Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

roman policier - Page 4

  • Un Coupable presque parfait

    Le Club des détectives Wells& Wong

    tome 1:

    Un coupable presque parfait

    de

    Robin Stevens

    un coupable presque parfait,robin stevens,wells&wong,flammarion,roman policier,roman anglais,littérature anglaise,roman pour adolescents

    "Ceci est le premier meurtre sur lequel ait jamais enquêté le club de détectives Wells& Wong, donc Daisy a bien fait de me fournir un nouveau carnet pour que je puisse y faire mon rapport. [...] J'imagine qu'il vaut mieux que j'inaugure ce nouveau carnet en donnant quelques explications à notre sujet. Daisy Wells est la présidente de notre club de détectives et moi, Hazel Wong, j'en suis la secrétaire. Daisy dit que cela fait d'elle Sherlock Holmes, et de moi Watson. Ce qui est probablement juste. Après tout, je suis bien trop petite pour être l’héroïne de cette histoire et a-t-on déjà entendu parler d'un Sherlock Holmes chinois?"

    Depuis son arrivée au pensionnat de Deepdean au cours de l'année 1934, Hazel Wong voue une admiration très forte à Daisy Wells et la suit dans toutes ses entreprises. La dernière en date: un club de détectives qui entend résoudre tous les mystères de l'école. Les deux amies ont notamment résolu le vol de cravate de leur comparse Lavinia.

    Jamais elles n'auraient, en revanche, imaginé s'attaquer à un vrai meurtre. En effet, en allant chercher son pull au gymnase, Hazel tombe sur le cadavre de Miss Bell, leur professeur de sciences. Elle alerte Daisy et quand elles reviennent sur les lieux du crime, le corps a disparu...Débute alors pour elle une enquête complexe et dangereuse.

    un coupable presque parfait,robin stevens,wells&wong,flammarion,roman policier,roman anglais,littérature anglaise,roman pour adolescents

    J'avais entendu parler de ce roman par ma copinaute Emjy et j'ai été ravie de voir qu'il avait été traduit en français par Flammarion.

    Lorsque j'étais plus jeune, j'appréciais beaucoup les séries Fantômette, Alice...où les enquêtes étaient menées et résolues par des filles. Et, en ouvrant cet ouvrage et en faisant la connaissance de Daisy et d'Hazel, j'ai eu l'impression de retrouver mon âme d'enfant.

    A la manière d'une aventure d'Holmes et de Watson dont les deux jeunes filles se réclament, la narration revêt la forme de souvenirs consignés par Hazel, le double du docteur. L'occasion de découvrir toutes les péripéties qui sont survenues lors de ce mois d'octobre 1934 à Deepdean.

    J'ai adoré d'emblée l'ambiance de ce pensionnat que j'ai trouvée très bien retranscrite. Au fil des pages, on suit le quotidien des élèves, leurs cours, leurs repas, leurs farces, leurs actes de bravoure, leurs séances de spiritisme, leurs cancans, leurs parties de hockey... Comme si on était devenues l'une d'entre elles et que nous aussi nous étions amoureuses de l'"Unique" ou nous nous promenions dans les couloirs de leur école.

    Cependant, l'atmosphère n'est pas le seul atout de ce premier livre de Robin Stevens. En effet, elle montre de grandes qualités stylistiques et parvient, tour à tour, à insuffler du suspense ou à nous faire rire.

    Le mystère qui entoure la mort de Miss Bell est très bien mené et jusqu'au bout, on ne devine rien. Comme nos deux enquêtrices de choc, en somme...

    De même, Un coupable presque parfait évite l'écueil du tome de présentation. Certes, on fait la rencontre des deux protagonistes principales et de leur entourage. Mais c'est tellement bien maîtrisé que l'action ne ralentit pas pour autant.

    Un des autres points forts de ce livre réside justement dans la qualité de ses personnages, à commencer par le duo de choc Daisy/Hazel. Un duo dans la lignée de tous ces binômes classiques Holmes/Watson, Poirot/Hastings...Une façon de rendre hommage sans aucun doute à tous ces grands auteurs de romans policiers (tout comme la scène finale de confrontation ou la mention de Miss Marple). Néanmoins, cet hommage est quelque peu détourné car, dans cette équipe, j'ai jugé Hazel plus douée que sa chef. Elle dénoue beaucoup de fils de l'intrigue, même si elle ne s'en attribue pas le mérite, surtout au regard de Daisy.

    On s'attache à elles deux, à leur histoire, à leurs différences (l'une vient d'une grande famille anglaise alors que l'autre a laissé la sienne à Hong Kong)...Tout comme on apprécie voir évoluer les autres pensionnaires et leurs professeurs. Chacun d'entre eux permet d'ailleurs à l'auteur de nous décrire certains aspects de la société anglaise de l'époque. (la difficulté de trouver un travail, le poids des regards sur les étrangers...)

    Bref, vous l'aurez compris: Un coupable presque parfait se révèle une réussite et je ne pourrais que le conseiller à ceux qui sont fans comme moi des policiers à atmosphère, avec une bonne dose d'humour british et de suspense. Vivement le deuxième tome!!

    Flammarion Jeunesse, 2016, 348 pages

    Billet dans le cadre du challenge A year in England de Titine.

    un coupable presque parfait,robin stevens,wells&wong,flammarion,roman policier,roman anglais,littérature anglaise,roman pour adolescents

     

  • Agatha Raisin tome 2 : Remède de cheval

    Agatha Raisin tome 2: Remède de cheval

    de

    MC Beaton

    agatha raisin remède de cheval.jpg

    "Agatha Raisin débarqua à l'aéroport d'Heathrow, bronzée à l'extérieur et rouge de honte l'intérieur. Comme elle se sentait stupide en poussant son chariot de valises en direction de sa sortie."

    Après avoir pourchassé en vain James Lacey, son ténébreux voisin lors de vacances ratées aux Bahamas, Agatha Raisin retrouve le calme de son cottage des Costwolds.

    Mais le petit village de Carsely est en ébullition, suite à l'arrivée d'un nouveau vétérinaire, le séduisant Paul Bladen. Comme toutes ses voisines, notre héroïne succombe aux charmes de ce nouveau parti. Qui ne semble pas indifférent en retour...

    Malheureusement, le lendemain de leur premier rendez-vous, le praticien succombe à une injection de tranquillisant, destinée à un cheval.

    Pour Agatha, il s'agit bien d'un meurtre. Et cette conviction est partagée par James Lacey. Tous deux décident donc de mener une enquête informelle.

    Et s'ils avaient raison?

    "N'allez pas trop remuer la vase, vous pourriez provoquer un véritable assassinat."

    agatha raisin 2.jpg

    Alors que le premier tome, Agatha Raisin et la quiche fatale, constituait plus un tome d'installation, tant pour le lecteur que pour la fraîche retraitée (tourisme dans les Costwolds, introduction aux us et coutumes  de Carsely, participation à la vie locale...), ce nouveau cru nous plonge d'emblée dans le quotidien de la bourgade. Comme si nous ne l'avions jamais quittée! Et quel plaisir que ces retrouvailles!

    MC Beaton possède un talent indéniable pour transformer les situations les plus triviales en scènes de comédie et pour créer une galerie de personnages à la fois pittoresques et savoureux.

    Autour de l'héroïne, plus déchaînée et amoureuse que jamais, évoluent ainsi James Lacey, le colonel pas si vieux garçon que cela; Billy Wong, le policier aux sages sentences; Mrs Boxby, la femme du pasteur, pince-sans-rires, Freda Huntigton, la veuve fatale...Sans oublier tous ceux qui épient les moindres faits et gestes de leurs concitoyens.

    En effet, tout se sait à Carsely. Ou tout se suppute. Et la moindre nouveauté est disséquée pendant des heures.

    "On ne croirait jamais, quand on traverse en voiture ces jolis villages de Costwolds que les portes apparentes de leurs vieux cottages puissent abriter autant de colère, de terreur et de passion."

    Même si, selon moi, la qualité principale de la série des Agatha Raisin réside dans leurs portraits pleins d'humour et de justesse et dans leur atmosphère so british, il ne faut pas pour autant sous-estimer leur aspect policier.

    Certes, l'intrigue sert souvent de prétexte pour faire interagir les protagonistes. Néanmoins, elle est très bien ficelée. Comme Agatha et James, le lecteur va de fausse piste en fausse piste. Avant de découvrir dans les ultimes chapitres la clef du mystère.

    Bref, vous l'aurez compris: si vous cherchez un roman policier anglais drôle, ce livre est fait pour vous!!!A déguster sans modération à l'heure du thé!

    Un grand merci à Aurore et aux éditions Albin Michel pour ce très bon moment de lecture!

    Editions Albin Michel, 2016, 265 pages

    Billet dans le cadre du challenge A year in England, organisé par ma copinaute Titine.

    agatha raisin,remède de cheval,tome 2,albin michel,mc beaton,roman policier,roman policier anglais,humour,enquêtes,costwolds,challenge a year in england

     

     

     

  • Agatha Raisin and the quiche of death

    Agatha Raisin and the quiche of death

    de

    MC Beaton

    agatha raisin and the quiche of death.jpg

    "Mrs Agatha Raisin sat behind her newly cleared desk in her office in South Molton Street in Mayfair. From the outer office came the hum of voices and the clink of glasses as the staff prepared to say farewell to her"

    Agatha Raisin a décidé de prendre une retraite anticipée et de vendre son agence londonienne de relations publiques. Elle entend ainsi réaliser son rêve d'enfant et s'installer dans un petit cottage d'un village des Costwold.

    Cependant, elle est loin de s'imaginer qu'elle va avoir autant de mal à s'adapter à sa nouvelle existence. Pour fuir sa solitude, elle tente de se faire de nouvelles connaissances et participe même à un concours de quiches local.

    Comme elle ne sait pas cuisiner, elle a acheté une quiche déjà préparée chez un traiteur londonien.

    Mais, au lendemain de la compétition, le juge est retrouvé mort empoisonné, une part de la création culinaire d'Agatha, à côté de lui.

    Notre héroïne se lance alors dans une enquête afin de trouver l'identité du meurtrier et de faire oublier sa réputation de tricheuse.

    Agatha_Raisin_and_the_Quiche_of_Death.jpg

    Cela faisait quelque temps que j'avais entendu parler de la série des Agatha Raisin, notamment sur le forum Whoopsy Daisy. Aussi, quand deux de mes copinautes, Emjy et Titine, m'ont proposé d'en faire une lecture commune, j'ai aussitôt accepté leur proposition.

    Dès les premières pages, je suis tombée sous le charme de ce personnage pas banal. Agatha Raisin est une spécialiste de la communication londonienne, entièrement focalisée sur son travail. Elle n'accepte aucune résistance et se bat pour remporter les meilleurs contrats pour ses clients. Elle a donc négligé tout un pan de sa vie personnelle et ne compte aucun ami. Prendre sa retraite anticipée lui semble, par conséquent, l'occasion rêvée pour démarrer une nouvelle vie.

    Une nouvelle vie où elle apprendrait enfin à faire la cuisine, où elle verrait des gens, où elle lirait, où elle se promènerait dans la nature.

    Une nouvelle vie, en somme, assez idyllique mais qui va très vite se confronter à la réalité de l'existence dans un petit village des Costwolds.

    On s'amuse des multiples maladresses d'Agatha, de sa décoration intérieure, de ses réflexions sur les comportements des autochtones, sur ses querelles avec sa voisine à propos d'une femme de ménage, sur son dîner avec un couple renommé du village, sur sa tricherie au concours de quiche...

    On se plaît dans cet univers "so british", avec ces personnages tellement attachants.

    Et puis, le mystère fait irruption avec le décès de Mr Cumming-Browne, empoisonné par la tarte d'Agatha.

    Humour, satire et intrigue policière constituent donc les ingrédients de ce roman qu'on ne quitte qu'à regret.

    On tourne les pages rapidement, on cherche des pistes, on arpente le village et ses environs, on assiste en riant à des scènes d'anthologie telles que la vente aux enchères, la sortie dans un club de striptease avec les dames patronnesses, la virée à Bath avec un couple âgé...

    On assiste aussi à l'évolution progressive d'Agatha, à son ouverture aux autres...

    Bref, vous l'aurez compris: j'ai été conquise par ce "cosy mystery" qui n'a pas été sans me rappeler l'atmosphère, en version plus modernisée, des Miss Marple et Miss Silver.  Dommage que cet ouvrage, à déguster sans modération avec un bon thé, n'ait pas encore été traduit en français (mais pour ceux qui parlent un peu anglais, je vous garantis que le style et le vocabulaire sont tout à fait accessibles)!

    Constable Robinson, 310 pages

    Billet dans le cadre du challenge A year in England de Titine.

    challenge a year in england.jpg