d'être un gardien, c'est aussi un idiot. Césarine Mars."

J'avais remarqué ce titre sur la blogosphère, notamment chez Loucy et je n'ai donc pas hésité longtemps avant de me lancer à son arrivée à la médiathèque.

Ce qui m'a immédiatement frappé dans ce texte, c'est le ton. Marine Carteron a su insuffler à la fois de l'authenticité et beaucoup d'humour à ses deux personnages principaux. On croit à chaque fois que ce sont bien un adolescent de 14 ans et une enfant de 7 ans qui s'adressent à nous. L'humour naît de la distance ironique qu'arrive à avoir Auguste et en ce qui concerne Césarine, de son absence totale de décalage et de sa tendance à tout prendre au pied de la lettre.

De plus, l'émotion n'est jamais loin dans leur propos. Elle affleure quand Césarine découvre le sens de du mot amitié avec la petite Sara ou quand Auguste parle de son père...

J'ai également été tout de suite happée par l'intrigue. Devant le désespoir de sa mère et de sa sœur, Auguste propose de déménager et de partir s'installer à la Commanderie avec leurs grand-parents. C'est dans cette maison de vacances qu'il va avoir ses rêves. A chaque fois, son père lui apparaît et l'enjoint à se souvenir du Livre et du rôle qui lui est échu.

La rentrée va aussi lui servir de "révélateur". La haine immédiate du "Négrier", son proviseur et l'attaque des frères Montague le poussent à se rapprocher de son professeur De Vergy. Lorsque celui-ci le ramène à la maison, il surprend une conversation entre sa mère et lui.

"Ton fils n'est au courant de rien. Tu sais très bien qu'après la mort de ton frère, Jean a respecté ton choix et a toujours refusé qu'on parle de la Confrérie à Auguste avant qu'il soit en âge de se battre et nous avons tous respecté ton désir. Mais, Julie, tu dois te rendre à l'évidence, l'assassinat de ton mari est un signe qui ne trompe pas. Nos ennemis se sont regroupés, ils sont en ordre de bataille et tout s'accélère autour de nous"

Ainsi, Auguste prend connaissance d'un secret vieux de vingt-cinq siècles, un secret que sa famille et leurs alliés tentent de protéger à tout prix. J'ai beaucoup apprécié le contenu de ce mystère, l'importance conférée au livre, à la mémoire...et cette idée de société de l'ombre prête à tous les sacrifices pour conserver le secret et le garder loin des Autodafeurs. Sans oublier le côté initiatique, le poids de la transmission...

L'intrigue monte crescendo. Au fil des jours, Auguste et Césarine se rapprochent de ce mystère...et du danger. Jusqu'à une explosion finale....

J'aimerais rajouter un petit mot sur les personnages qui entourent nos deux héros. L'auteure a su créer une belle galerie de protagonistes. Des vrais "Méchants" (le Négrier, les Montague), des amis atypiques (Néné et Sara), un professeur fascinant (De Vergy que j'espère voir plus dans le prochain tome...)...

Bref, vous l'aurez compris: un roman pour adolescents extrêmement bien ficelé, au ton à la fois enlevé, humoristique et émouvant dont j'attends la suite avec impatience.

Editions du Rouergue, 2014, 329 pages

 

 

 

 

Commentaires

Encore un billet qui ne m'arrange pas Claire bien que je ne suis pas sûre d'aimer ! J'espère tout de même le trouver à la médiathèque dans mon tout petit rayon jeunesse :)

Écrit par : Bianca | 15/09/2014

Tu n'es pas certaine d'aimer Bianca? Je suis quasiment convaincue que tu apprécieras beaucoup les aventures d'Auguste et Césarine quand tu auras l'occasion de les découvrir dans ton tout petit rayon jeunesse ;)

Écrit par : Claire | 15/09/2014

Je note ! En général, les romans pour ados publiés chez Rouergue me plaisent. J'avais beaucoup aimé Le cœur des louves de Stéphane Servant, notamment.

Écrit par : Emjy | 15/09/2014

Oui, les romans pour ados publiés chez Rouergue sont souvent très bons. J'avais beaucoup aimé notamment la trilogie d'Anne Percin Comment j'ai...et du même auteur Western girl.
Il faudrait que je me lance dans le Cœur des louves...

Écrit par : Claire | 15/09/2014

Ah oui, je suis une grande amatrice d'Anne Percin moi aussi. Sa trilogie des Maxime est irrésistible. J'ai Le Premier Eté (un roman pour adultes) dans ma PAL :)

Écrit par : Emjy | 15/09/2014

J'ai aussi le premier Eté dans ma PAL. Et je te conseille vraiment Wester girl, une réussite!

Écrit par : Claire | 22/09/2014

Super Blog Claire...plein de choses que j'aime et qui sont aussi dans ma bibliothèque. A vrai dire je m'étonne même de me retrouver chez toi, je me sens toute petite comparée aux autres auteurs que tu chroniques habituellement. Pour Emjy je suis à 100 pourcent d'accord avec elle : Anne Percin c'est drôlement bien !!!

Écrit par : carteron marine | 16/09/2014

Merci beaucoup pour tous ces compliments! Cela me fait vraiment très plaisir!
Comme vous avez pu le lire, j'ai réellement passé un très bon moment en compagnie de Césarine et Auguste. Et j'ai hâte de les retrouver en octobre!
Je ne sais pas quelles vont été vos sources d'inspiration mais vous avez su créer une histoire tour à tour haletante, drôle, émouvante et donnez une voix unique à ces deux protagonistes.
Oui, Anne Percin c'est drôlement bien, tant la trilogie des Maxime que Western Girl.

Écrit par : Claire | 16/09/2014

Les commentaires sont fermés.