Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2014

Les Cygnes sauvages

Les Cygnes sauvages

un texte de Kochka d'après Andersen

avec des illustrations de Charlotte Gastaut

cygnes sauvages.jpeg

"Bien loin d'ici, là où migrent les hirondelles à l'approche de l'hiver demeurait un roi qui avait onze fils et une fille, Elisa. Les onze princes, sabre au côté, allaient à l'école tous les jours tandis que leur soeur, assise sur un tabouret de cristal, attendait leur retour devant un livre d'images."

Mais, un jour, leur père se remaria avec une femme "au cœur plus petit qu'un dé à coudre". Afin de s'accaparer son époux, elle envoya Elisa au couvent et transforma ses onze frères en oiseaux. Mais son sort ne fonctionna pas complètement car, à la place de laids oiseaux, les princes se transformèrent en cygnes.

Les années passèrent...Elisa devint une magnifique jeune femme. A quinze ans, elle reparut à la cour et rendit folle de jalousie sa belle-mère.

Une fois encore, cette dernière tenta de nuire à la progéniture royale mais sa magie se brisa devant la pureté de la princesse.

Elisa décida de s'enfuir. Elle marcha, marcha, marcha...et sur sa route, rencontra une vieille femme qui lui indiqua un endroit où trouver onze cygnes.

Parvenue au rivage, Elisa reconnut ses frères et décida de tout entreprendre pour leur rendre apparence humaine.

Elle ignorait alors que ce choix pourrait tout lui coûter.

Dans cet album, Kochka a voulu rendre accessible aux lecteurs à partir de 6 ans le conte de Hans Christian Andersen.

Avec un style à la fois simple et poétique, elle nous narre l'histoire d'Elisa, une jeune princesse qui devra rencontrer bien des épreuves avant de connaître le bonheur. Rejet, séparation, malédiction, faim, errance, sacrifice, abnégation, labeur, accusations de sorcelleries, condamnation...constituent autant d'étapes sur la route de son apprentissage.

En effet, l'intrigue aborde tous ces sujets et insiste sur l'importance de l'amour fraternel.

Et forcément, en lisant les Cygnes sauvages, on pense à d'autres contes où les fratries sont très importantes (Hansel et Gretel, Le Petit Poucet...). On pense également à Blanche-Neige (avec la belle-mère jalouse et sorcière), aux Fées (avec la vieille femme qui récompense la pureté et la générosité)...

J'ai été frappée par cette richesse thématique et par ces multiples rebondissements. Comme si, chez Andersen, le bonheur ne se gagnait pas facilement et que seules plusieurs épreuves pouvaient l'apporter et le conforter.

Pour illustrer cette trame, il fallait tout le talent de Charlotte Gastaut. Je crois vous avoir déjà parlé de toute l'admiration que je porte à cette artiste (Les Fées, Le Lac des cygnes).

Cette admiration a été encore confortée devant le foisonnement des images qu'elle a su créer pour mettre en valeur le récit de Kochka.

Chaque double page s'accompagne d'un tableau. Les couleurs sont chatoyantes, les fonds toujours très fouillés, les silhouettes et les visages délicats.

Souvent, ce tableau déborde sur le texte. Mais il se fait plus discret en noir et doré.

On se perd dans les détails, on revient plusieurs fois sur certaines illustrations...

Bref, vous l'aurez compris: cette adaptation d'un des contes les plus connus d'Andersen constitue un petit bijou et j'espère que ce duo continuera à nous livrer d'aussi beaux albums.

Merci à Babelio et à Père-Castor Flammarion pour cette magnifique découverte!

Billet dans le cadre du challenge Il était une fois...les contes de fées de Bianca

Père-Castor Flammarion, 2014, 13,50 €

challenge-il-etait-une-fois-les-contes-de-fees1.jpg

 

04/03/2014

Les Fées de Charles Perrault

Les Fées

un conte de Charles Perrault

illustré par Charlotte Gastaut

les fées,charles perrault,charlotte gastaut,magnard,contes de ma mère l'oye,challenge il était une fois les contes de fées

"Il était une fois une veuve qui vivait seule avec ses deux filles. La plus âgée lui ressemblait trait pour trait: comme elle, elle était laide, méchante et menteuse. La mère et la fille étaient d'ailleurs si mauvaises que tout le monde les évitait. Au contraire, la plus jeune des sœurs n'était que douceur, gentillesse et grâce. Elle était belle comme le jour, aimable avec chacun et s'attachait toujours à faire plaisir à son prochain."

La mère préfère sa fille aînée qu'elle gâte à outrance. A l'inverse, elle a pour habitude de punir  sa cadette et de la faire travailler plus que de raison.

Parmi ses tâches, figure celle d'aller chercher de l'eau à une fontaine loin de la maison.

Un jour, alors qu'elle puise de l'eau, la cadette est abordée par une vieille femme qui lui demande gentiment à boire. La jeune fille accède à sa requête. Et est bien récompensée. En effet, la vieille femme se révèle être une fée déguisée qui lui confère un magnifique don: "à chaque parole que tu prononceras, il sortira de ta bouche une fleur ou une pierre précieuse".

La mère, stupéfaite par ces pierres précieuses et ces fleurs que produit sa fille cadette, enjoint son aînée à aller remplir la cruche. Mais cette dernière refuse de laisser boire une dame habillée richement. Mal lui en prend car il s'agissait d'un autre déguisement de la fée qui la punit: "à chaque parole que vous direz, il vous sortira de la bouche un serpent ou un crapaud"

Je ne continue pas le résumé de ce conte afin de vous laisser le plaisir de découvrir le sort de ces deux sœurs. J'aimais beaucoup cette histoire quand j'étais petite et j'ai été ravie de la retrouver dans cet album.

Les Fées est extrait du recueil des Contes de ma mère l'Oye. Bien qu'il ne comporte qu'une fée, il a gardé le titre de sa version orale où Perrault en avait mis en scène deux.

les fées,charles perrault,charlotte gastaut,magnard,contes de ma mère l'oye,challenge il était une fois les contes de fées

 Ici, ce n'est pas la marâtre qui maltraite, mais la mère. Et, comme dans Cendrillon, une sœur est préférée, alors qu'elle est loin de posséder tant les qualités physiques que morales de sa cadette.

Comme dans Cendrillon encore, une fée va jouer un rôle déterminant et changer le sort de l'héroïne. J'ai beaucoup aimé cette idée du don de la parole transformée en pierres précieuses et fleurs. Une manière d'extérioriser le caractère si agréable de cette jeune fille. Au contraire, les serpents et les crapauds symbolisent la nature mauvaise de l'aînée.

Le choix d'être au service ou non de l'autre va donc avoir des répercussions sur les destins des deux sœurs. Ainsi, Charles Perrault rappelle l'importance d'aider son prochain.

les fées,charles perrault,charlotte gastaut,magnard,contes de ma mère l'oye,challenge il était une fois les contes de fées

 Ce conte moral est ici sublimé par les illustrations de Charlotte Gastaut. Je n'ai pas encore eu l'occasion de vous parler d'elle mais je suis très admirative de son travail et je possède déjà dans ma bibliothèque plusieurs de ses albums.

Elle recourt à des oppositions de couleurs: aux teintes sombres des tenues de la mère et de l'aînée répond la blancheur de la robe de la plus jeune sœur. Comme à son habitude, les décors très riches et détaillés invitent au rêve. On se perd dans les images, on s'attarde sur chaque détail...

Bref, je vous recommande vivement cet album qui permet de découvrir un conte méconnu de Perrault et d'admirer la créativité de Charlotte Gastaut.

Billet dans le cadre du Challenge Il était une fois...les contes de fées.

 

les fées,charles perrault,charlotte gastaut,magnard,contes de ma mère l'oye,challenge il était une fois les contes de fées

 

Et si vous voulez faire un tour sur le blog de Charlotte Gastaut, voici le lien.

 

11/02/2013

Le lac des cygnes

Le Lac des cygnes

d'après le livret du ballet de Tchaïkovsky

illustré par Charlotte Gastaut

beau-livre-charlotte-gastaut-le-lac-des-cygnes.jpg

"Dans un pays de lacs et de forêts, un prince rêvait d'amour, mais ses parents, impatients de le marier, décidèrent d'organiser un bal. La veille, ils annoncèrent au prince qu'il lui faudrait choisir, durant la fête, celle qui deviendrait sa femme. Effondré, le jeune homme s'enfuit dans les bois."

Dans la forêt, le prince aperçoit un vol des cygnes. Il les suit et qu'elle n'est pas sa surprise quand il se retrouve nez à nez avec une magnifique jeune femme. Cette dernière lui explique qu'elle a été ensorcelée, tout comme ses dames de compagnie. Elle ne peut retrouver son apparence que quelques heures par jour, une fois les douze coups de minuit sonnés. Seul l'amour véritable pourra la délivrer.

Le prince, sous le charme, lui fait alors une déclaration et lui demande de venir au bal le lendemain soir afin de la présenter à ses parents.

Mais l'Enchanteur guette et va tenter de briser leur union.

Poucette-par-Charlotte-Gastaut.jpg

Je suis une grande fan de l'artiste Charlotte Gastaut. Ma collection d'albums compte notamment ses adaptations de Poucette et Peau d'âne. Aussi, quand j'ai vu qu'elle s'était attaquée à un de mes ballets préférés, je n'ai pas hésité longtemps à acheter ce livre.

peau.jpg

La magnifique couverture attire immédiatement l'oeil. Et quand on ouvre l'objet, on est aussitôt happé dans ce bel univers de dentelles bleu nuit sur un fonds bronze et blanc.

lac de.JPG

Le travail de découpe m'a d'ailleurs rappelé celui d'Antoine Guilloppé pour Plein soleil et Pleine lune, parus chez Gautier-Languereau.

plein_soleil.gif

Le texte, très bien adapté, se met au service des images.

Un moment de grâce qui justifie pleinement les deux ans passés à réaliser cet objet.

Bref, un album coup de coeur que je vous recommande vivement!

Amaterra, 2012, 24,50 €