Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/04/2017

This is us-Saison 1

This is us

Saison 1

this is us.jpg

"C'est un fait: un humain partage son anniversaire avec plus de 18 millions de personnes. Rien ne prouve que partager celui-ci crée des liens entre ces personnes. S'il y en a...Wikipedia ne les a pas encore découverts..."

C'est par ces quelques mots que débute une série qui marquera certainement mon année 2017!!!

En quelques plans, on fait la connaissance de Jack, Kevin, Randall et Kate qui ont la particularité d'être nés tous les quatre un 31 août.

Jack est heureusement marié à Rebecca qui doit accoucher de triplés; Kevin est un acteur de soap opera, enfermé dans un rôle qui ne lui convient plus; Kate lutte contre des problèmes de poids et semble s'oublier dans l'ombre de son frère...Quant à Randall, il est le père de deux enfants, mène une carrière professionnelle brillante et vient de retrouver la trace de son père biologique.

Quatre destins bien différents donc..Et pourtant...


Je n'en dirai pas plus sur l'histoire, de peur de gâcher les surprises de cette première saison.

Une des forces du scénario réside justement dans cette capacité à nous étonner en dessinant des liens inattendus.

A la manière d'un puzzle, tout prend sens. Un peu comme si l'existence de ces protagonistes formait une grande mosaïque sans cesse en évolution.

Jack, Kevin, Randall et Kate... Mais aussi Rebecca, William, le docteur K, Toby... s'animent devant nous, révèlent leurs joies, leurs peines, leurs doutes, leurs désirs, leurs failles. On ne peut d'ailleurs une fois encore que saluer le travail scénaristique qui a conduit à leur création. Alors que l'aspect choral aurait pu amener à un déséquilibre entre les personnages, il n'en est rien ici. En effet, chacun d'entre eux apporte sa pierre à l'édifice narratif et chacun se révèle attachant à sa manière.

Force de l'écriture donc...tant dans la genèse et l'évolution des héros que dans cette reconstruction et cette imbrication perpétuelles des moments clefs de leurs vies. Ainsi, certains scènes déjà entraperçues s'enrichissent en permanence. Un peu comme des tableaux repris sans cesse par un peintre pour leur donner la touche finale et jamais complètement achevés.

Force de l'écriture aussi dans la justesse des dialogues, dans ces phrases parfois d'apparence banales qui regorgent de sagesse et de beauté.

"J'aime penser que peut-être un jour, vous serez un vieillard comme moi...parlant à un jeune homme, lui expliquant comment vous avez pris le citron le plus acide que la vie ait à offrir pour en faire de la limonade."

This-Is-Us-McRaney-620x375.jpg

Cette scène entre le docteur K et Jack, qui revêt une importance capitale pour toute la série, fait partie de celles qui m'accompagneront longtemps. Comme beaucoup d'autres. Scènes de déclaration d'amour (comment ne pas rêver d'un mari comme Jack), scènes de bilan de vie (William, quel incroyable être!), scènes de partage familial (le judo), scènes de rencontres, scènes de pleurs...

This is us foisonne de pépites, de moments magiques qui sonnent tellement vrai et qui pourraient venir de nos propres existences. Car, forcément, Jack, Rebecca, William, Randall, Kevin, Kate, c'est un peu nous...Ils nous ressemblent ou ressemblent aux gens que l'on côtoie et leurs préoccupations ou leurs bonheurs font forcément écho aux nôtres.

La qualité du casting contribue à cet effet miroir et à cette affection quasi instantanée pour les rôles qu'ils incarnent. Tous sont extraordinaires, toujours dans le bon tempo. Comme s'ils étaient leurs personnages et non des acteurs.

Bref, vous l'aurez compris: ne passez pas à côté de This is us, cette série qui parle avec tellement de talent de la vie sous tous ses aspects et qui a été pour moi un immense coup de cœur! Vivement la saison 2!

 

 

 

coeur qui bat.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

30/01/2017

Pas de pot pour la jardinière

Agatha Raisin tome 3: Pas de pot pour la jardinière

de

MC Beaton

agatha raisin, pas de pot pour la jardinière, mc beaton, albin michel, roman policier anglais, roman policier anglais drôle, the potted gardener, cosy mystery, costwolds, carsely

"En ce jour où Agatha Raisin, au volant de sa voiture, regagnait lentement son village de Carsely après de longues vacances, un hiver doux et humide avançait petit à petit vers le printemps. Elle se persuada qu'elle avait passé des vacances merveilleuses, loin de Carsely, ce trou ennuyeux à mourir. Elle était d'abord allée à New York, puis aux Bermudes, puis à Montréal, après quoi elle avait filé à Paris, avant de continuer vers l'Italie, la Grèce et la Turquie."

Après de longues vacances, pendant lesquelles elle s'est ennuyée à mourir, voici Agatha Raisin de retour à Carsely. Mais, très rapidement, elle se rend compte que beaucoup de choses ont changé, suite à l'arrivée de Mary Fortune, une très belle femme d'une quarantaine d'années, aussi talentueuse en pâtisserie qu'en jardinage. Son voisin, le ténébreux James Lacey, aurait d'ailleurs succombé à son charme....

Notre héroïne ne compte pas se laisser faire et elle entre en compétition avec sa nouvelle rivale....Jusqu'au soir où cette dernière est retrouvée morte, enfoncée la tête la première dans un des grands pots de fleurs de sa serre....

Débute alors une enquête compliquée où chacun, dans le village, pourrait avoir des raisons de tuer Mary.

agatha raisin, pas de pot pour la jardinière, mc beaton, albin michel, roman policier anglais, roman policier anglais drôle, the potted gardener, cosy mystery, costwolds, carsely

Quel plaisir de retrouver Agatha Raisin pour une troisième investigation! Et de la voir évoluer au fil de ses aventures.

Quand on avait fait sa connaissance, c'était une chargée de communication au caractère odieux et qui avait fait le vide autour d'elle. Sa retraite dans une paisible bourgade des Costwolds l'a amenée à se faire des amis et lui a appris à susciter de la sympathie et de l'intérêt.

"Agatha, trop préoccupée par le problème James-Mary, n'avait pas pris la mesure de sa popularité lors de la réunion de la société d'horticulture. Il faut dire qu'elle avait jamais été jusque là populaire."

Cependant, comme dans le premier tome, son esprit de compétition reste intact. Ce qui donne lieu à des scènes très drôles, notamment lors de la présentation de la plus belle fleur ou lors de la journée portes ouvertes des jardins de Carsely.

On rit également beaucoup lors des soirées au pub, avec les regards en coin, les pointes de jalousie d'Agatha et les remarques acerbes de sa femme de ménage.

Outre son humour et sa faculté à dépeindre l'évolution de son personnage principal, l'intérêt de cette série réside dans sa description de la vie dans un village typiquement anglais. Réunions du comité d'horticulture ou des dames de la paroisse, sorties au pub, kermesses, échanges autour de tasses de thé constituent autant d'occasions de saisir l'atmosphère faite de potins, d'entraide et parfois, de rejet. Tout comme c'est le cas quand des jardins sont dévastés par un mystérieux coupable à l'approche du concours d'horticulture. Aussitôt, on chuchote dans le dos des dernières venues, Agatha et Mary. Comme si c'était forcément la faute des "étrangères".

J'ai beaucoup apprécié le choix narratif opéré par MC Beaton dans ce volet. Opter pour l'arrivée d'une nouvelle venue/rivale d'Agatha sert, en effet, à la fois de déclencheur de situations cocasses, de révélateur de l'aspect parfois trop clanique de Carsely et de catalyseur pour l'intrigue policière.

C'est elle qui est assassinée et jusqu'aux dernières pages, il est quasiment impossible de savoir qui est le coupable. Ainsi, comme Agatha et James, je me suis promenée de fausse piste en fausse piste.

Bref, vous l'aurez compris: une fois encore, j'ai été séduite par ce troisième tome des Agatha Raisin et j'ai hâte de connaître la suite. Si vous êtes comme moi fans de "cosy mystery", alors cette série est faite pour vous! Rires garantis!

Albin Michel, 2016, 245 pages

Billet dans le cadre du challenge A year in England de Titine.

agatha raisin, pas de pot pour la jardinière, mc beaton, albin michel, roman policier anglais, roman policier anglais drôle, the potted gardener, cosy mystery, costwolds, carsely

19/01/2017

La Petite boutique des objets perdus d'Agnès de Lestrade, illustré par Sébastien Chebret

La Petite boutique des objets perdus

un album d'Agnès de Lestrade

illustré par Sébastien Chebret

la petite boutique des objets perdus,agnès de lestrade,sébastien chebret,alice editions,album jeunesse,famille,amour,mémoire,rapport filial,poésie

"Dans la petite boutique de Mara, on trouve des objets perdus. Pas perdus pour toujours puisque ici on les retrouve.

Sur les étagères de la boutique de Mara, les objets perdus attendent qu'on vienne les chercher.

Ils attendent des heures, des jours, des mois, parfois même des années."

Dans sa boutique, Mara recueille tous les objets perdus et espère qu'ils retrouveront leurs propriétaires.

Jour après jour, elle voit ainsi passer devant son comptoir des gens qui ont égaré leurs clés, leur chemin ou leur mémoire.

"Pour les clients fragiles, Mara a toujours un mot doux au bord des lèvres, une caresse au bout des doigts."

Mais derrière sa profonde empathie, Mara dissimule aussi des blessures....

Un soir, une vieille dame pousse la porte de son magasin. Dans ses mains, elle tient "un objet chaud [qui] sent bon la terre, gigote, palpite..." et le confie à notre héroïne.

"Je me demande comment on vit quand on a perdu son cœur, chuchote la vieille dame en sortant."

Cet album, je l'ai découvert par hasard, en farfouillant dans les rayons d'une librairie. C'est le titre qui a retenu mon attention...Je l'ai donc ouvert et, aussitôt, la magie a opéré...

Comme souvent, j'ai été happée par l'infinie poésie du texte d'Agnès de Lestrade.

En quelques phrases, elle nous dépeint une île refuge dans une petite ville comme beaucoup d'autres. Une île refuge où Mara, naufragée elle-même d'un drame, s'est abritée et aide les autres à récupérer ce qu'ils ont égaré.

S'ensuit un défilé de clients aux problématiques toutes différentes et pour lesquels il existe toujours une solution.

Cette succession de cas permet à l'auteur de jouer avec le langage, tantôt en reprenant des expressions courantes (avec le verbe perdre), tantôt en faisant appel à la connivence de son lecteur (le chat de la mère Michel).

Au fil des pages, on s'amuse donc. On s'attendrit. On s'émeut...

"Les deux lacs vides se remplissent de larmes."

Aux mots tout en finesse et en sensibilité répondent les illustrations réalistes de Sébastien Chebret. Même si je n'ai pas été forcément sous le charme des ses dessins, je trouve qu'ils apportent un contrepoids intéressant et qu'ils ancrent cette histoire dans un quotidien qui pourrait être le nôtre, avec des objets et des êtres chers perdus. La réflexion autour de cette thématique s'en trouve donc encore plus renforcée.

Bref, vous l'aurez compris: même s'il n'a pas été un coup de cœur, je vous conseille cet album optimiste, émouvant et qui ne vous laissera pas indifférent.

Alice Editions, 2016