Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

livre de poche - Page 8

  • Melissa et son voisin

    Melissa et son voisin

    de

    Meg Cabot

    Melissa et son voisin.gif

    "Chère Melissa Fuller,

    Ceci est un message automatique du département des ressources humaines du New York Journal, le principal quotidien new-yorkais du photo-reportage. Veuillez noter que, selon votre supérieur, M. George Sanchez, directeur de rédaction, votre journée de travail au N.Y. Journal débute à 9 heures précises. Votre retard aujourd'hui est de 68 minutes. Il s'agit de votre 37ème retard de plus de 20 minutes, depuis le début de l'année, Melissa Fuller"

    Melissa Fuller tient la rubrique des potins du New York Journal. Quand commence le roman, elle est de nouveau en retard. Mais elle n'a prévenu personne. Tous ces collègues tentent de la joindre-sans succès-et élaborent divers scénarii quant à son absence. N'a t'elle pas supporté, par exemple, sa rupture avec le critique littéraire Aaron Fuller?

    La vérité est toute autre. Ce matin-là, en se levant, Melissa a remarqué des aboiements anormaux dans l'appartement de sa voisine octogénaire. Et, après avoir poussé la porte entrebaillée, elle a retrouvé Mme Friedlandler, inanimée et visiblement victime d'une agression. Elle a contacté immédiatement les urgences et s'est occupée des animaux domestiques.

    Malheureusement, après une opération réussie, Mme Friedlander est toujours dans le coma et Melissa contrainte de s'occuper de son chien et de ses deux chats. Ce qui perturbe passablement son quotidien. Elle parvient, finalement, à contacter Max Friedlander, le neveu de sa voisine, un photographe assez côté.

    Ce dernier n'a pas le moins du monde envie de s'intéresser aux problèmes de sa tante. Il dépêche donc à sa place son vieil ami, John Trent qui lui doit une faveur et accepte ainsi de se faire passer pour lui.

    La situation se complique quand John/Max tombe sous le charme de Melissa...

    meg cabot.png

    J'avais repéré ce roman dans la médiathèque où je travaille. J'avais envie de lecture toute en légèreté et il me semblait parfait.

    La structure épistolaire de cet ouvrage, paru en 2002, s'apparente à celle d' Attachement de Rainbow Rowell dont j'avais parlé précédemment. En effet, toute l'histoire est racontée sous la forme d'échanges de mails. Mais, là où ces échanges ne concernaient que peu de personnes dans Attachement, le lecteur est ici confronté à une quinzaine d'expéditeurs. Personnellement, je n'ai pas été dérangée par cette multiplicité de points de vue (surtout que l'intrigue se concentre essentiellement sur les courriels de Melissa, sa meilleure amie, John, son frère et Max).

    Je me suis assez vite attachée aux personnages. Melissa Fuller, jeune célibattante de 27 ans, m'a beaucoup fait rire, notamment lors de ses échanges avec les ressources humaines ou son directeur de rédaction.

    Comme, dans tout roman de chick lit, on retrouve face à elle le prince charmant. Un jeune homme doté de toutes les qualités mais maladroit. C'est un trait de caractère qui m'a touché et rappelé un certain Mark Darcy.

    Tous deux enchaînent les rendez-vous manqués...Bien vite, d'autres obstacles se dressent  devant eux, quand le vrai Max Friedlander refait surface. Les péripéties s'accumulent et font sourire...

    Parmi les amis, donneurs de plus ou moins bons conseils, que l'on retrouve toujours aussi dans ce genre littéraire, j'ai particulièrement accroché avec Nadine. Elle tient la rubrique culinaire du New Tork Times et doit se marier prochainement avec un chef cuisinier. Malheureusement, elle est très gourmande et ne parvient pas à rentrer dans la taille de ses rêves. Sa façon de parler de son mal être oscille toujours entre l'humour et la tristesse. Je n'ai pu m'empêcher de penser qu'elle préfigurait sans doute une autre héroïne de Meg Cabot: l'ex star de la pop Heather Wells de la série Une irrésistible envie de...

    une-irresistible-envie-de-sucre.jpg

    Je n'évoquerai pas tous les protagonistes car la liste serait trop longue. Néanmoins, je tiens à souligner que je les ai tous trouvés bien campés. Même si elle ne les fait apparaître que pendant quelques mails, l'auteure est parvenue à leur donner à tous leur propre identité.

    Bref, vous l'aurez compris: on se doute bien vite de l'issue de ce roman, comme toute chick lit qui se respecte, mais on passe un très bon moment de détente grâce à une intrigue plaisante et des personnages attachants et drôles.

    Le Livre de Poche, 2008, 380 pages, 6,50 €

    Lu dans le cadre du challenge La Plume au féminin 2013

    challenge la plume au féminin.jpg

  • Ralph's party

    Ralph's party

    de

    Lisa Jewell

    ralph-s-party-lisa-jewell1.jpg

    "Smith raccrocha et jeta un coup d'oeil au salon. De nombreux colocataires potentiels avaient visité l'appartement. Pourtant, malgré ce défilé, tout semblait en ordre"

    Deux copains d'enfance, Smith et Ralph partagent un appartement dans une jolie maison victorienne du Sud de Londres. Tous les opposent: l'un est calme, posé, doué pour les affaires, célibataire depuis cinq ans; l'autre est artiste, fêtard, sans cesse à la recherche de nouvelles conquêtes...Ils se retrouvent tous les soirs à zapper devant la télévision.

    Pour briser leur quotidien, Smith a décidé de passer une annonce pour trouver un autre colocataire. Après plusieurs visites, c'est la jolie Jemina qui se présente. Elle est immédiatement choisie par Smith.

    Très vite, Jemina tombe dans les bras de Smtih. Au grand dam de Ralph qui commence à nourrir des sentiments amoureux pour sa nouvelle colocataire.

    Cette relation n'empêche pas Smith de continuer à avoir envie de Cerise, la bimbo du dernier étage. Laquelle entretient une idylle avec Karl, en couple depuis quinze ans avec Siobhan.

    Les chassés-croisés amoureux se succèdent donc dans cette maison victorienne...

    Lisa Jewell.jpg

    J'avais reperé ce titre sur le blog de Bianca. Aussi, quand je l'ai vu en occasion chez Book-off, je n'ai pas hésité longtemps.

    Lisa Jewell est un auteur anglais, spécialisé dans les romans de chik lit. Ralph's party constitue sa première oeuvre. Une oeuvre qui a été créée à partir d'un pari. En effet, Lisa Jewell avait écrit les trois premiers chapitres en échange d'un dîner dans un de ses restaurants favoris. Puis, dans son élan, elle a retravaillé et développé sa première mouture. Ce livre a ainsi été publié en 1999.

    Il s'agit d'un ouvrage choral. Tour à tour, on suit les pensées des différents habitants de cette maison victorienne du Sud de Londres. J'ai toujours apprécié ce mode narratif et je trouve qu'il s'adapte parfaitement au thème principal du chassé-croisé amoureux.

    Je me suis attachée à certains des protagonistes. Ralph m'a notamment beaucoup plu. Il représente l'archétype de l'adulescent artiste. Un homme au fort potentiel qui a du mal à mener une existence d'"adulte". Et qui n'arrive pas à réaliser ses rêves. Un homme dont le quotidien va être bouleversé par l'arrivée de la charmante Jemina.

    Cette dernière m'a également séduite car elle ne correspond pas au profil des célibataires qu'on rencontre dans le style chik lit. A l'inverse des Bridget Jones et consoeurs, elle s'est toujours retrouvée engagée dans des histoires où ses partenaires ne tardaient pas à lui déclarer leur flamme et par conséquent, à la faire fuir.

    Ceci constitue d'ailleurs un des atouts de cet ouvrage: reprendre les codes de chik lit tout en les détournant et parfois, en s'en écartant (je pense notamment à la fin)

    Le style est simple, parfois sans doute trop simple (je pense à certaines expressions assez crues ou vulgaires)

    Mais on passe un moment agréable en compagnie des habitants de cet immeuble. On partage certains morceaux de leurs existences, leurs doutes, leurs désirs, leurs maladresses, leurs sentiments...On se prend à espérer avec et pour eux...

    Bref, vous l'aurez compris: ce livre, plein de rebondissements, procure un bon instant de détente. Si vous êtes en quête de légereté, il sera parfait pour vous. J'ai vu qu'une suite avait été imaginée par Lisa Jewell. Et je me laisserai peut-être tenter..

    Le Livre de Poche, 1999, 6,80 €, 349 pages

    Lu dans le cadre du challenge God save the livre 2013

  • La crique du Français

    La Crique du Français

    de

    Daphné du Maurier

     

    crique du français.jpg

    "Quand le vent d'est souffle sur l'Helford, ses eaux étincelantes se troublent, s'agitent et viennent, en petites vagues, battre rageusement ses vitres sablonneuses. De courtes lames se brisent sur la barre du jusant, et les échassiers, effleurant la surface, s'appelant l'un l'autre dans leur vol, se dirigent à tire-d'aile vers les bancs de boue à l'intérieur des terres. Seules les mouettes, leur plumage gris pailleté d'embruns, tounoyent et crient encore au-dessus de l'écume, où, de temps à autre, elles plongent à la recherche de leur pâture."

    Au temps de la Restauration anglaise, Lady Dona Saint Columb jouit d'une réputation scandaleuse, accompagnant son mari Sir Harry et ses amis dans des lieux de "mauvaise vie"

    Lassée de la "futilité de sa vie, de ces incessants soupers, dîners, parties de cartes, de ces frasques idiotes, dignes tout au plus d'une écolière en vacances, de ce flirt stupide avec Rockingham", elle a décidé de quitter Londres pour partir s'installer seule avec ses deux enfants dans le domaine de Navron, au bord de la Manche.

    Arrivée dans la propriété, elle est très surprise de la trouver à l'abandon et de la voir entretenue par un seul domestique, un dénommé William.

    Mais très vite, ce dernier la rassure, remet la maison en ordre, engage d'autres serviteurs... Débute alors une nouvelle existence pour Lady Dona, rythmée par ses envies, les jeux avec ses enfants.

    Malheureusement, cette tranquillité est perturbée par la visite d'un voisin, Lord Godolphin qui la met en garde contre des pirates français qui séviraient sur la côte.

    Lady Dona ne veut pas prêter attention à ces rumeurs. Mais la nuit venue, ne trouvant pas le sommeil, elle assiste à un étrange manège entre William et un inconnu. Et si...?

    daphne.jpg

    Daphné du Maurier est une auteure anglaise, née en 1907. Elle est issue d'une famille d'artistes et s'est lancée très jeune dans l'écriture. Son premier roman Chaînes d'amour a été publié en 1931. Il a été suivi par de nombreux succès: L'Auberge de la Jamaïque (1936), Rebecca (1938), La Crique du Français (1941), Le Général du Roi (1946)...

    Quand j'étais adolescente, j'avais une prédilection particulière pour cet écrivain dont je piochais les oeuvres dans la bibliothèque de ma grand-mère. Dernièrement , en parcourant la blogosphère et en voyant tant de billets élogieux sur Rebecca, j'ai eu envie de me replonger dans ses livres. J'ai emprunté hier La Crique du français à la bibliothèque et je l'ai achevé en une matinée, confortablement installée sur mon canapé avec une bonne tasse de thé.

    Pourtant, je dois avouer que j'ai failli renoncer à l'aventure au bout du premier chapitre. En effet, je n'ai pas compris son intérêt. Daphne du Maurier s'est lancée dans une description contemporaine du très beau paysage de l'Helford en y juxtaposant des moments clés de l'histoire qu'elle allait nous conter. Certes, son dessein de nous montrer comment les paysages gardaient l'empreinte de ceux qui y étaient passés était sans doute louable mais j'ai eu l'impression d'être "spoilée" sur ce que j'allais lire.

    Heureusement, j'ai quand même poursuivi ma découverte de ce roman d'aventure romanesque.

    L'héroïne, Lady Dona Saint Columb, est une jeune femme lassée par la vie de la cour, le luxe, la dépravation qui y règne. Dans la voiture qui l'emmène à Navron, elle nous laisse entrevoir un tableau peu engageant de la capitale londonienne au temps de la Restauration.

    "elle se rappelait le théâtre bondé, la puanteur du parfum sur les corps échauffés, les rires niais, le bruit, la loge royale, le Roi, son entourage..."

    Elle ne veut plus tenir le rôle "indigne" qu'elle jouait dans cette société. "N'avait-elle pas, cédant aux exigences de son entourage, consenti à être cette créature superficielle, ravissante, qui, rieuse, acceptait avec un haussement d'épaules, adulations et louanges, comme un tribut naturel à sa beauté, insouciante, indolente, volontaire, indifférente, tandis qu'une autre Dona, étrange, semblable à un fantôme, l'épiait du fond d'un sombre miroir et avait honte?"

    Tout au long du récit, on assiste donc à la transformation de cette femme. Une transformation dûe à un mode de vie plus simple, plus en accord avec ses envies mais surtout, comme vous vous en doutez, à une belle rencontre...

    Dès qu'on entend William, le nouveau valet, parler de son ancien maître, on pressent que Lady Dona ne va pas tarder à faire sa connaissance.

    Comme dant tout roman d'aventures romanesques, cette première entrevue prend un tour surprenant.

    Jean-Benoît Aubéry a choisi l'état de pirate par goût de l'aventure. Et il va faire un très beau cadeau à Lady Donna: lui permettre de vivre elle-aussi l'aventure, de sentir la brume maritime sur elle, de connaître le danger, d'échapper à sa condition de femme...le temps d'une parenthèse.

    Cette escapade va se révéler très dangereuse pour nos deux héros. S'ensuivent d'ailleurs des scènes à la tension très maîtrisée (je pense notamment à celle du dîner avec les notables ou celle de la poursuite dans l'escalier)

    C'est justement là que se révèle le talent de Daphne du Maurier: donner vie à certaines scènes, nous faire ressentir tantôt l'enthousiasme, tantôt la peur et la nervosité...

    Elle fait preuve également d'une grande ironie dans sa description des nobles et des notables du coin. La scène du dîner constitue à cet égard un vrai morceau de bravoure. Tout comme le décalage entre la découverte du mode de vie des pirates français et les racontars qui circulent sur eux.

    De plus, elle livre de très belles pages sur la mer, un des thèmes récurrents de son oeuvre.

    J'évoquerai juste un petit bémol: certains éléments de l'intrigue sont par trop prévisibles, surtout si vous avez lu le premier chapitre.

    Bref, vous l'avez compris: si vous cherchez un roman d'aventures, romanesque, plein de rebondissements et c'est vrai un brin désuet pour passer un agréable moment, ce livre est parfait. Il a confirmé mon envie de prolonger ma redécouverte de l'oeuvre de cette auteure.

    Le Livre de Poche, 2000 (anciennement paru sous le titre L'Aventure vient de la mer), 282 pages, 4,60 €

    Lu dans le cadre du challenge God save the livre 2013.

    Challenge-anglais.jpg