Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2016

Dans le désordre de Marion Brunet

Dans le désordre

de

Marion Brunet

dans le désordre,marion brunet,exprim',sarbacane,coup de coeur,roman pour adolescents

"La rumeur est immense et fait vibrer Jeanne, comme un début de fièvre. Les frissons lui remontent le long du dos, griffent sa nuque. Quelque chose va se passer bientôt, quelque chose qui gronde et menace. Elle le sait, sûr et certain. Ça sent la rage et la sueur des énervés. Des filles frappent sur des rideaux en fer, en rythme, avec des morceaux de bois arrachés à une palissade: un tambour oppressant, le blam-blam-blam qui accélère lentement-une annonce. Le ciel s'est assombri, la nuit est proche, comme l'hiver."

Dans le désordre d'une manifestation, Jeanne, Basile, Tonio, Marc, Lucie, Jules et Alison vont se rencontrer. Sept personnages aux destins bien différents qui vont décider d'emménager dans un squat et qui, au fil des mois, vont former une famille. De celle qu'on choisit et qui nous suit pour la vie.

"Vivre en meute, avec les copains...Aucun d'entre eux n'a été préparé à cela: élevés dans le respect de la propriété, dans la peur des lois, dans l'idée de passer de seul à plusieurs c'est fonder une famille. Payer son loyer, travailler.  Et pourtant [...] ils n'attendaient que cela."

dans le désordre,marion brunet,exprim',sarbacane,coup de coeur,roman pour adolescents

En décembre, je vous avais parlé d'un autre ouvrage de Marion Brunet, Dans la gueule du loup, qui m'avait fait passer un bon moment. Mais, déjà, je vous annonçais mon billet autour de ce livre qui m'avait tellement enthousiasmée.

Quelques semaines après, je suis toujours K.O. Car Dans le désordre constitue un roman-uppercut. De ceux qui vous ébranlent. De ceux qui vous secouent. De ceux qui vous renversent sous le poids d'un trop plein d'émotions. De ceux qui vous accompagnent longtemps. De ceux qui vous révoltent.

De révolte, il en est bien entendu beaucoup question. C'est dans la révolte que naissent les relations entre nos sept protagonistes. C'est la révolte qui leur sert de ferment de groupe. C'est la révolte qui les habite chaque jour, à des degrés plus ou moins élevés.

Révolte contre les institutions/Révolte contre ce monde devenu fou.

On assiste, page après page, à leurs combats quotidiens. On apprend beaucoup de choses sur ceux qui ont osé dire non (les événements au Chili en 1973). Et forcément, leur action questionne la nôtre.

Cependant, cet ouvrage ne se résume pas seulement à cette dimension sociale et révolutionnaire. Je le définirai également comme une ode à la vie, dans toute sa beauté et sa cruauté.

Cela tient sans doute à l'incroyable galerie de personnages que Marion Brunet a créée Il est parfois difficile de s'attacher aux protagonistes quand ils sont trop nombreux. Et là, l'auteur a su instaurer un équilibre entre chacune de leurs sept identités. On les voit tous évoluer avec intérêt, on rit avec eux, on se bat avec eux, on espère avec eux, on aime avec eux...

Car Dans le désordre est aussi un immense cri d'amour.

Un cri d'amour familial. Chacun a déjà ses propres mères, pères, frères, sœurs mais ils ne savent pas les apprécier comme il faut. Maladresse/décalage/pudeur/violence...Autant de raisons qui les poussent à aller planter leurs racines auprès d'autres. Qu'ils auront choisi. Et qui les feront se sentir bien. C'est beau d'assister à l'éclosion de ces liens entre nos sept. Jeanne/Basile/Tonio/Alison/Marc/Jules et Lucie: autant de branches sous lesquelles chercher refuge. Quand le monde va mal et vous malmène ou que, tout simplement, vous voulez fêter Noël.

Et un cri d'amour tout court. Dans cette première manifestation, Jeanne et Basile se sont remarqués. Débute entre ces deux une valse-hésitation. Leur idylle donne lieu à des passages magnifiques sur la passion et le désir.

Les pages se tournent toutes seules. Et au détour d'une ligne, Dans le désordre se métamorphose en grand roman du deuil. J'ai pleuré comme rarement car Marion Brunet sait parler avec beaucoup de retenue et de sensibilité de la perte. De l'absence. Du vide. Notamment lors d'une sorte de poésie païenne où le "tu" remplace le "il" ou "elle". Comme si elle voulait elle-même consoler ses êtres de papier.

Devenus des êtres de chair, des personnes de notre entourage qu'on quitte à regret.

Bref, vous l'aurez compris: Dans le désordre constitue un roman magnifique qui comptera forcément en 2016. J'espère que vous vous lancerez dans cette aventure livresque incroyable et que vous partagerez mon immense coup de cœur.

Editions Sarbacane, collection Exprim', 2016, 251 pages

dans le désordre,marion brunet,exprim',sarbacane,coup de coeur,roman pour adolescents

 

 

 

 

 

 

 

 

13/12/2015

La Gueule du loup de Marion Brunet

La Gueule du loup

de

Marion Brunet

 

marion brunet, la gueule du loup, exprim', sarbacane, roman pour adolescents, roman initiatique, dans le désordre

"Le ciel est boursouflé de nuages noirs. Torrentielle, la pluie cingle les arbres, les lianes, et le visage hagard des deux jeunes filles. La nuit les enroule, opaque, tandis qu'elles montent par le sentier boueux.

Elles essaient de courir mais glissent, leurs jambes molles, affaiblies par la panique. Elles ne pensent plus. Terrifiées, elles grimpent maladroitement le long des talus du cimetière."

Après le bac, Mathilde et Lou ont décidé de partir en vacances.

"Une vraie pause avant la fac, Lou! On lâche les connards du lycée! Nous deux, en maillot sur une pirogue à balancier, au milieu d'un lagon de pub pour gel-douche!"

Direction Madagascar, son soleil, sa végétation luxuriante, ses plages, sa faune sous-marine...

Mais, bien vite, derrière cette image de carte postale, une autre réalité se fait jour. Au fil de leur périple, les deux amies découvrent la grande misère qui règne partout.

Voyage initiatique donc...

Qui bascule lorsque leur chemin croise celui du tatoué.

"[Mathilde] ne devine pas qu'il existe [une autre sorte d'hommes]. Qui n'ont pas la douceur ou qui l'ont définitivement perdue. Qui blessent avec plaisir et n'en gardent aucun regret. Elle pense que ceux-là n'existent que dans les pays en guerre ou dans les livres, et elle n'a plus l'âge des contes de fées."

Pourtant, ce tatoué là, mi-ogre, mi-loup, va se lancer à la poursuite de ses deux nouvelles proies.

Et s'il les emmenait au bout de l'enfer?

marion brunet, la gueule du loup, exprim', sarbacane, roman pour adolescents, roman initiatique, dans le désordre

Lors du salon du livre jeunesse de Montreuil, j'ai eu la chance de pouvoir me plonger dans le roman Dans le désordre de Marion Brunet, à paraître début janvier chez Sarbacane. Et je me suis prise une immense CLAQUE! De celles qui vous remuent, de celles qui vous tiennent éveillée jusqu'à trois heures du matin, de celles qui vous font pleurer, de celles qui vous indignent, de celles qui vous accompagnent longtemps...Bref, soyez certains que je vous reparlerai de ce titre qui comptera forcément en 2016!

Sur ma lancée, j'ai décidé d'emprunter La gueule du loup dont j'avais entendu du bien.

Dès les premières pages, on est immergés dans une ambiance digne d'un film d'horreur. Deux filles courent dans la pénombre, affolées...Et tentent désespérément d'échapper au loup qui les poursuit.

Puis, fondu au noir et retour sur ce qui les a amenées dans cette situation.

Pour nous conter le destin de ces jeunes femmes parties pour des vacances idylliques au bout du monde, l'auteur entremêle habilement plusieurs types de narrations.

Une manière de mieux nous permettre de connaître Mathilde et Lou, de mieux percevoir leur évolution.

Une manière aussi de faire monter habilement la tension. En effet, chaque chapitre débute par un discours en italique à la première personne du singulier. Une victime (dont on ignore pendant longtemps l'identité) nous parle de son bourreau et de sa captivité.

Et si c'était l'une des deux bachelières?

A ce schéma narratif fouillé s'ajoute un mélange des genres. Roman d'apprentissage, roman d'horreur, roman psychologique, thriller, conte, récit de voyage...constituent autant de qualificatifs qu'on pourrait donner à cet ouvrage.

On est sans cesse surpris, bousculés, poussés hors de nos repères, à la manière des deux héroïnes.

Ce qui rend cette lecture haletante, différente...

Les pages se tournent toutes seules, tant on veut savoir, découvrir, fuir...

Mais peut-on s'échapper de la gueule du loup? Et le faire sans abandonner un morceau de soi?

Au milieu de cette course-poursuite effrénée, de ce basculement forcé dans l'âge adulte, émergent quelques ilots de pure poésie. Des morceaux de lumière, échappés du carnet rouge de Mathilde, et qui résistent à la noirceur implacable.

"Nuits blanches d'ivresse somptueuse, rire en bouche, quand tu prends la vie dans le regard des autres"

Bref, vous l'aurez compris: j'ai beaucoup aimé ce livre, à la fois complexe, dense et prenant. Le style de Marion Brunet accomplit décidément des merveilles et ce n'est pas la dernière fois que vous en entendrez parler ici.

Sarbacane, collection Exprim', 2014, 229 pages

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14/09/2015

Quelqu'un qu'on aime de Séverine Vidal

Quelqu'un qu'on aime

de

Séverine Vidal

quelqu'un qu'on aime,séverine vidal,sarbacane,exprim',coup de coeur,roman adolescent,histoire intergénérationnelle,road-trip

"Dans les jours qui ont suivi la naissance d'Amber, Dixie était sûre de s'en sortir toute seule. D'y arriver. Elle se doutait bien que rien ne serait facile-faudrait être naïve, quand on a dix-huit ans et un bébé dans le ventre, pour penser que la vie va s'écouler tranquille, sans accros, ni moment de solitude inouï"

Cela fait quelque temps déjà que Matt désire partir avec son grand-père et refaire les mêmes étapes que la tournée de Pat Boone en 1958.

Car la mémoire de Gary s'effiloche et que bientôt les souvenirs n'auront plus la même consistance.

Cependant, Matt était loin d'imaginer à quel point ce voyage allait bouleverser sa vie et celle de son aïeul.

Un bébé/Une tempête/Un van/Deux passagers supplémentaires/Des paysages/De la musique/Un lent apprivoisement/Du partage/Des rires/Des pleurs aussi/De l'amour/Des surprises....

Voilà le programme de ces deux mois....Et au bout du chemin...Qui sait?

quelqu'un qu'on aime,séverine vidal,sarbacane,exprim',coup de coeur,roman adolescent,histoire intergénérationnelle,road-trip

Ce roman, je l'attendais...

Parce que la couverture est juste sublime...

Parce que le titre interpelle...

Parce que j'avais apprécié la plume de Séverine Vidal dans le très joli album L'oeil du pigeon...

Aussi, je l'ai emprunté dès son arrivée à la médiathèque et j'ai embarqué avec beaucoup de plaisir à bord de la Vasse.

Je l'ai lu d'une traite, tant j'étais absorbée par l'histoire.

Depuis tout jeune, Gary nourrit une vraie passion pour Pat Boone. Avec des amis, il l'a même suivi lors de sa tournée de 1958.

Aussi, son petit-fils Matt aimerait l'emmener sur les traces de sa mémoire en fuite, à la recherche de ces instants précieux qui ont marqué sa vie.

Il n'avait juste pas prévu qu'il emporterait avec lui sa fille de dix-huit mois, Amber, dont il vient d'apprendre l'existence.

Ni qu'une tempête de neige au Texas l'obligerait à renoncer à leur vol et à louer un van huit places.

Ni que Luke et Antonia, un adolescent et une trentenaire, se joindraient à eux...

J'ai beaucoup apprécié la structure chorale de cet ouvrage. Chaque voix résonne en nous, s'entremêle aux autres et permet de mieux comprendre la personnalité ou les attentes de chacun.

De même, ce procédé narratif donne l'occasion à Séverine Vidal d'aborder une multitude de thématiques: la recherche de soi, la maladie d'Alzheimer, la paternité, les liens intergénérationnels, l'amour, l'amitié, la solidarité...

Sa petite musique, à la fois sobre et pudique, touche forcément notre corde sensible, sans jamais sombrer dans le pathos.

Tour à tour, on rit, on s'émeut, on verse des larmes, on s'attache, on espère...

Que cette maladie ne dépassera jamais le stade 1/Que chacun, au bout de la route, trouvera le destin dont il rêve...

Les pages se tournent toutes seules, les kilomètres s'accumulent et déjà....c'est la fin de ce "road book", qui m'a rappelé, par sa générosité et sa poésie, le film Little Miss Sunshine.

Heureusement, malgré la déchirante séparation avec ces personnages si forts, malgré le sentiment d'un trop peu, on a l'impression d'être encore avec eux...En effet, certaines scènes se rejouent longtemps en nous.

Comme celle des falaises:

"Et Gary, avait ajouté, en remontant le col de sa veste:

-Des falaises fragiles, en sursis, voilà ce qu'on est"

Bref, vous l'aurez compris: Quelqu'un qu'on aime est un ouvrage profondément humain qui tient toutes ses promesses. Il remue, il amuse, il nous fait nous sentir bien....Tout simplement....Et il constitue LE coup de cœur de ma rentrée.

Sarbacane, 2015, 202 pages

quelqu'un qu'on aime,séverine vidal,sarbacane,exprim',coup de coeur,roman adolescent,histoire intergénérationnelle,road-trip