Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/02/2016

Amok, une adaptation théâtrale superbe

Amok

de Stefan Zweig

adapté par Alexis Moncorgé

amok.jpg

"Vous savez ce que c'est que l'amok. C'est une ivresse chez les Malais, une sorte de rage humaine, une crise de monomanie meurtrière insensée."

Sur un paquebot en partance pour l'Europe, par une nuit de 1912, un homme se confie. Il vient de passer cinq années en Malaisie en tant que médecin.

"Tous ceux qui viennent de ce côté font le même rêve. Mais dans cette serre étouffante, là-bas, qui échappe à la vue du voyageur, la force vous manque vite ; la fièvre – on a beau avaler autant de quinine que l’on peut, on l’attrape quand même, elle vous dévore le corps ; on devient indolent et paresseux, on devient une poule mouillée, un véritable mollusque. Un Européen est, en quelque sorte, arraché à son être quand, venant des grandes villes, il arrive dans une de ces maudites stations perdues dans les marais ; tôt ou tard, chacun reçoit le coup fatal : les uns boivent, les autres fument l’opium, d’autres ne pensent qu’à donner des coups et deviennent des brutes ; de toute façon, chacun contracte sa folie"

La folie de cet homme, c'est une femme. Une Européenne venue dans son cabinet pour lui demander de l'aide.

Face à son dédain, il se fait impérieux.

Face à son impétuosité, elle se refuse.

"Moins d'une heure après l'entrée de cette femme dans ma vie, je me jetais dans le vide. Comme un Amok."

Débute alors une course-poursuite obsessionnelle.


Je me souviens avoir lu cette nouvelle adolescente et avoir été frappée par le déferlement des passions, par l'implacabilité de l'amok, par la construction narrative...Aussi, quand j'ai vu qu'une adaptation était jouée au Théâtre de Poche Montparnasse, j'ai pris une place avec une de mes meilleures amies.

Je me souviens m'être assise hier au premier rang et avoir attendu avec impatience le début, non sans un certain sentiment d'appréhension. Et si la pièce n'arrivait pas être à la hauteur de cet écrivain que je classe parmi les plus grands?

Et puis...je me souviens que tout a commencé

Et puis...je me souviens que je me suis perdue pendant une heure quinze dans une bulle de folie, entre la Malaisie et un paquebot, suspendue aux mots d'un comédien, seul sur scène.

J'ai été bluffée par le travail d'adaptation qui a été opéré. Comme il doit être compliqué de transposer une œuvre aussi forte et là, on ne peut que saluer la réussite.

Alors que dans la nouvelle, le médecin s'adressait à un autre passager. Ici, c'est le public qui se fait confident. Une manière très adroite de nous mobiliser et de nous investir encore plus en tant que spectateur. Comme si on se plongeait nous-même dans l'histoire. Comme si, d'une certaine façon, elle ne pouvait se dérouler sans nous...

Ce n'est pas le seul procédé, bien entendu, employé par Alexis Moncorgé pour transformer ce récit. Tout en restant fidèle à la plume de Zweig, il lui donne vie.

Une prouesse stylistique certes, mais une prouesse dramatique également!

Quelle intensité dans son jeu! Dans ce monologue, il est un et il est multiple. Multiple dans le registre qu'il propose pour retranscrire la complexité et la richesse du personnage principal. Multiple aussi dans sa façon d 'incarner tour à tour un boy, une riche Européenne...

Il nous fait frémir, rire, craindre, espérer, verser des larmes...Il se métamorphose sous nos yeux ébahis, il hurle, il court, il pleure...

Un tour de force donc, sublimé par la mise en scène de Caroline Darnay, la scénographie de Caroline Mexme et les lumières de Thomas Cordé.  Une mise en scène épurée au service du texte et de l'interprétation. Quelques éléments de décors, quelques effets sonores et lumineux, quelques accessoires...

Je n'oublierai pas pendant longtemps, dans ce noir total, cette ampoule suspendue (à la manière du Corbeau de Clouzot), qui éclaire juste le visage et oscille. Comme un mouvement perpétuel entre raison et folie, vie et mort.

Ni cette danse...Ni ce passage dans la fumerie de l'opium avec un drap qui s'humanise sous nos yeux..Ni ce bal...Ni...

Bref, vous l'aurez compris: courez voir Amok au Théâtre de Poche, cette pièce hallucinante et hallucinée que j'ai tout bonnement adoré. Il s'agit en plus de la première création de Chayle et compagnie dont je suivrai désormais avec intérêt les prochaines propositions artistiques!

amok,stefan zweig,alexis moncorgé,caroline darnay,théâtre poche montparnasse,pièce de théâtre,adaptation,coup de coeur,monologue,intensité dramatique



 

 

 

 

 

 

 

18/01/2016

Vous pouvez ne pas embrasser la mariée

Vous pouvez ne pas embrasser la mariée

une pièce d'Alexandra Moussaï et Arnaud Schmitt

vous pouvez ne pas embrasser la mariée.jpg

Une heure avant son mariage, Emma se retrouve enfermée avec son meilleur ami Antoine.

Deux ans qu'ils ne se sont pas parlés. Et si c'était le moment, justement, d'enfin tout s'avouer?

Parmi mes bonnes résolutions 2016, figure celle d'aller plus souvent au théâtre. Aussi, je n'ai pas hésité longtemps hier avant de me rendre au Funambule, une salle dans le quartier de Montmartre.

Et, dès les premières répliques, j'ai été happée par l'histoire.

Deux acteurs face-à-face

Deux personnages qui vont s'affronter et tenter de s'affranchir de tous les non-dits

Quinze années d'amitié qui vont défiler sous nos yeux à l'aide de quelques scènes clés

En effet, dans cette pièce qui n'est pas sans rappeler certains classiques de la comédie romantique, tels que Quand Harry rencontre Sally, s'entremêlent sans cesse des séquences du présent et des retours dans le passé

Comme des indices livrés...Et qui nous permettent de mieux cerner tout ce qui se joue dans les regards et dans les silences.

Car Emma et Antoine ont toujours oscillé entre l'amitié et l'amour. Malheureusement, leurs cœurs n'ont jamais battu à l'unisson. C'est là donc tout l'enjeu de cette heure, entre parenthèses, qui leur est offerte.  Et si, leurs sentiments étaient enfin au diapason?

d3dfb8_9a51437a817b45449a7755a69c9f0393.jpg

On rit, on s'émeut, on espère...On se tait aussi. Quand l'émotion affleure dans les yeux des protagonistes et sur leurs lèvres qui ne laissent pas passer les mots essentiels.

Forcément, on se reconnaît également un peu dans ses trentenaires, à la recherche de l'amour de leur vie et qui ne savent pas n'osent pas saisir une belle occasion.

Comment ne pas saluer la prestation  des deux comédiens/auteurs? Ils incarnent à merveille Emma et Antoine, si hésitants, si maladroits, si sincères aussi...

Les dialogues, tout comme les situations, sonnent juste.

La mise en scène toute en sobriété et en efficacité met parfaitement en valeur ce qui se joue entre ces deux êtres jamais tout à fait raccord.

Et jusqu'au bout, on est touchés...

Un beau moment de théâtre pour cette pièce qui parle avec brio et modernité des tourments amoureux, des difficultés de s'apprivoiser et de faire le premier pas et qui, même si elle reprend les codes des comédies romantiques, sait se montrer originale.

Bref, vous l'aurez compris: si vous êtes à la recherche d'une œuvre à la fois légère et profonde, n'hésitez pas à faire un détour au Funambule Montmartre.

En bonus, je vous mets le lien vers Les cerf-volants, une chanson de Benjamin Biolay, qui sert, entre autres, de bande-son à Vous ne pouvez pas embrasser la mariée.


 

 

 

29/01/2015

Le Misanthrope à la Comédie française

Le Misanthrope à la Comédie française

misanthrope 2.jpg

Mardi soir, pour mon anniversaire, j'ai été invitée par une de mes amies à la Comédie-française. Cela faisait quelques années que je ne m'y étais pas rendue (depuis le Don Juan interprété par Andrzej Seweryn) et j'attendais avec impatience ces retrouvailles (surtout avec une de mes pièces préférées).

Après avoir déambulé dans les couloirs de ce lieu mythique et admiré les bustes des dramaturges célèbres ou le fauteuil de Molière, nous nous sommes dirigées vers le deuxième balcon. Surprise: Loïc Corbery (dont je vous parlais récemment pour le très bon Pas son genre) était déjà assis sur scène. Dans le brouhaha du public qui s'installe. C'était la première fois que je ne voyais pas le rideau se lever. En effet, au bout de quelques sonneries, l'acte 1 a débuté.

Et j'ai passé une soirée magique.

Parce que, même si j'ai eu besoin d'un petit temps d'adaptation, je me suis laissée bercer par les vers de Molière.

Parce que cette pièce reste toujours d'une modernité incroyable.

Parce qu'elle est d'une richesse exceptionnelle. Comportement en société, hypocrisie, faux semblants...mais aussi passion, trahison, duplicité, coquetterie, amitié, jalousie, amour sincère constituent autant de thématiques que l'on retrouve au fil des actes.

le misanthrope.jpg

Parce que certaines scènes nous accompagnent longtemps, une fois les applaudissements terminés.

Parce que certaines répliques résonnent tout particulièrement en nous.

Parce que "Je veux qu'on soit sincère, et qu'en homme d'honneur, on ne lâche aucun mot qui ne parte du cœur".

Parce qu'on rit, qu'on espère, qu'on est surpris.

Parce que les comédiens se sont révélés excellents, Loïc Corbery en tête. J'avais imaginé un Alceste sérieux, tout le temps grave et extrêmement sage. Quelqu'un de vieux avant l'heure. Or, dans cette mise en scène, il se révèle, sans oublier pour autant sa nature de misanthrope, espiègle, passionné, tourmenté...Face à ce brillant interprète, j'ai aussi pris beaucoup de plaisir à suivre le jeu de Eric Génovèse (Philinte), de Florence Viala (Arsinoé), d' Adeline d'Hermy (Eliante) et de Serge Bagdassarian (Oronte). En revanche, je n'ai pas adhéré au choix de Célimène. J'ai trouvé que Georgia Scallet n'avait pas une voix qui portait assez, que la langue de Molière ne coulait pas dans sa bouche comme dans celle de ses comparses et qu'elle manquait de pétillance.

Parce que la mise en scène de Clément Hervieu-Léger m'a paru très bonne, de sa direction d'acteurs à la petite phrase musicale qui revient sans cesse et se fait de plus en plus lancinante jusqu'à conclure cette pièce (magnifique idée de l'utiliser pour rappeler le souvenir d'Alceste à Célimène et lui donner un ultime regret. Comme si...une dernière chance était possible). Et que dire de ces scènes d'aveux amoureux (l'adorable confession de Philinte à Eliante, les déchirements passionnés d'Alceste et de Célimène, le sonnet d'Oronte à Célimène alors qu' Alceste est caché derrière la porte)? Et de cette scène de révélation sur le comportement de coquette de Célimène? (comme une scène de procès où on ne voit que son dos tourné s'affaisser devant l'accumulation d'accusations)

misanthrope 3.jpg

Parce que le décor m'a beaucoup plu et qu'il se dépouille au fil des scènes. Comme pour mieux symboliser la perte des dernières illusions d'Alceste et sa retraite dans le désert.

Bref, vous l'aurez compris: je ne saurais que vous recommander de vous rendre à la Comédie-française (même si je n'ai pas été convaincue par Célimène) si vous trouvez encore des places ou de vous replonger dans la lecture de ce chef d’œuvre de Molière