Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2017

Petits meurtres à Mangle Street

Petits meurtres à Mangle Street

de

M.R.C Kasabian

petitsmeurtres.jpg

"Cela fait soixante ans que je connais Sidney Grice. A l'époque, il était encore assez jeune, même s'il n'en avait pas l'air, et déjà célèbre en Angleterre, mais il n'avait pas encore atteint la renommée internationale qu'une série de films hollywoodiens ridicules (et erronés) allait lui offrir.

Dans l'ensemble, c'était un personnage assez orgueilleux qui aimait les feux des projecteurs, mais il était capable de s'indigner de certaines des anecdotes scandaleuses qui circulaient à son sujet."

Après le décès de son père, March Middleton est contrainte d'abandonner sa maison et de partir à Londres s'installer chez  le détective Sidney Grice, son parrain, qu'elle n'a encore jamais rencontré.

Très vite, ce dernier est sollicité pour le meurtre d'une jeune femme. En effet, sa mère entend prouver que son gendre n'est en rien coupable. Sidney Grice accepte de mener l'enquête, secondé par sa filleule.

Et s'ils avaient affaire à un des adversaires les plus retors de la carrière de Grice?

london_full_24_45_p3_grande.jpg

Ce roman m'a été offert par ma copinaute Bianca pour mon anniversaire (encore merci!). Et j'ai eu le plaisir de le lire en sa compagnie au début du mois de janvier.

Comme tout premier tome d'une série, l'auteur installe pour nous le décor et les personnages.

J'ai été ravie de faire la connaissance du duo Grice/Middleton. Bien entendu, on sent bien qu'il doit beaucoup au tandem Holmes/Watson. Comme le célèbre docteur, Middleton retrace les aventures d'un détective et l'aide à conduire ses investigations. De même, Grice paraît doué d'une intelligence hors normes, d'un pouvoir de déduction incroyable et d'une insensibilité assez marquée.

Mais, loin de se contenter d'être de pâles reflets des créations de Conan Doyle, Grice/Middleton possèdent aussi leurs propres caractéristiques, à la fois pittoresques et cocasses. Sidney Grice, avec son œil de verre et sa perruque chancelante, ne jure que par le thé et par le végétarisme. Quant à March Middleton, elle ne correspond en aucun cas aux canons de la femme idéale victorienne. Elle boit du gin en cachette ou dans un lieu secret avec quelques amies et adore accompagner son parrain dans les recoins les plus mal famés de la capitale, à la recherche d'éventuels indices.

On suit avec plaisir ces deux nouveaux alliés dans leur quête. L'occasion pour M.R.C Kasabian de nous faire visiter Londres à la fin du dix-neuvième siècle et de nous montrer les profondes disparités sociétales. Même si le tableau ne m'a pas semblé aussi abouti que sous la plume d'Anne Perry, je n'ai pas boudé mon plaisir.

En revanche, je suis plus circonspecte concernant l'intrigue policière. Autant j'ai trouvé qu'elle s'enlisait au moment du procès, autant j'ai jugé qu'elle s'emballait trop à la fin et que le dénouement paraissait trop télescopé. C'est dommage.

Je regrette également que l'auteur nous plonge à différentes reprises dans le passé de son héroïne, lorsqu'elle assistait son père, médecin militaire, en Inde. Même si cet élément nous fait mieux saisir l'atypisme de March Middleton, le ressort amoureux ne m'a pas convaincu. Et je me demande bien où il va mener dans la suite de la série...

Bref, vous l'aurez compris: malgré quelques bémols, j'ai passé un agréable moment en compagnie de ce duo d'enquêteurs et je lirai sans doute le second tome quand il sera publié.

Billet dans le cadre d'une lecture commune avec Bianca et dans le cadre du challenge A year in England de Titine.

City Editions, 2015, 404 pages

challenge a year in england.jpg

 

 

 

 

04/03/2015

Buckingham Palace Gardens

Buckingham Palace Gardens

de

Anne Perry

anne perry, buckingham palace gardens, thomas pitt, charlotte pitt, editions 10/18, polar historique, polar victorien

"La pauvre fille, on l'aurait trouvée dans le placard à linge, répondit Narraway.

Le chef de la Special Branch avait le visage dur, émacié et un regard si sombre qu'il paraissait noir dans la pénombre du cab. Puis, avant que Pitt n'ajoute quoi que ce soit, il précisa:

-Dans l'un des placards à linge du Palais de Buckingham. Un crime particulièrement horrible, semble-t-il."

Thomas Pitt et Narraway, son chef à la Special Branch, ont reçu une convocation au Palais de Buckingham. Une femme de mauvaise vie vient d'y être retrouvée dans un placard à linge, sauvagement assassinée.

Or, la veille encore, elle participait à une soirée privée avec le Prince de Galles.

Pitt et Narraway se retrouvent donc contraints de trouver la vérité tout en ménageant les susceptibilités  des Puissants et en évitant que le scandale n'éclate.

anne perry, buckingham palace gardens, thomas pitt, charlotte pitt, editions 10/18, polar historique, polar victorien

Après l'exotique voyage en Egypte dans Seven dials et les menaces anarchistes de Long Spoon Lane, place pour cette vingt-cinquième aventure des époux Pitt aux ors du palais de Buckingham.

En effet, Pitt et son supérieur Narraway ont été appelés par Dunkeld, un proche du prince de Galles. Alors que la reine Victoria était absente, son fils aîné à convié quelques amis au château. L'objectif principal était de parler de la mise en place d'une ligne ferroviaire entre le Cap et le Caire et dont le maître d’œuvre serait ce même Dunkeld. Mais, même si les gentlemen invités ont beaucoup parlé affaires, ils n'en ont pas délaissé pour autant certains plaisirs. Lors d'une soirée privée, ils se sont même divertis avec trois prostituées.

Au petit matin, l'une d'entre elles a été retrouvée sauvagement égorgée et éventrée dans un placard à linge. Afin d'éviter tout scandale susceptible d'éclabousser la Couronne d'Angleterre, Dunkeld a suggéré la Special Branch comme moyen de faire la lumière sur ce tragique événement en toute discrétion.

Pour Pitt et Narraway, la tâche s'avère quasiment impossible. Car, très vite, après les premiers entretiens avec les domestiques, les deux hommes réalisent que seuls le Prince de Galles et les quatre hommes présents auraient pu commettre ce crime.

Heureusement, Pitt peut compter sur la présence de Gracie qu'il a fait engager comme nouvelle bonne au Palais. Bien qu'impressionnée par le faste du lieu, la jeune domestique n'en oublie pas moins les raisons de sa présence. Avec son sens de l'observation et de la répartie, elle découvre même de nombreuses pistes essentielles.

J'ai aimé cette mise en avant de ce personnage que j'apprécie. Et j'espère que son mariage avec l'inspecteur Tellman ne l'éloignera pas trop des futures intrigues.

Dans ce lieu/mausolée, elle amène un peu de lumière et de vie et permet, une fois encore, de dresser un tableau de la condition de vie des domestiques.

Mais ce huis-clos donne également la possibilité à Anne Perry d'évoquer la politique coloniale et la place de la femme dans les hautes sphères de la société victorienne. La Princesse de Galles, Elsa Dunkeld, Minnie Sorokine....représentent autant de facettes du destin qui attend les jeunes filles de la bonne société obligées de contracter des mariages arrangés. Souvent, elles doivent se résigner et accepter les infidélités de leurs époux voire leurs coups. Rares sont celles qui écoutent leur cœur car un constat d'adultère ruinerait leur réputation et les mettrait au ban de la société.

anne perry, buckingham palace gardens, thomas pitt, charlotte pitt, editions 10/18, polar historique, polar victorien

Edouard VII et Alexandra

De plus, c'est la deuxième fois que nous croisons le Prince de Galles dans un des opus de la série. Cette fois-ci, nous l'approchons de beaucoup plus près. Il est toujours difficile d'entremêler de vraies personnes à des êtres de fiction et j'ai trouvé que l'auteur avait évité l'écueil de l'invraisemblance. Chaque entretien de Thomas avec la Princesse ou le Prince de Galles sonnait juste. Et je suis même ressortie de ce roman policier avec l'envie d'en savoir plus sur eux.

Une fois encore, j'ai été frappée par la qualité de l'intrigue policière. Les fausses pistes s'enchaînent, les questions fusent....et je ne m'attendais pas du tout à ce dénouement. Ni à ce final dans la salle d'apparat en présence de toute la Cour.

En revanche, le seul bémol que j'émettrai concernant Buckingham Palace Gardens réside dans l'absence de certains protagonistes que j'adore. Certes, cette absence se justifie par la teneur même de l'histoire. Cependant, j'espère retrouver dans le prochain tome Charlotte, Lady Vespasia et Samuel Tellman.

L'enfermement n'a donc pas donné la possibilité à Anne Perry de faire plus avancer la relation entre Gracie et Tellman. Néanmoins, comme je le pressentais déjà, certaines bribes de phrases laissent à penser que Narraway nourrit une admiration très forte trop forte pour Charlotte. Je suis maintenant curieuse de connaître l'évolution de ce sentiment.

Bref, vous l'aurez compris: un polar historique réussi. Un de meilleurs crus des enquêtes des Pitt depuis longtemps. Vivement avril pour passer quelques heures en leur compagnie!

Editions 10/18, 2009, 408 pages

Billet dans le cadre du challenge Anne Perry de Syl et d'une lecture commune avec Bianca, Céline et Fanny.

anne perry, buckingham palace gardens, thomas pitt, charlotte pitt, editions 10/18, polar historique, polar victorien

 

 

 

02/02/2015

Long Spoon lane

Long Spoon Lane

de

Anne Perry

long spoon lane,anne perry,editions 1018,polar victorien,polar historique,challenge anne perry

"Le cab fit une embardée dans le virage et Pitt faillit être projeté hors du siège. Narraway proféra un juron. Ils accélérèrent encore en direction d'Aldgate et de Whitechapel High Street, les sabots du cheval cognant sur les pavés."

Réveillé en pleine nuit par Victor Narraway, son supérieur à la Special Branch, Thomas Pitt est sommé de se rendre immédiatement à Myrdle Street  où une bombe doit exploser à six heures du matin. Quand il arrive sur les lieux,  toute la population a été évacuée et aucune victime n'est à déplorer suite à la déflagration. Une course-poursuite se met en place et les forces de l'ordre, après des échanges de balles, parviennent à rentrer dans la salle où se sont réfugiés les anarchistes. Parmi eux, un mort, le fils d'un Lord qui semble avoir été assassiné par derrière.

Qui est coupable? Un de ses complices? Un policier véreux? Telle est la question que doit résoudre notre enquêteur préféré.

Et, très vite, au fil de ses investigations, Pitt constate l'existence d'un complot de très grande envergure. Pour lutter contre les plans du Cercle intérieur, ile se retrouve même contraint de faire alliance avec son ennemi juré Lord Charles Voisey. Au risque de mettre en danger sa vie et celle de ses proches.

long spoon lane,anne perry,editions 1018,polar victorien,polar historique,challenge anne perry

Comme en chaque début de mois, je retrouve mes copinautes pour de nouvelles aventures de Thomas et Charlotte. Déjà le vingt-quatrième volet...Après avoir été déçue par Southampton Row, j'avais apprécié le voyage en Egypte et l'évolution des rapports entre Gracie et Tellman proposés par Seven dials.

Dans ce tome, en revanche, pas de contrée exotique au programme. Non, Pitt et Narraway se retrouvent confrontés à des attentats anarchistes. L'occasion pour Anne Perry de nous proposer une intrigue plus politique.

En effet, des revendications anarchistes, on glisse vers le vote des lois au Parlement, avec la proposition d'un texte renforçant les pouvoirs de la police (en termes d'armes et de droit de perquisition) et permettant aux domestiques de dénoncer leurs maîtres. Vous l'imaginez bien, ce texte divise, tant chez les Parlementaires que dans l'opinion publique.

Nous assistons donc dans certains chapitres à des débats houleux à Westminster. Des débats qui nous font d'autant plus peur que, tout comme Pitt et comme Narraway, nous savons ce que dissimule ce texte législatif.

Il est l’œuvre du Cercle intérieur et de son chef Wetron (le remplaçant de Pitt au commissariat de Bow Street). Cet homme machiavélique entend ainsi disposer d'un pouvoir considérable (basé sur la possibilité de faire chanter quiconque ou de perquisitionner n'importe qui) et souhaite par ce biais se constituer sa propre armée de policiers corrompus.

Notre héros se retrouve donc confronté à une vaste conspiration et il va tout entreprendre avec Tellman et Narraway pour la déjouer.  En s'attaquant à la corruption de son ancien commissariat. En cherchant partout des stocks de dynamites. En faisant des alliances avec les anarchistes emprisonnés. En prenant le risque de croire Voisey et de collaborer avec lui.

Anne Perry a donc su créer une intrigue toute en tension et au rythme sans faille (avec un final dramatique à souhait comme elle en a si bien le secret). Je suis désormais très curieuse de connaître les répercussions de certains de ses choix narratifs...

Néanmoins, je regrette que les femmes n'aient pas eu un rôle plus prédominant dans le déroulé de l'histoire. Même si on voit Vespasia, Charlotte, Gracie ou Emily, j'ai trouvé qu'elles n'étaient pas assez présentes...J'ai également regretté que certains axes relationnels n'évoluent pas plus (je fais référence à Gracie et Tellman).

Bref, vous l'aurez compris: Long spoon Lane constitue un bon cru. Et je retrouverai avec plaisir nos héros dans les jardins de Buckingham le mois prochain.

Editions 10/18, 2008, 345 pages

Billet dans le cadre d'une lecture commune avec Bianca, Céline et Fanny et dans le cadre du challenge Anne Perry de Syl.

long spoon lane,anne perry,editions 1018,polar victorien,polar historique,challenge anne perry