Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/04/2015

La Coloc de Jean-Philippe Blondel

La Coloc

de

Jean-Philippe Blondel

la coloc,jean-philippe blondel,actes sud,roman d'apprentissage,roman sur des adolescents,roman pour adolescents,amitié

"Give me a second/I need to get my story straight. C'est le début de la chanson We are young de Fun, qui me tourne dans la tête depuis un bon moment-et c'est exactement ce que je dois faire. Remettre de l'ordre dans mes idées, dans mon récit. C'est ce dont j'ai besoin, après l'année qui vient de s'écouler. Il s'est passé tellement de choses-je ne sais pas par quel bout dérouler la pelote. Quand je regarde ma vie, en ce début juillet, et ce qu'elle était il y a un an, je n'en reviens pas. J'ai accompli ma révolution. Pourtant, comme toutes les révolutions astrales, je me retrouve un an après à mon point de départ. Mais je sais que ce n'est que temporaire, que le voyage va reprendre, et vous savez quoi? J'ai hâte."

Romain Seurat, seize ans, revient sur son année de 1ère L.

Jusqu'à son entrée dans cette classe, il avait vécu dans un petit village loin de tout avec ses parents. Après avoir abandonné la solution de l'internat au milieu de l'année de seconde, il se levait très tôt et prenait le bus pour se rendre dans le lycée de la ville.

Mais, voilà, sa grand-mère est morte en mai...Et elle a laissé en plein centre un appartement de cinq pièces.

L'idée de Romain: s'y installer tout seul et trouver des colocataires.

Une idée qui, malgré l'opposition de sa mère, fait progressivement son chemin...

Et, très vite, notre héros se retrouve installé avec deux garçons de son âge. Deux personnalités complètement opposées a priori: d'un côté, le geek au look improbable, de l'autre, l'adolescent populaire, celui que tous veulent comme ami ou amoureux.

Mais, justement, cette année, Romain va oublier tous ses a priori....Et faire quelques rencontres décisives.

la coloc,jean-philippe blondel,actes sud,roman d'apprentissage,roman sur des adolescents,roman pour adolescents,amitié

Jean-Philippe Blondel appartient à ces auteurs dont j'aime retrouver régulièrement la petite musique. Et là, une fois encore, je me suis laissée happer par son style si vivant et si sensible.

"J'avais lu ce terme dans un bouquin qui traînait sur le canapé quelques jours plus tôt. Un roman d'un écrivain américain, Kerouac, dont je n'avais jamais entendu parler [...]Je l'avais ouvert au hasard. Il y était question des moments de grâce dans l'existence. De ces instants où, soudain, tout s'illumine en soi et autour de soi-parce qu'on trouve une cohérence, parce qu'on comprend son rôle dans l'univers. Un satori, ça s'appelle, apparemment."

De satori, il en est question dans ce roman d'apprentissage, dans cette éclosion d'un jeune adolescent.

Quand on fait sa connaissance dans les premières pages, Romain ne se démarque pas de ses congénères. Comme eux, il aspire à être populaire, reconnu. Comme eux, il assiste impassible aux moqueries dirigées contre ceux qui sortent un peu de la norme. Comme eux, il aimerait avoir une copine.

Mais cette coloc qu'il propose et qui, après moult débat enflammés, remporte l'adhésion de ses parents, va changer son regard et lui permettre de s'accepter comme il est.

De la confiance, il va en gagner. Mais après quelque satori, quelques déceptions aussi, quelques remises en question...

Car cette année-révolution ne va pas être un long fleuve tranquille..

On s'attache à ce narrateur qui, forcément, nous rappelle nos 16 ans. Et on suit avec beaucoup d'intérêt sa 1ère L.

Malgré ses qualités indéniables, je dois cependant souligner quelques défauts de cet ouvrage.

A commencer par le couple formé par les parents de Romain. En 145 pages, il y avait déjà tellement de thèmes à brasser autour de cette évolution que je me demande s'il était adéquat de développer en parallèle le sujet des désillusions conjugales. Même si le héros ouvre les yeux sur plein de choses, cela fait peut-être un peu trop...Ou alors, j'aurais préféré quelques chapitres en plus pour développer ce ressort d'intrigue.

De même, je n'ai pas été convaincue par les paragraphes finaux. J'aurais souhaité que le livre se clôture sur "Il y a un an, j'étais un rêveur. Aujourd'hui, je suis réalisateur. Et scénariste aussi". Une belle conclusion à ce récit de douze mois décisifs. Les ajouts ouvrent, au contraire, des perspectives (peut-être pour une suite?) et j'apprécie quand les choses ne restent pas en suspens.

Bref, vous l'aurez compris: en dépit de ces quelques bémols, La Coloc reste un roman qui se dévore et où on retrouve avec joie les mots à part de Jean-Philippe Blondel.

Actes Sud, 2015, 145 pages

 

 

Commentaires

Je n'aime pas trop les personnages d'ado... Je n'ai encore rien lu de cet auteur mais je ne pense pas que je commencerai par celui-là !

Écrit par : maggie | 23/04/2015

Si tu n'aimes pas les personnages d'ados, effectivement, il ne faut pas commencer par celui-ci.
Je te conseillerai plutôt 6h41 que j'avais trouvé très réussi.

Écrit par : Claire | 24/04/2015

Il me semble avoir été déçue par le livre que j'ai lu de lui mais je le confonds toujours avec un autre alors je le note au cas où : merci ;-)

Écrit par : Onee-Chan (la bibli d'Onee) | 23/04/2015

Tu me diras. Si tu as aimé et si c'était bien un titre du même auteur que tu n'avais pas apprécié.
Bonne fin de semaine à toi.

Écrit par : Claire | 24/04/2015

Je n'ai toujours pas lu Blondel, vous êtes pourtant nombreuses à vanter sa plume et ses romans ! Je ne commencerai pas par celui ci par contre, je crois ququ'il en a écrit de meilleurs

Écrit par : bianca | 23/04/2015

J'aime beaucoup la plume de Jean-Philippe Blondel mais il est vrai que celui-ci n'est pas son meilleur.
J'espère que tu apprécieras autant son univers que nous.

Écrit par : Claire | 24/04/2015

Je pense que je le lirais si ma bib l'achète..

Écrit par : Tasse de culture | 25/04/2015

Tu me diras si ta bib l'achète alors.

Écrit par : Claire | 25/04/2015

Les commentaires sont fermés.