Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2014

Portraits en pied des princes, princesses et autres bergères des contes de notre enfance

Portraits en pied des princes, princesses et autres bergères des contes de notre enfance,

un album écrit par Jo Hoestlandt

et illustré par Nathalie Novi

portraits princesses.jpg

"Il était une fois un petit pois, léger, qui s'en était allé vadrouiller dans les contes de son choix. Tu l'aperçois?"

Hier, je me suis rendue chez Book off et je suis tombée sur cet album parfait pour le très beau challenge autour des contes de fées organisé par Bianca.

Chaque double page est consacrée à des contes connus. On retrouve ainsi la Princesse au petit pois, Le Pêcheur et sa femme, Peau d’Âne, la Bergère et le Ramoneur, la Petite sirène, le Petit Chaperon rouge, la Reine des Neiges, le Chat botté, la Petite fille aux allumettes, Hansel et Gretel et pour finir Barbe-Bleue.

A chaque fois, Jo Hoestlandt se livre à une réécriture de ces histoires, tout en restant fidèle à la trame originale.

Ainsi, retentissent les voix de tous ces héros, tantôt sous forme de dialogues, tantôt de poèmes...

J'ai été très sensible au style utilisé pour chacune de ces légendes.Il se révèle à chaque fois différent, pour mieux singulariser chacun des protagonistes. Par exemple, à la simplicité des paroles du pêcheur répond la noblesse du discours de la Petite Sirène.

"Du fond, du fond de la mer, je le savais: l'amour que l'on donne sur terre, même si on ne vous le rend pas, jamais, au grand jamais, ne se perd"

portraits princesses 2.jpg

Le Petit Chaperon rouge d'après Bonnard

Et que dire des illustrations de Nathalie Novi? Autant les textes de Jo Hoestlandt sont un bel hommage au corpus des contes, autant les images qui les accompagnent célèbrent la peinture en général.

Afin d'immortaliser les princes, princesses et autres bergères, elle a pris le parti de reproduire des tableaux célèbres en les réinventant au pastel.

Se côtoient ainsi une Princesse au Petit Pois d'après Velasquez, une Peau d’Âne d'après Ingres, une Petite fille aux allumettes d'après Van Gogh...

J'ai beaucoup apprécié toutes ces références picturales qui donnent envie de rechercher et de revoir les originaux.

Bref, vous l'aurez compris: une très belle anthologie poétique autour des protagonistes les plus célèbres des contes de notre enfance.

Éditions Thierry Magnier, 2001

Billet dans le cadre du challenge Il était une fois...les contes de fées.

portraits en pied des princes, princesses et autres bergères des contes de notre enfance, jo hoestlandt, nathalie novi, editions thierry magnier

 

04/03/2014

Les Fées de Charles Perrault

Les Fées

un conte de Charles Perrault

illustré par Charlotte Gastaut

les fées,charles perrault,charlotte gastaut,magnard,contes de ma mère l'oye,challenge il était une fois les contes de fées

"Il était une fois une veuve qui vivait seule avec ses deux filles. La plus âgée lui ressemblait trait pour trait: comme elle, elle était laide, méchante et menteuse. La mère et la fille étaient d'ailleurs si mauvaises que tout le monde les évitait. Au contraire, la plus jeune des sœurs n'était que douceur, gentillesse et grâce. Elle était belle comme le jour, aimable avec chacun et s'attachait toujours à faire plaisir à son prochain."

La mère préfère sa fille aînée qu'elle gâte à outrance. A l'inverse, elle a pour habitude de punir  sa cadette et de la faire travailler plus que de raison.

Parmi ses tâches, figure celle d'aller chercher de l'eau à une fontaine loin de la maison.

Un jour, alors qu'elle puise de l'eau, la cadette est abordée par une vieille femme qui lui demande gentiment à boire. La jeune fille accède à sa requête. Et est bien récompensée. En effet, la vieille femme se révèle être une fée déguisée qui lui confère un magnifique don: "à chaque parole que tu prononceras, il sortira de ta bouche une fleur ou une pierre précieuse".

La mère, stupéfaite par ces pierres précieuses et ces fleurs que produit sa fille cadette, enjoint son aînée à aller remplir la cruche. Mais cette dernière refuse de laisser boire une dame habillée richement. Mal lui en prend car il s'agissait d'un autre déguisement de la fée qui la punit: "à chaque parole que vous direz, il vous sortira de la bouche un serpent ou un crapaud"

Je ne continue pas le résumé de ce conte afin de vous laisser le plaisir de découvrir le sort de ces deux sœurs. J'aimais beaucoup cette histoire quand j'étais petite et j'ai été ravie de la retrouver dans cet album.

Les Fées est extrait du recueil des Contes de ma mère l'Oye. Bien qu'il ne comporte qu'une fée, il a gardé le titre de sa version orale où Perrault en avait mis en scène deux.

les fées,charles perrault,charlotte gastaut,magnard,contes de ma mère l'oye,challenge il était une fois les contes de fées

 Ici, ce n'est pas la marâtre qui maltraite, mais la mère. Et, comme dans Cendrillon, une sœur est préférée, alors qu'elle est loin de posséder tant les qualités physiques que morales de sa cadette.

Comme dans Cendrillon encore, une fée va jouer un rôle déterminant et changer le sort de l'héroïne. J'ai beaucoup aimé cette idée du don de la parole transformée en pierres précieuses et fleurs. Une manière d'extérioriser le caractère si agréable de cette jeune fille. Au contraire, les serpents et les crapauds symbolisent la nature mauvaise de l'aînée.

Le choix d'être au service ou non de l'autre va donc avoir des répercussions sur les destins des deux sœurs. Ainsi, Charles Perrault rappelle l'importance d'aider son prochain.

les fées,charles perrault,charlotte gastaut,magnard,contes de ma mère l'oye,challenge il était une fois les contes de fées

 Ce conte moral est ici sublimé par les illustrations de Charlotte Gastaut. Je n'ai pas encore eu l'occasion de vous parler d'elle mais je suis très admirative de son travail et je possède déjà dans ma bibliothèque plusieurs de ses albums.

Elle recourt à des oppositions de couleurs: aux teintes sombres des tenues de la mère et de l'aînée répond la blancheur de la robe de la plus jeune sœur. Comme à son habitude, les décors très riches et détaillés invitent au rêve. On se perd dans les images, on s'attarde sur chaque détail...

Bref, je vous recommande vivement cet album qui permet de découvrir un conte méconnu de Perrault et d'admirer la créativité de Charlotte Gastaut.

Billet dans le cadre du Challenge Il était une fois...les contes de fées.

 

les fées,charles perrault,charlotte gastaut,magnard,contes de ma mère l'oye,challenge il était une fois les contes de fées

 

Et si vous voulez faire un tour sur le blog de Charlotte Gastaut, voici le lien.

 

24/02/2014

Tant que le Loup

Tant que le Loup

de

Julie Versele

illustré par Charlotte Cottereau

tant que le loup,julie versele,charlotte cottereau,alice editions,album sur les relations avec un grand-père,album sur la mort et la maladie,album sur le sens de la vie

"Jacques est un petit garçon comme beaucoup d'autres. Jacques aime bien jouer au football. Jacques aime bien jouer avec son ami Gilles, surtout"

Jacques est un petit garçon comme beaucoup d'autres. Il aime jouer au foot, il aime sa copine Lalie...Mais par dessus tout, il aime passer tous ses mercredis après-midis chez son grand-père.

Là-bas, il se promène...Et surtout, il écoute son Papy lui raconter de très belles histoires.

Et il espère que ces mercredis dureront éternellement. Cependant, à chaque fois qu'il pose la question, son grand-père lui répond mystérieusement "Tant que le loup..."

Une phrase qui effraye de plus en plus notre héros. Et si un jour le loup devenait réel?

J'ai découvert par hasard cet album au Salon du livre jeunesse de Montreuil cette année. En me promenant devant le stand des éditions Alice, j'ai été immédiatement attirée par les couleurs et par ce titre si énigmatique Tant que le loup.

J'ai parcouru les premières pages et je n'ai pu fermer cet ouvrage qu'une fois achevé.

Il aborde avec beaucoup de sensibilité et de justesse les relations intergénérationnelles.

Julie Versele consacre les premières pages à notre héros le jeune Jacques. "Un petit garçon comme beaucoup d'autres". Puis, elle introduit la figure du grand-père dont les goûts sont radicalement opposés.

Malgré ces différences, Jacques guette avec impatience tous les mercredis. Chez son Papy, il découvre sans cesse de belles choses (la flûte de Pan, le langage des fleurs, l'art de la promenade...) Et surtout, il devient le public captif de toutes les histoires que son grand-père peut inventer.

Seule ombre au tableau: ce mystérieux Loup qui guette et peut lui ôter un jour tous ces plaisirs simples. J'ai trouvé le choix de cet animal comme métaphore de la maladie et de la mort très judicieux.

Sur la base de la chanson Promenons nous dans les bois... tant que le loup y sera pas, l'auteure rappelle à chaque page la nécessité de profiter de chaque instant de vie.

De même, le choix de l'animal prend tout son sens quand Jacques rend visite à son grand-père alité. Mais je vous laisse découvrir cette explication si poétique....

A ces mots simples qui disent tout de la beauté et de la précarité de l'existence, sans jamais heurter, s'accordent les images harmonieuses de Charlotte Cottereau. En effet, ces visages tout en rondeur et les coloris pastels qu'elle adopte confèrent une grande douceur à l'ensemble.

Bref, vous l'aurez compris: un très bel album sur le sens de la vie, sur les relations familiales et sur la mort. Je vous en recommande vivement la lecture.

Alice Editions, 2013, 12,90 €