Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

roman anglais

  • Alice Lerisque, super exploratrice tome 1: SOS forêts en danger

    Alice Lerisque, super exploratrice

    tome 1: SOS forêts en danger

    de Jennifer Bell &Alice Lickens,

    illustrations par Pauline Duhamel

    IMG_20210611_180054_128.jpg

    Depuis le décès de ses parents explorateurs, Alice, 8 ans, vit avec son oncle. Dans une grande ville sans animaux de compagnie. Alors qu'elle rêve de nature.

    Aussi, ses promenades au parc constituent à chaque fois une échappée belle. Jusqu'au jour où Atti, une musaraigne surgit dans sa chambre. Il a reçu l'ordre de l'amener au siège de la SUPER, la Société ultra-protectrice des espèces rares. Débute alors pour Alice toute une série d'aventures incroyables.

    Ce roman, je l'ai découvert grâce à une animation de lecture pour les 8-12 ans dans ma médiathèque. Petite, je pense que j'aurais adoré cette histoire. Et à mon âge, elle m'a semblé vraiment amusante.

    L'intrigue de Jennifer Bell et Alice Lickens reprend le thème déjà exploité de l'enfant orphelin qui s'ennuie dans sa solitude et voit son existence soudain bouleversée. Ici, notre héroïne aux incroyables connaissances botaniques et zoologiques se retrouve intégrée à un corps de super héros. L'occasion pour elle de se recréer une famille de cœur autour d'une cause commune: la défense des espèces en voie de disparition. Une famille drôle et farfelue composée entre autres d'une musaraigne, d'un dindon et d'une abeille chorégraphe.

    Une famille qui m'a fait penser parfois à un mixte entre les Indestructibles, Kung Fu Panda et Zootopie et qui m'a fait souvent rire. Tout comme certaines situations.

    Car ce roman constitue avant tout un bon divertissement. Le genre de roman d'aventures de 150 pages qui se dévore. Le genre de roman qui distille mine de rien de nombreuses informations sur les espèces menacées ( notamment grâce à un cahier autour de celles rencontrées au fil de l'intrigue en fin d'ouvrage). Le genre de roman dont les pages se tournent toutes seules.

    Bref, vous l'aurez compris : un premier titre réussi pour une série que j'aurais plaisir à retrouver et à conseiller aux jeunes lecteurs. 

    Albin Michel Jeunesse, traduit par Marie Cambolieu, 160 pages

  • Les Dernières heures de Minette Walters

    Les Dernières heures

    de

    Minette Walters

    les dernières heures, minette walters, pocket, robert laffont, roman historique, moyen age, peste, the last hours, littérature anglaise, roman anglais



    J'ai toujours eu une prédilection pour les romans historiques et pour cette possibilité qu'ils m'offrent de voyager dans le temps.

    Là, grâce à ce roman, l'espace de plus de 700 pages, je me suis retrouvée transportée au mois de juin 1348, dans le fief de Develish. Au moment où Sir Richard quitte son domaine pour rendre visite au futur époux de sa fille et s'assurer des termes du contrat de mariage.

    Il laisse derrière lui sa femme, Lady Anne dont il n'a jamais vraiment appréhendé la grande intelligence. En effet, il ignore tout de sa manière de régenter leurs serfs en leur apprenant à lire ou à écrire ou en leur garantissant des soins. Il ignore tout aussi de la dévotion que nourrissent ses serfs envers leur châtelaine.

    Une dévotion qui va être nécessaire à Lady Anne quand la peste éclate aux alentours et que seule maîtresse des décisions, elle va tout entreprendre pour sauver les existences dont elle a la charge.

    Je n'avais jamais lu de Minette Walters et c'est une chronique d'Alice qui m'a donné envie de tenter l'aventure.

    Un des grands atouts de ce roman réside dans la capacité de son autrice à peindre une époque. En effet, on est immergés dès les premières lignes dans l'Angleterre de 1348 où les rapports entre seigneurs et serfs sont très bien représentés. Où on arrive aussi à se faire une idée précise des conditions d'existence dans ces années là, entre famine, labeur, poids de la religion, impôts....et éruption dévastatrice de la peste.

    Minette Wallters a surtout écrit des romans policiers avant ce titre là. Et je trouve que cela se ressent dans son écriture, tant en termes d'évolution d'intrigue qu'en termes de manière de ménager une forme de suspense et de créer un équilibre habile entre action et description.

    Avec les Dernières heures, on suit le destin de plusieurs personnages. Certains, comme toujours dans un tableau de groupe, se détachent. Comme Lady Anne ou Thaddeus, deux remarquables héros. J'aurais peut être préféré que certains protagonistes soient un peu moins manichéens mais je comprends le choix de les présenter ainsi car il permet de mettre en scène des situations plus marquantes.

    Finalement, mon seul bémol tient peut-être à l'épaisseur de l'ouvrage car, vers la fin, je me suis un peu lassée, malgré la succession de rebondissements.

    Bref, vous l'aurez compris: un roman historique efficace et bien mené dont je découvrirai la suite avec plaisir.

    Pocket, 2021, 752 pages, traduit de l'anglais par Odile Demange


  • Confusion de Elizabeth Jane Howard

    Confusion

    de

    Elizabeth Jane Howard

    20210419_115829.jpg

    "La pièce était fermée depuis une semaine; le store de calicot à la fenêtre sud donnant sur le jardin de devant avait été baissé; une lumière couleur parchemin baignait l'air froid et confiné. Polly gagna la fenêtre et tira le cordon. Le store se releva dans un claquement sec et la pièce s'éclaircit pour se parer d'un gris sans chaleur, plus pâle que le ciel tourmenté envahi de nuage."


    Depuis le mois de mars 2020, j'ai rendez-vous avec eux. Les Cazalets.

    Si vous ne connaissez pas encore les Cazalets, il s'agit d'une grande famille anglaise qui nous convie dans ses demeures à la campagne ou à Londres et nous confie leurs bonheurs, leurs élans du cœur et leurs peurs.

    Pour ce troisième opus, l'heure est à la confusion. Confusion liée à l'attente pour ceux qui restent et au fracas du monde dans ces dernières années de guerre. Confusion également des sentiments où les adultes s'empêtrent dans des situations sentimentales inextricables et où certains enfants devenus grands font leurs premières armes.
    Une des joies de ce roman a d'ailleurs résidé dans l'évolution de Polly et de Clary. Aussi bien en termes de relation entre elles qu'en termes d'ouverture aux autres. J'ai été particulièrement sensible aux transformations de Clary qui devient une jeune femme très émouvante, entre maladresses et déclarations poignantes.

    Autre régal de cet ouvrage: les passages consacrés à Archie. Archie, introduit dans le précédent volet et qui devient un personnage pivot. Pivot à la fois pour les intrigues et pour les confidences. Et qui illustre à merveille tout le talent d'Elizabeth Jane Howard pour créer des héros marquants.

    De même, encore une fois, j'ai été frappée par la capacité de l'autrice pour nous embarquer dans toutes les histoires de ses protagonistes et pour livrer une narration d'une grande fluidité, malgré la multiplicité des points de vue.

    A cet art de conteuse se superpose un art de la séquence. En effet, je sais déjà que certaines scènes m'accompagneront longtemps. Comme celle d'une rencontre dans un train. D'un pique-nique. D'un échange à l'ombre d'un arbre sur un banc lors d'une soirée de liesse.

    Voilà, mes retrouvailles avec les Cazalets sont finies et c'était merveilleux. Vivement la parution du prochain tome pour répondre à toutes les questions laissées en suspens.
     
    Un grand merci aux éditions la Table ronde pour cet envoi.

    Traduit de l'anglais par Anouk Neuhoff. 
     
    Editions la Table ronde, 2021, 480 pages