Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2012

L'histoire en vert de mon grand-père de Lane Smith

L'histoire en vert de mon grand-père

de Lane Smith

histoire en vert de mon grand-père,lane smith,gallimard jeunesse

"Il naquit à une époque...où l'ordinateur, le téléphone portable et la télévision n'existaient pas"

Un petit garçon ramasse des objets abandonnés dans un très beau jardin empli d'arbres, d'arbustes et de haies sculptés par son aïeul et tous représentatifs de son existence.

histoire en vert de mon grand-père,lane smith,gallimard jeunesse


Lane Smith est un auteur/illustrateur dont j'admire depuis longtemps le travail. Il a notamment mis en images La vérité sur l'affaire des trois petits cochons, une relecture intelligente et très drôle du fameux conte. Et plus récemment, il a créé un album hommage à l'objet livre: C'est un livre.

         

histoire en vert de mon grand-père,lane smith,gallimard jeunesse

                                   

Cette fois-ci, il s'attaque au thème des relations intergénérationnelles.

Si le petit garçon erre dans le jardin, c'est pour ramasser les outils (truelle, arrosoir...) ou accessoires oubliés par son arrière grand-père. 

"Avant, il n'oubliait rien"

"Aujourd'hui, il est vieux....et il lui arrive d'oublier certaines choses comme son chapeau de paille préféré"

Ces paroles d'enfant qui évoquent avec pudeur un des maux de la vieillesse touchent au coeur sans sombrer dans le pathos.

L'aïeul est omniprésent sans rien dire. Il est enfermé dans son jardin avec ses sculptures/souvenirs comme il l'est dans sa mémoire et dans son passé. 

Et c'est la voix de son descendant qui nous conte son histoire, ce qui permet de souligner l'importance de la transmission orale.

On laisse des traces de sa vie comme les sculptures du jardin mais sans les mots pour les dire, tout s'éteint. 

L'histoire en vert de mon grand-père appartient donc à ces albums qui font profondément réfléchir en allant à l'essentiel. 

En effet, Lane Smith ne met généralement qu'une phrase par page mais chaque mot se révèle primordial. Il laisse ainsi la part belle aux illustrations. 

Ces dernières sont tout bonnement magnifiques. En particulier, j'ai beaucoup aimé l'hommage au Magicien d'oz:

histoire en vert de mon grand-père,lane smith,gallimard jeunesse

Bref, vous l'aurez compris: un album coup de coeur que je vous recommande vivement et qui permet d'aborder un sujet grave avec finesse, pudeur et sensibilité!

Gallimard Jeunesse, collection "Album", Février 2012, 13,50 €

En bonus, voici la bande-annonce de C'est un livre dont je vous parlais plus haut.

 

 

 

 

 

24/09/2012

Rendez-vous sous les cerisiers

Rendez-vous sous les cerisiers

Cendrine Genin

illustrations: Nathalie Novi

rendez-vous sous les cerisiers.jpg

"On croit toujours connaître

ceux que notre coeur a de plus précieux.

Je t'ai toujours connue, sereine, grand-mère.

Marguerite étincelante, fleur blanchie par le soleil.

Toute ta vie tu t'es tenue sur le seuil du bonheur,

sans y entrer vraiment. Ton existence me semblait claire

comme un mince fil transparent qui traverse le destin."

C'est ainsi que débute ce magnifique album. La narratrice s'est toujours dit que sa grand-mère avait mené une existence paisible, dénuée de toute passion. 

Mais un jour, son aïeule lui demande d'aller chercher une "petite boîte, cachée dans la bibliothèque. A l'intérieur des papiers. Des mots d'écoliers aux écritures minutieuses et appliquées. Des petits messages comme des fragments de pensée qui s'envolent. Puis, des lettres, des mots graves et décidés". Le condensé d'une histoire qui "vivait en [elle] chaque minute"

Depuis leur enfance, Marguerite et Henri ont toujours nourri de tendres sentiments l'un pour l'autre. Mais la Première Guerre mondiale éclate et le jeune homme est appelé. Pour combler l'absence, des lettres sont échangées. Seulement, est-ce que l'éloignement et la brutalité inhérente à tout conflit ne vont pas avoir raison de leur attachement?

cendrine génin et nathalie novi.jpg

J'ai toujours beaucoup apprécié l'oeuvre de l'illustratrice Nathalie Novi. Aussi, il y'a quelques années, en flânant dans les rayons de ma bibliothèque, je n'ai pu résister à la magnifique couverture de cet ouvrage. Je me suis assise, je l'ai ouvert et la magie a opéré.

C'est en effet le mot de "magie" qui me vient spontanément quand j'évoque cet album. Rares sont ceux où les images et les mots s'imbriquent aussi parfaitement. Et là, tout fait écho. 

Le style de Cendrine Génin est extraordinaire. Il sait retranscrire à la perfection les joies de l'amour, les affres de l'abandon et le poids de la guerre. On ressort profondément ému de la lecture. Je ne peux d'ailleurs résister au plaisir de vous livrer quelques morceaux choisis:

"L'oxygène de tes mots bat dans mes veines"

"Aujourd'hui, il fait si beau que je t'aime dans le soleil"

Le choix de la structure (l'ouverture de la boîte par la petite fille, la découverte des lettres et la conclusion du récit par la narratrice qui nous rapporte les mots de son aïeule) se révèle également percutant. Le texte gagne ainsi plus de profondeur. Le temps qui n'efface rien et l'idée de transmission constituent des thématiques très fortes. De plus, qui n'a pas rêvé de connaître mieux ses ancêtres?


2012-09-24 12.52.58.jpgCependant, ce récit ne serait rien sans la beauté des illustrations de Nathalie Novi. Certaines ne nous quittent pas et restent ancrées dans la mémoire, une fois les pages refermées. Je fais notamment référence à son hommage au Cri de Munch ou à celle où Henri déclare "je te dégage de ta parole de m'aimer à jamais". Le mélange entre le jeune homme confiant de l'avant-guerre , le soldat qu'il est devenu et la mort se réflétant dans l'eau de la rivière souligne à la perfection les ravages des conflits sur les hommes.

De même, le dessin autour de la robe de lumière de Marguerite se révèle splendide. Rien qu'en le 2012-09-24 12.54.38.jpgregardant, on devine l'arrivée du printemps, la renaissance de son espoir...

Bref, vous l'aurez compris: cet album est un grand coup de coeur et j'espère vous avoir donné envie de le découvrir!

Le Baron perché, 2006, 5,50 €

09/09/2012

Ondine de Benjamin Lacombe

Ondine

Benjamin Lacombe

 

ondine benajmain lacombe.jpg


"Qui va là?"

Ainsi, Herr Hans de Ringstetten, après s'être perdu dans la forêt à la tombée de la nuit, aborde le vieil Ulrich. Ce dernier l'invite à se réchauffer dans sa chaumière et le présente à sa femme et surtout à sa fille Ondine.

Et dès la première recontre, le chevalier tombe sous le charme "Elle était d'une beauté si délicate que ses traits fins se noyaient dans l'éclat de sa peau. Ses longs cheveux roux flamboyaient sur ses épaules en d'élégantes ondulations. [Il] en resta bouche bée"

Très vite, une idylle se noue entre eux et ils se marient. Mais avant de lui appartenir, Ondine révèle son secret à son nouvel époux

"Je suis un esprit des eaux[...] Je suis née sans conscience et sans remords. Du plus loin que je m'en souvienne, je désire posséder une âme. Or, une vieille légende dit que si une des créatures des eaux parvient à se faire aimer d'un homme, elle reçoit en retour une âme humaine. [...] Mais cette âme que j'ai tant voulue pèse bien lourd aujourd'hui. Je mourrais de chagrin si tu me quittais"

Cette confession n'effraye en rien le jeune homme qui proteste de son amour et tous deux repartent vers leur nouvelle vie au château de Ringstetten.

Là-bas, les attend Ursule, l'ancienne prétendante jalouse du jeune homme, qui va tout faire pour les séparer...

Et la tragédie se met en marche...

benjamin_lacombe.jpg

D'Ondine, je ne connaissais que la légende germanique remaniée par Jean Giraudoux dans sa très belle pièce éponyme.

Aussi, lorsque j'ai vu que Benjamin Lacombe dont je suis avec intérêt le travail depuis le sublimeamants papillons.jpg album Les Amants papillons, s'était attelé à ce mythe, je n'ai pu résister à l'envie de me plonger dedans.

Et j'ai été entraînée dans un magnifique et ô combien funeste périple! Ce n'est pas tant le texte qui m'y a conduite que la qualité des illustrations.

J'ai beaucoup apprécié le recours aux couleurs froides qui m'ont permis d'entrer de plain-pied dans ce sombre récit. De cette façon, la chevelure rousse d'Ondine se détachait et soulignait sa différence.

Un des autres tours de force de cet auteur-illustateur est d'avoir su réutiliser un certain nombre d'influences telles que celle des Préraphaëlites (je n'ai pu m'empêcher, par exemple, de penser à l'Ophélie de Millais) et d'en avoir fait quelque chose de personnel.

ophélia de millais.jpg

Les calques qui émaillaient la narration m'ont également fortement impressionnée. Ses vagues et les silhouettes d'Ondine renforçaient l'aspect minéral et mettaient en évidence la toute-puissance de cet élément dans le déroulé de l'intrigue.

Bref, vous l'aurez compris: un bel album de Benjamin Lacombe qui permet de redécouvrir un mythe germanique!

Si vous souhaitez découvrir l'univers d'un des artistes les plus influents dans le domaine de l'illustration du moment, voici le lien de son blog.

Albin Michel Jeunesse, 2012, 19 €