Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2014

Ashworth Hall de Anne Perry

Ashworth Hall

de

Anne Perry

anne perry,ashworth hall,editions 1018,roman policier victorien,polar historique,question irlandaise,vie domestique au 19ème siècle

"Pitt regarda le corps de l'homme allongé sur l'allée pavée. A quelques mètres de là, dans Oxford Street, attelages et fiacres filaient à toute allure sur la chaussée mouillée. Les lampes des réverbères ressemblaient à des lunes pâles, dans l'obscurité naissante du crépuscule gris d'octobre."

Alors qu'il enquête sur le meurtre d'un agent infiltré, Pitt se voit confier une nouvelle mission: assurer la sécurité d'une rencontre secrète organisée à Ashworth Hall, le manoir de sa belle-sœur Emily, entre les protestants et catholiques irlandais.

Pour accomplir cette lourde tâche, il va heureusement bénéficier du soutien de son épouse, de sa fidèle servante Gracie. Sans oublier celui (forcé) de son adjoint Tellman, transformé pour l'occasion en valet.

Mais au fil des heures, l'atmosphère devient de plus en plus orageuse. Et la conférence pourrait prendre des allures dramatiques...

anne perry,ashworth hall,editions 1018,roman policier victorien,polar historique,question irlandaise,vie domestique au 19ème siècle

Comme chaque mois, j'ai retrouvé avec plaisir les Pitt pour ma lecture commune avec mes copinautes. J'attendais beaucoup de cet opus. Notamment en termes d'évolution des relations. Et de présence plus marquée de Charlotte et de Gracie.

Dans ce sens, on peut donc dire qu' Ashworth Hall a répondu à mes espoirs. En effet, dès les premières pages, on sent que Charlotte va jouer un rôle plus important dans l'intrigue. Non seulement elle seconde Pitt dans ses investigations mais elle aide aussi sa sœur à recevoir les épouses des conférenciers. Et il y'a fort à faire tant les tensions entre catholiques et protestants irlandais sont palpables même au niveau de leurs compagnes.

Et que dire de Gracie? Gracie, maintenant devenue une jeune femme de 20 ans, vit ses premiers émois amoureux. J'ai trouvé cela très émouvant. Mais j'ai surtout adoré ses échanges avec Tellman.

Un Tellman contraint de devenir le valet de Pitt alors qu'il honnit tout ce qui touche à la caste des domestiques. Outre le ressort comique évident de leur association rapprochée et de cette répartition des rôles, ce choix d'Anne Perry nous permet de plonger dans le monde d'en-bas.

Celui de toutes les petites mains qui contribuent au fonctionnement d'un manoir de la taille d'Ashworth Hall et au bien-être de leurs maîtres. J'ai adoré en apprendre plus sur tous les usages en vigueur, sur les astuces utilisées pour effacer telle tache, sur les escaliers à emprunter...Et cela m'a quelque peu rappelé Downton Abbey, une de mes séries cultes.

A cet aspect toujours très réussi de description de la société victorienne se superpose une dimension plus politique. En cette fin de siècle, les enjeux irlandais occupent le devant de la scène. Après les échecs notamment de Gladstone, cette réunion secrète semble revêtir une grande importance. L'occasion pour la romancière d'évoquer les pièges sans cesse tendus, les inventions historiques, les fausses croyances... Autant d'éléments qui gangrènent la situation et rendent quasiment impossible toute réconciliation.

En revanche, je dois confesser que j'ai eu souvent du mal à me repérer entre les différents noms.

A ce bémol vient s'en ajouter un autre relatif à l'intrigue policière. Elle m'a semblé peu intéressante finalement et sa résolution trop alambiquée.

Bref, vous l'aurez compris: même si cet ouvrage n'est pas le meilleur cru de la série, j'ai passé un bon moment en compagnie des époux Pitt et je les retrouverai avec plaisir au début du mois d'août. J'ai hâte de découvrir comment certaines relations vont évoluer.

Editions 10/18, 2005, 315 pages

Billet dans le cadre du Challenge Anne Perry et d'une lecture commune avec Bianca, Céline, Fanny, Sybille, Soie, Lara et Belette (je rajouterai les liens dès mon retour)

anne perry,ashworth hall,editions 1018,roman policier victorien,polar historique,question irlandaise,vie domestique au 19ème siècle

 

05/05/2014

Traitor's Gate de Anne Perry

Traitor's Gate

de

Anne Perry

traitors-gate-anne-perry.jpg

"Pitt se redressa sur le banc de bois et observa avec bonheur les rayons du soleil couchant qui baignait d'une lueur dorée le vieux pommier dressé au milieu de la pelouse. Quelques semaines plus tôt, il avait emménagé avec sa famille dans cette nouvelle demeure, si familière au premier abord qu'il avait eu l'impression d'y revenir après un long voyage plutôt que de s'y installer pour la première fois."

Quinze ans après avoir quitté le domaine familial des Desmond où il avait grandi et où son père était garde-chasse, Pitt a la surprise de recevoir Matthew Desmond, son ami d'enfance. Ce dernier est porteur de mauvaises nouvelles: son père, Sir Arthur Desmond, a été retrouvé mort dans son club londonien. Tout porte à croire qu'il aurait succombé à un mauvais mélange de brandy et de laudanum. La thèse la plus souvent évoquée est celle du regrettable accident. On murmure que le défunt avait commencé à perdre la tête et qu'il lançait dans des accusations farfelues contre d'éminents diplomates.

Au contraire, Matthew est persuadé que son père a été assassiné car il menaçait des gens trop puissants. Il demande donc à Pitt de le prouver. Il lui confie également une autre affaire: retrouver l'espion qui copie des documents sur les enjeux britanniques en Afrique et les vend aux Allemands.

Pitt accepte de relever le défi. Commence alors une enquête périlleuse pour sa carrière et pour ses proches, la menace du Cercle intérieur se faisant de plus en plus pesante.

traitors gate.jpg

Traitor's Gate en 1896

Au mois d'avril, même si je n'ai pas encore publié mes billets, j'ai rattrapé mon retard dans la saga des Pitt et je suis ravie de pouvoir publier en même temps que mes copinautes.

Même si je dois avouer que Traitor's Gate ne fait décidément pas partie de mes tomes préférés.

Plusieurs affaires s'entrecroisent dans ce volume: celle de l'espionnage dans le Ministère des Colonies, celle de la mort de Sir Arthur Desmond et celle d'une autre personnalité, retrouvée noyée à Traitor's Gate. Toutes ont pour rapport l'Afrique. Et justement je me suis perdue dans l'exposé des enjeux politiques, stratégiques et militaires liés à ce continent. En effet, je maîtrise très peu l'histoire coloniale de l'Empire britannique et de l'Empire allemand. Or, la présentation qu'en fait Anne Perry et qui occupe tout un pan de l'intrigue ne m'a pas semblé toujours claire.

A ce bémol de compréhension s'ajoute celui de la complexité de mener trois enquêtes en même temps. Là encore, comme elles ne se rejoignaient pas toutes à la fin, je n'ai pas compris le parti pris. Mais j'ai été bluffée par la résolution imaginée pour celle de Traitor's Gate et pour le meutre de Sir Arthur Desmond.

De même, le climax de la fin m'a laissée pantelante. J'ai hâte d'en connaître les répercussions pour Thomas Pitt.

Dans cet ouvrage, l'accent est mis sur ce héros (j'ai notamment aimé en apprendre plus sur son enfance à la campagne). Les apparitions de sa femme et de Lady Vespasia se font plus rares. Néanmoins, comme à son habitude, la romancière n'en oublie pas d'évoquer les problèmes liés à la condition féminine en cette fin de 19ème siècle. Elle aborde notamment le cas des femmes célibataires et l'émergence de certains courants qui souhaitent qu'elles aient les mêmes formations qu'un homme et puissent prétendre aux mêmes emplois.

Bref, vous l'aurez compris: cet opus n'est pas le meilleur de la série mais j'aurais plaisir à retrouver Charlotte et Thomas en juin dans Pentecost Alley.

Editions 10/18, 378 pages, 8,10 €

Billet dans le cadre d'une lecture commune avec Bianca, Céline, Fanny, Sybille et Belette et dans le cadre des challenges  Anne Perry, 19ème siècle et God save the livre 2014.

challenge 19ème siècle.jpg

anneperry2-copie-1.jpg

Challenge-anglais.jpg

 

 

03/08/2013

Le Cadavre de Bluegate Fields de Anne Perry

Le Cadavre de Bluegate Fields

de

Anne Perry

cadavre de bluegate.jpg

"L'inspecteur Pitt frissonna légèrement. L'air malheureux, il regarda le sergent Froggatt, tandis que celui-ci soulevait le couvercle du trou de visite pour en dégager l'ouverture. Des échelons de fer descendaient dans un abîme pierreux, au fond duquel se répercutait l'écho lointain du ruissellement de l'eau...Pitt crut entendre un trottinement précipité de pattes griffues. Avait-il rêvé?"

Dans le quartier miséreux de Bluegate Fields, est retrouvé le cadavre d'un jeune homme de 16 ans, déjà syphilitique. L'autopsie démontre qu'il a été violé et noyé dans l'eau d'un bain, avant d'étre transporté dans les égoûts des bas-fonds londoniens.

Très vite, l'inspecteur Pitt, chargé de l'enquête, découvre que la victime est l'héritier des Waybourne, une grande famille aristocratique. Soumis à la pression d'un supérieur soucieux de ne pas faire de vague, concurrencé par son collègue Gillivray, notre héros a du mal à poursuivre ses investigations. Surtout quand un coupable idéal est arrêté et jugé...

Persuadé de son innocence, Pitt va tout faire pour la prouver, allant même jusqu'à risquer son poste.

anne perry.jpg

Il s'agit de la sixième enquête des époux Pitt que je parcours. Comme vous vous en souvenez peut-être, j'avais été très déçue par la précédente: Rutland Place.

Heureusement, dès les premières pages, j'ai été happée par l'intrigue. Un cadavre adolescent est retrouvé dans les bas-fonds londoniens. Très vite, les premiers éléments de l'enquête indiquent qu'il appartient à la bonne société, qu'il a été violé, puis noyé avant d'être dissimulé dans les égoûts de la capitale.

Le supérieur de Pitt, comprenant qu'il s'agit d'une affaire délicate, lui adjoint les services de Gillivray, un homme toujours soigné, poli, respecteux des convenances et soucieux d'arrondir les angles. Après quelques recherches auprès de plusieurs familles, ils découvrent enfin l'identité du cadavre: Arthur Waybourne.

Lord Waybourne refuse d'admettre les circonstances de la mort de son héritier ni sa maladie. Puis, il découvre pour Pitt le coupable idéal: son précepteur  Maurice Jérôme, qui aurait d'après son autre fils ou celui des voisins des gestes plus que tendencieux à leur égard.

Très vite, Gillivray trouve deux personnes attestant de la moralité douteuse de Jérôme: un jeune prostitué qui affirme l'avoir comme client régulier et une pensionnaire de maison close qui soutient avoir reçu Arthur alors que Jérôme observait.

La machine judiciaire se met en route. Le caractère antipathique de l'accusé ainsi que les trous dans son emploi du temps et les témoignages accablants poussent les jurés à le condamner à mort pour le meurtre du jeune homme.

Il ne reste que trois semaines à Pitt avant la pendaison pour prouver son innocence.

Dans cet opus, Anne Perry a décidé de plus s'intéresser à notre inspecteur. Lors de ses investigations, il n'est pas soutenu par son supérieur. De plus, il est concurrencé par un adjoint, Gillivray, son exact opposé, qui n'hésite pas à faire du zèle pour monter en grade et être bien vu par la haute société. Néanmoins, Pitt, au risque de perdre son poste et de plonger sa famille dans la misère, persiste à chercher des preuves pour faire la lumière sur cette affaire.

Il est secondé en cela par sa femme, Charlotte. Cette dernière va s'aider de sa soeur et de Tante Vespasia (quel plaisir de retrouver ce personnage!) pour tenter d'infilitrer le milieu dans lequel évoluent les Waybourne. De même, elle fait appel à son ancien beau-frère, Dominic Corde pour se rapprocher de l'oncle de la victime. Ces efforts ne restent pas vains et c'est en partie grâce à elle que Pitt va tout comprendre.

Contrairement à Rutland Place, j'ai trouvé l'intrigue policière très intéressante. La tension ne cesse de monter car le lecteur a peur d'assister à une erreur judiciaire. Malgré l'antipathie qu'inspire Maurice Jérôme, on sent que Pitt a sans doute raison et on craint qu'il ne trouve pas assez de faits pour le disculper. Comme souvent, le dénouement final se révèle fort.

Cette aventure des époux Pitt permet également de se plonger dans la société victorienne des années 1880. On sent une fois encore le poids des apparences. Comme le rappelle Pitt, les aristocrates sont incapables de s'habiller ou de se faire cuire un oeuf. Mais, quand il s'agit de sauver leur réputation, ils peuvent atteindre des sommets dans l'art de la dissimulation. C'est justement un des écueils sur lequel l'inspecteur va buter. Les Waybourne et leur famille vont faire rang pour l'empêcher de trop fouiller dans leurs vies.

Cette affaire du cadavre de Bluegate Fields conduit l'auteur à évoquer des sujets tabous à l'époque: l'homosexualité (une loi répressive vient d'être votée au Parlement condamnant les relations homosexuelles) et la prostitution masculine.

Personne ne parle de ses attirances pour des gens du même sexe. Tout est dissimulé et les familles préfèrent ne pas se poser de questions. Les récits que fait le jeune prostitué à la barre du tribunal montrent bien la crainte de ses clients de voir leurs penchants et leur identité révélés.

La condition des femmes constitue également une des thématiques fortes de cet opus. Charlotte se pose des questions sur son caractère et sur ce que pourrait préférer son époux. Elle sait qu'elle ne correspond en rien à la femme idéale victorienne et se demande si elle ne devrait pas se conformer à ce modèle. 

Cependant, malgré leur apparente soumission aux hommes, ce sont les femmes qui amorcent les changements sociétaux. En témoigne la campagne menée par Charlotte et Emily pour alerter l'opinion sur la prostitution infantile...Une campagne relayée par leurs amies de la bonne société.

Bref, vous l'aurez compris: il s'agit d'un très bon cru. Et j'ai hâte de découvrir le prochain tome des enquêtes des Pitt.

Editions 10/18, collection "Grands détectives", 381 pages, 7,80 €

Billet dans le cadre d'une lecture commune avec Fanny, Bianca, Céline et Sybille et dans le cadre des challenges Anne Perry, God save the livre 2013, Victorien et La plume au féminin édition 2013.

anneperry2-copie-1.jpg Challenge-anglais.jpgchallenge la plume au féminin.jpgchallenge victorien.png