Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2013

Ne t'inquiète pas pour moi

Ne t'inquiète pas pour moi

de

Alice Kuipers

ne t'inquiète pas pour moi.jpg

"Coucou ma Claire,

lait

pommes

bananes [...]

Si ce n'est pas trop lourd, prends un poulet et deux boîtes de haricots. Si tu ne peux pas, ça ne fait rien, j'essaierai de passer les acheter demain.

Bises,

Maman"

Claire et sa maman peuvent passer des semaines à seulement se croiser. Par conséquent, elles communiquent souvent par post-it.

Un jour, la nouvelle tombe: la mère de Claire est malade. Et leur correspondance va prendre un tour tout à fait différent.

alice kuipers.jpeg

Cela faisait déjà longtemps que j'avais remarqué ce roman, notamment sur le blog de Bianca. J'en avais jusqu'à présent repoussé la lecture en raison de son sujet. Puis, finalement, je me suis lancée et je l'ai dévoré en une soirée.

Il s'agit du premier ouvrage de l'auteure anglaise Alice Kuipers. Elle a opté pour un schéma narratif très original. En effet, toute l'intrigue du livre est contée par le biais d'un échange de post-it. Une manière très efficace de moderniser le genre du roman épistolaire.

On assiste à deux destins féminins parallèles: d'un côté, celui d'une adolescente de 15 ans, amoureuse pour la première fois et très proche de sa meilleure amie; de l'autre, celui d'une femme de 40 ans, accaparée par son travail de sage-femme et qui se retrouve confrontée à la maladie.

Alors que les post-il réglaient les détails de la vie quotidienne au début de l'histoire et leur donnaient la possibilité d'entretenir des relations distantes, ils vont leur permettre de se dire l'essentiel vers la fin. Toutes ces déclarations que par pudeur, on retient trop souvent...

Les petits papiers accrochés sur le frigo se révèlent donc tour à tour triviaux (de simples listes de courses ou des réclamations d'argent de poche), drôles ("ton esclave à domicile"), tendres, graves, nostalgiques....Ils invoquent toute une gamme d'émotions qui laissent le lecteur pantelant, une fois les pages refermées.

En effet, ce roman ne peut laisser personne indifférent. Il nous fait profondément réfléchir sur nos vies modernes où bien souvent on ne fait que se croiser et sur la nécessité de ne jamais oublier ses rêves.

De plus, il parle très simplement de tendresse, d'amour maternel, de maladie...Sans jamais sombrer dans le pathos.

Bref, vous l'aurez compris: j'ai adoré Ne t'inquiète pas pour moi d'Alice Kuipers. Et j'espère vraiment que vous partagerez ce coup de cœur.

Albin Michel Jeunesse, 2008, 242 pages, 10 €

Lu dans le cadre du challenge God save the livre 2013.

Challenge-anglais.jpg

24/11/2013

A comme Aujourd'hui

A comme Aujourd'hui

de

David Levithan

 

A-comme-aujourd_hui.jpg

"Je me réveille.

Aussitôt, je dois déterminer qui je suis. Et il n'est pas seulement question de mon corps-ouvrir les yeux et découvrir si la peau de mon bras est claire ou foncée, si mes cheveux sont longs ou courts, si je suis gros ou maigre, garçon ou fille, couvert de cicatrices ou lisse comme un bébé. S'adapter au physique, c'est finalement ce qu'il y a de plus facile quand on se réveille chaque matin dans un corps différent. Non, le véritable défi, c'est d'appréhender la vie, le contexte de ce corps

Chaque jour, je suis quelqu'un d'autre. Je suis moi-même-je sais que je suis moi-même-, mais je suis aussi un autre.

Et c'est comme ça depuis toujours."

Tous les matins, depuis sa naissance, A. se réveille dans le corps d'un ou d'une adolescente de 16 ans. Une nouvelle identité qu'il va emprunter le temps d'une journée.

A. a accepté ce destin extraordinaire. Et s'est même fixé quelques règles pour régir son existence: ne jamais s'attacher, ne jamais s'immiscer dans la vie de son hôte et ne jamais se faire remarquer.

Mais tout ce code vole en éclats le jour où A rencontre Rihiannon...

david levithan.jpg

J'aime beaucoup la maison d'édition Les Grandes personnes. Je leur dois notamment ma découverte de Mary Hooper ou de magnifiques albums en pop-up comme Drôles d'oiseaux de Philippe Ug.

Aussi, quand ce roman est sorti en septembre, je n'ai pas tardé à l'acquérir pour la médiathèque où je travaille et à me plonger dedans.

En effet, j'étais très attirée par l'idée de départ qui n'était pas sans me rappeler une série de mon enfance: Code Quantum.

Mais, contrairement au docteur Samuel Beckett, A. expérimente, en général, une journée ordinaire pour son hôte. Tout au long du roman, nous le voyons ainsi habiter différents corps. L'occasion pour l'auteur de dresser le portrait d'une génération très contrastée d'adolescents américains. On croise ainsi le sosie de Beyoncé, une jeune fille suicidaire, un ado accro aux drogues, un joueur de football américain, un jeune homme obèse, une mineure contrainte d'effectuer illégalement des ménages....Certains sont en butte aux préjugés, d'autres au contraire jouissent d'une grande popularité.

J'ai été vraiment très intéressée par cette incursion (plus ou moins approfondie selon les profils) dans la société américaine. David Levithan a su éviter l'écueil du trop plein de clichés. J'ai trouvé chaque tranche de vie juste et passionnante. De plus, j'avais hâte de découvrir à chaque chapitre la nouvelle identité de notre héros.

A. a décidé de ne jamais influer sur le cours de l'existence de chacune des personnes qu'il incarne. Cependant, un matin, il endosse le rôle de Justin et rencontre Rihiannon, sa petite amie.

"Que se passe-t-il au moment précis où l'on tombe amoureux? Comment un laps de temps aussi court peut-il contenir quelque chose d'aussi immense? [...] Le moment où l'on tombe amoureux semble puiser sa source des siècles, des générations en arrière-dans un passé qui s'aligne pour donner naissance à cette intersection précise, étonnante. Peu importe que cela puisse paraître ridicule, on sent au plus profond de soi que tout cela était écrit, que toutes les flèches invisibles pointaient dans cette direction, que l'univers préparait tout cela depuis l'éternité-et c'est seulement à cet instant que l'on s'en rend compte, en arrivant là où l'on était attendu depuis toujours"

Les sentiments de A. vont le pousser à contrevenir au code qu'il s'était érigé. Il veut sans cesse revoir Rihiannon. Et révèle très vite à la jeune femme son destin.

Mais comment débuter une histoire d'amour alors que chaque jour est un recommencement sous une nouvelle apparence? Telle est la question que tente de résoudre A.

S'ensuivent des rendez-vous tour à tour réussis, éphémères, ratés, sublimes....Et un sentiment de frustration qui s'installe. Mais je ne vous en dirai pas plus afin de ne pas gâcher tous ces rebondissements.

A cette problématique amoureuse, se superpose une autre éminemment morale. Est-ce que notre héros a le droit de changer le destin de ces hôtes? Peut-il même envisager d'envahir définitivement l'un d'entre eux?

J'aimerais aussi parler du schéma narratif. Je l'ai trouvé très astucieux. Chaque chapitre correspond à une nouvelle personnalité. On ne peut donc s'empêcher de commencer le suivant afin de découvrir le sort quotidien qui attend A.

De même, j'ai été sensible au style de David Levithan et aux nombreuses réflexions qui l'émaillent.

"L'amour vous donne envie de réécrire le monde. Il vous donne envie de choisir les personnages, de construire le décor, de mener l'intrigue. Celui ou celle que vous aimez est assis en face de vous, et vous voulez alors tout faire ce qui est en votre pouvoir pour que l'amour soit possible, indéfiniment possible. Et lorsqu'il n y a que vous deux, seuls dans une pièce, vous pouvez vous imaginer que vous touchez enfin au but, ce jour-là, et pour toujours."

Bref, vous l'aurez compris: un roman juste, sensible, émouvant. Un véritable hymne à l'amour que j'ai eu du mal à refermer.

Editions les Grandes personnes, 2013, 373 pages

 

16/09/2013

3000 façons de dire je t'aime

3000 façons de dire je t'aime

de

Marie-Aude Murail

 

3000facons.jpg

"Nous étions trois collégiens de cinquième et nous venions d'horizons si différents que rien ne nous destinait à nous dire un jour je t'aime"

Bastien, Neville et Chloé sont dans la même classe de 5ème. Grâce à Madame Plantié, leur professeur de français, ils assistent à une représentation de Don Juan. Marqué par ce spectacle, ils décident tous les trois de participer au club théâtre en 4ème et de monter Roméo & Juliette.

Puis, le destin les sépare et les remet en présence six ans plus tard lors du concours d'entrée au Conservatoire d'art dramatique de leur ville. Ils réussissent tous les trois à intégrer le cours de Monsieur Jeanson.

Commence alors pour eux une période de découvertes, de nouvelles expériences...

AVT_Marie-Aude-Murail_1420.jpeg

Quand j'étais adolescente, je me souviens qu'une de mes meilleures amies vouait un culte à Marie-Aude Murail. Elle avait tout lu et guettait chacune de ses parutions. Malgré son enthousiasme, je n'avais jamais ouvert un de ses ouvrages.

Une erreur que j'ai réparée lors de ma deuxième année de travail à la médiathèque. Miss Charity venait de sortir et j'ai été immédiatement attirée par le sujet et par les aquarelles de Philippe Dumas. Lorsque je l'ai ouvert, j'ai lu la première phrase. Et je me suis trouvée emportée dans un monde merveilleux dont je n'ai pu m'échapper qu'une fois les derniers mots parcourus.

Depuis, j'ai rattrapé mon retard. Et j'ai même eu l'immense chance de recevoir cette grande dame de la littérature pour une journée de rencontre avec les classes et les adolescents.

Vous vous doutez donc bien que quand 3000 façons de dire je t'aime a été disponible en librairie, je n'ai pas résisté longtemps à la tentation.

J'ai adoré la phrase d'introduction. Tellement accrocheuse et tellement juste.

Cette fois-ci, la romancière s'est attachée à dépeindre le destin de trois adolescents: Bastien, Neville et Chloé.

Bastien est le fils des épiciers Vion. Il a été bercé par la télévision populaire dans sa jeunesse et ne supporte pas de fournir le moindre effort. Neville a été élevé par une mère célibataire asthmatique et femme de ménage qui l'a prénommé ainsi en raison d'un film BBC. Chloé vient d'une famille bourgeoise et sous la pression de ses parents, va tenter de réussir en classe préparatoire.

Ces trois héros vont intégrer la classe de M. Jeanson au conservatoire d'art dramatique de leur ville. Très vite, le vieux professeur va discerner qu'ils correspondent tous trois à des types dramatiques: Neville au héros romantique tourmenté, Chloé à la jeune première fragile et innocente et Bastien au valet de comédie. Il va également comprendre qu'ils ont besoin d'évoluer ensemble et qu'ils sont plus forts à trois.

C'est pour cette raison qu'il va les pousser à répéter en duo ou en trio. Chaque scène qu'il va leur donner éclaire un pan de leur vie et leur donne la force d'évoluer.

Le lecteur est ainsi invité à découvrir ou redécouvrir le répertoire classique. Chaque chapitre commence par une citation tirée d'une pièce et on assiste à des bouts de scène. Tout ceci est si savamment distillé qu'on ne peut que refermer le livre avec l'envie de se plonger dans Lorenzaccio, Phèdre...

Mais ce roman ne rend pas seulement hommage au monde du théâtre. Il dépeint également avec beaucoup de pudeur, de sensibilité et d'humour ce moment-chrysalide que nous traversons tous: le passage de l'adolescence à l'âge adulte.

De plus, Marie-Aude Murail se révèle encore une fois très percutante dans la présentation de chacun de ses protagonistes, de leur famille et de leur milieu. Chaque mot, chaque situation, chaque description sonnent juste et font mouche.

Seul bémol: j'ai regretté la fin que j'ai trouvé un peu trop accélérée.

Bref, vous l'aurez compris: ce roman qui met en scène un trio d'adolescents à la Jules et Jim m'a beaucoup plu. Je l'ai d'ailleurs dévoré en une soirée et j'espère que cette auteure de talent ne tardera pas à publier de nouveau.

Ecole des Loisirs, 2013, 262 pages, 16 euros