Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

des biographies - Page 2

  • Marie-Antoinette, Carnet secret d'une Reine

    Marie-Antoinette

    Carnet secret d'une Reine

    de

    Benjamin Lacombe

    marie antoinette.jpg

    "Schönbrunn, 21 avril 1770,

    Règlement à lire tous les soirs

    Ce 21 avril, jour du départ. A votre réveil, vous ferez tout de suite, en vous levant, vos prières du matin à genoux et une petite lecture spirituelle, ne fût-ce même que d'un seul demi-quart d'heure, sans vous être occupée d'autre chose ou avoir parlé à personne d'autre"

    Dans Marie-Antoinette, Carnet secret d'une reine, Benjamin Lacombe nous fait entrer dans l'univers de cette souveraine à la fois tant admirée et tant décriée. Entremêlant véritables lettres et extraits d'un journal intime fictif, il nous conte son destin. Un destin qu'il décline en quatre chapitres: la fin de l'enfance, les affres de l'amour, le théâtre de la vie et une révolution. Autant d'étapes qui nous entraînent des couloirs de Schönnbrun à ceux de la Conciergerie.

    marie-antoinette-illustration.jpg

    Je crois déjà avoir eu l'occasion de vous parler de la passion que j'entretenais, petite fille, pour Marie-Antoinette. J'avais découvert cette reine pendant les célébrations du bicentenaire en 1989 (j'avais à l'époque 6 ans) et j'avais aussitôt manifesté l'envie d'en savoir plus. Au fil des années, j'avais ainsi parcouru diverses biographies, les mémoires de sa femme de chambre, celles de son coiffeur...

    Aussi, quand ce roman graphique est sorti en cette fin d'année, j'étais à la fois impatiente et anxieuse de le lire. Impatiente car je suis généralement très fan du travail de Benjamin Lacombe. Mais, en même temps, anxieuse car il s'attaquait à un des mythes de mon enfance.

    Alors, ce magnifique objet, je l'ai posé, reposé, tourné, retourné...Pour finalement céder à la tentation.

    D'emblée, on sent tout le travail d'investigation mené par l'auteur. Biographies, correspondance, mode de l'époque, tableaux, plans de Versailles et du Trianon...: tout semble avoir été disséqué par lui.

    Et, en quelques 96 pages, accompagné de l'historienne Cécile Berly, il nous livre sa vision de cette Reine.

    Forcément, il ne peut pas tout dire.

    Forcément, il demeure certaines zones d'ombre.

    Mais, par le choix des lettres et les extraits d'un journal intime inventé, il nous donne à voir l'essentiel.

    Au ton toujours juste, sensible et émouvant de ce carnet secret s'allie la richesse graphique. J'ai été bluffée par les peintures, aquarelles, crayonnés... qui emplissent cet ouvrage.

    Benjamin Lacombe invente, réinvente, détourne...Quel bouillonnement créatif! On admire, on observe, on cherche les références...alors que le destin tragique de Marie-Antoinette est en marche et que les tonalités se font de plus en plus sombres.

    escarpolette fragonard.jpg

    . L'escarpolette de Fragonard

    marie antoinette 2.jpg

    Et, celle de Benjamin Lacombe

    Bref, vous l'aurez compris: j'ai été totalement séduite par ce magnifique ouvrage illustré et je ne saurais que vous en recommander la lecture.

    coeur qui bat.gif

    Soleil Productions, collection Métamorphose, 2014, 96 pages, 24,95 €


     

     

     

     

     

  • Les Tribulations d'une cuisinière anglaise

    Les Tribulations d'une cuisinière anglaise

    de

    Margaret Powell

    tribulations d'une cuisinière anglaise, margaret powell, editions payot, traduction française de below the stairs, autour de l'univers de downton abbey, source d'inspiration de julian fellowes

    "Je suis née en 1907 à Hove, près de Brighton, et j'étais la deuxième d'une famille de sept enfants. Mon souvenir le plus ancien, c'est que les autres gosses avaient l'air plus riches que nous. Mais nos parents nous aimaient tellement!"

    Née dans une famille pauvre de la région de Brighton, Margaret Powell a dû renoncer à son rêve de devenir institutrice pour entrer en condition. Tout, d'abord fille de cuisine, elle a gravi les échelons pour devenir cuisinière dans différentes familles londoniennes avant de se marier et d'abandonner cette carrière.

    C'est ce quotidien de domestique anglaise des années 20 qu'elle dépeint dans ce livre, paru en 1968 sous le titre de Below stairs.

    tribulations d'une cuisinière anglaise, margaret powell, editions payot, traduction française de below the stairs, autour de l'univers de downton abbey, source d'inspiration de julian fellowes

    Son ouvrage a d'ailleurs constitué une des principales sources d'inspiration de trois séries télévisées: Upstairs, downstairs; Beryl's lot et bien entendu, Downton abbey.

    C'est pour cette raison que je l'ai emprunté. Je suis actuellement plongée dans la nouvelle saison de l’œuvre de Julian Fellowes et je guette avec impatience sa diffusion. J'ai pensé que les souvenirs de Margaret Powell représenteraient un bon antidote à l'attente.

    Tout d'abord, je dois avouer que j'ai eu du mal à rentrer dans le vif du sujet en raison du style. En effet, le langage oral prime et certaines constructions ou expressions m'ont quelque peu décontenancée.

    Mais, une fois surmonté ce handicap, je me suis intéressée à la vie de cette ancienne fille de cuisine devenue cuisinière (avec toujours en tête les images de Daisy et de Mrs Patmore)

    Engagée à quinze ans dans une maison de Hove, Margaret fait l'apprentissage du dur quotidien de fille de cuisine. Pour preuve, voici la liste de tout ce qu'elle doit accomplir.

    "La liste commençait par: se lever à cinq heures et demie (six heures le dimanche), descendre au sous-sol, nettoyer les conduits, allumer le feu, passer le fourneau à la mine de plomb [...] Après, je devais briquer au papier de verre le pare-feu en acier et les accessoires de cheminée [...] Je devais aussi astiquer les décorations en cuivre de la porte d'entrée, récurer les marches du perron, nettoyer toutes les chaussures et mettre la table du petit déjeuner pour les domestiques. Tout cela, il fallait que ce soit fait avant huit heures du matin."

    On la suit ainsi dans toutes les tâches qui lui incombent (comme préparer la table de la cuisine, passer au tamis tous les ingrédients d'une recette, repasser les lacets...).

    Puis, elle quitte sa ville natale pour entrer au service d'une famille londonienne. Au bout de deux ans, change encore d'emploi...Elle devient cuisinière et doit apprendre à gérer des repas à chaque fois différents selon les postes qu'elles occupent.

    Ce qui reste, en revanche invariable, c'est sa relation avec le "haut". "Eux" font souvent vivre leurs domestiques dans des conditions misérables, exigent des femmes qu'elles ne soient pas frivoles, congédient celles qui ont le malheur de tomber enceintes....

    Presque toutes les familles n'échappent pas au regard acerbe de Margaret Powell.

    "Mais si "Eux "avaient entendu les bavardages que les femmes de service rapportaient de là-haut, ils se seraient aperçus que, derrière nos visages sans expression et nos manières respectueuses, il y'avait du mépris et de la dérision"

    On est bien loin de l'image des patrons bienveillants véhiculée par Downton Abbey (même si un des couples d'employeurs s'en rapproche). Et c'est justement là un des principaux intérêts de cet ouvrage: retracer la vie et les interactions du personnel de cuisine. Des domestiques à part des autres (ils doivent les servir à table). Mais contrairement aux majordomes, valets ou femmes de chambres; une cuisinière a les pleins pouvoirs dans son domaine et ne reçoit la visite qu'une seule fois par jour de la maîtresse de maison.

    De même, une des autres qualités de ce livre réside dans l'humour de son auteure. J'ai souri à de nombreux passages, à l'instar de celui-ci:

    "Ce qu'il y avait aussi avec Mrs Bowchard, c'est qu'elle souffrait d'un mal inconnu de la médecine qui s'appelait "mes pauv' jambes". A cause de "mes pauv' jambes", il y avait tout un tas de choses qu'elle ne pouvait pas faire; "mes pauv' jambes" l'empêchaient de monter l'escalier pour aller dormir au grenier comme tout le monde, "mes pauv' jambes" lui interdisaient de faire quelque chose que quelqu'un d'autre pouvait faire à sa place, et c'était toujours à moi de m'y coller."

    Bref, vous l'aurez compris: en dépit du style trop oral et souvent répétitif, le témoignage de Margaret Powell m'a semblé intéressant car il restitue, sans langue de bois, un pan de l'histoire de la domesticité anglaise des années 20.

    Si, comme moi vous êtes fans de la série de Julian Fellowes, je pense qu'il pourrait également piquer votre curiosité.

    Editions Payot, 2013, 248 pages, 20 €

     


  • Berthe Morisot de Dominique Bona

    Berthe Morisot

    de

    Dominique Bona

     

    berthe morisot.jpg

    "C'est une femme en noir: le chapeau dont les rubans s'enroulent autour de son long col de cygne, et la robe à peine échancrée sur sa peau mate ont l'éclat lustré des ailes du corbeau. Le noir a coloré les yeux, sans pour autant effacer leur reflet d'or: le regard qu'ils portent sur la vie est mordoré et chaud, étranger à tout cet attirail funèbre que la femme arbore avec désinvolture et élégance"

    C'est ainsi que débute cette biographie de Dominique Bona consacrée à Berthe Morisot. Par la description d'un tableau de Manet.

    berthemorisot.jpg

    Cette artiste est née en 1841 à Bourges. Elle grandit dans un milieu intellectuel bourgeois. Sa mère tient régulièrement salon rue de Passy et tente de donner une éducation artistique à ses trois filles. Très vite, Edma et Berthe se passionnent pour la peinture.

    Mais l'Ecole des Beaux-Arts reste un bastion inaccessible à toute personne de sexe féminin. Alors, les deux jeunes filles prennent des cours auprès de plusieurs maîtres. Guichard, l'un d'eux, souligne les dangers d'un tel engouement auprès de Mme Morisot.

    "Avec deux natures comme celles de vos filles, ce ne sont pas des petits talents d'agrément que mon enseignement leur procurera; elles deviendront des peintres. Vous rendez-vous bien compte de ce que cela veut dire? Dans le milieu de grande bourgeoisie qu'est le vôtre, ce sera une révolution, je dirais presque une catastrophe. Etes-vous bien sûre de ne jamais maudire un jour l'art, qui une fois entré dans cette maison si respectablement paisible, deviendra le seul maître de la destinée de vos enfants?"

    Malgré cet avertissement, les deux soeurs poursuivent leur éducation. Elles passent notamment de longues après-midi au Louvre à copier les grands: Velazquez, Rubens, Goya...

    Elles exposent dans différents salons: celui de 1864, de 1867...La critique semble même préférer au début Edma à Berthe. Mais Edma choisit le mariage et abandonne Berthe à son destin d'artiste.

    Manet2.jpg

    A l'hiver 1868, Manet entre dans sa vie.

    balcon.jpg

    Elle va accepter d'être son modèle pour le célèbre Balcon. S'ensuivent dix autres portraits. Nulle autre femme n'aura autant posé pour le peintre marié. Les séances s'arrêtent au moment du mariage de Berthe avec le frère de Manet après l'énigmatique tableau du bouquet de violettes.

    bouquet de violettes.jpg

    On a beaucoup glosé sur leur histoire mais les preuves viennent à manquer. Toute leur correspondance a disparu. Ne serait-ce pas justement la preuve de leur relation car Berthe proclamait souvent qu'il valait "mieux brûler les lettres d'amour"?

    Ce qui est sûr, c'est que leur art s'est mutuellement nourri. Alors que lors de leur première rencontre, Manet pensait qu'elle pourrait faire une bonne épouse d'académicien, il la considère au fil des années comme son égale.

    Berthe Morisot se fait une place parmi les artistes de son temps. Elle expose avec les impressionnistes; noue de solides amitiés avec Monet, Mallarmé...

    C'est ce destin extraordinaire que retrace Dominique Bona. Même si elle a cruellement manqué d'une "chambre à soi", elle a réussi à s'imposer dans un milieu misogyne et à être reconnue.

    "Ses toiles sont les seules toiles peintes par une femme qu'on pourrait détruire sans laisser un blanc, un hiatus dans l'histoire de l'art. "(George Moore)

    Cette femme m'a vraiment impressionée. Je l'ai trouvée tour à tour libre, forte, émouvante dans son amour pour Manet et sa fille, fragile, tourmentée, engagée, déterminée...

    Toutefois, j'ai regretté que parfois, l'auteure ne s'attarde pas plus sur certains éléments. J'ai eu ainsi l'impression de perdre de vue certains protagonistes (la soeur aînée..) et de découvrir avec surprise ce qui leur était arrivé. De plus, j'aurais aimé trouver plus de reproductions des tableaux évoqués.

    Bref, vous l'aurez compris: je vous recommande cette biographie pour découvrir qui se dissimulait derrière la jeune femme en noir au bouquet de violettes.

    Le Livre de Poche, 2002, 376 pages, 6,90 €

    Je vous mets en lien une vidéo que j'ai trouvée avec ses principaux tableaux (j'avais eu la chance de les admirer lors d'une exposition à Lille quand j'étais étudiante)