Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/02/2014

Ces livres que je n'ai pas chroniqués au mois de janvier

Ces livres que je n'ai pas chroniqués au mois de janvier

calpurnia,jacqueline kelly,coeurs brisés,têtes coupées,robyn schneider,avant toi,jojo moyes

 Me voici de retour avec ce billet autour des livres que je n'ai pas chroniqués au mois de janvier et qui tournent tous autour du même sujet: celui de se trouver et de mener une vie conforme à ses aspirations.

calpurnia,jacqueline kelly,coeurs brisés,têtes coupées,robyn schneider,avant toi,jojo moyes

Je souhaiterais commencer par une œuvre pour adolescents: Calpurnia de Jacqueline Kelly. Un ouvrage dont la couverture m'attirait mais dont j'avais repoussé la lecture depuis longtemps. Puis, lors d'une déambulation en bibliothèque, j'ai eu envie de réparer cette erreur.

1899, Austin, dans le comté de Caldwell au Texas, Calpurnia est une jeune fille de 11 ans. Dans la moiteur de l'été, elle commence à observer la nature autour d'elle. Se posant des questions sur la différence entre des sauterelles, elle rend visite à son grand-père, un savant souvent retranché dans son laboratoire et qui lui fait un peu peur. Il la pousse à trouver par elle-même ses réponses et lui confie un carnet pour noter toutes ses remarques. Ces deux êtres vont se rapprocher, au fil de leurs conversations, autour de leur amour commun de la science. Et lors d'une de leurs promenades, ils vont même trouver un spécimen qui ne semble jamais avoir été répertorié...

J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman d'apprentissage sur une jeune fille qui souhaite échapper au destin tout tracé qui l'attend.

Mais Calpurnia aborde également avec beaucoup de talent les relations familiales dans toute leur complexité. Ou comment s'aimer et se comprendre, malgré les différences.

De même, ce récit nous plonge dans l'Amérique profonde à la fin du 19ème siècle. Une Amérique qui s'ouvre peu à peu aux inventions (le ventilateur, l'automobile)... En effet, Jacqueline Kelly, sans jamais se départir d'un ton tour à tour tendre ou ironique, ressuscite avec beaucoup de talent cette époque passée et nous livre de nombreux détails sur la vie quotidienne.

Bref, vous l'aurez compris: j'ai vraiment passé un très bon moment en compagnie de ce roman que je vous recommande vivement. J'aimerais d'ailleurs beaucoup retrouver cette héroïne un peu plus grande, pour voir si elle parvient à réaliser ses aspirations.

calpurnia,jacqueline kelly,coeurs brisés,têtes coupées,robyn schneider,avant toi,jojo moyes

Cap sur un autre ouvrage pour adolescents: Coeurs brisés, têtes coupées dont le titre m'a immédiatement attirée.

Ezra Faulkner, 17 ans, est le roi du lycée. Toutes les filles tombent amoureuses de lui et tous les garçons rêvent de lui ressembler. Puis, un soir d'été, il a un accident de voiture et en ressort légèrement handicapé. Lors de sa rentrée de terminale, il se rend compte que les regards ont changé sur lui. Il se décide donc à rejoindre la table des losers. Parmi eux, il retrouve son ancien meilleur ami et surtout fait la connaissance de la fascinante Cassidy Thorpe.

Malgré ce scénario dépourvu d'originalité, Robyn Schneider parvient à parler avec beaucoup d'humour et souvent de subtilité de la découverte de soi. Pendant un an, Ezra va enfin prendre conscience de qui il est et de ce qu'il souhaite pour son futur. Il va également connaître une très belle histoire d'amour avec une héroïne qui n'est pas sans rappeler la mystérieuse Alaska de John Green.

Mais, surtout, il va essayer de se conformer à la citation d'Oscar Wilde "Vivre est la chose la plus rare. La plupart des gens se contentent d'exister" et de trouver sa manière de vivre.

Bref, vous l'aurez compris: j'ai passé un bon moment en compagnie de ce joli roman, bourré d'humour et qui comporte certains passages emplis de poésie.

calpurnia,jacqueline kelly,coeurs brisés,têtes coupées,robyn schneider,avant toi,jojo moyes

J'aimerais terminer ce billet par mon avis sur Avant toi de Jojo Moyes. Un ouvrage dont je reportais depuis longtemps la lecture à cause de son sujet. Jugez plutôt...

Après avoir perdu son emploi de serveuse, Lou cherche désespérément une nouvelle situation professionnelle. Mais, dans son village, les offres n'abondent pas. Jusqu'au jour où elle décroche un contrat de six mois. Elle doit s'occuper de Will, un tétraplégique. Bien vite, elle apprend qu'il souhaite mettre fin à ses jours et qu'elle doit tout mettre en œuvre pour le faire changer d'avis.

Je vous mets au défi de sortir indemne de cette lecture. Avant toi appartient à ces romans dont l'histoire vous bouleverse forcément et vous interpelle.

J'ai beaucoup aimé les personnages imaginés par cette auteure. Ils ne sombrent jamais dans la caricature. De plus, leurs interactions sonnent toujours juste et se révèlent tour à tour drôles, émouvantes, éprouvantes...De même, leur évolution paraît cohérente.

Bref, vous l'aurez compris: j'ai apprécié ce roman qui parle avec beaucoup de sensibilité et d'authenticité de vie et de mort.

Et vous, en avez-vous lu certains?

 

 

 

 

 

 

 

09/12/2013

Ces livres que je n'ai pas chroniqués au mois de novembre

Ces livres que je n'ai pas chroniqués au mois de novembre

audrey.jpg

Me voici de retour avec un billet autour des livres que je n'ai pas chroniqués au mois de novembre.

Commençons tout d'abord par un roman policier que j'ai découvert grâce à ma chère Bianca. Il s'agit du Murmure de l'ogre de Valentin Musso.

murmure de l'ogre.jpg

Nice, 1922, deux prostituées sont assassinées, le crâne rasé et recouvert d'étranges symboles. Bientôt, ce sont des enfants qui commencent à disparaître et à être retrouvés morts...Louis Forestier, commissaire des brigades mobiles créées par Clemenceau, mène l'enquête, assisté de son ancien compagnon d'armes, Frédéric Berthellon, un spécialiste des maladies mentales. Face à cet "Ogre" qui semble toujours les devancer, ils ont fort à faire...Surtout quand le fils d'un milliardaire est enlevé et que la machine médiatique s'emballe.

J'ai passé un très bon moment en compagnie de ce polar. L'auteur a su restituer l'ambiance qui devait régner à cette époque sur la Riviera. De même, on en apprend beaucoup sur la modernisation de la police et toutes les nouvelles techniques utilisées. L'intrigue se révèle haletante. Le schéma narratif qui alterne sans cesse les points de vue ne laisse jamais de place aux temps morts. Les scènes s'enchaînent, tout comme les péripéties...

Après cette enquête policière, je me suis intéressée à un roman extrêmement prenant et qui ne peut laisser indifférent: Ecarlate de Hillary Jordan.

 

ecarlate.jpg

Dans une société futuriste, Hannah a dû avorter pour protéger l'homme qu'elle aime. Arrêtée et jugée pour ce crime, elle doit porter sur sa peau la couleur de ce dernier. Devenue écarlate, elle doit réussir à survivre dans une société extrêmement puritaine qui a anéanti la liberté des femmes. Commence alors un long chemin vers la liberté. Un long chemin empreint de renoncements, de sacrifices et de désillusions.

J'ai été complètement happée par l'histoire, dans la lignée de grands romans tels que La lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne ou de La servante écarlate de Margaret Atwood.

Dès le début, je me suis beaucoup attachée à l'héroïne. Après avoir assisté à son emprisonnement, on en apprend les raisons. Hannah est coupable d'être tombée amoureuse d'un homme marié, extrêmement médiatisé (les passages sur l'attirance entre les deux protagonistes sont très bien écrits et parviennent à rendre l'aspect incontrôlable du désir). C'est cette faute qu'elle va payer. On la suit ainsi à sa sortie de prison dans un centre de redressements où les femmes sont totalement asservies et se prêtent à des simulacres odieux. Mais je n'en dirai pas plus afin de ne pas gâcher votre lecture...

Je ne suis pas passée loin du coup de cœur. Mais la fin m'a un peu déçue. En revanche, je sais que pendant plusieurs jours, certaines scènes très fortes m'ont accompagnée...Je ne saurais donc que vous recommander ce livre qui rappelle l'importance de sans cesse se battre pour ses libertés.

 

douze coups.jpg

Direction maintenant l'Angleterre de la fin du 19ème siècle. Devenue orpheline, Penelope Tredwell a hérité à 13 ans du journal familial "Le Frisson illustré". Pour faire augmenter ses ventes, elle s'est lancée, sous le nom de Montgomery Flinch, dans la rédaction de récits d'horreur qui connaissent un très grand succès. Elle a même dû louer les services d'un acteur pour se faire passer pour cet homme.

Ce dernier est bientôt sollicité par le directeur d'un hôpital psychiatrique pour résoudre un mystère. En effet, tous les soirs, douze minutes exactement avant minuit, tous les patients se réveillent en transe et se mettent à écrire frénétiquement des paragraphes sans queue ni tête.

Penelope décide de mener l'enquête.

Voici une nouvelle série de romans policiers pour adolescents que j'ai découvert une nouvelle fois grâce à Bianca. J'ai suivi avec intérêt les aventures de cette jeune héroïne au caractère bien trempé qui n'a pas été sans me rappeler Enola Holmes ou Penelope Green. J'ai aimé la voir évoluer dans cette société victorienne de 1899 et frayer avec les savants du British Museum ou les grands écrivains tels que Conan Doyle ou Rider Haggard. Et je pense que je la retrouverai avec plaisir dans un nouvel opus.

J'aimerais conclure ce billet par une œuvre young adult qui m'a quelque peu déstabilisée: Revanche de Cat Clarke.

 

revanche.JPG

Cela fait déjà quelque temps que j'entends parler sur la blogosphère de cette auteure britannique. Et j'ai donc eu envie de me lancer dans son dernier cru.

Jem est amoureuse depuis l'enfance de Kai, son meilleur ami gay. Un soir, ils se rendent à une fête organisée par un de leurs camarades. Et, le lendemain, une vidéo où on voit Kai embrasser un autre garçon apparaît sur les réseaux sociaux. Le jeune homme ne le supporte pas et se suicide.

Brisée, Jem se jure de faire payer les coupables et se donne un an pour accomplir sa vengeance avant de se tuer à son tour.

On suit donc notre héroïne pendant douze mois. Des lettres posthumes de son meilleur ami l'accompagnent et tentent de la guider. Jem change en apparence, fait de nouvelles connaissances...On croit même qu'elle en oublie le défi qu'elle s'était fixée. Mais, la violence n'est jamais loin...

J'ai lu cet ouvrage très rapidement. Cat Clarke nous immerge dans un monde adolescent dur où certains endurent des horreurs au quotidien. Elle nous rappelle également que la frontière entre victimes et bourreaux se révèle très fine et que personne n'est jamais tout blanc ou tout noir.

Et je dois avouer que le final m'a complètement surprise voire choquée.

14/10/2013

Ces livres que je n'ai pas chroniqués au mois de septembre

Ces livres que je n'ai pas chroniqués au mois de septembre

catherine1.jpg

Comme vous vous en êtes peut-être rendu compte, j'ai traversé une petite panne de lecture et par conséquent, de blog. Depuis le 28 septembre, je n'arrivais pas à parcourir de romans et je ne pouvais plus écrire de billets...

Et puis, hier, l'envie est revenue. Je me suis plongée dans un Anne Perry et je suis retournée sur vos blogs. (quel plaisir de lire vos articles autour du RAT ou de vos dernières découvertes!)

Et j'ai souhaité renouer avec cette rubrique des livres que je n'ai pas chroniqués au mois de septembre.

Je vais commencer avec une nouvelle série pour adolescents, parue dans le collection Macadam chez Milan:

Le cercle des confidentes tome 1: Lady Megan de Jennifer McGowan.

LE-CERCLE-DES-CONFIDENTES-T1-Lady-Megan_ouvrage_large.jpg

Megan vit sous le règne d'Elizabeth Ière et appartient à une troupe de voleurs. Un jour, alors qu'elle dérobe la bourse d'un gentleman, elle est arrêtée et contrainte d'accepter le marché proposé par Lord Cecil. Elle devra mettre ses compétences au service de la reine et intégrer le cercle des jeunes femmes chargées de la protéger et de déjouer les complots qui la menacent.On soupçonne notamment les Espagnols de vouloir attenter à sa vie.

J'aime beaucoup les romans policiers historiques qui se déroulent sous le règne d'Elizabeth Ière (à l'instar de Dans l'ombre de la Reine de Fiona Buckley).

dans l'ombre de la reine.jpg

Aussi, je me suis précipitée sur cet ouvrage quand il est arrivé à la médiathèque et je l'ai dévoré.

Jennifer McGowan a su créer des héroïnes attachantes (chaque tome de la série se concentrera plus particulièrement sur l'une d'entre elles) et ressusciter l'ambiance qui devait régner à cette époque à la Cour anglaise.

Les fêtes se succèdent mais la mort n'est jamais loin. La reine est sans cesse surveillée et menacée.

De même, la romancière parvient avec habileté à entremêler la petite et la Grande histoire.

Bref, vous l'aurez compris: une œuvre réussie et il me tarde de pouvoir découvrir la suite (sans doute malheureusement dans un an)

maine-j-courtney-sullivan.jpg

En septembre, je me suis également plongée dans Maine de J. Courtney Sullivan. Suite aux billets de Bianca et de Céline, j'avais très envie de découvrir le second ouvrage de cette romancière américaine.

 A Cape Neddick, dans le Maine, Alice fait le tri dans sa maison de famille. Elle a décidé de la léguer à la légion de Marie de Saint-Michael et entend la vider avant l'arrivée de ses enfants pour les vacances.

Au même moment, Maggie, sa petite fille, prépare ses bagages en compagnie de son petit ami, Gabe. Elle a appris récemment qu'elle attendait un enfant de lui et espère que cette nouvelle va les rapprocher encore plus. Mais une énième dispute les conduit à la rupture.

Sa mère Kathleen réfléchit, quand à elle, sur le tournant qu'a pris sa vie. Après avoir rencontré de nombreuses difficultés tant dans sa vie maritale que familiale et sombré dans l'alcoolisme, elle a réussi à guérir et à entamer une nouvelle histoire avec Arlo. Et fondé avec lui une entreprise florissante de compost à base de vers de terre. Ayant pris ses distances avec les autres Kelleher, elle supporte de moins en moins les coups de fil de Anne-Marie, l'épouse de son frère Pat.

Cette dernière tente de toujours présenter une image parfaite. Elle s'est récemment prise de passion pour les maisons de poupée et participe à un concours mondial de fabrication de ces objets.

Ces quatre femmes vont se retrouver le temps d'un dernier été dans le Maine. L'occasion pour elles de s'affronter, de se découvrir...

J'ai beaucoup aimé la structure narrative chorale qui permet d'entendre ces quatre voix de femmes. Quatre protagonistes qui s'aiment ou s'énervent mais surtout se méconnaissent profondément. Quatre femmes qui inventent aux autres des destins qu'elles n'ont pas et qui tentent de dissimuler leurs propres failles.

On va de l'une à l'autre, on découvre peu à peu les secrets de famille enfouis et surtout, on ressort de ce séjour dans le Maine avec l'envie de retrouver ces héroïnes et de voir où le destin va les mener.

Bref, vous l'aurez compris: un roman fort qui fait réfléchir sur la vie et les relations familiales.

bd de soledad.jpg

Enfin , pour conclure cette présentation des livres que je n'ai pas chroniqués au mois de septembre, une bande dessinée très sympathique de Soledad Bravi.

La Bd de Soledad, parue chez Rue de Sèvres, reprend les planches qu'elle a publiées toutes les semaines depuis le mois de mai 2012 dans Elle.

L'occasion de passer un très bon moment en compagnie de cette dessinatrice qui sait si bien croquer nos travers quotidiens.

Bref, une lecture plaisante et qui fait souvent sourire.