Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

des romans anglais - Page 6

  • Quoi qu'il arrive de Laura Barnett

    Quoi qu'il arrive

    de

    Laura Barnett

    quoi qu'il arive,laura barnett,les escales,littérature anglaise,roman d'amour,schéma narratif étonnant

    "Cela commence ainsi.

    Une femme attend sur un quai de gare, tenant sa valise d'une main et de l'autre un mouchoir jaune avec lequel elle se tamponne le visage. La peau veinée de bleu autour de ses yeux est humide, et la fumée âcre de la locomotive la prend à la gorge.

    Personne n'est venu agiter son mouchoir pour lui dire adieu-elle l'a interdit, malgré les larmes de sa mère et malgré les siennes en ce moment- et pourtant elle se met sur la pointe des pieds pour scruter la masse grouillante des chapeaux et des renards."

    Tout débute sur le quai d'une gare à Vienne en 1938. Myriam est une jeune femme célibataire qui a décidé de fuir son pays pour des raisons politiques mais aussi plus personnelles. En effet, elle est enceinte et veut garder son enfant, malgré l'abandon du géniteur. Sur ce quai, elle fait la connaissance de Jakob. Lors de leur périple vers l'Angleterre, ils tombent amoureux. Et, quelques mois plus tard, naît Eva.

    On retrouve cette dernière 20 ans plus tard sur les routes de Cambridge.

    Version 1: Afin d'éviter un petit chien, Eva fait une embardée et son vélo roule sur un clou. Jim, un étudiant lui propose de l'aider à réparer sa crevaison. Elle accepte...Et ils entament une relation amoureuse.

    Version 2: Sur le même chemin, Eva croise Jim. Mais aucun incident ne les rapproche et chacun poursuit le cours de son existence.

    Version 3: Eva et Jim se rencontrent, entament une idylle...Toutefois, un élément perturbateur vient mettre un terme à leur histoire.

    Trois hypothèses de départ pour trois variations autour de l'amour que l'auteur déroule de 1958 à 2014.

    quoi qu'il arive,laura barnett,les escales,littérature anglaise,roman d'amour,schéma narratif étonnant

    Parmi les récentes publications des Escales, j'avais remarqué ce titre dont le schéma narratif m'attirait énormément. En effet, je n'avais jamais encore eu l'occasion de lire un roman qui entrecroisait ainsi trois intrigues différentes autour d'un même couple. Je craignais, cependant, que cette idée ne tienne pas forcément toutes ses promesses et se révèle décevante.

    Il n'en a rien été. Au contraire...Avec Eva et Jim, Laura Barnett interroge les notions de destin et hasard. Elle explore tous les tours qu'auraient pu prendre leurs existences selon leurs décisions à tel ou tel moment. Afin de plus souligner les différences entre leurs itinéraires, elle situe chaque chapitre de ses trois versions exactement à la même date. Sans que cela ne somme jamais faux.

    De même, elle évite l'écueil qui guette souvent un ouvrage qui entremêle trois histoires: aucune des variantes ne l'emporte sur l'autre en termes d'intérêt.  A chaque fois, elle nous livre un tableau de l'amour, sous toutes ses formes: amour conjugal soumis à l'érosion du temps et des sentiments, amour impossible, amour platonique, amour-passion...Elle met également en scène des protagonistes qui ne sont jamais tout à fait les mêmes. Ils évoluent en fonction des choix de Jim et Eva. Et, imperceptiblement, les trois trajectoires s'écartent de plus en plus. Au lecteur de juger quelle version il préfère.

    Une des autres qualités de cet ouvrage réside dans la radioscopie d'une génération, entre 20 et 70 ans. Ceux nés juste avant la seconde guerre mondiale qui ont assisté et participé à toutes les évolutions de cette fin de siècle (mouvement hippie, crise...) Ceux qui ont su s'adapter ou ceux qui ont renoncé à leurs ambitions...

    Quoi qu'il arrive, outre sa construction originale et sa fine analyse psychologique des ressorts de l'âme humaine et des tourments amoureux, offre aussi une réflexion sur l'art et sur le lien profond qu'il entretient avec la vie. Jim a un don pour la peinture, Eva pour l'écriture. Selon les versions et les routes qu'ils empruntent aux carrefours de leurs multiples rencontres, leurs rapports à la création vont être bouleversés. Tour à tour, ils ont du succès, renoncent à leurs ambitions...et parfois, cela peut avoir un impact sur l'amour qui les lie. Art moteur, Art/bonheur, Art/malheur, Art/Amour, Art/Solitude, Art/Renoncement...constituent autant de pistes explorées.

    Dans une des variantes, l'auteur nous propose même une mise en abyme où Jim, peintre reconnu, exécute un triptyque.

    "Le sujet du tableau, c'est la multitude des chemins que l'on n'emprunte pas, la multitude de vies que l'on ne vit pas. Il l'a appelé Quoi qu'il arrive"

    Bref, vous l'aurez compris: malgré quelques longueurs, j'ai beaucoup apprécié ce roman, à la fois intelligent, fouillé et sensible. Et je vous en recommande la découverte, surtout si comme moi, il vous arrive de vous poser cette question: Et si?

    Les Escales, 2016, 461 pages

    Billet dans le cadre du challenge A year in England de Martine et du challenge Un pavé par mois de Bianca

    quoi qu'il arive,laura barnett,les escales,littérature anglaise,roman d'amour,schéma narratif étonnant  quoi qu'il arive,laura barnett,les escales,littérature anglaise,roman d'amour,schéma narratif étonnant

            

     

     

     

     

     

     

     

  • Pomfret Towers de Angela Thirkell

    Pomfret Towers

    de

    Angela Thirkell

    pomfret towers,angela thirkell,virago modern classics,challenge a year in england,littérature anglaise

    "Nutfield is quite the most delightful town in that part of England. Most of the land round it is owned by families who have remained rich enough not to be obliged to sell their estates, so the speculative builder has been kept at bay and the town is very little larger than it was in the eighteenth century."

    Alice Barton est une jeune fille timide et effacée. Un jour, elle est conviée avec son frère à un week-end à Pomfret Towers, la demeure des ducs de Pomfret. Elle va devoir là-bas lier connaissance avec de nombreux inconnus et cette perspective l'effraie au plus haut point.

    Elle est loin de se douter que ces deux jours vont changer radicalement son existence, ainsi que celle de ses plus proches...

    pomfret towers,angela thirkell,virago modern classics,challenge a year in england,littérature anglaise

    J'ai découvert Angela Thirkell sur la blogosphère anglaise et j'ai eu envie de me lancer dans son œuvre (malheureusement, pas encore traduite en France. Même si j'ai appris par Emjy (décidément, une mine de connaissance) que les Editions Charleston allaient sortir les Fraises sauvages)

    Dès les premières pages, j'ai été happée dans cette lecture "so british". Quel plaisir de me retrouver au milieu de ces personnalités si différentes dans ce manoir de Pomfret à la fin des années 30!

    On suit plus particulièrement les aventures d'Alice et de plusieurs jeunes gens qui gravitent autour d'elle. Coup de foudres amicaux, chassés-croisés amoureux, déceptions sentimentales sont au programme. Et on se régale à assister à toutes ces péripéties.

    Mais résumer ce roman à sa simple dimension sentimentale serait une grossière erreur. En effet, Pomfret Towers consiste également en une étude de la société aisée anglaise. Nobles, artistes, architectes constituent autant de classes décortiquées par la plume caustique d'Angela Thirkell.

    Elle propose notamment plusieurs visions de la condition artistique: celle du peintre maudit incarné par le jeune Julian Rivers (une vraie tête à claques) et celles de la femme écrivain dont Mrs Rivers et Mrs Barton  représentent deux aspects bien antagonistes. Quand l'une parle de son Art avec un grand A, l'autre se fait discrète et se réfugie dans ses recherches historiques.

    J'ai beaucoup ri aux descriptions des synopsis des romans de Mrs Rivers, des bluettes qui semblent refléter son existence fantasmée.

    L'humour est sans cesse présent, que ce soit dans les situations (les fuites répétées de l'éditeur Mr Johns devant Mrs Rivers, les télégrammes qu'il invente...) ou dans les dialogues et descriptions.

    De même, Angela Thirkell démontre un grand talent dans la construction narrative: elle arrive à entremêler habilement différentes intrigues, différents rebondissements sans jamais lasser son lecteur ni rendre les situations improbables. On s'amuse, on réfléchit, on espère que certaines idylles auront une conclusion heureuse...

    J'ai aimé cette fin aussi. Qui sonne si juste et célèbre d'une certaine façon un des thèmes sous-jacents de cet ouvrage, à savoir les relations entre parents et enfants.

    Bref, vous l'aurez compris: je me suis régalée avec cet ouvrage qui offre une très belle description, à la fois tendre et ironique d'une certaine société anglaise en 1938, et propose de jolies histoires d'amour. Je suis ravie de cette première immersion dans l’œuvre d'Angela Thirkell et je sais déjà que ce ne sera pas la dernière! Si, comme vous moi, vous aimez les atmosphères "so british", les séjours dans des manoirs..., alors précipitez vous sur cette série.

    Virago Modern Classics, 298 pages

    Billet dans le cadre du challenge A year in England

    pomfret towers,angela thirkell,virago modern classics,challenge a year in england,littérature anglaise

     

     

     

  • Agatha Raisin and the quiche of death

    Agatha Raisin and the quiche of death

    de

    MC Beaton

    agatha raisin and the quiche of death.jpg

    "Mrs Agatha Raisin sat behind her newly cleared desk in her office in South Molton Street in Mayfair. From the outer office came the hum of voices and the clink of glasses as the staff prepared to say farewell to her"

    Agatha Raisin a décidé de prendre une retraite anticipée et de vendre son agence londonienne de relations publiques. Elle entend ainsi réaliser son rêve d'enfant et s'installer dans un petit cottage d'un village des Costwold.

    Cependant, elle est loin de s'imaginer qu'elle va avoir autant de mal à s'adapter à sa nouvelle existence. Pour fuir sa solitude, elle tente de se faire de nouvelles connaissances et participe même à un concours de quiches local.

    Comme elle ne sait pas cuisiner, elle a acheté une quiche déjà préparée chez un traiteur londonien.

    Mais, au lendemain de la compétition, le juge est retrouvé mort empoisonné, une part de la création culinaire d'Agatha, à côté de lui.

    Notre héroïne se lance alors dans une enquête afin de trouver l'identité du meurtrier et de faire oublier sa réputation de tricheuse.

    Agatha_Raisin_and_the_Quiche_of_Death.jpg

    Cela faisait quelque temps que j'avais entendu parler de la série des Agatha Raisin, notamment sur le forum Whoopsy Daisy. Aussi, quand deux de mes copinautes, Emjy et Titine, m'ont proposé d'en faire une lecture commune, j'ai aussitôt accepté leur proposition.

    Dès les premières pages, je suis tombée sous le charme de ce personnage pas banal. Agatha Raisin est une spécialiste de la communication londonienne, entièrement focalisée sur son travail. Elle n'accepte aucune résistance et se bat pour remporter les meilleurs contrats pour ses clients. Elle a donc négligé tout un pan de sa vie personnelle et ne compte aucun ami. Prendre sa retraite anticipée lui semble, par conséquent, l'occasion rêvée pour démarrer une nouvelle vie.

    Une nouvelle vie où elle apprendrait enfin à faire la cuisine, où elle verrait des gens, où elle lirait, où elle se promènerait dans la nature.

    Une nouvelle vie, en somme, assez idyllique mais qui va très vite se confronter à la réalité de l'existence dans un petit village des Costwolds.

    On s'amuse des multiples maladresses d'Agatha, de sa décoration intérieure, de ses réflexions sur les comportements des autochtones, sur ses querelles avec sa voisine à propos d'une femme de ménage, sur son dîner avec un couple renommé du village, sur sa tricherie au concours de quiche...

    On se plaît dans cet univers "so british", avec ces personnages tellement attachants.

    Et puis, le mystère fait irruption avec le décès de Mr Cumming-Browne, empoisonné par la tarte d'Agatha.

    Humour, satire et intrigue policière constituent donc les ingrédients de ce roman qu'on ne quitte qu'à regret.

    On tourne les pages rapidement, on cherche des pistes, on arpente le village et ses environs, on assiste en riant à des scènes d'anthologie telles que la vente aux enchères, la sortie dans un club de striptease avec les dames patronnesses, la virée à Bath avec un couple âgé...

    On assiste aussi à l'évolution progressive d'Agatha, à son ouverture aux autres...

    Bref, vous l'aurez compris: j'ai été conquise par ce "cosy mystery" qui n'a pas été sans me rappeler l'atmosphère, en version plus modernisée, des Miss Marple et Miss Silver.  Dommage que cet ouvrage, à déguster sans modération avec un bon thé, n'ait pas encore été traduit en français (mais pour ceux qui parlent un peu anglais, je vous garantis que le style et le vocabulaire sont tout à fait accessibles)!

    Constable Robinson, 310 pages

    Billet dans le cadre du challenge A year in England de Titine.

    challenge a year in england.jpg