Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

roman d'apprentissage - Page 2

  • Papa-Longues-Jambes

    Papa-Longues-Jambes

    de

    Jean Webster

    papa longues jambes.jpg

    "Le premier mercredi du mois était un jour parfaitement abominable qu'on attendait dans l'horreur, qu'on supportait avec courage et qu'on se hâtait d'oublier."

    Tous les premiers mercredis du mois, les 97 orphelins sont inspectés par les bienfaiteurs de leur institution. Cette journée se révèle particulièrement éprouvante, notamment pour l'aînée d'entre eux, une certaine Jerusha Abbott qui doit veiller à leur tenue, à leur maintien et à leur comportement.

    Aussi, quand elle est appelée dans le bureau de la directrice, elle craint une remontrance. Mais elle découvre qu'un des riches membres du comité de l'institution, confiant dans son talent et dans sa future carrière d'écrivain, a décidé de l'envoyer à l'université et de pourvoir à ses besoins le temps de ses études. La seule condition: qu'elle lui adresse, tous les mois, une lettre pour lui parler de ses occupations et de l'avancée de ses progrès.

    Débute alors un échange épistolaire à sens unique entre la pétillante Judy Abbott (elle s'est rebaptisée ainsi) et ce donateur inconnu qu'elle a surnommé Papa-longues-jambes.

    jean webster.jpg

    J'avais beaucoup entendu parler de ce roman vintage américain, notamment sur le très bon forum Whoopsy Daisy. Je me suis lancée vendredi dernier et je l'ai très rapidement terminé.

    Jerusha Abbott est une jeune fille de dix-sept, particulièrement brillante et dotée d'un grand sens d'humour. C'est d'ailleurs grâce à ce trait de caractère et à un texte moqueur sur l'institution qui l'abrite qu'elle doit d'être remarquée par un mystérieux bienfaiteur (elle ne le voit que de dos et est frappée par la longueur de ses jambes). Par certains moments, cette héroïne piquante m'a fait penser à la Jo des Quatre filles du Docteur March de Louisa May Alcott.

    Grâce à cet homme, elle part à l'université. Au fil de ses lettres et des esquisses qu'elle ajoute, nous découvrons donc le quotidien des étudiantes américaines en ce début de vingtième siècle.

    Les missives, même si elles n'obtiennent jamais de réponses, se font de plus en plus longues et obéissent à un rythme de plus en plus soutenu. De l'entrée "Cher Gentil-bienfaiteur-qui-envoyez-les-orphelins-à-l'université", on passe au "Cher Papa-longues-jambes" et même au "Cher papa".

    Et cela se ressent dans le ton des lettres qui, mois après mois, oscille de plus en plus entre l'humour et une certaine forme de tendresse.

    "Depuis que j'ai appris à lire, j'ai inventé un bien joli jeu; je m'endors chaque soir en me persuadant que je suis l'héroïne (ou du moins le personnage le plus important) du livre que je suis en train de lire.

    A présent, je suis Ophélie-ô une Ophélie pleine de bon sens! Je passe mon temps à distraire Hamlet. Je le câline, je le gronde, je veille à ce qu'il mette son écharpe dès qu'il fait froid. Je l'ai complètement guéri de sa mélancolie. Le roi et la reine sont morts tous les deux dans un naufrage en mer-ce qui nous a dispensé des funérailles. Maintenant Hamlet et moi régnons en maître sur le royaume du Danemark. Nous nous en sortons magnifiquement."

    Les cours, les examens, les sessions de basket, les thés, les sorties entre amies, les soirées entre colocs constituent autant de sujets développés. Puis, l'amour apparaît progressivement , en la personne d'un frère d'une de ses amies et de l'oncle fortuné d'une autre.

    En effet, Judy fait son apprentissage de la vie. Elle découvre pêle-mêle le plaisir livresque, le fonctionnement d'une ferme, la fascinante et bruyante New York, la complicité avec d'autres jeunes filles de son âge, la joie de plaire, l'intimité qui peut exister avec le sexe opposé, les premiers flirts, les incertitudes sentimentales..

    Très vite, on comprend l'identité de ce fameux Papa-longues-jambes mais ce suspense, rapidement dissipé, ne nous fait pas bouder notre plaisir. Car on passe un bon moment en compagnie de ce roman épistolaire un peu désuet certes, mais dont il se dégage encore un certain charme.

    Bref, vous l'aurez compris: même si je n'ai pas partagé l'enthousiasme de certaines, j'ai trouvé cette lecture agréable. Et je tenterai de regarder prochainement la comédie musicale avec Fred Astaire et Leslie Caron.

    Gallimard Jeunesse, 2007, 212 pages

    papa-longues-jambes-1955-01-g.jpg

     

     

  • Chrysis de Jim Fergus

    Chrysis

    de

    Jim Fergus

     

    chrysis,jim fergus,editions du cherche-midi,roman années folles,roman sur l'art,roman d'amour,roman d'apprentissage

     

    "Au printemps 1916, Bogart Lambert dit "Bogey", un jeune homme de 17 ans, quitte le ranch familial dans le nord du Colorado sur un hongre gris pommelé qui portait le nom de Crazy Horse; il s'en allait en France rejoindre les rangs de la Légion étrangère pour combattre les Huns, les ennemis de la Grande Guerre."

    Chrysis, le quatrième roman de Jim Fergus, s'attache au destin de deux héros d'exception: d'un côté, Bogart Lambert et de l'autre, Chrysis Jungbluth.

    On les rencontre tous les deux à l'âge de dix-sept ans.

    En 1916, Bogart Lambert est un jeune garçon persuadé qu'il est de son devoir d'aller combattre les Huns en hommage à ses ancêtres français. Il quitte donc son Colorado natal sur son cheval Crazy Horse. Et le voilà embarqué pour un long périple aux Etats-Unis. Un périple qui va l'emmener de l'autre côté de l'Océan dans les rangs de la Légion étrangère et lui conférer le rôle de courrier.

    En 1925, Gabrielle Jungbluth est une jeune femme passionnée de peinture qui vient d'entrer en première année de la seule école consacrée à cet art et ouverte au sexe féminin. Elle apprend ainsi les différentes techniques. Mais son fort caractère et son esprit de résistance lui font immédiatement remettre en cause l'enseignement trop académique et trop "pudique" de Jacques Ferdinand Humbert, un octogénaire qui a formé certains Grands comme Braque.

    Nous suivons donc ces protagonistes dans leurs années charnières, celles où on quitte l'adolescence pour entrer pleinement dans l'âge adulte. Celles de toutes les découvertes et de toutes les premières fois. Celles de l'éclosion et de la confirmation des talents. Celles des premières décisions.

     

    chrysis,jim fergus,editions du cherche-midi,roman années folles,roman sur l'art,roman d'amour,roman d'apprentissage

     

    J'avais remarqué ce roman sur le blog de ma copinaute Céline. Mais, même si je l'avais noté et que le sujet m'intéressait beaucoup, je n'avais pas cherché à me le procurer. Et, la semaine dernière, j'ai été attirée par le titre et la couverture en farfouillant sur les rayonnages de ma médiathèque. Je l'ai ouvert ce matin et immédiatement dévoré.

    Il s'agit de mon premier ouvrage de Jim Fergus. Et sans doute pas le dernier.

    Celui-ci revêt une connotation particulière pour lui. Il s'est inspiré du tableau acheté pour sa compagne lors de la dernière année de sa vie. Un tableau qu'ils avaient remarqué ensemble dans une boutique de Nice lors de leur dernier voyage tous les deux en Europe et qu'il lui avait offert à leur dernier Noël ensemble.

    "C'est à la fois la joie et la douleur de cette vie d'écriture: réveiller nos fantômes pour les amener sur ces pages où ils survivront à jamais"

     

    chrysis,jim fergus,editions du cherche-midi,roman années folles,roman sur l'art,roman d'amour,roman d'apprentissage

     

    Cette oeuvre s'intitule Orgie et a été réalisée par une jeune artiste de dix-huit ans: Gabrielle "Chrysis"Jungbluth. Par conséquent, Jim Fergus est parti sur ses traces. De son lieu de naissance à son lieu de mort, il a tout arpenté et a choisi de nous narrer l'existence de cette femme de façon romancée.

    Malgré le titre, quand on ouvre les premières pages, ce n'est pas Chrysis qui se présente à nous. Mais Bogey, de son vrai nom Bogart Lambert. Un jeune cow-boy expert en boxe et en maniement des armes qui a quitté son Colorado natal pour combattre les Huns. Le second héros de ce livre.

    On suit son apprentissage de son départ de la maison natale à son arrivée à New York, de sa vie dans un bordel là-bas à son arrivée dans l'armée.

    Engagé dans la Légion étrangère, il parvient à garder son cheval et devient "le courrier cow-boy". Celui qui livre les messages en dépit du danger et sous les rafales de balles de l'ennemi.

    Mais le 11 novembre, son destin le guette près de Mons. Marqué par l'explosion d'un obus et par les blessures qui en découlent, Bogey tente de se reconstruire en Ecosse, puis à Paris.

    A cette époque, dans les années 1925-1929, la capitale, et tout particulièrement son quartier de Montparnasse, constitue un lieu d'effervescence culturel. A chaque coin de rue et dans chaque café, il n'est pas rare de croiser quelqu'un qui prétend écrire, dessiner, peindre...Et ce qui prime dans ce Paris de l'après-guerre, c'est le sens de la fête, l'envie de croquer la vie à pleine dents et de se débarrasser de tous les carcans d'autrefois.

    Malgré ses origines bourgeoises et l'éducation très stricte qu'elle a reçue, Gabrielle est très attirée par ce quartier de Montparnasse, son vivier artistique et son atmosphère bohème et profondément libre. Mais il va falloir du temps à notre héroïne, qui se rebaptise Chrysis après la lecture d'un roman sulfureux, pour pouvoir entrer dans ce monde et en faire partie.

    Autant d'étapes auxquelles nous assistons. Gabrielle sort peu à peu de sa chrysalide et devient cette jeune artiste enthousiaste, pleine de vie et d'espoir, sensuelle, libérée dont elle n'osait rêver adolescente. Cependant, cette transformation ne se fait pas sans heurts. On a du mal encore à cette époque à accepter qu'une femme devienne artiste et qu'elle mène son existence comme bon lui semble.

    Au fil de son évolution, Chrysis croise de nombreuses personnalités de ce Montparnasse de l'époque et fréquente des lieux réputés.

    Et sur son chemin, comme vous vous en doutez, elle va également faire la rencontre de Bosey...

    J'ai bien aimé la construction de cet ouvrage, fondée sur l'alternance de points de vue narratifs entre Bosey et Chrysis. De plus, le choix de ces deux héros m'a semblé tout à fait pertinent. Malgré les six ans qui les séparent, Bosey et Chrysis n'ont pas la même attitude face à la vie. A la solitude et au douloureux passé de l'un répondent l'insouciance et la gaieté de l'autre. Tout simplement car l'un a vécu la conflit sur le front, et l'autre l'a connu enfant à l'arrière...

    A cette réflexion sur la Première Guerre mondiale et ses conséquences sur la vie des soldats s'ajoute une autre sur l'art, la condition d'artiste et la difficulté de s'affirmer en tant que femme dans ce milieu dans les années 20.

    Deux thèmes forts de ce roman qui m'ont vivement intéressée. Tout comme, vous vous en doutez, la peinture de ce Paris des années folles, l'effervescence de Montparnasse...

    Bref, vous l'aurez compris: j'ai passé un très bon moment en compagnie de ce roman sur l'éveil, l'amour, l'apprentissage, la liberté, l'art, la guerre et les années Folles.

    Editions du Cherche-Midi, 279 pages, 2013

  • La Ballade de Lila K. de Blandine Le Callet

    La Ballade de Lila K.

    de

    Blandine Le Callet

     

    ballade de lila k,blandine le callet,livre de poche,roman d'anticipation,roman d'apprentissage,littérature française

    "Dans la vie, il y'a toujours un avant, un après, vous avez remarqué? Avec entre les deux, une cassure franche et nette, heureuse ou malheureuse-c'est une question de chance. Elle ne peut pas sourire à tout le monde, évidemment. Je suis sûre que personne n'y échappe."

    Pour Lila, la rupture s'est produite quand des hommes l'ont arrachée à sa mère et l'ont emmenée dans un centre pédagogique.

    Dans cette société futuriste de 2100 où chaque activité est encadrée, normée, épiée, elle a dû réapprendre les gestes du quotidien, le contact avec les autres...Elle a grandi, a été accompagnée par des tuteurs, est devenue savante...

    Mais elle n'a jamais oublié son objectif principal: celui de retrouver sa mère.

    Jusqu'au jour où...

    ballade de lila k,blandine le callet,livre de poche,roman d'anticipation,roman d'apprentissage,littérature française

    De Blandine Le Callet, je connaissais Une pièce montée, un roman que j'avais découvert à sa sortie et beaucoup apprécié et le premier tome de la bande dessinée Médée. Mais je ne m'étais jamais lancée dans La Ballade de Lila K., malgré les très bons échos que j'en avais eus. Aussi, quand ma copinaute Bianca m'a proposé cette LC, je n'ai pas hésité longtemps avant de me lancer.

    J'ai commencé cet ouvrage hier soir et je l'ai achevé cet après-midi. Avec son style toujours aussi percutant, l'auteure m'a happée dans l'univers qu'elle a imaginé.

    Dans cette société de 2100, il existe une forte scission entre l'intra-muros et la Zone, divisée en de nombreux districts réputés dangereux.

    Dans cette société, chaque acte de la vie humaine est réglementé: le travail, la sexualité, la reproduction....

    Dans cette société, des caméras surveillent et enregistrent en permanence tout.

    Dans cette société, les livres sont perçus comme extrêmement dangereux. Les manipuler sans gants est réputé mortel et on tâche de les faire disparaître petit à petit pour les remplacer par des fichiers pour grammar books.

    Dans cette société, Lila, profondément asociale et marquée par la séparation avec sa mère, tente de trouver sa place. On la suit ainsi de 4 à 21 ans.

    Sur son chemin, elle croise plusieurs personnes: M. Kauffmann, Lucienne, Fernand, Justinien...et ce mystérieux "vous", destinataire de sa confession. Même si certaines rencontres vont se révéler plus déterminantes que d'autres, chacune va lui permettre de s'ancrer plus dans la vie et de se rapprocher des autres.

    "On passe sa vie à se construire des barrières au-delà desquelles on s'interdit d'aller: derrière, il y'a tous les monstres qu'on s'est créés. On les croit terribles, invincibles, mais ce n'est pas vrai. Dès qu'on trouve le courage de les affronter, ils se révèlent bien plus faibles qu'on les imaginait. Ils perdent consistance, s'évaporent peu à peu. Au point qu'on se demande, pour finir, s'ils existaient vraiment."

    Je me suis attachée à cette héroïne atypique, à son parcours hors du commun. J'ai aimé la voir évoluer, s'humaniser au contact de cette galerie de personnages secondaires réussis.

    J'ai attendu ses retrouvailles avec sa mère, émue de la force des sentiments qu'elle éprouvait toujours pour elle au bout de quinze ans. J'ai guetté les explications qui justifiaient leur isolement.

    Cependant, le destin de Lila n'a pas constitué le seul attrait de ce roman. En effet, je me suis particulièrement intéressée à la vie en 2100. Reprenant des thématiques chères aux œuvres de science-fiction, à l'instar de la surveillance des caméras ou de la dangerosité des livres (l'ombre de George Orwell et de Ray Bradbury n'était jamais loin), Blandine Le Callet a su créer un monde qui fait froid dans le dos.

    Surtout qu'il ne paraît pas improbable. Je ne sais pas si cela tient au fait qu'elle utilise des lieux que nous connaissons déjà: Paris, la banlieue, la BNF à Tolbiac ou qu'elle accentue des phénomènes déjà en cours (les livres papier scannés et détruits...).

    On sort de ces pages, un peu hagards et la tête pleine de réflexions sur le moyen d'éviter de telles dérives.

    On sort également de ces pages profondément émus par cette intrigue qui sait si bien parler d'amour, d'amitié, de pardon, d'espoir, de deuil...et de vie.

    "C'est cela sans doute, faire son deuil: accepter que le monde continue, inchangé, alors même qu'un être essentiel à sa marche en a été chassé. Accepter que les lignes restent droites et les couleurs intenses. Accepter l'évidence de sa propre survie."

    Bref, vous l'aurez compris: j'ai adoré La Ballade de Lila K. Et je pense que cette lecture va continuer à m'accompagner pendant les prochains jours.

     

    ballade de lila k,blandine le callet,livre de poche,roman d'anticipation,roman d'apprentissage,littérature française

     

    Le Livre de Poche, 2012, 354 pages, 7,10 €

    Billet dans le cadre d'une lecture commune avec Bianca et Yuko

    Et pour finir, je vous mets en bonus un lien vers Summertime, cette magnifique chanson qui joue un rôle si important dans les souvenirs de Lila.