Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/07/2014

Le Sourire de Marie-Adélaïde de Annie Pietri

Le Sourire de Marie-Adélaïde

de

Annie Pietri

le sourire de marie-adélaïde,annie pietri,bayard jeunesse,millézime,marie-adélaïde de savoie,roman historique,roman historique pour adolescents,roman sous le règne de louis xiv

"Louis XIV était tombé face contre terre...

-Pile! lança Marie-Adélaïde.

La duchesse de baissa pour ramasser le bel écu d'or qui avait tournoyé en l'air avant de rebondir, puis de s'immobiliser sur les lames du parquet du salon de la Paix.

-Je perds, et vous triomphez, Bourgogne! Votre souhait sera donc exaucé, nous irons en gondole sur le Grand Canal! ajouta-t-elle en se relevant d'un bond".

Dans ce roman qu'elle qualifie de "biolitt" (mélange de réalité et de fiction), Annie Pietri nous invite à suivre le destin de Marie-Adélaïde de Savoie, la duchesse de Bourgogne.

le sourire de marie-adélaïde,annie pietri,bayard jeunesse,millézime,marie-adélaïde de savoie,roman historique,roman historique pour adolescents,roman sous le règne de louis xiv

La duchesse de Bourgogne

Cette jeune femme, petite-fille de Monsieur le frère du roi Louis XIV, est née en 1685. En 1697, en vertu du traité de Ryswick, elle a épousé le petit-fils de Louis XIV, le duc de Bourgogne.

L'intrigue de cet ouvrage débute en 1703, alors qu'elle a 17 ans. Depuis son arrivée à la Cour, elle a fait la conquête du souverain, tout comme celle de son épouse secrète, Madame de Maintenon. Notamment en raison de sa perpétuelle bonne humeur et son amour de la vie.

Malgré la faveur dont elle jouit, sa position à la Cour se trouve menacée. En effet, elle n'a toujours pas donné d'héritier et on chuchote qu'elle en serait incapable.

Abattue, la duchesse se demande comment elle va parvenir à se sortir de ce mauvais pas.

Jusqu'au moment où elle rencontre le beau marquis de Nangis, un brillant militaire convalescent. Elle en tombe immédiatement amoureuse. Mais aucune relation n'est possible à la Cour où chaque geste est épié et rapporté.

Pour vivre cette histoire interdite, Marie-Adélaïde va devoir braver tous les dangers...

Et c'est son existence que nous allons suivre de 1703 à 1712, l'année où elle succombe à la variole.

le sourire de marie-adélaïde,annie pietri,bayard jeunesse,millézime,marie-adélaïde de savoie,roman historique,roman historique pour adolescents,roman sous le règne de louis xiv

Je connaissais déjà l’œuvre d'Annie Pietri. En effet, j'avais déjà lu et beaucoup apprécié Carla aux mains d'or, la trilogie des Orangers de Versailles et le Serment de Domenico. En raison de la qualité de l'intrigue, de sa faculté à nous plonger sous le règne de Louis XIV, de son talent à mêler vocabulaire contemporain et d'époque...Autant d'"ingrédients" que j'ai eu plaisir à retrouver dans ce nouvel opus.

A commencer par le choix de l'héroïne. Je n'avais jamais entendu parler d'elle, si ce n'est pour son lien de parenté avec Louis XV (il s'agit de sa mère). Aussi, j'ai été fascinée par le destin de cette jeune femme pétillante, pleine de vie, d'apparence frivole...

Comme beaucoup de petites filles bien nées, elle a été arrachée à sa famille pour devenir l'instrument et surtout le garant d'un traité de paix entre la France et la Savoie. Alors qu'elle avait toujours été élevée dans la haine du Roi Soleil et de Versailles, elle a dû partir pour la Cour de ce pays honni et y occuper une place primordiale. Auprès d'un mari, certes très amoureux d'elle, mais en tout point son opposé (très pieux, il déteste sortir et participer aux fêtes grandioses ou aux soirées dans les Grands appartements).

Refusant ce sort imposé, elle a donc tenté de résister. En vivant de façon extravagante. En contractant des dettes énormes. En choisissant ses amants. Et en divulguant des secrets d’État à son père, redevenu ennemi.

Un itinéraire passionnant que l'auteure aborde simplement. Il est vrai que parfois, j'aurais aimé en savoir plus et que j'ai regretté l'ellipse survenue après la mort de son premier fils. Cependant, comme cet ouvrage s'adresse avant tout aux pré-adolescents et adolescents, je comprends ce choix de ne pas nous submerger de dates ou de faits.

De plus, brosser le portrait de Marie-Adélaïde de Savoie offre la possibilité à la romancière de nous décrire les us et coutumes de la Cour de Versailles: le poids des regards, l'espionnage permanent, la nécessité de toujours bien paraître, la technique des "paravents", l'interception des lettres...

Bref, vous l'aurez compris: j'ai passé un très bon moment en compagnie de cet ouvrage historique. Et j'en ressors avec l'envie d'en savoir encore plus sur les dernières années du roi Louis XIV et sur certains des membres de sa famille ou de son entourage.

Bayard Jeunesse, 2013, 223 pages, 11, 50 €

 

 

22/07/2014

Les serpents du Museum de Sophie Humann

Les Serpents du Muséum

de

Sophie Humann

des serpents au muséum,sophie humann,editions flammarion jeunesse,roman historique jeunesse,roman situé au jardin des plantes,roman policier jeunesse

"L'éclusier, du courrier!

Au cri du facteur, Juliette a sursauté. Depuis que son père ne remonte plus l'horloge, elle s'est habituée au silence.

-Allez, viens, Ninette, on va chercher la lettre.

Mais Ninette, une poule grasse et grise, juchée sur le lit de sa maîtresse, n'ouvre pas même un œil."

Depuis la mort de sa mère l'hiver dernier, Juliette, 12 ans, a quitté l'école et s'occupe désormais de la maison qu'elle partage avec son père, éclusier de son état.

Mais ce dernier, inquiet de voir sa fille passer sans cesse du mutisme à l'excitation et être souvent en proie à des colères, accepte de la confier à son oncle et à sa tante à Paris

C'est ainsi que notre héroïne est envoyée dans la capitale en 1875 pour y passer les deux mois d'été.

Son oncle, gardien chef au Muséum d'Histoire naturelle, lui ouvre les portes du Jardin des plantes. Émerveillée, Juliette ne se lasse pas de visiter les coins et les recoins de cet endroit magique.

Un jour, alors qu'elle doit rejoindre son oncle, elle rentre, malgré les interdictions, dans le pavillon des reptiles et se retrouve nez-à-nez avec un serpent des plus dangereux. Elle ne doit son salut qu'à un des soigneurs, Gaspard.

Une enquête est diligentée pour comprendre comment un animal aussi venimeux a pu s'échapper et comment un autre a pu disparaître.

Des soupçons naissent...

Et Juliette décide de mener ses propres investigations.

des serpents au muséum,sophie humann,editions flammarion jeunesse,roman historique jeunesse,roman situé au jardin des plantes,roman policier jeunesse

Les serpents au Jardin des plantes

J'avais remarqué ce roman historique jeunesse sur le blog de ma copinaute Bianca. Comme elle est toujours de bons conseils, je l'ai suggéré à  une de mes collègues et je me suis précipitée dessus quand il est arrivé.

J'ai tout de suite apprécié le personnage principal. Juliette est une adolescente vive, intelligente, curieuse, courageuse, rebelle qui tente de se remettre de la perte de sa mère. Aussi, quand son père accepte l'invitation de son beau-frère, elle est ravie de changer d'air.

Dès son installation chez eux, elle part à la découverte de ce Jardin des Plantes où travaille son oncle. Sur ses traces, on en apprend beaucoup sur le fonctionnement de ce lieu, sur les horaires d'ouverture, sur le personnel, sur les animaux, sur les différents sites à voir, sur les visiteurs et leurs défauts....

J'ai trouvé cette partie vraiment très intéressante. Depuis quelque temps, je me suis rendue plusieurs fois au Jardin des plantes en compagnie de mon filleul et je sais que, grâce à ce roman, je ne le regarderai pas de la même manière à la prochaine sortie.

Mais cette plongée dans ce lieu célèbre ne constitue pas le seul intérêt de cet ouvrage. En effet, Sophie Humann parvient à nous décrire la vie dans ce Paris de 1875, l'effervescence des grands magasins comme le Bon marché, les transports, le milieu de la peinture...

De même, l'intrigue policière assez réussie qu'elle développe lui permet de brasser de nombreux thèmes: les conditions d'apprentissage des enfants, l'école, le rejet des étrangers, la vie carcérale...

Bref, vous l'aurez compris: un roman jeunesse à la fois divertissant et instructif qui permet de passer un agréable moment. J'espère retrouver Juliette dans de prochaines aventures.

Éditions Flammarion Jeunesse, 2014, 125 pages, 5,90 €

Billet dans le cadre du challenge 19ème siècle organisé par Fanny.

 

des serpents au muséum,sophie humann,editions flammarion jeunesse,roman historique jeunesse,roman situé au jardin des plantes,roman policier jeunesse

 

 

19/05/2014

(Re)play de Jean-Philippe Blondel

(Re)play

de

Jean-Philippe Blondel

replay,jean-philippe blondel,actes sud junior,roman sur un groupe de musique,roman sur le rock

"Clément s'est penché vers moi en sortant du cours de maths. Il m'a lancé:

-Tiens,au fait, j'ai parlé avec le documentaliste ce matin. Tu sais quoi? Il paraît que Franck Ménard va venir au lycée donner une conférence sur l'état de la presse rock en France.

Je n'ai rien répondu. J'ai fait semblant de ne pas être intéressé. C'est là qu'il a lancé l'estocade.

-Il paraît que cela se finira par un concert. Enfin, il écoutera quelques morceaux de deux ou trois groupes de l'établissement, quoi. Dommage que les Frontlights se soient séparés."

Benjamin, un adolescent de dix-sept ans, vient d'apprendre qu'une des sommités du rock allait se déplacer dans son lycée. L'année dernière, cette nouvelle aurait revêtu tellement d'importance. Mais là, maintenant qu'il est brouillé avec Mathieu et Clara, maintenant que leur groupe les Frontlights s'est dissous, à quoi bon?

Et si cette visite lui donnait l'occasion de rejouer son passé?

replay,jean-philippe blondel,actes sud junior,roman sur un groupe de musique,roman sur le rock

Grâce à Claire, une de mes collègues, cela fait maintenant plus d'un an que j'ai découvert Jean-Philippe Blondel. J'ai adoré Blog et 06h41, j'ai trouvé beaucoup de qualités à Accès direct à la plage et je suis passée à côté de This is not a love song (je n'en ai d'ailleurs pas parlé ici).

Comme la thématique de cet ouvrage pour adolescents me plaisait, je me suis décidée à me lancer dans (Re)play. Et dès les premières pages, la magie de cet auteur a opéré. J'ai reconnu sa petite musique si particulière, ses réflexions si justes et si sensibles sur les relations, sur les transformations de vie...

En début de seconde, Benjamin a rencontré Mathieu. Très vite, ils sont devenus amis. Leur relation a duré très exactement dix-huit mois.

"Un an et demi à passer des heures avec quelqu'un. Un an et demi à penser que, pour la première fois, on a un ami. Un ami à qui on confie tout ce qu'on n'aurait jamais pensé confier. La trouille qui prend au ventre quand on pense à l'avenir et à ce qu'on est censé devenir. Les films qui émeuvent tellement qu'on ne peut pas s'empêcher de refouler les larmes en regardant fixement le plafond du cinéma. L'impression, parfois, d'être au fond du trou. Le sentiment de l'inutilité et l'impatience dans les jambes."

Ensemble, ils se sont lancés dans la musique. Ensemble, ils ont fondé le groupe Frontlight. Ensemble, ils ont recruté Max comme batteur. Ensemble, ils ont engagé Clara.

Clara, la jeune fille qui les a séparés et qui a fait connaître à Benjamin les affres du premier amour non partagé.

La venue du très célèbre critique de rock Franck Ménard (je lui ai reconnu quelques ressemblances avec Philippe Manoeuvre) permet à ses deux anciens amis de renouer et de donner une seconde chance à leur "carrière" musicale.

Elle offre également la possibilité à Benjamin de se découvrir une vocation de parolier. Grâce au documentaliste de son établissement scolaire, il se lance dans l'écriture des chansons de leur groupe. Une façon d'exorciser sa non-idylle avec Clara et d'évoluer.

J'ai vraiment apprécié cette histoire toute simple (peut-être que certains aspects de l'intrigue auraient mérité néanmoins d'être un peu plus fouillés). Mais qui évoque de façon tellement vraie l'amitié, l'amour, la difficulté d'avancer, de se lancer, d'oublier ses préjugés...Et qui se révèle aussi un bel hommage au rock.

"L'écriture, ça n'a rien à voir avec la musique, finalement. L'essence de la musique, c'est le groupe, l'orchestre, la bande. L'essence de l'écriture, c'est l'inverse. C'est peut-être pour cela que l'une a besoin de l'autre."

Bref, vous l'aurez compris: je vous recommande ce court roman qui parle si bien de l'état adolescent, des sentiments et de la musique. Je pense que je ne tarderai pas à ouvrir une autre œuvre de Jean-Philippe Blondel. Si vous avez des conseils, n'hésitez pas...

Et pour conclure ce billet, je vous laisse un lien vers Because the night de Patti Smith. Un morceau que je ne verrai plus désormais de la même façon.


Actes Sud Junior, 2011, 125 pages, 10 €