Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

roman policier - Page 6

  • L'Appel du coucou de Robert Galbraith

    L' Appel du coucou

    de

    Robert Galbraith

     

    l'appel du coucou, robert galbraith, le livre de poche, roman policier, roman anglais, roman policier de jk rowling

     

    "La rue bruissait d'une agitation fébrile, comme envahie par un essaim de mouches bourdonnantes. Des photographes étaient massés derrière les barrières gardées par la police, tenant en équilibre leurs appareils au museau protubérant, leur souffle s'élevant dans l'air sur une vapeur blanche. La neige tombait, dense et régulière, sur les couvre-chefs et sur les épaules, et des doigts gantés essuyaient les lentilles. De temps à autre, ils tuaient le temps en faisant retentir quelques déclics, prenant un cliché de plus de la tente en toile blanche, dressée au bord de la chaussée, de l'entrée du grand immeuble et du balcon au dernier étage d'où le corps était tombé"

    Le célèbre mannequin Lula Landry vient de se défenestrer. Et très vite, l'enquête conclut à un suicide.

    Quelques mois après, son frère, John Landry, persuadé que la police a fait une grossière erreur, demande à Cormoran Strike de mener des investigations. Le détective privé, au bord de la faillite, accepte cette mission, même s'il est convaincu que le mannequin a attenté à ses jours.

    Mais, au fil de ses rencontres avec l'entourage de Lula et de son infiltration dans le monde de la mode et des people, sa muraille de certitude commence à se fissurer. Et si John Landry avait raison?

     

    l'appel du coucou, robert galbraith, le livre de poche, roman policier, roman anglais, roman policier de jk rowling

    Voilà quelques temps que je n'avais pas lu et pour me distraire, j'ai eu envie de me lancer dans cette nouvelle série policière. Je suis une grande fan de la saga Harry Potter et je dois avouer que j'avais trouvé le roman Une place à prendre, plutôt bien écrit. Aussi, j'avais hâte de voir ce que donnerait cette incursion de JK Rowling dans le genre policier. Surtout après le coup de cœur de ma copinaute Céline.

    J'ai immédiatement été happée par l'intrigue et par les personnages. Le héros (ou peut-être devrais-je parler d'anti-héros) est un détective paumé, un ancien lieutenant revenu d'Afghanistan et dont la vie personnelle se révèle un naufrage. Il se retrouve contraint de dormir dans son bureau sur un lit de camp de fortune et d'avaler des nouilles chinoises le soir.

    Cette enquête va lui servir de rédemption. En effet, chapitre après chapitre, on le voit redresser la barre, retrouver une certaine estime de lui-même...J'ai apprécié cette évolution tout en douceur et qui sonne si juste.

    Son rapport avec sa nouvelle assistante Robin (clin d'oeil à Batman et Robin ?) m'a également beaucoup plu. L'auteur a imaginé un duo qui fonctionne et dont les qualités et les défauts se complètent à merveille. J'ai d'ailleurs hâte de les retrouver dans un prochain tome car maintenant que les présentations sont pour ainsi dire faites, je suis curieuse d'assister à leurs futures interactions.

    Une autre qualité de ce roman policier réside dans la teneur de son intrigue. Jusqu'aux dernières pages, je n'avais pas compris l'identité du ou des meurtriers et je suis assez admirative de la façon dont j'ai été menée de fausse piste en fausse piste.

    L'appel du coucou permet aussi une incursion dans le monde de la mode et des people, de l'autre côté du miroir. J'avais un peu peur que cet aspect de l'histoire ne soit pas crédible. Mais je dois reconnaître que cet écueil a été bien évité.

    Bref, vous l'aurez compris: malgré quelques longueurs, il s'agit d'un pari réussi pour JK Rowling et je pense que je ne tarderai pas à me lancer dans le Ver à soie.

    Le Livre de Poche, 2014, 714 pages

    Billet dans le cadre du challenge Un pavé par mois de Bianca

     

    l'appel du coucou, robert galbraith, le livre de poche, roman policier, roman anglais, roman policier de jk rowling

     

  • Travail soigné de Pierre Lemaître

    Travail soigné

    de

    Pierre Lemaître

    travail-soigné.jpg

    "Lundi 7 avril 2003,

    -Alice...dit-il en regardant ce que n'importe qui, sauf lui, aurait appelé une jeune fille.

    Il avait prononcé son prénom pour lui faire un signe de connivence mais sans parvenir à créer chez elle la moindre faille. Il baissa les yeux vers les notes jetées au fil de la plume par Armand au cours du premier interrogatoire: Alice Vandenbosch, 24 ans."

    Alors qu'il questionne une victime,  le commandant Camille Verhoeven reçoit un coup de fil d'un de ses inspecteurs qui lui demande de venir sur les lieux d'un crime.

    "Ça ne ressemble à rien que je connaisse..."

    Et, en effet, quand il arrive, Verhoeven est frappé par le carnage qu'il découvre.

    Très vite, son enquête lui permet de faire le lien avec une précédente affaire qui avait fait beaucoup parler.

    Très vite aussi, il comprend que le meurtrier tente de transposer des crimes de romans célèbres: le Dahlia noir et American psycho.

    Mais comment contrer un assassin qui semble toujours avoir plusieurs coups d'avance? Surtout quand la presse parvient aussi facilement à obtenir des infos censées rester secrètes?

    pierre lemaitre.jpg

    J'ai découvert récemment Pierre Lemaître avec Au-revoir là haut, un roman qui m'avait fait une très forte impression. Puis, je me suis lancée dans Robe de marié avec mes copinautes Bianca et Céline et là encore, j'ai été bluffée.

    Aussi, quand le premier tome de la trilogie des Verhoeven est arrivé dans mes mains à la médiathèque où je travaille, je n'ai pas pu résister et je me suis immédiatement plongée dedans. Et, une fois encore, la magie a opéré.

    L'auteur a su créer des personnages atypiques.

    Le héros, Camille Verhoeven, a dû faire preuve d'une force de caractère exceptionnel pour gravir les échelons de la police en dépit de sa petite taille (1,45 m).

    Autour de lui, gravitent Louis, un jeune homme très riche qui a choisi cette carrière pour aider les plus démunis; Armand, un besogneux très avare qui a pour habitude de ramasser les journaux dans les poubelles pour faire des économies et Maleval, un trentenaire qui mène une vie dissolue et inquiète le commandant.

    Cet aspect hétéroclite des caractères fonctionne à merveille et donne une impression de justesse et de vérité. En effet, il est rare de retrouver dans des équipes des gens bâtis sur le même moule et Pierre Lemaître a bien eu raison de respecter cette règle.

    On s'attache à chacun de ces protagonistes car il parvient, en quelques traits, à nous les rendre extrêmement vivants et présents.

    Mais la grande force de cet ouvrage tient encore surtout à la qualité de l'intrigue. J'ai beaucoup aimé l'idée d'un serial killer qui tue ses victimes selon des modus operandi décrits dans des romans policiers. L'occasion de découvrir des titres que je ne connaissais pas (il faut que je lise Emile Gaboriau) et de faire une incursion dans le milieu universitaire.

    De plus, les fausses pistes se multiplient sans cesse. Tout comme les coupables possibles. Le "Romancier" (surnom que les journalistes ont inventé pour parler du meurtrier) joue avec les nerfs de Verhoeven et de sa brigade (et avec les nôtres par la même occasion). Jusqu'au rebondissement final (que je n'avais pas vu du tout venir)...

    Bref, vous l'aurez compris: j'ai adoré ce roman policier (je n'ai pu le lâcher que vers la fin) et j'ai hâte de me plonger dans la suite de la trilogie autour de ce commandant.

    Dire que le manuscrit de Travail soigné avait été refusé 22 fois par 22 éditeurs avant que le Masque revienne sur sa décision et ne décide de le publier....

    Le Livre de Poche, 2006, 407 pages, 7,10 €

     

  • Cinq petits cochons d'Agatha Christie

    Cinq petits cochons

    de

    Agatha Christie

    cinq petits cochons.gif

    "Hercule Poiroit jaugea d'un oeil intéressé la jeune femme qu'on laissait entrer dans son bureau. Elle lui fit une impression favorable.

    La lettre qu'elle lui avait envoyée était fort peu explicite: c'était une simple demande de rendez-vous, brève et fonctionnelle, sans aucune allusion à son objet. Seule la fermeté de l'écriture indiquait que Carla Lemarchant était une jeune personne"

    Cette dernière souhaite que le détective enquête sur une affaire vieille de seize ans. Son père, le célèbre peintre Amyas Crane, avait été retrouvé empoisonné. Très vite, les soupçons s'étaient portés sur sa mère et elle avait été condamnée. Mais, persuadée de son innocence, Carla "veut la vérité".

    Hercule Poirot accepte cette mission. Il commence par retrouver les avocats et avoués qui ont servi l'accusation et la défense lors du procès de Caroline Crane.

    En les écoutant donner leurs avis sur les cinq autres personnes présentes sur les lieux du crime, une comptine lui revient en mémoire:

    "Premier petit cochon s'en est allé au marché

    Deuxième petit cochon n'est pas sorti de chez lui

    Troisième petit cochon a mangé tout le pâté

    Quatrième petit cochon n'a rien eu pour lui

    Cinquième petit cochon a pleuré, groui, groui, groui"

    Il s'agit maintenant pour lui de retrouver ces "cinq petits cochons"...et de déterminer si Caroline Crane a réellement assassiné son époux.

     

    Agatha_Christie.png

    Agatha Christie a publié cette vingt-deuxième aventure d'Hercule Poirot en 1942. Elle constitue avec Une mémoire d'éléphant une des rares oeuvres où une enquête est menée sur un crime commis plus de dix ans auparavant. Un moyen pour le détective belge de prouver une nouvelle fois qu'on ne trouve pas le coupable à partir d'indices recueillis mais grâce aux "cellules grises"

    "J'ai entendu parler de vous [...] De vos succès. De la façon dont vous les avez obtenus. C'est l'élément psychologique qui vous intéresse, n'est-ce pas? Eh bien, lui ne change pas avec le temps. Ce sont les éléments tangibles qui disparaissent: un mégot, des traces de pas, des brins d'herbe couchés. Eux sont définitivement perdus. Mais rien ne vous empêche de reprendre l'affaire de zéro, de vous entretenir éventuellement avec des gens qui étaient là à l'époque-ils sont encore tous vivants. Ensuite, comme vous avez dit tout à l'heure, vous vous installerez tout à l'heure dans votre fauteuil pour réfléchir. Et vous découvrirez ce qui s'est passé."

    Ce roman policier s'articule en quatre parties distinctes: une introduction suivie de trois livres.

    Lors de l'introduction, nous sommes mis en présence de la jeune Carla Lemarchant qui réclame justice. Tout laisse à penser que sa mère a bien assassiné son père mais elle est convaincue de son innocence. En voyant le détective accepter de reprendre l'affaire, le lecteur est amené à penser qu'elle a sans doute raison.

    Mais, dès le début du livre I, cette idée est remise en cause. Dans cette partie, s'enchaînent les témoignages. Hercule Poirot rencontre, tour à tour, l'avocat de la défense; l'accusation; les deux avoués; le superintendant de police et les "cinq petits cochons". Tous sont certains que la bonne coupable a été jugée.

    Cependant, ils ont tous un avis différent sur cette femme. Elle les a tous fascinés mais pas de la même façon.

    Il en va de même pour son mari, le célèbre peintre, Amyas Crane. Un artiste égoïste, passionné, Don Juan...Un homme sans doute insupportable au quotidien mais qui ne pouvait laisser indifférent.

    Ces deux personnalités dominent toute l'oeuvre mais contrairement aux autres ouvrages de la "Duchesse de la mort", nous ne les voyons jamais directement agir, parler... Ils sont tous deux morts depuis seize ans et nous ne conserverons d'eux que les images véhiculées par leurs amis, avocats, amants...

    A l'exception des deux lettres de Caroline Crane, deux des ressorts de l'intrigue: la première pousse sa fille à relancer une affaire vieille de 16 ans et la seconde permet de mieux comprendre son geste.

    Ce premier livre est également l'occasion de rencontrer les "cinq petits cochons": Philip et Meredith Blake, les deux amis d'enfance d'Amyas Crane; Elsa Greer, la jeune maîtresse du peintre; la gouvernante Miss Williams et la soeur de Caroline, Angela Warren. On sent qu'ils ont tous été brisés par ce drame. Pour eux, c'était inexorable... Amyas allait quitter sa femme et elle ne l'a pas supporté.

    On retrouve ces cinq témoins clés dans le second livre sous la forme de leurs témoignages écrits. Leurs confessions se succèdent et éclairent encore plus les journées précédant le meurtre ainsi que la matinée de ce dernier. Des fragments de conversation sont reconstitués, des liens avoués....

    Dans le troisième livre, Hercule Poirot revient vers eux pour cinq dernières questions. Puis, arrive la conclusion...de ce drame en trois actes.

    Une fois encore, Agatha Christie montre sa faculté à nous mener de fausse piste en fausse piste. La résolution de l'énigme très psychologique m'a également beaucoup plue.

    Bref, vous l'aurez compris: un très bon cru des aventures du célèbre détective belge qui m'a donné envie de continuer mes découvertes ou redécouvertes de l'auteur.

    Le Livre de Poche Jeunesse, 2003, 349 pages, 5,50 €

    Lu dans le cadre du challenge God save the livre 2013

     

    Challenge-anglais.jpg