Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/11/2015

Invisible de Charlotte Bousquet & Stéphanie Rubini

Invisible

un roman graphique de Charlotte Bousquet

illustré par Stéphanie Rubini

invisible.jpg

"Ne me cherchez pas sur la photo de classe. Je n'y suis plus. Je n'y suis jamais de toute façon.

Ce rituel, je trouve ça débile. Et puis, c'est toujours la même chose, les petits devant, les grands derrière, le prof sur le côté, "ouistiti!". A la fin, tout le monde se bat pour récupérer un truc moche et gribouiller des petits cœurs dessus."

Marion se sent invisible. Invisible aux yeux de sa famille. Invisible aux yeux de ses camarades de collège.

De celles dont on confond le prénom. De celles qu'on ne remarque jamais. Sauf dans les situations difficiles qui lui valent des quolibets.

"Tu ferais mieux de renoncer avant de te prendre la réalité en pleine face, ma grosse. Même pour tes parents, t'es invisible. Nulle. Néant. Nada. "

Puis, quand elle se rapproche de Soan, elle finit par croire que sa présence va prendre un tout autre sens.

Et si...?

invisible,charlotte bousquet,stéphanie rubini,gulf stream éditeur,roman graphique,bande dessinée,maux d'adolescents,dépression

J'avais déjà eu l'occasion de vous parler sur ce blog de Rouge Tagada, le premier roman graphique consacré à ces années collèges, si marquantes et parfois si dures pour ceux qui les traversent.

Un album qui m'avait marqué par sa justesse et sa très grande sensibilité.

Puis, Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini ont poursuivi l'exploration des membres de cette classe. Bulles&blues ainsi que Mots cutter, mots rumeurs ont enrichi cette collection.

Harcèlement/Besoin de se démarquer/Envie de s'affirmer/Doutes sur sa sexualité/Amour qui tait son nom/Honte aussi...autant de maux d'adolescents évoqués entre ces pages.

Jusqu'à ce dernier opus. On y fait la connaissance de Marion, l'absente-invisible. Un peu grosse, très timide, tout le temps rougissante. Elle rase les murs. Et disparaît parfois même aux yeux de ses parents.

Un désarroi profond l'envahit. Comme si elle acceptait cette invisibilité. Qui la fait pourtant tant souffrir.

Toujours dans les tons gris, elle se fond dans le décor. Mais Stéphanie Rubini, par des touches de couleur (ses bocaux, ses affiches, ses créations) nous montre à quel point cette héroïne se dévalorise.

On a envie d'y croire. On a envie, comme elle, de penser qu'elle va enfin exister pour les autres et par les autres. Surtout lorsque le beau Soan, jeune premier de la Nuit des Rois, la pièce dont elle est la costumière, commence à lui parler.

A cette question du regard de ceux qui entourent, regard si important, regard si fui et si espéré à la fois, se superpose donc celle des premiers émois.

"Quand je suis arrivée en cours, Soan n'était pas là. Toute la journée, j'ai eu une boule dans la gorge, une boule de larmes dures et salées qui m'empêchait de respirer."

Montagne russe des sentiments/Oscillation perpétuelle entre le "il m'aime"/"il n'en a rien à faire de moi"

"J'ai chassé cette voix familière, cette voix que je haïssais à coups de comètes et de rêves éveillés."

Que c'est beau! Que c'est poignant aussi!

A la manière d'une pièce de théâtre, les actes s'enchaînent. Et on ne sait si ce magnifique roman graphique prendra la tournure d'une comédie ou d'une tragédie.

Jusqu'à ces ultimes pages dont je ne vous dirai rien. Mais qui m'ont tant émue.

Bref, vous l'aurez compris: un volet extrêmement réussi, à la fois poignant et percutant, qui confirme tout le talent de ce duo Charlotte Bousquet/Stéphanie Rubini.

Gulf Stream, 2015

 

 

 

 

 

25/04/2015

Irmina

Irmina

de

Barbara Yelin

irmina.jpg

« Regardez…là-bas à l’horizon…cette bande sombre ! Je crois que c’est ça ! C’est l’Angleterre ! »

Milieu des années 30, Irmina, une jeune Allemande, se rend à Londres pour y commencer une formation de secrétariat international. Elle y fait la rencontre d’un étudiant d’Oxford, le charmant Howard. Mais leur relation se révèle très compliquée car, en raison de sa couleur de peau, le jeune homme est en butte aux préjugés et aux lazzis.

Face aux changements politiques dans son pays natal, Irmina est contrainte de se séparer de son amant et de rentrer.

Elle intègre alors l’administration national-socialiste, avec toujours l’espoir secret d’obtenir un fameux sésame pour l’Angleterre.

Mais le tourbillon de l’histoire l’emporte. Vient le temps des choix décisifs. Irmina est-elle prête à sacrifier son confort au nom d’idéaux ?

PlancheA_231731.jpg

J’avais remarqué ce roman graphique car il a reçu le prestigieux prix Artemisia (décerné à une femme auteur de bandes dessinées chaque année). Et l’avis d’Emjy n’a fait que me conforter dans mon envie de le parcourir.

Sur quelques 300 pages, on part sur les traces d’Irmina. De jeune femme ambitieuse et affirmée à retraitée de l’enseignement, on suit son évolution, entre renoncements et engagements. C’est passionnant de voir à quel point les décisions que nous faisons peuvent nous éloigner du bonheur ou de nos convictions de jeunesse.

De même, cet album s'interroge sur la notion d'intégrité face aux événements historiques.

Car Irmina va céder aux sirènes du national-socialisme. Par envie de posséder un intérieur douillet….De ne manquer de rien…

irmina 2.jpg

Un portrait fouillé et sans concession, reflet de tous ceux qui n’ont pas dit non et sont devenus complices passifs sous le régime nazi.

Un destin tragique sublimé par les crayonnés de Barbara Yelin.

Un album qui nous questionne profondément.

Bref, je ne saurais que vous recommander de vous plonger dans cet ouvrage ambitieux et très bien documenté. Laissez-vous emporter par cette trajectoire de vie, par cette valse qui oscille sans cesse entre bonheur et malheur, entre combat et attentisme.

Actes Sud, 2014, 288 pages

04/02/2015

La Danseuse papillon

La Danseuse Papillon,

 textes de Audrey Alwett et illustrations de Luky

la danseuse papillon, audrey alwett, luky, soleil productions, métamorphose, roman graphique, coup de coeur

"Tip-top

Au coeur de la nuit de plomb,

des gouttes de rosée tapotent sur un cocon.

Tip-top

Emma-Coquette, es-tu prête?

Au coeur de la nuit secrète, Emma se sent toute chose.

Au coeur de la nuit secrète, Emma se métamorphose."

Et, pour son plus grand malheur, Emma se découvre papillon de nuit.

Refusant le sort de ses consoeurs, Emma s'envole.

"Son battement d'ailes était un enchantement fragile, deux pétales de velours secoués par les vents."

Elle parvient à une fenêtre et tombe instantanément amoureuse de Théophile Gautier, l'homme dans la pièce. Cependant, impossible de se faire remarquer par cet illustre écrivain.

Désespérée, Emma adresse une prière à la lune.

Et se réveille....métamorphosée en danseuse.

Lancée à l'Opéra de Paris, elle se forge très vite une réputation et on chuchote son nom dans toute la capitale.

Mais, pour un ancien papillon de nuit, les feux de la rampe peuvent se révéler bien dangereux...

la danseuse papillon, audrey alwett, luky, soleil productions, métamorphose, roman graphique, coup de coeur

Je suis tombée instantanément sous le charme du titre et de la magnifique couverture et je n'ai eu de cesse de me procurer ce livre.

Emma Livry, une ballerine, surnommée le Papillon, connut son heure de gloire au début des années 1860.

Malheureusement, elle avait signé une décharge avec l'Opéra comme beaucoup de ses comparses pour ne pas "carteroniser" son tutu (le recouvrir de produit anti-inflammable) et ce choix lui fut fatal. S'approchant trop près du feu, elle brûla. Son agonie dura dix mois...

Théophile Gauthier assista à son enterrement et aperçut des papillons blancs qui volaient au-dessus du cercueil...

la danseuse papillon, audrey alwett, luky, soleil productions, métamorphose, roman graphique, coup de coeur

Emma Livry

Pour écrire cette histoire, Audrey Alwett s'est donc inspirée de son tragique destin. Ici, Emma est au départ un papillon de nuit, une ombre attirée par la lumière. Elle subit une transformation et se retrouve danseuse.

De son état premier, elle a gardé "la fragilité et la douceur de ses vols cahotants d'autrefois".

On suit justement son envol, sa gloire soudaine et si éphémère. Mais peut-on échapper éternellement à sa nature?

De même, cette métamorphose, Emma l'a entreprise pour Théophile Gauthier. A l'instar d'une Petite Sirène, elle renonce donc à une partie d'elle-même (sa condition animale) pour se rapprocher de l'objet de ses attentions.

Et si, finalement, Emma se brûlait à deux flammes: celle de la gloire et celle de l'amour?

la danseuse papillon, audrey alwett, luky, soleil productions, métamorphose, roman graphique, coup de coeur

Vous l'avez compris avec ce roman graphique, on est donc en présence d'un petit bijou de sensibilité et de poésie.

Les mots tourbillonnent jusqu'à notre oreille.

Un-deux-trois, c'est le temps du voyage

Un-deux-trois, celui des rêves

Un-deux-trois, celui des réalisations

Un-deux-trois....déjà les adieux

A la magie des phrases s'ajoute celle des images. Comment ne pas être emporté? Luky nous invite dans un monde onirique, à la mesure du destin de notre Papillon. Un monde entre ombres et lumières...Un monde que l'on quitte à regret...

Bref, vous l'aurez compris: j'ai adoré cet ouvrage et je vous en conseille vivement la lecture. Quel hommage à la danse, à la vie et à l'amour!

Soleil Productions, 2010, 77 pages


 

la danseuse papillon, audrey alwett, luky, soleil productions, métamorphose, roman graphique, coup de coeur