Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2016

La Mer en hiver de Susanna Kearsley

La Mer en hiver

de

Susanna Kearsley

La_mer_en_hiver__c1_large.jpg

"Ce n'était pas un hasard. Rien de tout cela n'était arrivé par hasard.

Je l'appris plus tard; même si j'eus du mal à accepter cette évidence quand elle me frappa car j'avais toujours fermement cru à l'autodétermination. Jusque là, ma vie avait semblé corroborer cette idée-j'avais choisi certaines voies qui m'avaient menée à certaines fins, toutes positives, et je considérais les contretemps rencontrés le long de la route non comme de la malchance, mais comme de simples fruits de mon jugement imparfait. Si j'avais dû choisir un credo, j'aurais opté pour ces deux vers du poète William Henley, vibrants de courage: Je suis maître de mon destin, je suis le capitaine de mon âme."

Carrie est une auteure de best-sellers à succès. Depuis quelques mois, elle se consacre à un ouvrage autour de Nathaniel Hooke et de la révolte jacobite de 1708. Mais elle peine à trouver l'angle narratif et à faire avancer son intrigue. Deux événements vont relancer son inspiration: une discussion avec son agent Jane qui lui fait choisir son ancêtre Sophia comme héroïne et son installation aux abords du château de Slains, dans un cottage isolé.

Les mots s'imposent alors à elle et, très vite, les frontières entre fiction et vérité historique se brouillent. Comme si le destin de Sophia et de ses comparses prenaient vie devant les yeux ahuris de Carrie. Comme si elle ne retranscrivait plus que des scènes enfouies en elle et ayant réellement existé.

slainscastle2.jpeg

Le château de Slains

Ce livre, j'en avais entendu parler sur la blogosphère et par une de mes amies qui l'avait adoré. Je l'ai entamé hier et je l'ai dévoré.

Il reprend une structure que j'affectionne: un entrelacement de deux fils narratifs, situés à deux époques différentes. On suit ainsi Carrie dans son processus de création et dans son quotidien à Cruden Bay. Et on s'intéresse également au destin de Sophia entre 1708 et 1710 dans une Écosse divisée entre partisans de la reine Anne et jacobites.

Sophia est une ancêtre lointaine de Carrie, découverte lors de recherches généalogiques avec son père. La jeune romancière ne sait rien d'elle, si ce n'est ses dates de naissance, de mariage et de mort. Elle entend donc profiter de ces béances biographiques pour lui créer une existence qui la mettrait sur la route du château de Slains et la placerait au cœur de la conjuration jacobite et des manœuvres de Nathaniel Hooke.

Contrairement à d'autres romans tiroirs, tels que ceux de Kate Morton, La Mer en hiver ne propose pas deux temporalités qui s'éclairent entre elles mais deux temporalités miroirs. Car certaines situations ou dialogues expérimentés tant par Carrie que Sophia se font écho, notamment en termes de triangles amoureux.

Des échos qui semblent tout à fait cohérents et interrogent le processus de création littéraire. En effet, de nombreuses pages nous permettent d'assister à l'éclosion du nouveau best-seller de Carrie, à sa manière de l'écrire et à sa façon de trouver l'inspiration. J'ai beaucoup aimé cette mise en abyme et ces scènes liées à la genèse d'une œuvre.

"Les idées principales de mes romans ne me frappaient jamais comme la foudre. Elles se formaient par étapes, comme une boule de neige grossissant au fur et à mesure de son avancée jusqu'à ce que le résultat soit rond et parfait. Mais, arrivée à cette ultime étape, je ne voyais plus la forme de la boule de neige d'origine, cette première pensée qui avait déclenché tout le processus."

crudenbay.jpg

Cruden Bay

Au fil des pages, les personnages prennent vie et semblent échapper à tout contrôle. Comme si Carrie devenait seulement le témoin de ce qui les touchait. Comme si surtout, elle utilisait sa mémoire génétique pour retranscrire le passé de son ancêtre. Cette notion de "mémoire génétique", j'en avais déjà entendu parler et j'ai trouvé qu'elle était assez bien amenée dans l'intrigue. Néanmoins, je reconnais que le recours à cette notion  peut laisser certains lecteurs dubitatifs. Cela n'a pas été mon cas et je n'ai pas boudé mon plaisir.

Outre cette plongée dans la création littéraire, ce roman offre une belle leçon d'histoire. J'ignorais tout des soubresauts de ce début du dix-huitième siècle en Écosse et j'ai été très intéressée par tout le contexte: les complots, les révoltes, le soutien de Louis XIV, les espions...

Je dois d'ailleurs reconnaître que j'ai eu une préférence pour la partie plus ancienne. En raison de son ambiance et de ses protagonistes. Les femmes, Sophia et la comtesse en tête, jouent une partition importante dans cette partie d'échecs géante. Elles se montrent, tour à tour, fortes, audacieuses, méfiantes, confiantes, amoureuses, maternelles, pugnaces...Autant de facettes qui ne peuvent que les rendre attachantes au lecteur. De même, les hommes ne déméritent pas. J'ai particulièrement apprécié les figures du capitaine Gordon, de Moray et du colonel Graeme. Tous ces personnages, simples figurants/pions ou acteurs contribuent à rendre l'intrigue passionnante.

En revanche, j'ai été moins convaincue par l'entourage de Carrie que j'ai jugé un peu moins bien campé et un peu trop simpliste. J'ai eu l'impression de retrouver certains poncifs des romances, comme la rivalité amoureuse....ou les embûches.

Bref, vous l'aurez compris:malgré quelques réticences, j'ai été conquise par cet ouvrage historique captivant, bien construit, documenté et je n'oublierai pas de sitôt le destin de Sophia et de Moray.

Editions Charleston, 2015, 457 pages

Billet dans le cadre du challenge Un pavé par mois de Bianca.

challenge-un-pave-par-mois.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

26/05/2016

Quoi qu'il arrive de Laura Barnett

Quoi qu'il arrive

de

Laura Barnett

quoi qu'il arive,laura barnett,les escales,littérature anglaise,roman d'amour,schéma narratif étonnant

"Cela commence ainsi.

Une femme attend sur un quai de gare, tenant sa valise d'une main et de l'autre un mouchoir jaune avec lequel elle se tamponne le visage. La peau veinée de bleu autour de ses yeux est humide, et la fumée âcre de la locomotive la prend à la gorge.

Personne n'est venu agiter son mouchoir pour lui dire adieu-elle l'a interdit, malgré les larmes de sa mère et malgré les siennes en ce moment- et pourtant elle se met sur la pointe des pieds pour scruter la masse grouillante des chapeaux et des renards."

Tout débute sur le quai d'une gare à Vienne en 1938. Myriam est une jeune femme célibataire qui a décidé de fuir son pays pour des raisons politiques mais aussi plus personnelles. En effet, elle est enceinte et veut garder son enfant, malgré l'abandon du géniteur. Sur ce quai, elle fait la connaissance de Jakob. Lors de leur périple vers l'Angleterre, ils tombent amoureux. Et, quelques mois plus tard, naît Eva.

On retrouve cette dernière 20 ans plus tard sur les routes de Cambridge.

Version 1: Afin d'éviter un petit chien, Eva fait une embardée et son vélo roule sur un clou. Jim, un étudiant lui propose de l'aider à réparer sa crevaison. Elle accepte...Et ils entament une relation amoureuse.

Version 2: Sur le même chemin, Eva croise Jim. Mais aucun incident ne les rapproche et chacun poursuit le cours de son existence.

Version 3: Eva et Jim se rencontrent, entament une idylle...Toutefois, un élément perturbateur vient mettre un terme à leur histoire.

Trois hypothèses de départ pour trois variations autour de l'amour que l'auteur déroule de 1958 à 2014.

quoi qu'il arive,laura barnett,les escales,littérature anglaise,roman d'amour,schéma narratif étonnant

Parmi les récentes publications des Escales, j'avais remarqué ce titre dont le schéma narratif m'attirait énormément. En effet, je n'avais jamais encore eu l'occasion de lire un roman qui entrecroisait ainsi trois intrigues différentes autour d'un même couple. Je craignais, cependant, que cette idée ne tienne pas forcément toutes ses promesses et se révèle décevante.

Il n'en a rien été. Au contraire...Avec Eva et Jim, Laura Barnett interroge les notions de destin et hasard. Elle explore tous les tours qu'auraient pu prendre leurs existences selon leurs décisions à tel ou tel moment. Afin de plus souligner les différences entre leurs itinéraires, elle situe chaque chapitre de ses trois versions exactement à la même date. Sans que cela ne somme jamais faux.

De même, elle évite l'écueil qui guette souvent un ouvrage qui entremêle trois histoires: aucune des variantes ne l'emporte sur l'autre en termes d'intérêt.  A chaque fois, elle nous livre un tableau de l'amour, sous toutes ses formes: amour conjugal soumis à l'érosion du temps et des sentiments, amour impossible, amour platonique, amour-passion...Elle met également en scène des protagonistes qui ne sont jamais tout à fait les mêmes. Ils évoluent en fonction des choix de Jim et Eva. Et, imperceptiblement, les trois trajectoires s'écartent de plus en plus. Au lecteur de juger quelle version il préfère.

Une des autres qualités de cet ouvrage réside dans la radioscopie d'une génération, entre 20 et 70 ans. Ceux nés juste avant la seconde guerre mondiale qui ont assisté et participé à toutes les évolutions de cette fin de siècle (mouvement hippie, crise...) Ceux qui ont su s'adapter ou ceux qui ont renoncé à leurs ambitions...

Quoi qu'il arrive, outre sa construction originale et sa fine analyse psychologique des ressorts de l'âme humaine et des tourments amoureux, offre aussi une réflexion sur l'art et sur le lien profond qu'il entretient avec la vie. Jim a un don pour la peinture, Eva pour l'écriture. Selon les versions et les routes qu'ils empruntent aux carrefours de leurs multiples rencontres, leurs rapports à la création vont être bouleversés. Tour à tour, ils ont du succès, renoncent à leurs ambitions...et parfois, cela peut avoir un impact sur l'amour qui les lie. Art moteur, Art/bonheur, Art/malheur, Art/Amour, Art/Solitude, Art/Renoncement...constituent autant de pistes explorées.

Dans une des variantes, l'auteur nous propose même une mise en abyme où Jim, peintre reconnu, exécute un triptyque.

"Le sujet du tableau, c'est la multitude des chemins que l'on n'emprunte pas, la multitude de vies que l'on ne vit pas. Il l'a appelé Quoi qu'il arrive"

Bref, vous l'aurez compris: malgré quelques longueurs, j'ai beaucoup apprécié ce roman, à la fois intelligent, fouillé et sensible. Et je vous en recommande la découverte, surtout si comme moi, il vous arrive de vous poser cette question: Et si?

Les Escales, 2016, 461 pages

Billet dans le cadre du challenge A year in England de Martine et du challenge Un pavé par mois de Bianca

quoi qu'il arive,laura barnett,les escales,littérature anglaise,roman d'amour,schéma narratif étonnant  quoi qu'il arive,laura barnett,les escales,littérature anglaise,roman d'amour,schéma narratif étonnant

        

 

 

 

 

 

 

 

27/04/2016

Je peux très bien me passer de toi de Marie Vareille

Je peux très bien me passer de toi

de

Marie Vareille

je peux très bien me passer de toi.jpg

"Journal de Constance Delahaye

13 février 2013-20h45

Anniversaire de Greg annulé à la dernière minute pour cause de migraine atroce. Je serai au lit d'ici quinze minutes avec Raison et sentiments et ma nouvelle tisane anti-gueule de bois verveine-menthe-citrate-de-bétaïne."

Constance et Chloé se sont toutes les deux connues à un club de lecture. Outre leur passion pour la littérature, elles partagent aussi une certaine propension aux échecs sentimentaux. Alors que Chloé collectionne les histoires d'un soir, Constance traverse une période de désert affectif. A l'approche de la trentaine, elles décident donc de passer un pacte: Chloé s'exilera à la campagne pour se consacrer à l'écriture d'un roman sans laisser aucun homme l'approcher et, au contraire, Constance séduira un inconnu pour une nuit.

Et si cet engagement réciproque leur permettait de vraiment influer sur le cours de leurs existences respectives?

marie vareille.jpeg

Voilà déjà quelque temps que j'apercevais sur la blogosphère de très bonnes critiques autour de cet ouvrage. Aussi, quand il est arrivé dans la médiathèque parisienne que je fréquente, j'ai été ravie de pouvoir l'emprunter.

Dès les premières pages, je suis tombée sous le charme de cette intrigue.

Sans doute car elle aborde la question que toute trentenaire se pose à un moment ou à un autre: fais-je les bons choix?

En effet, Constance et Chloé cumulent les erreurs, aussi bien sentimentales que professionnelles. Et, page après page, elles vont tenter d'apprendre à enfin prendre les bonnes décisions. Celles qui se révéleront bénéfiques pour leur futur.

Roman d'apprentissage donc, roman de quête également...De son identité, de son bonheur.

A ces thématiques essentielles de développement de soi se greffent des intrigues amoureuses, dignes de toute bonne chick-litt. Premier rendez-vous, mauvais choix, maladresse dans les approches, aveuglement des personnages...Autant d'ingrédients dignes des meilleures comédies romantiques que l'on retrouve au fil des chapitres.

On s'interroge, on rit beaucoup (notamment lors des cours de séduction de Constance alias Icequeen)...On cherche aussi les références littéraires et cinématographiques. En effet, il m'a semblé que Marie Vareille, tout au long de son intrigue, distillait de nombreux hommages. A commencer par celui de la première page: la comparaison implicite entre Constance-Chloé et Elinor-Marianne Dashwood de Raison et sentiments.

Un des autres atouts de ce roman réside dans son schéma narratif : une alternance de points de vue entre Constance et Chloé. Et deux modes de récit pour suivre leur parcours: des fragments du journal intime de Constance et une narration à la première personne pour Chloé. J'ai trouvé ce procédé stylistique très habile car non seulement, il dissocie bien les deux voix mais il empêche toute tendance à la répétition et donc toute lassitude.

Autour des deux héroïnes évolue toute une galerie de personnages attachants. De Guillaume, l'ex dépassé de Chloé à Vincent, le voisin viticulteur à Mamie Rose, la grand-mère résolument moderne ou Charlotte, la meilleure amie de Chloé, tous pourraient appartenir à notre entourage. Par conséquent, tous sonnent juste.

De même, j'ai beaucoup apprécié la mise en abîme autour de l'écriture. Comme si Chloé se faisait le double de Marie Vareille.

"Depuis que je suis toute petite, depuis que Mamie Rose m'a mis mon premier livre entre les mains, j'ai su ce que je voulais faire de ma vie. Je voulais raconter des histoires qui font rire les enfants, qui finissent bien, des romans dans lesquels on se blottit pour oublier la réalité. Je voulais emmener les rêveurs, dans des contrées lointaines, quand tout le monde dort depuis longtemps, qu'il ne reste plus que le murmure des pages qu'on tourne dans le silence de la nuit, encore un chapitre, juste un seul, un dernier."

Bref, vous l'aurez compris: j'ai eu un coup de cœur pour Je peux très bien me passer de toi. Un roman résolument feel-good qui conjugue romantisme et réflexions autour du temps qui file et des réalisations personnelles à mener. Je sais déjà que je me replongerai avec plaisir dans d'autres titres de cet auteur...et que ce livre, je vais beaucoup l'offrir à mes amies qui se reconnaitront sans doute un peu dans Constance ou Chloé voire les deux.

Et pour conclure, cette jolie citation d'Oscar Wilde qui sert d'épigraphe.

"Never love anyone who treats you like you're ordinary"

Editions Charleston, 2015, 317 pages

coeur qui bat.gif