Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2013

Un intérêt particulier pour les morts de Ann Granger

Un intérêt particulier pour les morts

de

Ann Granger

ann granger,roman policier victorien,elizabeth martin,benjamin ross,un intérêt particulier pour les morts,editions 1018

"Telle une vieille dame desserrant son corset, la locomotive émit un long soupir, puis elle enveloppa tout et tout le monde dans un linceul de vapeur et de fumée. La nuée tourbillonna autour du quai et monta jusqu'au plafond de la gare où elle resta piégée. L'odeur de souffre me ramena à mon enfance, dans la cuisine de Mary Newling un matin où j'étais chargée d'écaler des oeufs durs"

Elizabeth Martin, une jeune femme de 29 ans, vient d'accepter un emploi de dame de compagnie auprès de la veuve de son parrain, une certaine Mrs Parry. C'est ainsi qu'elle arrive à King's Cross en 1864. Un fiacre doit l'emmener dans les quartiers chics de la capitale, à Dorset Square où se trouve sa future demeure. Sur le trajet, elle longe le chantier immense de la future gare de Saint-Pancras et croise un tombereau.

Quelques jours après, elle apprend que ce convoi renfermait le corps de l'ancienne dame de compagnie de Mrs Parry. Elle aurait été retrouvée étranglée sur le chantier alors que tout le monde la croyait en fuite avec son amant.

L'enquête débute...Et va permettre à notre jeune héroïne de prouver toute son intelligence. Mais surtout de croiser un ancien ami d'enfance, l'inspecteur Benjamin Ross...

ann granger,roman policier victorien,elizabeth martin,benjamin ross,un intérêt particulier pour les morts,editions 1018

Cela faisait quelque temps que j'avais remarqué sur le site des éditions 10/18 cette magnifique couverture. Après quelques recherches, je m'étais rendue compte qu'il s'agissait du premier volume d'une série imaginée par l'auteure britannique Ann Granger et située dans le Londres de l'époque victorienne. Aussi, j'ai guetté avec impatience sa sortie le 20 juin et je n'ai pas tardé à me plonger dedans.

Elizabeth Martin se révèle une héroïne attachante. Elle a grandi auprès de son père, un généreux médecin de province qui se battait pour améliorer les conditions de vie des mineurs et faire appliquer la loi sur l'interdiction du travail dans les mines pour les enfants de moins de 10 ans. De même, il n'hésitait pas à oublier les honoraires dûs par ses patients les plus pauvres ou financer les études de certains jeunes prometteurs. Sa mort soudaine a laissé sa fille démunie.

Agée de 29 ans et considérée comme une vieille fille pour l'époque, Elizabeth a donc dû chercher un emploi et s'est retrouvée employée par la veuve de son parrain.

C'est par ses yeux de "provinciale" que nous découvrons la capitale anglaise en 1864.

"Je dois admettre que j'étais curieuse d'avoir un premier aperçu de Londres. Je buvais du regard tout ce que je voyais [...] Le bruit était assourdissant et une foule impressionnante de véhicules se pressaient autour de nous, dans tous les sens, les conducteurs essayant de se convaincre les uns les autres de faire place à grands cris. [...] Les piétons s'élançaient au péril de leur vie entre les roues impitoyables qui, dans le meilleur des cas, les éclaboussaient de boue, et dans le pire, risquaient de les broyer. [...] Aux piétons se mêlaient des vendeurs ambulants qui proposaient toutes sortes d'articles, depuis la feuille de chou à un penny jusqu'aux rubans et aux allumettes."

De grands chantiers sont en cours, à l'instar de celui de la future gare de St-Pancras. Une construction qui a nécessité toute une vague d'expropriations. De nombreux propriétaires ont ainsi pu s'enrichir. C'est le cas de Mrs Parry, la nouvelle employeuse de Lizzie.

Sous ces dehors de femme du monde coquette qui raffole des plaisirs de la table, des parties de whist et reste couchée tous les jours jusqu'à midi, se dissimule une femme d'affaires avisée. Mais ses qualités entrepreneuriales ne doivent pas être perçues par son entourage masculin.

Car, comme le rappelle Ann Granger tout au long de son roman, les représentantes du sexe féminin doivent avant tout rester chez elles et tenter de se trouver un mari ou un emploi digne.

C'est pour cette raison que la mort brutale de Madeleine Hexham, l'ancienne dame de compagnie, est vue comme une sorte de punition pour avoir dérogé à ce destin conventionnel.

Et c'est pour cette raison que le caractère impétueux ainsi que la grande culture de Lizzie ont du mal à être apprécié à leur juste valeur.

ann granger,roman policier victorien,elizabeth martin,benjamin ross,un intérêt particulier pour les morts,editions 1018

Dorset Square

Ce roman policier nous invite également à une visite de Londres. Un Londres en pleine mutation que nous appréhendons par les yeux de la néophyte Lizzie et par ceux de l'inspecteur Ben Ross. Les deux points de vue de ces protagonistes nous permettent de découvrir les différents quartiers de la capitale. On passe ainsi de Dorset Square au chantier de St Pancras dans Agar Town, d'Oxford Street aux bords de la Tamise...Et on peut se faire une idée de la grande misère de certains endroits...

ann granger,roman policier victorien,elizabeth martin,benjamin ross,un intérêt particulier pour les morts,editions 1018

Le chantier de construction de St Pancras

Ces tableaux de la condition féminine et de la vie londonienne m'ont vivement intéressée. En revanche, j'ai moins accroché à l'enquête policière. J'ai trouvé qu'elle se diluait derrière les descriptions et qu'elle peinait à se relancer malgré les nombreux rebondissements.

Néanmoins, j'avais plaisir à suivre les parties narratives de Benjamin Ross, l'inspecteur chargé de l'affaire. En effet, j'ai beaucoup aimé ce protagoniste. Il vient de la même ville que Lizzie et a bénéficié de la générosité du docteur Martin. Il a pu faire des études et grâce à ses efforts, s'est élevé tout seul dans la hiérarchie policière. Il illustre ainsi parfaitement le destin de cette nouvelle génération masculine, issue de milieux très modestes et qui tente de changer leur condition.

En outre, j'ai trouvé que les interactions entre les deux "amis" d'enfance étaient bien menées.

La galerie des personnages secondaires m'a semblé également bien campée. A la veulerie et l'hypocrisie de certains maîtres tels que Mrs Parris ou le Dr Tibbet répondent la générosité de certains domestiques. Mais on ne sombre pas dans une vision manichéenne pour autant car d'autres protagonistes sont imaginés avec des caractères plus nuancés.

Bref, vous l'aurez compris: j'ai passé un moment plaisant en compagnie de Lizzie et Ben. Je pense que je continuerai cette nouvelle série policière bien écrite mais qui ne constitue pas une révélation comme a pu l'être celle des Monk ou même des Pitt d'Anne Perry.

Lu dans le cadre du challenge Au service de.., God save the livre 2013, Victorien, polar historique et La plume au féminin.

Lu dans le cadre du Mois anglais.

 

ann granger,roman policier victorien,elizabeth martin,benjamin ross,un intérêt particulier pour les morts,editions 1018

ann granger,roman policier victorien,elizabeth martin,benjamin ross,un intérêt particulier pour les morts,editions 1018

ann granger,roman policier victorien,elizabeth martin,benjamin ross,un intérêt particulier pour les morts,editions 1018ann granger,roman policier victorien,elizabeth martin,benjamin ross,un intérêt particulier pour les morts,editions 1018

ann granger,roman policier victorien,elizabeth martin,benjamin ross,un intérêt particulier pour les morts,editions 1018

ann granger,roman policier victorien,elizabeth martin,benjamin ross,un intérêt particulier pour les morts,editions 1018

26/06/2013

Birdsong

Birdsong

 

uktv_birdsong_poster.jpg

Dans le cadre du mois anglais, je poursuis mon exploration des séries britanniques.

C'est ainsi que lundi soir j'ai découvert Birdsong, une mini-série en deux parties diffusée en janvier 2012 sur BBC one.

Il s'agit de l'adaptation du roman éponyme de Sebastian Faulks.

Birdsong 3.jpg

Encore une fois, je suis tombée dessus par hasard. Et j'ai été immédiatement attirée par le casting alléchant: Eddie Remayne, Clémence Poesy, Marie-Josée Croze, Matthew Goode...

Amiens, 1910: Stephen Wraysford (Eddie Remayne) a décidé de passer un été auprès de René Azaire (Laurent Laffitte) afin d'étudier la gestion de sa manufacture textile. Il loge dans la propriété familiale de ce grand patron et tombe bien vite amoureux de sa femme Isabelle (Clémence Poésy). Une liaison débute entre eux.

Puis, on retrouve notre héros sur le front, non loin de la Somme. Il est devenu lieutenant et entretient des rapports distants avec la plupart de ses hommes. Mais les épreuves vont l'amener à réviser son comportement.

S'entremêlent ainsi en permanence des séquences du passé et du présent. Cette structure narrative correspond en partie à celle utilisée par l'auteur dans son ouvrage.

C'est une très bonne manière d'accrocher le spectateur. Jusqu'au bout, on est maintenus dans un suspense dramatique. Qu'est-il advenu de la relation de Stephen et d'Isabelle? Est-ce que Stephen va survivre? Et ses compagnons d'armes?

Chaque partie possède sa propre tonalité, ses propres couleurs. Au côté fleuri, ensoleillé, bucolique répond en permanence la grisaille et la boue du front.

birdsong 4.jpg

J'ai beaucoup aimé cette description de la vie dans les tranchées. Je trouve que le réalisateur a bien su rendre l'atmosphère qui devait y régner. Le drame n'est jamais loin et on sent que chacun s'efforce de le maintenir à distance comme il le peut. Je ne connaissais pas du tout le rôle des soldats comme Jack Firebrace, d'anciens mineurs préposés à la surveillance des ennemis et à l'installation de mines.

birdsong 5.jpg

De même, certaines scènes se révèlent très fortes. Je fais notamment référence à celle de la bataille de la Somme. Une hécatombe côté anglais. On voit les soldats partir à l'attaque, juste après avoir découvert les dernières lettres qu'ils ont pu écrire à leurs proches.

 

Birdsong-007.jpg

En revanche, j'ai moins été convaincue par l'idylle entre Stephen et Isabelle. L'alchimie entre Remayne et Poesy est bien présente. Ils forment un couple très convaincant. Certaines scènes entre eux sont d'ailleurs tout bonnement magnifiques. Néanmoins, certains éléments m'ont manqué pour comprendre toute l'ampleur de leur relation.

birdsong-tv.jpg

J'ai trouvé le casting très juste. Mention spéciale aux deux soldats Weir et Firebrace, compagnons d'infortune du héros et à Marie-Josée Croze, lumineuse dans son rôle de Jeanne, la soeur d'Isabelle.

J'ai également beaucoup apprécié les costumes. De même que la minutie apportée dans la reconstitution des décors...

Bref, vous l'aurez compris: une série très intéressante mais qui ne m'a pas complètement happée. Sans doute car, malgré la force des scènes pendant la Première Guerre mondiale, je suis un peu passée à côté de la relation amoureuse.

BBC one, 2012, 2 mini-parties (3 heures)

Billet dans le cadre du mois anglais de Lou et Titine.

logo mois anglais.jpg


24/06/2013

Au temps du roi Edouard de Vita Sackville-West

Au temps du roi Edouard

de

Vita Sackville-West

au temps.jpg

"Il était monté sur le toit, non seulement parce que c'était son passe-temps favori, mais parce qu'il n'avait pas d'autre moyen de fuir. Autrement, sa mère comptait sur lui pour recevoirà ses côtés, et les hommes se moquaient de lui et les femmes jouaient avec ses cheveux"

Angleterre, 1906: Sebastien est un Lord de 19 ans que la vie dans la haute société ennuie prodondément. Lors d'un week-end organisé par sa mère dans la propriété familiale de Chevron, il fait une rencontre décisive: celle de Leonard Anquetil, un aventurier solitaire qui lui démontre que sa vie est toute tracée. Il lui propose également de partir avec lui en expédition. Mais Sebastien décline l'invitation car il vient d'entamer une liaison amoureuse avec la meilleure amie de sa mère.

A t-il fait le bon choix? S'ensuivent cinq années déterminantes dans la vie du jeune homme.

vita.jpg

Au temps du roi Edouard fait partie des ouvrages les plus connus de Vita Sackville-West. Deux mois après sa publication, il a même atteint le chiffre phénoménal pour l'époque de 20 000 exemplaires vendus.

Il s'agit de la première oeuvre que je découvre de cette romancière. J'ai été immédiatement frappée par le portrait qu'elle dresse de lla haute société. Une haute société qui oscille sans cesse entre enfermement et frivolité. En effet, les gens doivent remplir le rôle attendu par leur titre, épouser une personne de leur rang...Mais en même temps, ils peuvent être infidèles, à condition que cela ne s'ébruite pas et que surtout les apparences soient sauvées.

Le destin de Sébastien, le héros que nous suivons pendant cinq ans, illustre à merveille ces principes. C'est d'ailleurs ce que lui rappelle Leonard Anquetil lors de leur entretien décisif du début du roman:

"Mon cher enfant, votre vie a été tracée le jour de votre naissance. Vous êtes allé dans une école préparatoire, puis à Eton, puis à Oxford; maintenant, vous entrerez dans les Gardes. Vous aurez beaucoup d'histoires d'amour, la plupart avec des femmes du monde mariées; vous fréquenterez les maisons dont on parle; vous aurez un rôle à la cour; vous porterez un uniforme blanc et rouge, qui vous ira très bien; vous serez courtisé et persécuté par toutes les mères de Londres [...]"

Sébastien refuse au début d'adhérer à ce plan préetabli. La scène où des toits de Chevron, il surplombe le domaine et sa vie est à cet égard très révélatrice. Mais bien vite, comme l'avait prévu Anquetil, il s'installe dans la routine d'un Lord.

Ainsi, Vita Sackville-West nous propose une vision fort pessimiste de la condition d'héritier dans l'Angleterre du début du 20ème siècle.

220px-Lady_Agnew_of_lochnaw_(John_Singer_Sargent).jpg

Cependant, elle n'épargne pas non plus les femmes de la haute-société qui doivent correspondre à l'image qu'on  attend d'elles. Elles contractent des mariages sans amour et une fois les héritiers assurés, prennent des amants. Du moment que leur mari ignore leurs égarements...S'il les découvre, elles peuvent subir l'opprobre d'un divorce et être à jamais bannies de leur classe sociale.

Face à cette décadence des moeurs incarnés par les liaisons entretenues par Lucy, la mère de Sébastien et sa meilleure amie, se dresse l'ultra-conservatisme de la bourgeoisie. Comme le rappelle Thérèse, la femme du docteur que croise notre héros, aucune relation extra-conjugale n'est tolérée dans son milieu.

La jeune génération se débat face à cette sclérose et à ce poids des convenances. Là où Sébastien se retrouve enfemé, sa soeur Viola, grâce à Anquetil, réussit à s'affranchir de son destin de jeune fille de bonne famille et à prendre un appartement toute seule dans Londres. De même, le fils du menuisier de Chevron refuse de reprendre le métier familial pour devenir mécanicien et vivre de sa passion.

Ces quelques notes de révolte insufflent un peu d'espoir. On sent que cette société de faux semblants va changer. Les pages finales de ce roman vont d'ailleurs dans ce sens.

J'aimerais également évoquer le style de Vita Sackville-West que j'ai trouvé très percutant. Son ironie n'épargne personne et rend les protagonistes très vivants.

Bref, vous l'aurez compris: une première découverte réussie de l'univers de cet écrivain. J'ai été frappée par le portrait qu'ele dresse de la haute-société à la veille de la Première Guerre Mondiale.

Le Livre de poche, 2012, 6,10 €, 253 pages

Billet dans le cadre d'une lecture commune avec Fanny, Bianca, Céline, Emmanuelle et Karine

Billet dans le cadre du mois anglais de Lou et Titine

Billet dans le cadre du challenge God save the livre 2013

 

vita sackville-west,au temps du roi edouard,livre de poche,haute société anglaise

vita sackville-west,au temps du roi edouard,livre de poche,haute société anglaise