Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2013

Ces livres que je n'ai pas chroniqués au mois d'août

Ces livres que je n'ai pas chroniqués au mois d'août

northanger-abbey.jpg

Comme vous l'avez peut-être remarqué, j'ai éprouvé des difficultés à me relancer dans le blog à mon retour de vacances.

Pourtant, pendant ma quinzaine de jours espagnole, j'ai eu le temps de découvrir quelques romans. Mais en revenant, j'ai eu du mal à partager mes impressions avec vous, à l'exception de celles autour de La Fille du temps de Joséphine Tey et de Notting Hill with...Love actually.

Par conséquent, je me suis dit que, même si nous sommes à la moitié du mois de septembre, j'allais  recourir à la rubrique que j'avais inaugurée sur ce blog en juillet: ces livres que je n'ai pas chroniqués...

Voici donc les quelques romans que je n'ai pas évoqués.

mort n'est pas une fin.jpg

Tout d'abord, La mort n'est pas une fin d'Agatha Christie. Grâce au challenge de George, je me suis ré-intéressée à l’œuvre de cette grande dame du crime.

Dans ce volume, elle plonge son lecteur dans l'Egypte antique. Reniseneb, une jeune veuve, est revenue habiter la demeure de son père, le grand prêtre Imhotep. Ce dernier ramène d'un long voyage dans le Nord sa nouvelle épouse, Nofret. Une situation qui ne va pas être bien acceptée par ses trois fils ni par les femmes des deux aînés. Les disputes se font de plus en plus fréquentes...jusqu'au drame. Nofret est retrouvée morte. Et les cadavres continuent de s'accumuler...Reniseneb décide de mener l'enquête, assistée d'Hori, le scribe de la famille.

J'ai beaucoup aimé cette incursion dans une autre époque. Une manière de découvrir le quotidien d'une famille aisée dans l'Egypte antique. De plus, comme souvent, je n'ai pas du tout soupçonné le/la/les coupables. J'ai trouvé également la narratrice très attachante et l'intrigue sentimentale plaisante.

Bref, un cru d'Agatha Christie que je recommande et qui fait très bien voyager dans le temps tout en préservant le suspense.

club des philosophes amateurs.jpg

Autre découverte de ce mois d'août: Le club des philosophes amateurs de Alexander McCall Smith.

Isabel Dallhouse est une femme d'un quarantaine d'années. Elle habite Edimbourg et passe ses journées à lire des articles de son club de philosophie afin de déterminer lesquels sont susceptibles d'être publiés dans une revue d'éthique appliquée. Un soir, alors qu'elle est à l'opéra, elle assiste à la chute mortelle d'un jeune homme. Troublée par les circonstances qui entourent cet événement, elle décide de mener l'enquête.

Cela faisait quelque temps que j'entendais parler sur la blogosphère de cette série d'Alexander McCall Smith. Aussi, quand j'ai trouvé le premier volume chez un libraire, je n'ai pas longtemps hésité. Malheureusement, contrairement à certaines blogueuses, je n'ai pas ressenti le même engouement. J'ai aimé l'atmosphère de ce roman. Les personnages m'ont semblé intéressants. Mais j'ai trouvé que l'intrigue s'étirait un peu trop en longueur et je n'ai pas accroché aux digressions philosophiques.

Néanmoins, je pense que j'emprunterai la suite car j'aimerais voir ce qu'il advient de l'héroïne et de son entourage.

Murder20at20Longbourn1-full-198x300.jpg

Autre série que j'ai entamée au mois d'août: celle des Tracy Kiely. Suite à un billet d'Alice, j'avais commandé Murder at Longbourn. Il m'a fallu plus de six mois pour le sortir de ma PAL. Mais une fois entamé, je l'ai dévoré.

Elizabeth Parker vient de rompre avec son petit ami. Pour oublier sa solitude sentimentale, elle choisit de célébrer le réveillon du nouvel an chez sa tante. Cette dernière qui dirige une maison d'hôtes (baptisée Longbourn en hommage à Jane Austen) a décidé de tenir une fête pendant laquelle un crime aura lieu.

Une fois sur place, Elizabeth réalise avec horreur qu'elle a accepté de séjourner là-bas en compagnie de Peter McGowan, son ennemi d'enfance.

Les préparatifs pour la Murder Party s'enchaînent. Les comédiens et les invités arrivent. Jusqu'au drame...Un des participants est retrouvé mort.

Elizabeth mène l'enquête.

J'ai retrouvé avec plaisir, dans ce roman, la trame sentimentale d'Orgueils et préjugés. Tracy Kiely a, en effet, repris les ressorts de l'intrigue la plus célèbre de la romancière britannique. Mais elle y a ajouté un canevas policier bien ficelé.

On passe un très bon moment à la lecture de cet ouvrage et je vous le recommande vivement si vous êtes fans des austeneries. Je pense que je ne tarderai pas à me lancer dans Murder on the bride side, inspiré de Raison et sentiments.

chuchoteur.jpg

Au mois d'août, je me suis également trouvée happée par Le chuchoteur de Donato Carrisi. Un polar italien dont j'avais entendu le plus grand bien chez Bianca.

Cinq petites filles ont disparu. Cinq fosses ont été retrouvées dans la clairière. Au fond de chacune d'entre elles, un membre: le bras gauche. Et à côté d'elles, un sixième bras.

L'équipe de Goran Govila est dépêchée sur les lieux de cette découverte macabre. Très vite, ils se rendent compte que le sixième bras appartient à une petite fille encore vivante.

Mais aucune disparition n'a été signalée. Pour les aider dans leur tâche, on leur adjoint les services de Mila Vazquez, une spécialiste de l'enlèvement des mineurs.

Une course contre-la-montre est alors lancée. Face à eux: un adversaire qui semble en permanence les devancer.

J'ai beaucoup aimé le schéma narratif: plusieurs voix se répondent et brouillent les pistes temporelles. De même, le côté très psychologique de l'intrigue m'a vivement intéressée. J'ai également adoré l'intrigue très construite et dont le dénouement m'a bluffée.

Bref, vous l'aurez compris: un polar coup de cœur dont je vous recommande vivement la lecture.

monde.jpg

Enfin, je souhaiterais conclure ce billet par quelques lignes autour d'un roman pour adolescents qui m'a beaucoup touchée. J'avais lu de très belles chroniques chez Syl et Bianca et comme j'aime beaucoup ce que fait Mikaël Ollivier, je me suis lancée avec grand plaisir dans Le Monde dans la main.

La veille de ses 16 ans, Pierre est parti avec ses parents à Ikea pour refaire sa chambre. Soudain, sa mère s'éloigne et les abandonne sur le parking de ce grand magasin suédois. Le père et le fils croient à un départ momentané. Toutefois, les heures se transforment en journées, puis en semaines...Et ils doivent se résoudre à accepter cette disparition et à se reconstruire sans Marie-des-Neiges.

Je me suis laissée emporter par la justesse des mots, des personnages et des situations. Avec pudeur, sensibilité et humour, l'auteur évoque le deuil, le chagrin qui s'ensuit, la vie qui continue, la famille qui n'est jamais telle qu'on se la représente...Jusqu'à un dénouement final qui éclaire tout et qui m'a tiré des larmes.

Bref, vous l'aurez compris: cette œuvre rare constitue un gros coup de cœur!

 

 

Challenge XIXème siècle

Challenge XIXème siècle

challenge 19ème siècle.jpg

Fanny et Kheira du très beau blog Netherfield park (si vous ne le connaissez pas, je vous invite à aller y faire très rapidement un tour) nourrissent toutes les deux une passion pour le XIXème siècle. Elles ont donc eu la très bonne idée d'organiser un challenge autour de cette période.

Le but en est très simple: il s'agit de lire des ouvrages écrits aux XIXème siècle ou postérieurs s'inspirant de cette époque. Sont également acceptés les films, séries, compte-rendus d'exposition...

Ce défi s'étend jusqu'au dimanche 14 septembre mais il pourra être reconduit.

Aucune catégorie n'est créée, afin de laisser la liberté à chacun de choisir le nombre de documents qu'il souhaite découvrir et chroniquer.

Si vous voulez vous inscrire, c'est par ici. N'hésitez pas non plus à vous connecter à la page facebook du challenge ou à consulter la biographie très fournie qu'elles ont concoctée avec l'aide de Stéphanie.

16/09/2013

3000 façons de dire je t'aime

3000 façons de dire je t'aime

de

Marie-Aude Murail

 

3000facons.jpg

"Nous étions trois collégiens de cinquième et nous venions d'horizons si différents que rien ne nous destinait à nous dire un jour je t'aime"

Bastien, Neville et Chloé sont dans la même classe de 5ème. Grâce à Madame Plantié, leur professeur de français, ils assistent à une représentation de Don Juan. Marqué par ce spectacle, ils décident tous les trois de participer au club théâtre en 4ème et de monter Roméo & Juliette.

Puis, le destin les sépare et les remet en présence six ans plus tard lors du concours d'entrée au Conservatoire d'art dramatique de leur ville. Ils réussissent tous les trois à intégrer le cours de Monsieur Jeanson.

Commence alors pour eux une période de découvertes, de nouvelles expériences...

AVT_Marie-Aude-Murail_1420.jpeg

Quand j'étais adolescente, je me souviens qu'une de mes meilleures amies vouait un culte à Marie-Aude Murail. Elle avait tout lu et guettait chacune de ses parutions. Malgré son enthousiasme, je n'avais jamais ouvert un de ses ouvrages.

Une erreur que j'ai réparée lors de ma deuxième année de travail à la médiathèque. Miss Charity venait de sortir et j'ai été immédiatement attirée par le sujet et par les aquarelles de Philippe Dumas. Lorsque je l'ai ouvert, j'ai lu la première phrase. Et je me suis trouvée emportée dans un monde merveilleux dont je n'ai pu m'échapper qu'une fois les derniers mots parcourus.

Depuis, j'ai rattrapé mon retard. Et j'ai même eu l'immense chance de recevoir cette grande dame de la littérature pour une journée de rencontre avec les classes et les adolescents.

Vous vous doutez donc bien que quand 3000 façons de dire je t'aime a été disponible en librairie, je n'ai pas résisté longtemps à la tentation.

J'ai adoré la phrase d'introduction. Tellement accrocheuse et tellement juste.

Cette fois-ci, la romancière s'est attachée à dépeindre le destin de trois adolescents: Bastien, Neville et Chloé.

Bastien est le fils des épiciers Vion. Il a été bercé par la télévision populaire dans sa jeunesse et ne supporte pas de fournir le moindre effort. Neville a été élevé par une mère célibataire asthmatique et femme de ménage qui l'a prénommé ainsi en raison d'un film BBC. Chloé vient d'une famille bourgeoise et sous la pression de ses parents, va tenter de réussir en classe préparatoire.

Ces trois héros vont intégrer la classe de M. Jeanson au conservatoire d'art dramatique de leur ville. Très vite, le vieux professeur va discerner qu'ils correspondent tous trois à des types dramatiques: Neville au héros romantique tourmenté, Chloé à la jeune première fragile et innocente et Bastien au valet de comédie. Il va également comprendre qu'ils ont besoin d'évoluer ensemble et qu'ils sont plus forts à trois.

C'est pour cette raison qu'il va les pousser à répéter en duo ou en trio. Chaque scène qu'il va leur donner éclaire un pan de leur vie et leur donne la force d'évoluer.

Le lecteur est ainsi invité à découvrir ou redécouvrir le répertoire classique. Chaque chapitre commence par une citation tirée d'une pièce et on assiste à des bouts de scène. Tout ceci est si savamment distillé qu'on ne peut que refermer le livre avec l'envie de se plonger dans Lorenzaccio, Phèdre...

Mais ce roman ne rend pas seulement hommage au monde du théâtre. Il dépeint également avec beaucoup de pudeur, de sensibilité et d'humour ce moment-chrysalide que nous traversons tous: le passage de l'adolescence à l'âge adulte.

De plus, Marie-Aude Murail se révèle encore une fois très percutante dans la présentation de chacun de ses protagonistes, de leur famille et de leur milieu. Chaque mot, chaque situation, chaque description sonnent juste et font mouche.

Seul bémol: j'ai regretté la fin que j'ai trouvé un peu trop accélérée.

Bref, vous l'aurez compris: ce roman qui met en scène un trio d'adolescents à la Jules et Jim m'a beaucoup plu. Je l'ai d'ailleurs dévoré en une soirée et j'espère que cette auteure de talent ne tardera pas à publier de nouveau.

Ecole des Loisirs, 2013, 262 pages, 16 euros