Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gallimard jeunesse

  • L'Ickabog de JK Rowling

    L'Ickabog

    de

    JK Rowling

    IMG_20210118_091209_002.jpg

    Dans le royaume de Cornucopia, règne le roi Fred sans Effroi. Il s'est ainsi auto-proclamé sans Effroi après avoir réussi à tuer avec ses soldats une guêpe.

    C'est un roi qui raffole de tenues toutes les plus extravagantes les unes que les autres.

    C'est un roi qui fait confiance à ses deux plus fidèles conseillers, Lord Crachinay et Lord Flapoon. Deux amis prêts à tous les mensonges pour s'enrichir et pour garder le pouvoir. Deux vrais méchants qui vont profiter d'une expédition pour chasser l'Ickabog pour asseoir encore plus leur pouvoir.

    L'Ickabog, ce monstre mythique des histoires qui se transmettent de génération en génération dans le pays. Ce monstre que les parents évoquent pour effrayer leurs enfants. Ce monstre qui va prendre une réalité grâce à ces deux hommes. Une réalité qui légitime une levée d'impôts. Une réalité qui donne sens à nombre d'exactions.

    Mais dans ce conte qui tourne au cauchemar pour les habitants de Cornucopia, il demeure des héros. Et tout reste possible pour qui croit encore.

    J'avais entendu parler de ce titre pendant le premier confinement. Un titre resté longtemps enfermé dans le grenier de JK Rowling et qu'elle avait décidé de partager avec les enfants pendant ce temps hors du temps. Un titre qu'il me tardait de lire. Et l'espace de quelques heures, je suis redevenue moi-même une enfant. Entraînée par la voix de cette conteuse hors pair.

    Il y a de l'humour. Dès les premières lignes. Un humour dans les descriptions des personnages. Dont certaines caractéristiques relèvent du comique. Un humour également dans certaines situations.

    Il y a de la gravité qui se dissimulé derrière la légèreté. Gravité quand on meurt à cause des caprices des puissants. Gravité quand la violence fait irruption par peur de l'autre.

    Il y a des héros. Qui vont se révéler face aux événements. Protagonistes clés.

    Il y a des anti-héros. Et je ne sais pas pour vous mais ces anti-héros, ces méchants ont toujours été ceux qui donnaient une saveur particulière aux contes. Ici, ils sont particulièrement réussis. Retors, veules, lâches, machiavéliques, dotés d'une bêtise crasse (je pense à Lord Flapoon), ils se révèlent de parfaits antagonistes.

    Il y a cet Ickabog. Monstre mythique. Symbole de différence. Dont l'aura enveloppe l'intrigue d'une certaine atmosphère de mystère.

    Il y a ces pages qui se tournent toutes seules. De rebondissements en rebondissements.

    Il y a ces réflexions autour du pouvoir, autour de la pauvreté, autour de l'autre qui font réfléchir.

    Et déjà, voilà la fin.

    Bref, vous l'aurez compris: j'ai été emportée par ce titre jeunesse que je ne peux que vous conseiller.

    Gallimard Jeunesse, 2020, traduit de l'anglais par Clémentine Beauvais

     

  • Nina d'Alice Brière-Haquet et Bruno Liance

    Nina

    de

    Alice Brière-Haquet et Bruno Liance

    20201123_162151.jpg

    "Dream, my baby dream,

    Until spread your wings....

    Ho Lisa, ma Lisa,

    le sommeil ne veut pas venir ce soir,

    alors écoute donc cette histoire..."

    Dream, my baby dream
    Ritournelle apaisante qu'une mère susurre à sa fille.
    Mais ce soir, ce chant ne suffit pas pour l'emporter au pays des rêves.
    Alors, la mère se lance dans une histoire.
    La sienne
    Celle d'une petite Nina.
    Fascinée dès 3 ans par la musique.
    Dans un pays où les sièges dans le bus restent réservés en priorité aux Blancs.
    Dans un pays où sa mère ne peut pas avoir de place au premier rang pour l'écouter à son premier concert.
    A moins que les rêves ne se réalisent.
    "Ce rêve c'était ma symphonie:
    Noirs et Blancs ensemble
    Dans la grande danse de la vie"
    Dream, my baby dream

    IMG_20201125_072612_364.jpg

    Une scène d'harmonie familiale.
    Et puis, Nina. Nina Simone qui se lance dans un récit d'une très grande poésie. Où la musique devient métaphore.

    Quand j'ai découvert cet album pour la première fois, je suis tombée en arrêt. Attirée par cette couverture d'une petite fille si captivée par un piano.
    Envoûtée ensuite par l'équilibre parfait entre les mots d'Alice Brière-Haquet et les images de Bruno Liance.

    Le noir et blanc de ces incroyables illustrations. Travail d'orfèvre sur les contrastes, sur les ombres et lumières. Objets qui se détachent. Forts de nombreux symboles. Comme cette chaise noire.

    Le noir et blanc pour parler de la vie de cette musicienne si douée.

    Le noir et blanc pour aborder la ségrégation avec les enfants.
    Avec une économie de mots. Des mots forts et percutants.
    Avec des situations choisies qui leur parleront forcément.
    Avec ce leitmotiv du rêve qui vient ponctuer les pages. Comme si la berceuse de Nina continuait à rythmer le phrasé.
    Rêves de Nina, rêves de Martin, rêves d'un monde meilleur.
    Rêves qui restent au creux de nous une fois les pages refermées.

    Cet album, je l'ai déjà lu lors d'accueils de classe. Avec comme introduction la voix de Nina.
    Cet album, à chaque fois, il a suscité un silence. De ces silences denses et lourds où s'entremêlent attention et émotion.
    Et, à chaque fois, il a suscité tant de questions. Sur la ségrégation. Sur la musique. Sur Nina.

    Bref, vous l'aurez compris : un album que je vous conseille forcément. Étoffe de songes ourlés de tout un pan d'histoire.

    Gallimard Jeunesse, Giboulés, 2015

    coeur qui bat.gif

  • Amoureuse de la nature L'incroyable destin de Beatrix Potter

    Amoureuse de la nature

    L'incroyable destin de Beatrix Potter

    de Linda Elovitz Marshall et Ilaria Urbinati

    amoureuse de la nature,l'incroyable destin de beatrix potter,linda elovitz marshall,ilaria urbinati,gallimard jeunesse,beatrix potter,album jeunesse,album biographique,littérature jeunesse,littérature anglaise,pierre lapin

    "Au troisième étage d'une maison londonienne, une jeune fille s'amusait à faire des portraits de son lapin, Benjamin Bouncer.

    Elle dessinait aussi des grenouilles, des salamandres, des tortues et des souris qu'elle avait libérés de leurs pièges."

    amoureuse de la nature,l'incroyable destin de beatrix potter,linda elovitz marshall,ilaria urbinati,gallimard jeunesse,beatrix potter,album jeunesse,album biographique,littérature jeunesse,littérature anglaise,pierre lapin

    Qui se dissimule derrière Pierre Lapin et ses comparses ?

    Une enfant de la ville fascinée par la campagne et ses étés là-bas. Comme si elle retrouvait pleinement son souffle et toute sa joie dans ce paradis bucolique.
    Une adolescente proche de son père et qui profitait de leurs sorties dans des galeries ou des musées pour se repaitre de peinture et analyser les techniques utilisées.

    Une jeune femme déterminée qui réussit à se faire publier et rencontre un grand succès.

    Une amoureuse de la nature qui entend garder intact les paysages autour d'elle et rachète plus de 1600 hectares de terrain dans le Lake District.

    Une adulte qui ne cesse de se préoccuper de l'autre. Qui aide financièrement ceux qui ont des idées et qui manquent des fonds pour se lancer. Qui sauve une race de moutons.

    amoureuse de la nature,l'incroyable destin de beatrix potter,linda elovitz marshall,ilaria urbinati,gallimard jeunesse,beatrix potter,album jeunesse,album biographique,littérature jeunesse,littérature anglaise,pierre lapin

    Cet album biographique pour les enfants à partir de 6/7 ans retrace ainsi les différences facettes de Beatrix Potter et les grandes étapes de sa vie.

    Je connaissais toute la partie consacrée à la genèse de Pierre Lapin. Notamment grâce à Miss Charity de Marie-Aude Murail qui a beaucoup puisé dans ce parcours.

    Mais j'ignorais tout du reste et des combats de cette artiste pour la préservation de la nature.

    Aussi, j'ai apprécié la manière dont nous est dépeint son destin. Un texte recentré et accessible qui met en lumière ce fil conducteur de la nature. La nature guide, la nature boussole. La nature qui a tant rythmé ses activités et ses choix.

    Les illustrations d'Ilaria Urbinati accompagnent à merveille ce propos. Beauté des pages de garde avec ces croquis comme échappés de l'atelier de Beatrix.
    Beauté aussi des dessins qui ponctuent chaque page et restituent le passage des ans et l'élan vers la nature.

    Bref, vous l'aurez compris : un ouvrage que je ne peux que vous conseiller. 

    Gallimard Jeunesse, 2020